Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FC Barcelone-Manchester City (4-0)

Messi corrige City

Emmenés par Messi, auteur d'un triplé, et Umtiti, excellent, les Barcelonais giflent Manchester City à la maison (4-0). Plombés par l'expulsion de Bravo, les hommes de Guardiola repartent la tête basse.

Modififié

FC Barcelone 4-0 Manchester City FC

Buts : Messi (17e, 61e, 69e) et Neymar (89e) pour le Barça

Le PSG plie Bâle avec du bol

On parle trop souvent du jeu de main, ce jeu de vilain. Pep Guardiola et Luis Enrique, maestro de la guerre des étoiles d'un soir, lui préfèrent le jeu de pied, même pour leurs gardiens. Pendant une mi-temps, cette philosophie est la bonne. Digérée par les portiers, digeste pour le public du Camp Nou, l'apologie de la relance courte et au sol permet à la délicieuse opposition entre le Barça et City de prendre ses marques. Anciens frères ennemis, Marc-André ter Stegen et Claudio Bravo jouent le jeu et le jouent bien jusqu'à la 53e minute, moment choisi par le Chilien pour déraper. Sorti hors de sa surface, le gardien de City ne sait pas quoi faire et pousse le ballon dans les pieds de Suárez qui tente de le lober immédiatement. Le naturel revient au galop, Bravo dégaine les mains et l'arbitre sort le rouge. Mené 1 à 0, le bateau du commandant Guardiola devient ivre. Ivre de l'épatant Lionel Messi, auteur d'un triplé.

Les passes d'Umtiti, le coffre de Mascherano


Derrière la classe d'un être, il y aura toujours la besogne d'un autre. Derrière Messi, il y a Javier Mascherano. Derrière la plupart des belles actions barcelonaises, il y a une récupération de l'homme de ménage. Alors évidemment qu'à la 17e minute de jeu, c'est grâce au Jefecito que Messi s'envole vers le camp de City. Lancé, la Pulga trouve Iniesta dans la surface anglaise. La classe n'étant jamais trop éloignée de la chance, la remise splendide mais contrée de l'Espagnol roule vers le point de penalty. Du pain béni pour Messi qui fait mumuse avec Bravo avant d'ouvrir le score. Une aubaine pour des Barcelonais impressionnants en possession du ballon, mais souvent menacés par la vitesse de Manchester City en contre, notamment par Kevin De Bruyne et Gündoğan, qui voit sa jolie tentative parfaitement détournée par Ter Stegen. Côté blaugrana, Lucas Digne remplace rapidement Jordi Alba, blessé, tandis qu'Umtiti régale par sa qualité de passe, mais pas autant qu'Andrés Iniesta qui, un jour après Buffon face à Lyon, rappelle à tout le monde que la classe fait encore partie du monde contemporain. Plus brut, Otamendi envoie Luis Suárez au tapis sur un joli tacle, tandis que David Silva fait souffrir Piqué et prend un jaune. La soirée à thème carton peut commencer.

Une histoire de cartons


Le carton rouge de Bravo donc, mais pas que. Entré à la place du Chilien, Willy Caballero a à peine le temps de se chauffer les gants sur le coup franc concédé qu'il comprend que lui aussi va prendre un carton. Au score. Parfaitement servi par Iniesta, Lionel Messi s'offre un doublé, avant que Luis Suárez, bien aidé par la mauvaise relance de Gündoğan, paye le triplé à l'Argentin. Remplaçant de Piqué, blessé, Mathieu prend aussi sa tournée. Deux jaunes : carton roux. Pas rassasié, Lionel Messi fait danser le jerk à la défense de City et obtient un penalty. Visiblement plus Eden que Thierry chez les Hazard, Neymar ne se déhanche pas et offre un lot de consolation à Caballero qui rentrera chez lui avec un penalty stoppé. Plus porté vers le plaisir solitaire, le Brésilien s'offre un but en solo après un slalom et une faute de main de l'homme qui vient de détourner son tir au but. Comme quoi, le jeu de main...

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions



    Par Swann Borsellino
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou