1. //
  2. //
  3. // Gr. A
  4. // PSG/Real Madrid
  5. // Billet d'humeur

Mes VHS Euro PSG...

Comme toute une génération de gamins, j'ai été choisi par le PSG en mars 1993. Le 18. J'avais 10 ans. L'amour est vraiment né ce soir-là, contre le Real Madrid, avant, on se tournait autour sans conclure. Mais au-delà du coup de foudre, il fallait construire sur la durée. Pour ça, j'ai pu compter sur un allié incroyable : les VHS Euro PSG. Elles ont squatté le magnétoscope de mes parents pendant dix ans et immortalisé des bouts de matchs dans mon esprit. Mon PSG, c'est aussi ça.

Modififié
2k 22
Elles doivent être quelque part dans la cave de mes parents, à Montreuil. Cinq reliques. Cinq VHS. Des TF1 vidéos et Canal + vidéos. Dans la chambre, elles étaient rangées par date : 92/93, 93/94, 94/95, 95/96 et 96/97. Sept lettres d'amour : Euro PSG. C'était simple, tous les matchs européens du PSG résumés par ordre chronologique avec les commentaires de matchs. Que des grands noms derrière le micro : Thierry Gilardi, Michel Platini, Charles Biétry, Thierry Roland, Jean-Michel Larqué. Celle de 92/93 a un boîtier qui ne ferme plus. Elle a été rafistolée avec un bout de scotch. Ces bandes ont dû être matées une centaine de fois, avec une vraie préférence pour la première, l'épopée en C3 avec le match du Real Madrid 1993 donc, ainsi que celle du parcours en Ligue des champions.

Gilardi, Platini, quel duo


Le 18 mars 1993, j'ai l'autorisation de dormir chez mes grands-parents. Ils ont Canal Plus. Pas mes parents. Pour que tout se passe bien, mes parents ont décidé de décaler au 18 la soirée d'anniversaire de ma mère qui est née le 17. Les adultes sont à table. Je suis sur une couverture face à la télé. Je regarde le match. Je ne garde quasiment aucun souvenir auditif de la rencontre car on a baissé le son pour que tout le monde puisse s'entendre. De la soirée en elle-même, je n'ai mémorisé que le but de Kombouaré et la phrase de mon grand-père, « quel coup de casque, mon salaud » . Sinon, pas grand-chose. Ce n'est que plus tard, quand mes parents m'offrent la VHS que je vais tomber amoureux. Cette cassette, je vais la saigner. M'en délecter. L'apprendre par cœur et prendre un pied incroyable à me refaire ce parcours de malade : PAOK Salonique, Naples, Anderlecht et le Real Madrid. Le match aller n'est pas une souffrance du fait de l'histoire. Alain Roche prend rouge sur le troisième but espagnol. Sans ça, Antoine Kombouaré n'aurait jamais joué au Parc des Princes. Les détails qui écrivent l'histoire.

J'ai envie que le match retour dure des heures. Les résumés sont tellement bien montés qu'on vibre à chaque rediffusion. La barre transversale de Buyo qui tremble, le premier but de Weah sur corner, le poteau touché par Bravo en seconde période. À chaque fois la même analyse : « On est maudits. » Puis arrivent les moments les plus sympas. À force, je connais les commentaires par cœur. Gilardi prend la parole : « Valdo. Weah. En retraiiittt c'est bien fait... Extraordinaire. Sur la remise de Daniel Bravo, c'est David Ginola qui permet au Paris Saint-Germain de mener 2-0. » Gilardi toujours : « Valdo qui est servi dans la surface de réparation face à Rocha, feinte de frappe, frappe de Valdoooo, et c'est le buuttt. » 3-0. Le but de Zamorano passe comme une friandise. Le meilleur arrive. Quand on le sait, c'est encore plus délicieux. On met pause. On s'installe confortablement. C'est un moment d'histoire. Il ne faut pas le regarder comme un simple but. Comme si on pouvait rembobiner à l'infini le moment où l'on a vraiment su que c'était la bonne. Euro PSG, c'est ça. Revoir son cœur dire oui. Encore. Et encore. Et encore. On met Play.

« Il est formidable, Vincent Guérin »


Gilardi : « Ce n'est pas fini peut-être, avec Ginola poursuivi par Zamorano le buteur. » Platini le coupe sur la faute de Zamorano : « Et bah voilà le quatrième but. » Gilardi : « Alors là, on en est à 50 minutes. Sa montre vient de s'arrêter. » Biétry : « En tout cas, quel suspense encore, car on redonne une balle de but au PSG là-dessus. » Gilardi reprend la main : « Avec un coup franc que va tirer Valdo. Weah est devant le but. Kombouaré aussi, il est monté, tête de Kombouaré, but, but d'Antoine Kombouaré ! C'est extraordinaire ! C'est Kombouaré qui vient mettre la tête, Kombouaré le sauveur du Parc Astrid à Anderlecht qui vient donner la qualification au Paris Saint-Germain ici au Parc des Princes, oh, Artur Jorge il ne veut même pas réagir. » C'est vrai, « quel coup de casque, mon salaud » .

Ça dure quoi, 10-15 secondes, mais c'est suffisant pour tomber amoureux. En général, le visionnage s'arrête là. Revivre la double confrontation contre la Juventus est une souffrance. Comme la demi-finale de 1995 contre l'AC Milan. En général, je mettais Stop sur le contre assassin du match aller qui amène le but de Boban. On connaît la fin. Comme dans Dawson, impossible de regarder l'épisode où Pacey fout en l'air son histoire d'amour avec Joey. Euro PSG est un tout : une ode à l'amour, une madeleine de Proust, un souvenir, une relique, un infini, une évidence. Mais tous ceux qui se sont saignés sur les magnétoscopes des parents n'ont pas non plus oublié le millésime 1995. On a basculé sur TF1. Sans même mentionner le match ni la minute, tout le monde va se reconnaître. Larqué : « Valdo, c'est du grand football, du grand grand football, Thierry. Allez Vincent. » Roland : « Fraaapppeee. » Larqué : « Et but ! Oui Vincent. Il est formidable, il le mérite cent fois. Cent fois, il mérite ce but. Entre le match aller et le match retour, il est formidable, Vincent Guérin. Il est né, là, juste derrière cette tribune. À Boulogne. Il est né là, juste derrière et voilà qu'il vient de marquer un but fantastique. Il le mérite, car il a été héroïque. Bravo Vincent. » Pour Zlatan Ibrahimović, avant lui, les supporters du PSG n'avaient rien. Faux, ils avaient Euro PSG. C'est-à-dire tout.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Capitaine déraille Niveau : Loisir
Fin de l'article. J'ai les larmes qui coulent... Real, Liverpool, Parme, Vienne, Bucarest... Le Parc qui pousse...

Bref, retour à notre groupe de ldc aseptisé à souhait...
Bibi Domenech Niveau : District
Les bandeaux de pub au milieu de l'article --> C'est non
Message posté par Bibi Domenech
Les bandeaux de pub au milieu de l'article --> C'est non


y'a pire, la page rouge sur les côtés c'est pas le top quand t'es au taff ...
J'avais 11ans et je m'en souviens de ce match...j'étais pour Madrid sur ce match rien que pour faire chier mon frère... Eh ben c'est lui qui m'a bien fait chier...
C'est bien les papiers où les journalistes SoFoot se révèlent un peu. D'où est né leur passion pour le foot, leur amour pour leur club de coeur, tout ça, tout ça. Il paraît que l'analyse objective d'un match tue tout le plaisir qu'on prend à la regarder. Qu'en est-il, Mathieu Faure ?
Je fais parti de cette génération de gamins...
J'avais 10 ans, je devais aller me coucher à 21h à l'époque.
Mais j'ouvrais la porte de ma chambre pour écouter la télé (mon père regardait le match).
Ma mère m'a grillé 2 fois et m'a engueulé et ordonné d'aller me coucher pour de vrai...
la 3e fois, mon père a dit "ok c'est match exceptionnel il peut venir regarder la fin du match"... et voilà tout a commencé ce soir là :)
moi aussi j'aurais aimé n'avoir que 10 ans en 1993.
mes souvenirs à moi datent d'avant la VHS.
Note : 4
Fais gaffe en les rematant, tu risques de trouver intercalé entre un Laval / PSG de coupe de France et un Videoton /PSG de coupe de l'UEFA, un bon film de boules bien crade souvenir de tes années (C)anal+ !
Note : 1
J'suis tombé amoureux du PSG au tout début des années 2000 (pas la télé avant la CDM 98, j'avais 8 ans à l'époque) donc malheureusement j'ai jamais connu le glorieux PSG, mais j'ai tellement saigné ces VHS et les résumés de matchs de l'époque, jusqu'à maintenant sur youtube... De 93 à 96 on était injouable.

J'ai envie de pleurer quand je vois l'ambiance du parc à l'époque et ce qu'elle est maintenant, les commentaires de Gilardi quand j'entends Stephane Guy ou CJP, et l'amour pour le club de mecs comme Guerin, AK, etc alors que des joueurs actuels comme Ibra ou Silva en ont rien à branler du club.

Après on va pas se mentir y'a du positif, j'ai jamais connu le PSG gagner de titres avant l'arrivée des qataris à part une coupe de France ou une coupe Moustache tous les 2 ans, donc j'avoue ça fait plaisir d'être au sommet (en France bien sûr), mais j'ai l'impression que des quarts de coupe UEFA contre Benfica ou le Dynamo Kiev dans la fin des années 2000 avec Chantome-Clement-Rothen au milieu procurait plus de plaisir et d'émotions que les victoires en LDC du PSG post-2011... (à part le retour de Chelsea l'an dernier qui était exceptionnel d'intensité).

Voilà c'était ma minute "c'était mieux avant"
JimPooley Niveau : CFA2
Moi c'est le but de Dalger contre la Bulgarie qui envoie l'EDF en Argentine, pile 16 ans et un jour avant Kostadinov... Pas de VHS non plus à cette époque...
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Note : 6
Message posté par saviola07
C'est bien les papiers où les journalistes SoFoot se révèlent un peu. D'où est né leur passion pour le foot, leur amour pour leur club de coeur, tout ça, tout ça. Il paraît que l'analyse objective d'un match tue tout le plaisir qu'on prend à la regarder. Qu'en est-il, Mathieu Faure ?


C'est plutot sa passion pour Dawson qui m'intrigue...
Message posté par Blatter m'a tuer


C'est plutot sa passion pour Dawson qui m'intrigue...


Nan mon gars, Pacey fout tout en l'air alors que Joey était prête pour lui... Quel con, il doit encore le regretter...


C'est autre chose que Ross et Rachel hein! (mais clairement Ross avait raison, ils avaient fait un break, bordel!)
Sans aller jusqu'à vouloir tomber sur des PSG/Real à chaque fois...Les matchs en aller/retour c'est tout de même autre chose...
1 retour à la C1/C2/C3 serait pas pour me déplaire...
J'y étais, j'avais 17 piges...
et au milieu des Lutece Falco et Supras Auteuil, les mecs torse nu sur le panneau d'affichage en plein mois de mars....
le bonheur, l'odeur de souffre des fumis et les "viva espana" en direction de la tribune visiteurs.... Dans mon coeur et dans ma tête, c'était hier...
On peut difficilement comprendre la nostalgie du foot des 90's et des coupes d'europe à l'ancienne si on a pas vécu avec ses yeux d'enfant/jeune adolescent certaines épopées et notamment celles du PSG ou de l'AJA en 92-93, de Bordeaux en 96.
Perso, j'ai longtemps tatonné entre le PSG et l'AJA avant de choisir cette dernière pour son coté "petit qui casse les bonbons aux gros" et pour ma préférence pour les "outsiders" mais ça m'empêche pas 20 ans après de me repasser une fois par an cette magnifique vidéo d'EuroPSG 92-93 et de ressentir une émotion particulière pour un club qui n'est pourtant pas le mien.
Bref, bon courage à l'équipe actuelle pour réaliser pareille prouesse et générer un tel lien intemporel même auprès de supporters adverses.
Même une LDC au palmarès ne suffira pas, j'en suis convaincu.
Branko Boskovic Niveau : District
Superbe article M. Faure !
J'en avais un peu ras le cul de tous ces flash back sur tous les sites foot mais ton texte est très bien écrit on s'y revoit !

On y croit ce soir
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
Moi j'ai une question à l'auteur de l'article : que foutent ces VHS dans la cave de tes parents ? Bordel elles devraient être à portée de main et tu devrais être en train de chercher un magnéto sur leboncoin à l'heure actuelle !

Moi j'ai toujours mes VHS du PSG et de Dragon Ball Z à portée de mains... Ainsi que celles de Les Nuls !
Cet article j'aurais pu l'écrire mais avec le Barca a la place du PSG pour la saison 93/94 en C1.
Faut je pense a récupérer chez les parents les VHS de la World Cup 94, et pas mal de matches jusqu'à la finale de l'Euro 96 ( Allemagne vs Rep Tchèque).

Sinon pour revenir au PSG vs Real de 93, ce match je l'ai jamais vu en vrai, car pas de Canal+ à l'époque. Par contre pour les 10 ans de Canal (en 94 ou 95?) j'ai pu mater en clair les best of en sport (foot et boxe notamment qui étaient les meilleurs événements sportifs Canal+)dont ce fameux match commenté par Gilardi c'était quand même quelque chose.

Putain tout fout le camp.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
"mais j'ai l'impression que des quarts de coupe UEFA contre Benfica ou le Dynamo Kiev dans la fin des années 2000 avec Chantome-Clement-Rothen au milieu procurait plus de plaisir et d'émotions que les victoires en LDC du PSG post-2011."

Ouais nan, j'irais pas jusque là. Même si je comprend hein...
"Comme toute une génération de gamins, j'ai été choisi par le PSG en mars 1993. "

non.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 22