En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Atlético Madrid/FC Barcelone (1-2)

Messi assomme encore l'Atlético

Remplaçant au coup d'envoi en raison de la naissance de son second enfant cette semaine - ce qui lui a fait manquer plusieurs entraînements -, Lionel Messi a régalé après son entrée en jeu sur la pelouse du Vicente-Calderón. Une demi-heure d'efforts suffisante pour permettre au Barça d'arracher une précieuse victoire (2-1) au terme d'un match impressionnant d'intensité.

Modififié

Atlético Madrid 1-2 FC Barcelone

Buts : Fernando Torres (51e) pour l'Atlético / Neymar (55e), Messi (77e) pour le Barça

60e minute de jeu : Lionel Messi entre en jeu à la place d'Ivan Rakitić. Le Barça est alors accroché par un Atlético Madrid besogneux comme à l'accoutumée. Mais avec la Pulga sur le terrain, la donne n'est plus tout-à-fait la même. Comme par magie, les Blaugrana retrouvent leur maîtrise et se remettent à dégager cette impression de pleine sérénité. Une première fois, Messi fait la différence en envoyant Neymar sur orbite, mais le Brésilien ne convertit pas. L'échéance n'est que repoussée, puisque le génie trouve l'ouverture décisive lui-même une poignée de minutes plus tard. « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.  » Appliquée au Barça, la maxime d'Alphonse de Lamartine est cinglante, mais elle ne fait que rappeler l'immensité du talent de Lionel Messi. Car si ses coéquipiers sont de grands, voire de très grands footballeurs, ils ne peuvent tenir la comparaison avec lui. L'Atlético Madrid en a encore eu la preuve ce soir.

Des coups et des mains


Messi sur le banc ou pas, le Barça prend d'entrée la commande des opérations. On n'y verrait presque pas la différence. À dire vrai, on a de toute façon bien du mal à tout distinguer en raison des couleurs de maillot très proches des deux équipes, au moins du point de vue du rendu télévisuel. La domination du Barça est toutefois flagrante, tout autant que la dangerosité d'un tacle hallucinant de Giménez sur Rakitić. Le milieu croate est d'ailleurs le premier à tenter sa chance quelques instants plus tard sur une passe délicieuse d'Iniesta, mais il se heurte à un solide Oblak. De l'autre côté, l'Atlético profite des erreurs de relance catalanes, souvent dues au pressing incessant de Griezmann, pour se montrer dangereux.

Neymar est, lui, fauché pour la 347e fois de la soirée après à peine 20 minutes de jeu. Les tacles des Colchoneros ayant au moins le mérite de les différencier mieux que leur maillot. Mais c'est bien le Barça qui domine et touche même la barre sur corner par Suárez. Manque de réussite toujours, Vermaelen doit déjà céder sa place, sur blessure, à Jérémy Mathieu. La physionomie de la rencontre ne change pas. Le Barça continue de pousser avec plusieurs situations chaudes à noter - et possiblement un penalty oublié pour une main -, mais il ne parvient toujours pas à prendre l'avantage lors du dernier quart d'heure de la première période.

Messi change tout


Sans doute pas satisfait de ses hommes jusqu'ici, Diego Simeone opte pour un changement de système à la reprise avec un passage en 4-3-3 (au lieu d'un 4-4-2). Un choix payant, puisque l'Atlético reprend avec de biens meilleures intentions et manque à son tour de bénéficier d'un penalty pour une main de Mascherano. Qu'importe. Dans la foulée, la défense du Barça s'oublie complètement et laisse filer Fernando Torres seul en face à face avec Ter Stegen. L'attaquant espagnol ne tremble pas pour donner l'avantage aux siens. Toutefois pas pour longtemps, car moins de trois minutes plus tard, Neymar inscrit un fabuleux coup franc. 1-1.

Tout est à refaire et c'est le moment que choisit Luis Enrique pour lancer Messi à la place de Rakitić. Simeone répond avec Carrasco et Jackson Martínez pour les deux Torres. Il ne faut que quelques minutes à la Pulga pour inventer une passe géniale à Neymar, mais Diego Godín sauve son camp… de la main. La quatrième de la soirée pour aucun penalty sifflé. Le Barça n'a toutefois pas le temps de tergiverser avec un tel talent que Messi sur la pelouse. Sur une magnifique remise de Suárez, l'Argentin trouve le chemin des filets d'Oblak et offre ainsi une précieuse victoire au Barça. L'Atlético y a longtemps cru, mais il n'y avait rien à faire pour empêcher l'arrivée du Messi.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9