Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Mesbah : « À Milan, j'aurais dû être plus patient »

Fraîchement qualifié pour la CAN 2015 avec l'Algérie, Djamel Mesbah connaît un début de saison en fanfare sur tous les points. Son nouveau club, la Sampdoria, est troisième de Serie A. Entretien avec un joueur qui a vécu une année 2014 un peu dingue, de Livourne au Brésil.

Modififié
L'Algérie vient tout juste de valider son billet pour la CAN 2015. Comment se sont passées les festivités ?
Bah bien, on n'a pas trop pu faire la fête parce que c'était en semaine, juste un peu dans le vestiaire et après on est tous repartis dans nos clubs respectifs. On est vraiment soulagés de cette qualification, en plus on fait 4 victoires en 4 matchs. Très propre.

La question c'est, est-ce que les Algériens de France ont pu la fêter, cette qualif' ?
Ah ah, je ne veux pas faire de politique. On a notre fierté et notre manière de fêter. Je pense qu'ils ont fait ça « différemment » , je leur fais confiance.

L'après-Mondial 2014 est quand même mieux géré que l'après-Mondial 2010...
Tout à fait et j'y étais dans les deux cas. En 2010, on n'avait pas réussi à se qualifier pour la CAN 2012 avec cette défaite au Maroc qui fait très mal et dont on se souvient encore. Le groupe avait changé, c'était la fin d'une génération, tandis qu'aujourd'hui, c'est la même ossature qu'au Mondial et le groupe continue d'évoluer ensemble.

Le gros risque, justement, c'était la décompression post Coupe du monde...
C'est ça, le match le plus difficile, c'était la rencontre en Éthiopie, il fallait se remettre dans le bain et le quotidien du foot africain. Mais on a insisté sur le fait de bien se concentrer, c'est une victoire qui fait du bien et qui a démontré qu'on était une équipe mature, capable de gagner en déplacement dans des conditions difficiles.

Tu es conscient que vous êtes les favoris pour la CAN, que d'une certaine façon, vous devez rendre « légitime » votre Coupe du monde par un titre continental ?
Oui, c'est sûr, mais il ne faut pas s'enflammer, pas comme en 2013 où on était favoris alors qu'on sort au 1er tour. On avait bien joué, mais on avait clairement manqué de réalisme. Là, on fait partie des meilleures équipes d'Afrique, mais on n'y pense pas trop. On garde les pieds sur terre et on essaie de se mettre en question.

C'étaient des qualifs de la CAN sous le signe du virus Ebola, comment avez-vous géré ça ?
Tu y penses un peu comme tout le monde, mais rien de plus. Là, ils parlent de reporter la CAN, on verra au mois de novembre quand ils prendront la décision.

À l'inverse, quand on est international africain, c'est l'occasion de voir des pays où on n'irait jamais en tant que touriste.
Ça c'est clair, ça fait découvrir l'Afrique et ça t'oblige à te remettre en question. Par exemple, la République centrafricaine m'a marqué, il y avait beaucoup de misère là-bas. En revanche, le Rwanda m'a surpris, c'est un pays qui a connu un dur conflit, mais tout était propre.

Comment s'est passée la transition Vahid/Gourcuff ?
Ils sont différents en tout : caractère, tactique, gestion de groupe, mais on s'est bien adaptés et inversement. Je suis content de retrouver Gourcuff, que j'ai connu à Lorient en 2006. Je n'étais resté en prêt que deux mois avant de rentrer à Bâle pour me soigner, mais oui, très content de le revoir et inversement. Ça facilite aussi le relationnel.

Dans la dernière liste de convoqués, la Serie A était le championnat le mieux représenté avec toi, Belfodil, Taider et Ghoulam.
C'est une bonne nouvelle, on est fiers. C'est une chose positive pour l'équipe nationale, car on ramène notre culture du football italien.

En parlant de Serie A, ton aventure à la Sampdoria débute bien.

Mais je ne suis pas surpris, déjà l'an dernier ça tournait bien, il y avait cette même ossature. On est un bon groupe et ce n'est pas des paroles en l'air, il y a vraiment une vraie harmonie. Avec un sacré coach, direct, qui m'a d'ailleurs personnellement voulu et qui suit tout le monde, du premier au dernier. On est troisièmes après 6 matchs, à seulement un point de la Roma. Bon maintenant, on va jouer les gros, donc on fera le point dans un mois.

Pendant ton absence, Gênes a connu de graves inondations pour la deuxième fois en trois ans. On parle d'une mobilisation du monde du football, vous pouvez vraiment aider la population, vous les footeux ?
Oui, et pas seulement avec un soutien économique, mais aussi psychologique. Moi, de mon côté, il n'y a pas de soucis pour donner un coup de main. Même si, en réalité, tu ne peux pas faire grand-chose, quand ce sont des catastrophes naturelles ou des enfants malades, que ce soit à Gênes, en Afrique, dans le monde arabe. Tu fais ton maximum, donc si tout le monde donne un peu, c'est très bien.

Un petit mot sur ton expérience au Milan qui a duré un an. Quand on voit qui a joué après toi au poste d'arrière gauche entre Constant et Emanuelson, tu ne te dis pas que tu es parti trop tôt ?
J'aurais pu rester, on ne m'a pas mis à la porte. La première année s'était bien passée, mais ensuite je me suis blessé et il y a eu la CAN. J'aurais peut-être dû être plus patient. Mais je n'ai pas de regrets, j'assume mon choix. Moi, je suis comme ça, quand je sens que je ne fais plus partie du projet, je préfère partir, alors qu'il y a des mecs qui restent, qui ne jouent pas et qui perdent leur temps.

D'ailleurs, tu n'étais pas le premier Algérien du Milan, tu es au courant ?
Si si, il y avait… comment il s'appelle, Boussouffa !

Non non, Beloufa ! Tu as des nouvelles ?
Ah bah non, je ne vois pas comment puisqu'on ne s'est jamais connus (Rires).


Propos recueillis par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 93
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 15 lundi 13 août Rooney, héros de la 95e minute 18 lundi 13 août Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 27