1. // Visite de Lionel Messi au Gabon

Messi au Gabon, y a bon !

Pendant deux jours, Lionel Messi a honoré le Gabon de sa présence, à la grande satisfaction d'Ali Bongo. Mais entre short en jean, critiques acerbes et voyage en voiturette, le week-end exotique a eu des airs de Tintin au Congo.

Modififié
2k 40
On l'a d'abord accusé d'être obsolète, avec son vocabulaire colonial, ses images corrosives et son amour de l'archétype racial. On l'a ensuite vilipendé, interdit de publication, banni des écoles. Pourtant, force est de constater que l'album cher à Hergé est plus que jamais d'actualité. Pour la première fois parues en juin 1930, Les Aventures de Tintin au Congo ont connu ce week-end en étonnant remake, qui aurait presque ridiculisé l'original s'il y avait eu un méchant digne d'Al Capone, terré quelque part dans l'ombre à Libreville, pour agrémenter un scénario déjà bien fourni. Dans le rôle du jeune reporter à houpette, un footballeur argentin nommé Lionel Messi. Et à la place de Coco, le gentil boy qui guide le puissant toubab, le président gabonais Ali Bongo. Tout est réuni pour que l'incroyable duo fasse des étincelles : un cadre exotique, un voyage initiatique, des millions de dollars à récupérer. Comme c'est marqué dans la BD : « Alors, c'est convenu, Coco, tu m'accompagneras pendant tout mon voyage. » Malheureusement, tout ne s'est pas passé comme sur des roulettes. Notre guide ne le sait pas encore, mais avec Tintin, il y a toujours des imprévus. Et pas seulement à la Copa América.

Safari sauvage


Certes, Lionel Messi n'est pas arrivé en paquebot, comme notre illustre héros. Mais plutôt en avion, à l'instigation de Samuel Eto'o et de Deco, qui fait office de Milou. Sur le tarmac de l'aéroport, en revanche, le short est bien de rigueur. Chaleur oblige. « Le Messie du foot est arrivé au Gabon comme dans un zoo : sale, mal rasé, les mains dans les poches à la recherche de cacahuètes à balancer ! » s'est indigné dans un communiqué l'Union pour le peuple gabonais, le parti d'opposition de gauche : « Quand on se nomme Lionel Messi et qu'on est multi-milliardaire, on n'a pas le droit de se présenter devant des officiels d'une République, même bananière, avec un short déchiré et en guenilles. C'est un manque de savoir-vivre affligeant. » En terrain conquis, le quadruple Ballon d'or ne semble pas relever l'indélicatesse. D'autant plus qu'en face, les autochtones sont tout chamboulés. Une photo avec les ministres par-ci, une pose souvenir par-là. Aux anges, Ali Bongo s'oublie et joue les chauffeurs de luxe. En voiture ! Manque seulement la girafe, comme sur la couverture. « Sur la forme, certains Gabonais n'ont pas compris l'attitude de leur président, manifestement subjugué par la coqueluche argentine » décrypte Boubacar Sanso Barry, un journaliste guinéen repris par le Courrier international : « Pour eux, cela revient à bafouer quelque peu la fonction présidentielle. Et c'est d'autant plus inacceptable pour d'aucuns que le chef de l'État est, vis-à-vis de certains de ses compatriotes, coincé dans une sorte de tour d'ivoire, inaccessible. »



La première aventure amène nos deux compères 143 kilomètres plus au sud, à Port-Gentil, la seconde ville du pays située sur l'île Mandji. Au royaume des Ba Baoro'm. C'est la mission originelle du voyage : il y a une pierre à poser pour inaugurer le nouveau stade de 20 000 places, en construction pour la CAN 2017, que le Gabon accueillera de nouveau. Sur le vaste terrain sablonneux, Messi s'exécute, mais s'abstient de tout commentaire, au contraire de Tintin : « Allons, tas de paresseux, à l'ouvrage ! Vous n'avez pas honte de regarder les autres travailler. » Niveau folklore, la cérémonie est agrémentée d'un rituel de bénédiction. Face à la presse, le chef de l'État savoure son coup de communication et passe la pommade : « Quand je m'étais rendu à Barcelone il y a quelques années, j'avais rencontré Messi qui m'avait indiqué qu'il viendrait me rendre visite. C'est une promesse qu'il m'avait faite. C'est un homme d'honneur qui a tenu sa parole. » Ce brave Tintin. Mais si Coco est aussi content, c'est parce que son coup tactique a parfaitement fonctionné. Comme il l'avoue, « le calendrier faisait bien les choses » . Ce n'est pas la première fois que le président gabonais se sert du sport comme d'un rideau de fumée pour masquer les divisions de son pays. Faute de mieux, le Gabon mise de plus en plus sur l'organisation d'événements sportifs pour exister sur la scène internationale, tant et si bien que l'opposition condamne « une politique par le football » et « la dilapidation des deniers publics » dans un pays qui peine encore à trouver la voie du développement.

50 000 euros de l'heure


« Le contexte social dans lequel a lieu cette visite est à la base de la colère » , reprend Boubacar Sanso Barry, à propos de la chute du baril de pétrole : « Loin de partager la dimension symbolique qu'Ali Bongo a voulu associer à l'événement, les Gabonais sont plutôt portés sur l'opportunité de se livrer à des dépenses de prestige au moment où le pays traverse une grave crise sociale. » Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'Ali Bongo, élu grâce à une fraude électorale massive, se livre à une telle excentricité. En 2011 et en 2012, le fils d'Omar Bongo avait notamment organisé deux matchs amicaux de prestige face au Brésil et au Portugal, pour environ deux millions d'euros. En plus du Trophée des champions entre Paris et Bordeaux, il avait aussi financé à grand frais la venue du Roi Pelé, pour la bagatelle de 3,8 millions d'euros. Et pour Messi ? « Nous allons commencer, si vous le voulez bien, par quelques additions » demande Tintin dans la BD, alors qu'il dispense quelques cours de mathématiques, sa spécialité : « Qui peut me dire combien font deux plus deux ? Personne ? Voyons, qui peut me dire combien font deux plus deux ? » Silence pesant dans la classe. La réponse est pourtant aisée. Comme l'a révélé France Football, qui fait ici office de Petit Vingtième : 3,5 millions d'euros divisés par trois jours - arrondissons - que l'on divise ensuite par le nombre d'heures, et on obtient un salaire horaire de 50 000 euros. Une jolie somme pour une petite équipée. Je dirais même plus, un fort beau pactole.



De quoi mieux saisir la colère sourde des Gabonais, qui ont passé le week-end à vilipender l'Argentin sur les réseaux sociaux, sur le fond et sur la forme. Niant toute motivation financière, comme Hergé nia en son temps tout préjugé raciste, Lionel Messi aura au moins eu le mérite de donner à son périple les apparences de la respectabilité, sous les acclamations de la foule. « Léo va gratuitement à Libreville » s'est emporté Samuel Eto'o, le roi du désintéressement, face aux internautes : « C'est juste incroyable comment vous pouvez dire des mensonges et vouloir faire croire ça aux gens. » C'est vrai, ils sont bêtes quand même, ces Ba Baoro'm. Plutôt que d'exploser un rhinocéros à la dynamite, l'Argentin a ensuite agrémenté son voyage d'une visite à l'institut de cancérologie de Libbreville. Il a aussi donné le coup d'envoi d'une rencontre qualificative à la CAN des moins de 23 ans, qui a signé la fin de son escapade continentale. « S'il ne s'agissait que de cela, on aurait tout au moins pu miser sur une star africaine qui coûterait certainement moins cher et qui aurait pu adopter une démarche moins vulgaire » , estime Boubacar Sanso Barry. Oui, mais où serait l'humour cher à Hergé ? Avec Tintin et Coco, au moins, on a bien rigolé. Notamment quand les aventures de notre fabuleux duo se sont conclues dans la joie à Libbreville, au restaurant de l'un des fils du président, en quête de publicité. Y a bon, le poulet.

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

LeFouteuxParExcellence Niveau : Loisir
Je suis blanc et ma vie e st un peu triste en ce moment, je vais donc aller faire un tour au gabon pour voir des milliers de personne m'applaudir, un président me recevoir, etc. C'est beau la vie de blancs en Afrique !
Note : 2
Aucun mot sur le démenti de Messi (qui va apparemment jusqu'à demander des excuses à FF) et du Gabon.
Ok ils peuvent très bien mentir, mais pourquoi devrait-on croire davantage les médias que les principaux protagonistes? Ah oui, car ça nous donne l'occasion de cracher à tout va sur à peu près tout ce qu'on peut, même quand c'est infondé. Société pourrie, gens aigris.


Allez vite bite d'amarrage, viens vite!! Tu peux te faire plaisir sur cet article. Tu dois pas avoir loupé une brève sur Messi depuis des mois. Hâte de lire tes commmentaires.
Tu m'as fait bien rire mon coco!
Les 2 sont à blamer. Mais Ali Bongo comme Lio Messi sont opérés de la honte. Donc ils s'en battent les cojones de ce qui peut se dire sur eux. L'argent coule à flot, et efface tout, même l'indécence.
Perso, je ne m'assiérais pas sur 3,8 millions d'euros. Je sais que vous autres, si. Enfin, dans vos coms, en virtuel.
Lionel Messi a fait une fois de plus étalage de son immense charisme et de son intellect de type qui suit l'actualité et se préoccupe un peu (juste un tout petit peu) de ce qui se passe ailleurs.

On imagine déjà qu'il a dû lui falloir localiser le Gabon sur une carte d'Afrique (oui, quelque part entre le Maroc et l'Afrique du Sud, cette vaste étendue...). Il n'avait pas trop à se soucier de son look, vu qu'il était l'invité perso d'Ali Bongo, qui dans la malheureusement trop large gamme des présidents-despotes se situe dans le peloton de tête.
Il a été inauguré un stade très certainement (pour sûr même) financé par des investisseurs chinois et de l'argent habilement détourné et construit par des Gabonais et des Chinois (comme c'est déjà le cas sur d'autres infrastructures au Gabon mais aussi au Congo-Brazza et au Cameroun).

On attend avec hâte la prochaine campagne de l'Unicef avec Lionel Messi en couverture.
DennisRapeAyala Niveau : District
Nous allons commencer, si vous le voulez bien, par quelques exercices

Missié Messi, Missié Messi, Missié Messi, Missié Messi
Au royaume des Ba Baoro'm ? L'Afrique, c'te blague.
Ce qui serait parfait c'est qu'il aille au Gabon avec Chris Froome la prochaine fois, histoire d'enfoncer le clou.
Par contre les officiels qui font la pose avec les doigts sur la photo avec Messi en mode Gabon City Gang c'est beau, un pur moment nutella!
floyd pink Niveau : CFA
[citer id="1802742" auteur="Guyana973"] Mais Ali Bongo comme Lio Messi sont opérés de la honte. /citer]

Alors peut tu nous justifier l'emploi du verbe "opérer" ici ?
Bitedamarage Niveau : National
Bah tout a été dit sur cette affaire, avec d'un côté l'armée des fans boys de Messi qui ont éprouvé toutes les excuses/justifications possible et imaginable, et d'un autre côté les gens objectifs qui n'ont pas compris pourquoi Messi a fait cela, un peu comme pour tous les footeux qui étaient allés faire les beaux pour Kadyrov...reste que certains ne devaient pas oublier qu'être un génie balle au pied ne permet pas de tout justifier.
floyd pink Niveau : CFA
Non mais les gars, on va arrêter de faire semblant, le vrai débat à tirer de cette article, on le connait tous:

Messi est il meilleur que Ronaldo ?
Dans tout ça, moi c'est mon Deco qu'on fait passer pour un banal Pedretti.
Un gros footix, ce Bongo
Note : 14
Message posté par Guyana973
Les 2 sont à blamer. Mais Ali Bongo comme Lio Messi sont opérés de la honte. Donc ils s'en battent les cojones de ce qui peut se dire sur eux. L'argent coule à flot, et efface tout, même l'indécence.
Perso, je ne m'assiérais pas sur 3,8 millions d'euros. Je sais que vous autres, si. Enfin, dans vos coms, en virtuel.


Ouai enfin nous autre, on est pas déjà multi-millionnaire avant d'accepter de toucher ce pognon. 4 millions pour Messi c'est 1000 euros pour toi, est-ce que t'accepterais de serrer la main et servir les intérêts d'une pourriture pour 1000 euros ? Un peu comme Zizou qui fait de la pub pour le Qatar contre du fric, c'est juste minable. C'est ça les héros du foot moderne ? Des personnalités ultra lisses qui sourient tout le temps, pas un pet de travers dans les médias et qui se couchent comme des merdes et sans poser de question quand on aligne du flouze sous leur nez ? Où sont passés les Cantona, Maradona, Socrates ? Des joueurs vulgaires, violents et drogués peut-être mais qui avaient des couilles et des idées, pas des salopes du foot business.
Disclameur copyright bidule : cette chanson ne m appartient pas puisque c est une reprise du grand Francis K., voici l original :

http://www.dailymotion.com/video/x7fojy … -temps_fun

Pour le coup :

Ce sont des p'tits salops,
Messi et Bongo,
un nain et un negro,
Messi et Bongo,
un gamin et un macro,
Messi et Bongo !
un gamin et un macro
Messi et Bongo !


A vous les studios
Bitedamarage Niveau : National
Oue enfin oublie pas que Maradona est aller tapiner pour Kadyrov justement. Ces multi millionnaires qui s'allongent pour quelques millions de plus montrent un égoïsme et une stupidité insondable, ils semblent planer très très haut par rapport au monde réel, dont ils viennent pourtant.
Donnie_Brasco Niveau : CFA2
Au secours, Dr. Socrates et la démocratie corinthianne!!
LeJusticier Niveau : Ligue 2
Laissez Adidas Messi tranquille, il a le droit de prendre des vacances Total aux Gabon chez son ami intime Préparation H Bongo ! Bande de forumeurs pouce Auchan !
Dommage que le monde du foot soit peuplé d'une telle quantité de salopards intersidéraux.
C'est pas comme s'il était impossible d'être sportif de haut niveau sans être un connard vénal, regardez les grandes stars du tennis.
Et oui, les gens ne mangent pas à leur faim, vont difficilement à l'école et une partie d'un gouvernement s'affiche aux côtés d'un jeune homme, aussi célèbre soit- il, pour des dizaines de millions de francs cfa. Pauvre Afrique....
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 40