Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es de finale retour
  3. // Barcelone/Manchester City
  4. // Les notes

Messi donne le la, Hart le brave

Malgré un Hart énorme, Manchester City s'incline une nouvelle fois face au Barça (1-0) et à un Messi surpuissant. Il n'y plus de clubs anglais en Ligue des champions.

Modififié

FC Barcelone


Ter Stegen (6) : Une sortie manquée à 30 mètres des buts avant de se montrer solide et rapide sur le penalty d'Agüero. Ter j'dégaine.

Jordi Alba (7) : Désagréable, vicieux (cette tape derrière le crâne de Nasri...), mais capable de vous faire revenir parce que le produit est bon. Jordi, la tête d'un serveur dans un resto de tapas, le jeu qui va avec.

Matthieu (7) : Roc et Rouky.

Piqué (6) : Globalement, il tient encore la baraque et se montre précieux de la tête. Question relance et finesse, notamment sur le penalty obtenu par Agüero, c'est moins ça. Gerard deux par deux.

Alves (6,5) : Dani n'est pas à gaz constants, mais son intervention décisive devant Milner et ses quelques gestes de classe montrent qu'il peut encore rendre quelques services. À 9 millions par saison, le PSG s'en contentera.

Mascherano(6) : L'aboyeur court toujours autant, mais ses crocs se sont faits moins mordants sur l'adversaire. Un Jack Russel avec une collerette.

Rakitić (6,5) : Au four et au moulin, le Croate a taclé, beaucoup, avant de se projeter dans la surface. Et puis le talent, c'est aussi savoir se rattraper après un contrôle manqué. Ivan, classe, niche.

Iniesta (7) : Il vieillit, mais ses pieds sont toujours aussi divins. Une pub pour les fétichistes gérontophiles.

Neymar (6) : Un petit pont de calé pour dix-huit occasions manquées. Ce soir, le bonheur n'était pas de le voir jouer, mais bien de se faire balayer.

Messi (9) : Kolářov, d'un coup d'épaule sauvage, a bien tenté de l'envoyer dans le décor. Mais ce soir, la scène appartenait à l'Argentin qui a offert le meilleur spectacle d'un nain depuis celui de Passe-Partout.

Suárez (6,5) : Discret en début de rencontre, Luis a resurgi la bave aux lèvres pour mettre son but. Une fois, deux fois, trois fois, avec le même obstacle à chaque tentative : Joe, le Heartbreaker. Et son ami le poteau.

Manchester City


Hart (9) : Il a sorti un match de patron et a fait taire ses détracteurs. Mais il a pris un lob de Rakitić, aussi rageant que de se faire dégager par la copine moche de ton crush, alors que tu lui avais sorti tes meilleures vannes.

Kolářov (4) : Il est gaucher, court vite, a une frappe de poulain, mais ne sait pas défendre. Un jour, on le retrouvera dans Tellement Vrai dans le sujet : « J'aurais pu être Gareth Bale, mais personne ne le sait. »

Demichelis (3) : Sa lenteur fait aussi peine à voir qu'un postiche légèrement décollé de la tête d'un chauve un jour de grande chaleur.

Kompany (5) : Vincent est beau gosse, baraqué, trilingue et capitaine du champion d'Angleterre. Mais comme toute sa défense, il s'est fait martyrisé par trois petits hommes au physique ingrat. Une certaine idée de la justice.

Sagna (4) : « Et dès que je l'aperçois, alors je sens en moi, mon cœur qui bat. » Non, Sagna n'est pas tombé amoureux de Neymar et de Messi, qui l'ont terrorisé, en lui faisant voir la vie en blaugrana.

Fernandinho (4) : S'il avait joué dans une cour d'école, Fernandinho ne serait peut-être jamais rentré chez lui. Où alors, avec ses tibias couverts de bleus bien plus foncé que son maillot.

Touré (6) : Revoir son ex après des années est toujours un exercice compliqué. On peut toujours essayer de l'impressionner, pour finalement se rendre compte qu'elle est passé à autre chose, et que pour elle, tout va bien, merci. Triste. Remplacé par Bony (5) qui a tenté une frappe, mais n'a jamais été mis dans de bonnes conditions par ses partenaires. Bony sans Clyde.

Milner (3) : Sympa, il s'est joint à Fernandinho pour former le comité de soutien à Nabil Fekir. Et c'est à peu près tout. Remplacé par Lampard (86e) qui a pu trottiner sur la pelouse du Camp Nou pour ce qui ressemblait à son dernier match de Ligue des champions. On a vu pire, comme sortie.

Silva (5) : Comme tout le monde, Silva traversera un jour la crise de la quarantaine et se retournera sur ses choix de carrière en se disant que peut-être, si le destin l'avait voulu, il aurait pu au moins être remplaçant dans ce Barça-là. Chienne de vie.

Nasri (2) : Trashtalk, coup d'épaule, balayette... Pacquaio et Mayweather peuvent ranger les gants, le combat de l'année avait lieu au Camp Nou, et Jordi Alba a soulevé la ceinture. Remplacé par Navas (6), qui a au moins pu faire admirer sa vitesse, et son regard de braise. Dédicace à toutes les Ladies.

Agüero (4) : « J'aurai voulu être un artiste, pour pouvoir faire mon numéro. » Ok, sauf que le numéro du petit Argentin surdoué, vif et dribbleur, qui rate un penalty en quart de finale de Ligue des champions est déjà pris, Sergio, désolé.

À lire : le compte-rendu du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Raphael Gaftarnik et Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68