Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Mes que un Qatari club

Historique. Le FC Barcelone a décidé d'apposer le nom d'un sponsor sur sa légendaire tunique blaugrana. La marque ? La Fondation du Qatar. Un sponsor qui sent le gaz ?

Modififié
Voilà, c'est fait, le Barça vient de rompre avec un de ses principes fondamentaux établi depuis sa création en 1899 : aucun sponsor sur son maillot. Question d'éthique culturelle, de pureté économique : pas de pub sur l'étoffe sacrée ! On rappelle que le partenariat avec l'Unicef était d'un genre particulier. Le 14 juillet 2006, dans la douce euphorie de l'après-succès en Ligue des Champions, le club catalan et l'Unicef avaient signé un accord de 5 ans autorisant l'organisation internationale dédiée à l'éducation et à la jeunesse à floquer son logo sur le maillot barcelonais. C'était l'époque de la présidence Laporta. De la vertu, du «  brother & brother internationally » et de la générosité sans frontière : le Barça verse à l'Unicef un chèque de 2 millions annuels... Le Barça était devenu le club le plus cool de la planète. Et puis Laporta s'en est allé cet été, laissant une dette de plus de 400 millions d'Euros. Premier coup dur pour l'image du club : le Barça n'était donc pas plus vertueux que les autres cadors continentaux, capable lui aussi de creuser les déficits pour obtenir titres et trophées. A ce propos, comment un club déjà largement dans le rouge a-t-il pu se payer un David Villa pour 40 millions d'Euros ? Le Barça a aussi vendu (Yaya Touré, etc), certes, mais avec une « dette structurelle » aussi large, la possibilité de recruter aussi cher interpelle. Ainsi, le beau jeu et la Masia (la pépinière du club) ne suffisent pas : comme n'importe quel club désireux de conserver ses stars, le Barça doit payer (très) cher. « L'amour du maillot » revendiqué par les stars du Barça va ainsi de pair avec une masse salariale énorme. Comme dans n'importe quel club, finalement...Les joueurs du Barça seraient donc des salariés intéressés, comme tous les autres footballeurs ?

C'est la situation financière du club qui a poussé la direction à rompre avec la culture « no logo, no sponsor » sur le maillot. Un deal fabuleux : à partir de la saison 2011-2012, le Barça touchera 33 millions d'Euros par an. Un contrat sur 5 ans qui avoisinera donc les 165 millions d'Euros, plus 5 millions de primes au résultat. Ce qui en fait le maillot le plus cher d'Europe... Petit détail : le logo de la Fondation du Qatar côtoiera celui de l'Unicef. Ouf ! Javier Faus, vice-président économique du club, ne pavoise pourtant pas : «  La situation économique est délicate, sans cela nous ne l'aurions pas fait. Mais c'est le contrat le plus important de l'histoire du foot (...) qui ratifie la marque Barça comme la meilleure du monde du football » . On notera toute l'ambivalence du propos. Les difficultés financières prennent le pas sur les beaux principes du club, hélas... Mais quitte à être hyper bankable, alors autant le monnayer le plus cher possible ! On a connu reconversion mercantile moins tapageuse, mais après tout l'avenir du club doit s'accommoder d'un peu de real politics. Rien de bien scandaleux à ça : encore une fois, le Barça fait comme tout le monde, comme tous les autres clubs...

Mais sinon, quid de la « Fondation du Qatar » ? C'est une fondation à but non lucratif dédiée à l'éducation, au sport et à la recherche. Elle est présidée par la femme du cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, créateur de ladite fondation. Oui, oui ! C'est bien Hamad bin Khalifa al-Thani, cet émir du Qatar qui a obtenu l'organisation de la Coupe du Monde 2022 ! La candidature de son beau pays avait d'ailleurs enregistré de prestigieux soutiens, comme le rappelle ce bon Javier Faus : «  Le Qatar avait reçu l'appui de notre président Sandro Rosell et de notre entraîneur Josep Guardiola » ... En 2022, les joueurs du Barça seront ravis d'apprendre qu'ils doivent jouer un Mondial à 45° grâce au soutien passé de leurs anciens dirigeants et entraîneur... C'est fou comment le Qatar sait fédérer autour de lui une pure légende du Real, Zinédine Zidane, et les dirigeants du Barça ! En fait, les grands vainqueurs du Clasico, ce sont bien les Qataris. Mieux ! Les mauvaises langues (souvent des anti-Rosell) n'hésitent pas à souligner que le gouvernement du Qatar était l'un des principaux clients de la société de marketing BSM. BSM, l'ancienne boîte de... Sandro Rosell ! La firme BSM avait développé au Qatar le programme « Football Dreams » afin de lutter contre l'obésité des jeunes Qataris en les incitant à faire du sport. Ben, oui, c'est important la santé, la diététique, la ligne, tout ça,...



Voilà, voilà... Tout roule à merveille sur la planète Barça. L'exception culturelle d'un maillot sans sponsor publicitaire a vécu. Mais c'est la vie, c'est comme ça : il faut bien rémunérer la perle Messi, sinon l'Argentin serait tenté d'aller voir ailleurs, le petit ingrat. Les idéaux républicains et démocratiques historiques du club s'accommodent aujourd'hui sans souci avec les assauts mercantiles très offensifs des pétromonarchies pas toujours très soucieuses des droits de l'Homme - on passera sur le partenariat noué il y a quelques temps entre les Catalans et le sulfureux club ouzbek de Bunyodkor -. Et les socios ? Invités à donner leur préférence sur le futur adversaire des Blaugranas en huitièmes de finale de C1 sur le site d'El Mundo Deportivo, les socios du Barça ont choisi l'Olympique de Marseille. A 29%, devant l'Inter (24%), puis le Milan AC (17%). Au fait, les socios, les Culès... On leur a demandé leur avis pour le coup du maillot floqué Fondation du Qatar ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Zizanie à Newcastle