1. //
  2. //
  3. // PSG-Nantes

Merci qui ? Merci Michel !

Si le Z de Paris va dire au revoir au Parc, le Z de Nantes, Der Zakarian, saluera une dernière fois son équipe. Mais peut-être pas son président.

Modififié
365 12
La rupture est un art. Faut-il lâcher ou être lâché ? Waldemar Kita, au début du mois d’avril, au micro de beIN Sports, commence à baliser le terrain, avouant se donner « jusqu’à fin avril » pour décider de l’avenir de l’idylle avec son entraîneur en fin de contrat, Michel Der Zakarian. Le président joue le tiraillement entre son cœur et sa raison : « C’est un garçon que je respecte et aime beaucoup. J’aimerais continuer avec lui au niveau humain. Mais il y a aussi une question professionnelle. Les vrais dirigeants doivent faire la distinction entre le travail et l’amitié. C’est toujours délicat de se séparer de quelqu’un qu’on aime beaucoup. » Puis Waldemar feint la porte ouverte, en laissant la balle dans le camp de Michel, sa belle : « Il est fort possible que Michel me dise : "Je suis désolé, je ne suis pas du tout d'accord avec votre philosophie." Alors, on se sépare, on s'embrasse, ou pas, parce que tout le monde s'embrasse et se tue dans le football. Je n'aime pas l'hypocrisie, j'aime les choses claires. Michel est un garçon clair, net et précis, mais je voudrais qu'on définisse ensemble ce qu'on veut faire pour le futur. Le futur, c'est dans deux-trois ans, pas dans six mois. »

« ...Voilà, j'arrête »


Le président nantais a raison sur un point : Der Zakarian aime « les choses claires » . Trois semaines plus tard, l’entraîneur nantais va droit au but, sur la pelouse du Vélodrome, toujours au micro de beIN Sports, après un match nul contre l’OM. MDZ expédie les affaires courantes en 40 secondes, regrettant évidemment le déchet technique assez flippant de cette rencontre, avant d’en venir au fait : « Je suis en fin de contrat et je tenais à le dire clairement : je ne serai plus l’entraîneur du FC Nantes l’année prochaine. Je n’ai plus envie de travailler avec M. Kita et… voilà, j’arrête. » L’entraîneur et son président ne se sont plus parlé depuis deux semaines. La mâchoire toujours aussi serrée et le teint toujours aussi - naturellement - hâlé, le Zak’ rend les armes, malgré lui, et finit sur le terrain de l’amour : « Ce qui m’ennuie le plus, c’est… voilà, de quitter le FC Nantes, parce que c’est mon club de cœur. » La décision est raisonnable : en amour, mieux vaut ne pas rester avec sa moitié pour sa seule maison. Quelques minutes avant son dernier match à la Beaujoire, contre Caen samedi dernier, un bibelot souvenir, à la limite de l’épitaphe - « Michel Der Zakarian - Entraîneur du FC Nantes - 2012-2016 » -, un bouquet et un cadre sont remis au Zak, en bord de pelouse, par l’attachée de presse du club. « De la part du président » . En tribunes.


Pourtant, Michel Der Zakarian a mis quatre ans à prendre soin de la maison temporairement brinquebalée entre Ligue 1 et Ligue 2, après 44 années consécutives dans l’élite du foot français. En 4 ans dans le 4-4, MDZ et son équipe ont retrouvé la Ligue 1, ont réussi à rameuter le public à la Beaujoire, en doublant l’affluence moyenne par match (25 000 âmes depuis la remontée de 2013) après des tristes années Ligue 2. Une Beaujoire qui est devenue plus indulgente avec son équipe, moins impatiente aussi, presque plus courageuse. «  Le public a changé avec les descentes et remontées, éclairait Reynald Pedros dans nos colonnes la saison dernière. Une nouvelle génération est arrivée pour soutenir le FC Nantes. Ce ne sont plus les parents rabâchant à leurs enfants la génération du début des années 90. C'est important que chacun écrive son histoire sur ce club. Nous avons eu la nôtre, magnifique, celle de 1983 aussi et celle d'aujourd'hui aussi, avec des moyens et un parcours complètement différent.  » Pour Michel Der Zakarian, le parcours de son FC Nantes a toujours terminé autour des 45 points, autour de la 13e place, autour de départs canon en phase aller et plus de difficulté sur la phase retour. Mais il a donné avant tout de la stabilité sportive et un peu plus d’humilité aux habituels desseins nantais. «  Je suis très heureux du boulot effectué avec mon staff depuis 4 ans, du très bon boulot, simplifiait le Zak au micro de beIN. On a su remonter le club en Ligue 1, le maintenir trois années d’affilée.  » Comme si MDZ avait réussi à chasser du 44 les fantômes de l’esthétique et du résultat obligatoires. Exit la chimère du jeu à la nantaise, le FC Nantes du Zak' a renoué avec le public en montrant sur le terrain du caractère, du combat à défaut de jeu flamboyant, enfin un gardien de but et la modestie de ses moyens avec un groupe plutôt bonnard, à l’image des chasses au trésor organisées dans la ville par Lucas Deaux.

Coupes et finition


Le «  mandat MDZ II  » aura aussi défié cette propension nantaise au turnover élevé sur un banc qui a usé trois fois plus d’entraîneurs au XXIe siècle - à partir du licenciement de Raynald Denoueix - que sur la période 1960-2000. Mais ce n'est pas sa seule réussite. Il a renoué le contact entre les pros et la formation (Veretout, Nkoudou, Dupé, Rongier, Djidji, Dubois ou Iloki), une liaison que le suiveur nantais pensait perdue. Il a réussi aussi à faire quelque chose de Filip Djordjevic, de Yacine Bammou un international marocain, de Vizcarrondo un capitaine, à coacher les dernières minutes professionnelles de Fabrice Pancrate, à rendre ce club presque sympathique malgré un sourire très discret. Ce bilan a manqué sans doute d'un peu plus d'irrationnel d'une part, malgré un highlight en janvier 2015 contre Lyon en Coupe de France. Les parcours dans les coupes nationales ont été au mieux frustrants (une demi-finale de Coupe de la Ligue), au pire décevants. D'autre part, plus basiquement, la maison nantaise version MDZ II a toujours manqué de finition, sans véritable buteur. À ce jour, seul Troyes marque moins de buts (27) que Nantes (33) en Ligue 1. C'est mieux que la saison dernière déjà (29)... À l’heure où le Parc dira au revoir ce samedi au «  Rêvons plus grand  » version Zlatan, Nantes dira donc au revoir à une sorte de «  Rêvons plus petit  » que Der Zakarian avait fait accepter au public nantais, habituellement exigeant. Un affront de trop, sans doute, pour un Waldemar Kita plutôt impopulaire à la Beaujoire et rêvant toujours de plus grand, à l’image de son entrée courageuse dans le enlarge penis jeu, à destination des marchés asiatiques. « Les Chinois sont très demandeurs » , justifiait-il dans le JDD. Pour ce qui est du FC Nantes en tout cas, les envies présidentielles de grandeur ont désormais un nouveau nom : René Girard. Au moins la promesse d'un beau duo.



Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Stade Khéné 0 titre Niveau : Loisir
Un bordelais entraineur du FC Nantes, ou comment s'assoir sur les valeurs d'un club selon Kita.
Merci qui ? Merci Michel ok...
Et Jackie alors ? Votre sexisme m'horripile , je quitte le site jusqu'à minuit.

Madame Zizi, la concierge.
Audenchiasse Niveau : District
Hahahahahahahahahahaha cette photo finish.

Bande de gros trolls baveux
Stade Khéné 0 titre Niveau : Loisir
Ne pas garder Michel est la pire erreur de Kita. Le FCN a toujours été un club où la principale figure de proue est l'entraineur ( Arribas Suaudeau Denoueix ). Der Zak' représentait une certaine continuité quant à cet aspect bien spécifique du FC Nantes. Kita et son égo surdimensionnée ne le supporte pas. Pour désacraliser ce mythe auprès du supporters lambda, il nous colle un bordelais pour entrainer le FC Nantes. Tout va bien qu'on vous dit.

A Nantes on aime avoir des joueurs sortant de la Jonelière, on aime avoir un entraineur anciens joueurs du club, on aime avoir de belles tribunes. Les jeunes joueurs formés au club se barrent tous parce que Kita ne sait pas les garder. Et que dire des places trop chers ( 5ème tarifs le plus élevé de la L1 sur la saison, qu'est-ce qui justifie de tels tarifs? ), la Beaujoire n'est jamais à guichet fermé ( 20€ la place la moins chers pour voir Rennes nous foutre la honte à la Beaujoire ). En gardant nos bons joueurs comme Papy, Veretout, Trebel et d'autres, Michel pouvait accrocher une place en Europa League. Il a toujours tiré le maximum de ses effectifs (en atteste la réussite des jeunes pousses lancés par Der Zak'). Le stade serait plus garni si l'équipe pouvait accroché une place européenne. Nous serions dans une spirale positif.

Imaginez la saison 2015-2016 avec Djilobodji en lieu et place de Cana, Veretout à la place de Gomis, + 2/3 joueurs offensifs créatifs... En somme, une belle équipe. Sauf que Kita, sa réputation et son QI relationnelle d'huitre en ont décidé autrement. Nos bons joueurs se cassent parce que quand yen a marre ya Waldemar. Même le sympathique Bedoya en a marre et veut repartir au bled. La seule réussite des Kita est l'arrivée de Guillaume Gillet.

Alors merci qui?


On peut pas faire un putsch?
Stade Khéné 0 titre Niveau : Loisir
positive*
Message posté par Stade Khéné 0 titre
Un bordelais entraineur du FC Nantes, ou comment s'assoir sur les valeurs d'un club selon Kita.


Question sérieuse hein, mais ya vraiment une rivalité entre Bordeaux et Nantes (autre que "l'Atlantico" que nous vend Canal) ?
Parce que pour moi Bordeaux regarde plus du côté de Marseille, voire de Toulouse, et Nantes plutôt du côté de Rennes...
Message posté par Stade Khéné 0 titre
Ne pas garder Michel est la pire erreur de Kita. Le FCN a toujours été un club où la principale figure de proue est l'entraineur ( Arribas Suaudeau Denoueix ). Der Zak' représentait une certaine continuité quant à cet aspect bien spécifique du FC Nantes. Kita et son égo surdimensionnée ne le supporte pas. Pour désacraliser ce mythe auprès du supporters lambda, il nous colle un bordelais pour entrainer le FC Nantes. Tout va bien qu'on vous dit.

A Nantes on aime avoir des joueurs sortant de la Jonelière, on aime avoir un entraineur anciens joueurs du club, on aime avoir de belles tribunes. Les jeunes joueurs formés au club se barrent tous parce que Kita ne sait pas les garder. Et que dire des places trop chers ( 5ème tarifs le plus élevé de la L1 sur la saison, qu'est-ce qui justifie de tels tarifs? ), la Beaujoire n'est jamais à guichet fermé ( 20€ la place la moins chers pour voir Rennes nous foutre la honte à la Beaujoire ). En gardant nos bons joueurs comme Papy, Veretout, Trebel et d'autres, Michel pouvait accrocher une place en Europa League. Il a toujours tiré le maximum de ses effectifs (en atteste la réussite des jeunes pousses lancés par Der Zak'). Le stade serait plus garni si l'équipe pouvait accroché une place européenne. Nous serions dans une spirale positif.

Imaginez la saison 2015-2016 avec Djilobodji en lieu et place de Cana, Veretout à la place de Gomis, + 2/3 joueurs offensifs créatifs... En somme, une belle équipe. Sauf que Kita, sa réputation et son QI relationnelle d'huitre en ont décidé autrement. Nos bons joueurs se cassent parce que quand yen a marre ya Waldemar. Même le sympathique Bedoya en a marre et veut repartir au bled. La seule réussite des Kita est l'arrivée de Guillaume Gillet.

Alors merci qui?


On peut pas faire un putsch?


Mouais, faut pas non plus croire que le centre de formation, c'est la solution miracle et que faire jouer les jeunes avec un ancien de la maison est dans l'adn du FCN. Ca a marché dans les 90s. C'était il y a plus de quinze ans. Et c'est vraiment pas sur qu'une equipe avec Papy, Trebel, N'Koudou, Deaux ou Veretout aurait accroché l'EL.
Moi aussi ca me ferait bander de voir onze mecs du centre sur le terrain, qui envoient du jeu devant un public en folie. Mais dans ce cas, il faut aussi accepter que le FCN soit en national.
Pour Girard, ne faisons pas de proces d'intention non plus. C'est pas parce que le mec a joué a Bordeaux il y a trente ans que c'est forcément un mauvais choix.
Meme si Kita est pas toujours tres fin et manque souvent de tact, il ne faut pas non plus oublier qu'on pourrait avoir bien pire.
Denoueix-touch Niveau : DHR
Message posté par DarkPass'
Question sérieuse hein, mais ya vraiment une rivalité entre Bordeaux et Nantes (autre que "l'Atlantico" que nous vend Canal) ?
Parce que pour moi Bordeaux regarde plus du côté de Marseille, voire de Toulouse, et Nantes plutôt du côté de Rennes...


Nantes et Bordeaux c'est bien une vrai rivalité sportive et pas une invention de canal comme le pseudo clasico Psg-OM.
Nantes à comme rivaux historiques l'ASSE, les Girondins et L'OM voir le Psg dans les 90's.

Avec Sainté la philosophie de jeu est presque identique avec peut être plus de virtuosité chez les nantais et plus de réalisme du côté des verts en tout cas les deux clubs se respectent et s'apprécient, pour L'OM c'est déjà moins évident c'est là plus sportif avec des parcours en coupe et en championnat parallèle, la C1 ayant relativiser cette rivalité, les nantais échouant en demi la ou L'OM arrivera 2 fois en finale.

Mais avec Bordeaux c'est plus que sportif c'est symbolique, les deux villes sont soeurs elles partagent beaucoup en commun historiquement, elles sont les deux pilliers de l'ouest maritime, les deux belles endormies comme ont les surnommait après la guerre.
Pour les deux clubs le parallèle est évident, presque le même nombre de trophées, Cependant une philosophie de jeu diamétralement opposées le fCN avec son jeu très hollandais ou espagnol et les girondins avec un jeu très ligue 1, basé sur le physique, l'on disait de Nantes qu'ils étaient des brésiliens romantique on disait des bordelais qu'il étaient des besogneux mais les deux philosophies ont eu des titres.

Bordeaux c'est le football qui amènera la France championne du monde, très physique et restrictif avec un génie pour le grain de folie, Nantes c'est le football français du carré magique des Platini and co, malheureusement ce football devra attendre le sacré de l'espagne et l'avènement du nouveau roi du football européen au 21 ème pour retrouver ses lettres de noblesses avec le Barca mais aussi Dortmund qui ressemble au FCN de Souaudeau en 1995 alors que le fCN de Denoueix est un Barca français en 2001.

Voilà pourquoi mettre un bordelais, est vu à Nantes comme une insulte à l'histoire de ce club et prouvant encore que Kita ne connaît rien de ce qu'est la maison jaune.
Message posté par Denoueix-touch
Nantes et Bordeaux c'est bien une vrai rivalité sportive et pas une invention de canal comme le pseudo clasico Psg-OM.
Nantes à comme rivaux historiques l'ASSE, les Girondins et L'OM voir le Psg dans les 90's.

Avec Sainté la philosophie de jeu est presque identique avec peut être plus de virtuosité chez les nantais et plus de réalisme du côté des verts en tout cas les deux clubs se respectent et s'apprécient, pour L'OM c'est déjà moins évident c'est là plus sportif avec des parcours en coupe et en championnat parallèle, la C1 ayant relativiser cette rivalité, les nantais échouant en demi la ou L'OM arrivera 2 fois en finale.

Mais avec Bordeaux c'est plus que sportif c'est symbolique, les deux villes sont soeurs elles partagent beaucoup en commun historiquement, elles sont les deux pilliers de l'ouest maritime, les deux belles endormies comme ont les surnommait après la guerre.
Pour les deux clubs le parallèle est évident, presque le même nombre de trophées, Cependant une philosophie de jeu diamétralement opposées le fCN avec son jeu très hollandais ou espagnol et les girondins avec un jeu très ligue 1, basé sur le physique, l'on disait de Nantes qu'ils étaient des brésiliens romantique on disait des bordelais qu'il étaient des besogneux mais les deux philosophies ont eu des titres.

Bordeaux c'est le football qui amènera la France championne du monde, très physique et restrictif avec un génie pour le grain de folie, Nantes c'est le football français du carré magique des Platini and co, malheureusement ce football devra attendre le sacré de l'espagne et l'avènement du nouveau roi du football européen au 21 ème pour retrouver ses lettres de noblesses avec le Barca mais aussi Dortmund qui ressemble au FCN de Souaudeau en 1995 alors que le fCN de Denoueix est un Barca français en 2001.

Voilà pourquoi mettre un bordelais, est vu à Nantes comme une insulte à l'histoire de ce club et prouvant encore que Kita ne connaît rien de ce qu'est la maison jaune.


Donc Entre Paris et Marseille aucune rivalité possible ? Elle serai unniquement du au fait de C+ ? J'adore quand on repete des legende urbaine comme ca , surtout que les arguments utiliser pour justifier a tes yeux la rivalité Nantes/
Bordeaux , tu les utilise pas pour PSG/OM

Ce sont les 2 plus grandes villes de Frances , c'est le Sud contre le nord , c'est la province contre la capitale , tout oppose Marseille a Paris si on compare juste les villes , si ont parle palmares des club , la aussi c'est comparable, les 2 seuls club Fr a avoir gagner une coupe d'europe , c'est les 2 club francais les plus titrés , c'est aussi accesoirement les 2 club fr les plus supporter de France . Bref les raison d'opposer Paris et Marseille ou le PSG et l'OM sont multiples , donc que C+ ai fait monter la sauce et essaye de nous vendre ca comme le classico francais , ok c'est debile. Ok je comprend que pour une Nantais , Lyonnais ou Stephanois ce PSG/OM et tout le barnum autour vous gonfle , je le comprend logiquement , mais arreter de dire que c'est C+ qui a inventer le classique francais.

C'est pas un derby, et personne ne le dit. Mais c'est le plus gros match du championnat de L1, le plus suivit , le plus commenté et le plus attendu par le plus grand nombre. C'est incontestable
Message posté par Coco56
Donc Entre Paris et Marseille aucune rivalité possible ? Elle serai unniquement du au fait de C+ ? J'adore quand on repete des legende urbaine comme ca , surtout que les arguments utiliser pour justifier a tes yeux la rivalité Nantes/
Bordeaux , tu les utilise pas pour PSG/OM

Ce sont les 2 plus grandes villes de Frances , c'est le Sud contre le nord , c'est la province contre la capitale , tout oppose Marseille a Paris si on compare juste les villes , si ont parle palmares des club , la aussi c'est comparable, les 2 seuls club Fr a avoir gagner une coupe d'europe , c'est les 2 club francais les plus titrés , c'est aussi accesoirement les 2 club fr les plus supporter de France . Bref les raison d'opposer Paris et Marseille ou le PSG et l'OM sont multiples , donc que C+ ai fait monter la sauce et essaye de nous vendre ca comme le classico francais , ok c'est debile. Ok je comprend que pour une Nantais , Lyonnais ou Stephanois ce PSG/OM et tout le barnum autour vous gonfle , je le comprend logiquement , mais arreter de dire que c'est C+ qui a inventer le classique francais.

C'est pas un derby, et personne ne le dit. Mais c'est le plus gros match du championnat de L1, le plus suivit , le plus commenté et le plus attendu par le plus grand nombre. C'est incontestable


À propos de la notion de derby, les commentaires voulant absolument les voir se disputer entre clubs de la même villes ou voisins ne sont pas absolument dans le vrai : deux des plus grands en Europe sont le "derby d'Italia" entre l'Inter et la Juve et le Liverpool/Man united.

Pour la rivalité entre l'OM et le PSG, effectivement elle a fortement été aidée par C+.
Le rachat du club parisien fut à la base une décision basée sur un intérêt commercial, celui de créer une opposition décente à l'OM qui venait d'aligner quatre titre consécutifs.
C'est une partie de l'histoire qui est assumée par les dirigeants de la chaîne de l'époque, comme celle d'encourager les conditions propices à valoriser le championnat...
Je rappelle que ces deux clubs existaient avant et que le PSG/OM des années 80 ne faisait pas l'événement délirant que c'est devenu, très loin de là.
Message posté par DarkPass'
Question sérieuse hein, mais ya vraiment une rivalité entre Bordeaux et Nantes (autre que "l'Atlantico" que nous vend Canal) ?
Parce que pour moi Bordeaux regarde plus du côté de Marseille, voire de Toulouse, et Nantes plutôt du côté de Rennes...


La rivalité tient à un événement en particulier, c'est le passage de Tusseau de Nantes à Bordeaux.

Il y avait un contexte sportif avec une vrai concurrence ( le FCN termine deux fois derrière les Girondins en 85 et 86 et une fois devant en 83), une opposition de style et la réputation mérité de "dureté" des Rohr, Girard et autres qui ne cachait pas trop leur agacement de tout ce qui entourait l'école nantaise.

Mais Tusseau, c'est le symbole...

Il a été formé à la Jonelière dans ce qui était le seul réel centre de formation à ce moment là (1973) et c'était un crève-coeur de le voir céder aux sirènes de Bez qui avait déjà fait le coup avant mais pas dans ces conditions...

Un p'tit lien que je viens de trouver : http://uneautrehistoiredufoot.blogs.leq … -suaudeau/
Il y a quand même des satisfactions dans cette équipe, remaniée à 100% il faut le rappeler. Ok, Djiloboji, Veretout, et tous ceux qui faisaient tourner la boutique ces dernières années sont partis, mais sans ça, on aurait peut-être pas Sabaly. Ce n'est pas Alves ? Bah non, qu'est ce que tu croyais. On aurait pas Thomasson. C'est pas Platini ? Bah non, qu'est ce que tu croyais. On aurait pas Adryan. C'est pas... ? Oui, bon, bref...

Moi aussi, je préfèrerais voir mon FCN avec des mecs des Derv', du Breil, d'Orvault et de Carquefou, entrainé par Fénillat. Mais je ne suis pas président et je n'assumerais pas si jamais ça se passait mal... Mais je refuse de me dire qu'on jouerait forcement en National. Allez, Ligue 2. Mais j'aurais mal encore. Alors on achèterait un sorcier africain, un défenseur rennais, des inconnus de divisions inférieures, on ferait revenir des anciens de la maison et qui sont partis trop tôt mais qui ne se sont pas tourné les pouces, et hop, on serait en Ligue 1. Et pas si mal classé parce que c'est l'histoire de 94-95.

Mais il manque le coach. Et un Suaudeau, c'est pas demain qu'on va en retrouvé un. Mais il faut arrêté avec les Grands Entraineurs. Comme quoi il faudrait que ce soit d'anciens excellents joueurs et qu'ils aient vus du pays (de plusieurs pays, c'est encore mieux) : Guardiola, Simeone, etc. Suaudeau, c'est 9 ans de carrière, plutot à Nantes avant de devenir coach. Jurgen Klopp, c'est le recordman de match en L2.Budi, c'est pas une carrière au Milan, au Réal ou à MU.

Bref, je m'écarte.

Concernant Girard, je suis partagé. Et comme j'ai pas trop d'autres choix que d'accepter, bah je vais lui laissé le bénéfice du doute et le laissé travailler. Mais je sers les fesses.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
365 12