Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Départ annoncé de Luis Enrique

Messi et Luis Enrique, je t’aime moi non plus

Attendue, mais surprenante, l’annonce du départ de Luis Enrique ne fait pas que des malheureux au Barça. Pour sûr, Lionel Messi, qui n’a jamais entretenu une bonne relation avec l’Asturien, espère désormais la nomination d’un entraîneur à sa main.

Modififié
Immense, la joie d’un champion peut l’amener à réaliser quelques folies. Cette vérité, Lionel Messi la reproduit le 6 juin 2015 sur le pré de l’Olympiastadion de Berlin. Tout juste sacré roi d’Europe au terme d’une finale haletante face à la Juventus, l’Argentin se perd en célébration et tombe dans les bras de Luis Enrique. Les deux héros blaugrana affichent un sourire sincère, une joie contagieuse. Il n’en demeure pas moins que cet instantané, aussi symbolique soit-il, reste une exception dans la relation qui unit, ou désunit, l’entraîneur et le meneur de jeu durant les trois exercices de l’Asturien sous la guérite du Camp Nou. C’est qu’avec ce départ programmé et désormais annoncé de Lucho, la Pulga ne perd pas le sourire. Mieux, il avance ses pions en vue d’une prolongation et presse sa direction de recruter un coach qu’il bénit – a priori son compatriote Jorge Sampaoli. Car depuis l’intronisation de Luis Enrique à l’été 2014, le Dios barcelonais ronge son frein jusqu’à accueillir d’un bon œil le chantier de reconstruction qui attend le Barça cet été.

Un Disneyland en montagnes russes


L’éviction du natif de Gijón, Lionel Messi la souhaite pour ainsi dire depuis début 2015 et une série d’accrochages qui malmène la stabilité du Barça. Alors aux commandes depuis seulement quelques mois, celui qui se considère « de retour à la maison » , comme « au paradis, dans un Disneyland du foot » , se prend le plus gros manège catalan sur le bout du nez. Dans ce parc d’attractions footballistique, Léo Messi est en effet le plus intrigant et amusant des carrousels. Si bien que tout au long de ses multiples conférences de presse, il ne cesse de brosser le numéro 10 dans le sens du poil et l’ériger en divinité azulgrana. Pourtant, en interne, le ton diffère nettement, comme lors du premier entraînement de 2015, quand dans un petit match d’entraînement, il refuse un but anodin à l’Argentin. S’ensuit une colère noire du Diez qui, sans même prévenir, ne daigne se rendre à la séance du lendemain, pourtant ouverte aux socios. Seul Xavi, en diplomate aguerri, arrive à calmer la tension qui s’installe entre les deux hommes en pressant Lucho de ne pas attaquer frontalement sa star. Qu’importe, le mal est fait.

Messi-Lucho, une non-relation décisive


Cette relation houleuse éclate ainsi en mondovision quelques jours plus tard lors d’un déplacement à Anoeta. Fidèle à ses principes rigoureux, l’Asturien décide de punir Lionel Messi et le laisse à ses côtés sous la guérite. Un choix loin d’être judicieux puisqu'en plus d’une défaite, il y gagne un nouvel accrochage dans les vestiaires avec la puce atomique. Le Barça est en ébullition et ne trouve son salut qu’au travers de la non-relation qu’entament les deux hommes. Dès lors, ils ne se consultent plus : à Lucho la direction des séances, à Messi les clés du camion lors des matchs. Jusqu’à aujourd’hui, cette liaison ne varie pas d’un iota, sauf lors des soirs de grandes victoires comme à Berlin en juin 2015. L’entente cordiale fait son bout de chemin – huit titres sur dix possibles –, mais se trouve désormais face à une impasse. Si bien que Luis Enrique, aussi colérique qu’intelligent, décide de quitter le navire, qui tangue comme jamais au Parc des Princes, avant qu’il ne chavire. Alors qu’il tarde à prolonger son bail avec les Culés, Messi se retrouve pour sa part dans une position de force unique, car en plus de défaire des entraîneurs, il compte désormais bien les nommer.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 155 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible