Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. // Concacaf
  2. //
  3. // Finale
  4. // Impact Montréal

Merci l'Impact !

L'exploit n'a finalement pas eu lieu. Courageux et volontaires en première période, les joueurs de l'Impact n'étaient tout simplement pas assez forts pour remporter la Ligue des champions CONCACAF. Mais bien au-delà de ce dénouement malheureux, la folle épopée des Québécois mérite d'être saluée.

Modififié
Le stade olympique de Montréal applaudissant les héros malheureux de l'Impact au coup de sifflet final restera une image forte de cette finale. Car si la défaite est violente, si elle sera sans doute difficile à avaler pour les coéquipiers de Laurent Ciman, elle n'est qu'anecdotique. L'un dans l'autre, le Bleu-Blanc-Noir a déjà marqué l'histoire du soccer. Parce qu'aucun club canadien n'avait réussi à se hisser en finale de cette Ligue des champions. Parce qu'avec ses armes, l'Impact a tenu tête à des clubs pourtant supérieurs. Parce qu'à la force de leur courage, les joueurs de Frank Klopas ont prouvé au monde entier que le Canada, ce n'est pas que le hockey. Pour tout cela, merci l'Impact !

Un parcours incroyable


Depuis près d'un an aujourd'hui, l'Impact bataille en Ligue des champions. Emmanuel Merceron, ancien gestionnaire des comptes du club québécois, se souvient de chaque match, des phases de poules jusqu'à la finale perdue. « Il y a eu une part de chance, il ne faut pas le nier. Ils sont tombés en poule sur une équipe des Red Bulls très peu concernée par la Ligue des champions. Ils font ensuite un premier exploit en quart de finale contre Pachuca, ce que personne n'avait vu venir. Puis en demi-finale, ils se retrouvent contre une bonne équipe d'Alajuelense qu'ils battent facilement à l'aller deux buts à zéro. Au retour, ils prennent un vrai bouillon, ils auraient pu perdre dix buts à deux, c'était pareil. Mais c'est passé, au courage » explique-t-il. Mais le véritable exploit, ils le réalisent lors du match aller de la finale face au Club América. Alors qu'on leur promet l'enfer dans le mythique stade Azteca, Piatti et ses compères vont chercher un match nul inespéré, avec un précieux but inscrit à l'extérieur. Piqués au vif, les Mexicains offriront l'enfer à l'Impact lors du match retour, mais qu'importe. « Ce parcours est tout simplement incroyable pour ce club qui a terminé dernier de la Major League Soccer la saison passée. C'est fou que Montréal arrive en finale, et pas les armadas de Los Angeles et Seattle. Le dernier club de la ligue l'année dernière, il faut se rendre compte ! » se réjouit Emmanuel Merceron.

Un match, des anecdotes


Si cette finale retour était si particulière, c'est qu'elle a livré, tout au long de la semaine, son lot d'anecdotes et de surprises. Suspendu à cause d'un nombre trop élevé de cartons jaunes, Evan Bush, le gardien titulaire de l'Impact, a poussé son club à recruter un gardien uniquement pour la finale retour ! « C'est un gardien recruté spécialement pour l'occasion qui sera là ce soir, puisque les trois gardiens de l'effectif sont blessés. Kristan Nicht, un gardien allemand. Il a joué un peu en Bundesliga, mais surtout en Buli 2, puis en NASL. Il vient du club d'Indy Eleven. Ce sera son seul match de l'année avec l'Impact » nous confie Emmanuel. Encore plus fou, Jérémie Janot a même proposé de sortir de sa retraite pour aller donner un coup de main à l'Impact, où travaille un très bon ami à lui. Non retenu, Janot a laissé la lourde tâche de garder les cages québécoise à Nicht, qui a reçu le soutien inconditionnel du stade olympique en début de match, et qui n'est pas à blâmer aujourd'hui. Il y a aussi cette coupe de cheveux incroyable de Dominic Oduro, qui a décidé de faire apparaître la fleur de lys sur son crâne. Enfin, il faut évoquer les dérives de la vieille presse québécoise, qui n'a visiblement pas bien compris l'engouement autour de ce match. « Il y a des éditos de journalistes sportifs québécois qui sont à tomber par terre. Des trucs anti-soccer. Deux pages pour dire que le Canada, c'est le hockey et rien d'autre, que le soccer, c'est un sport d'immigrés. Y a limite des remarques racistes ignobles comme ça. Les vieux journalistes ne comprennent pas du tout » , raconte Emmanuel.

Une belle fenêtre d'exposition pour la MLS


Alors non, l'Impact ne se rendra pas au Mondial des clubs. « Pour la MLS, qui est avide de reconnaissance, il faut aller au Mondial des clubs. Pour nous, c'est une compétition bidon, mais pour eux, c'est un truc incroyable d'aller jouer contre le Real Madrid et autres. Tout le monde parlera enfin de la MLS. » Seulement, l'Impact a tout de même offert à la MLS, et au soccer de manière plus générale, un grand coup de boost. Durant toute la journée de mercredi, les joueurs, clubs et dirigeants de la ligue rendaient hommage au club canadien en twittant en français, par exemple, ou en envoyant d'innombrables messages de soutien. Après la défaite, tous ont salué la belle performance des acteurs de ce match. Des acteurs sur, et en dehors de la pelouse. Car le public a parfaitement joué son rôle de douzième homme. Jamais un stade au Canada n'avait fait autant de bruit pour du football. « Le match est tellement demandé que non seulement toutes les places sont vendues, mais en plus de ça, il n'y a aucune place au marché noir ! Alors que même pour un match des Canadiens en série, des places se revendent » s'étonne Emmanuel. Et bien oui, cette année, le Québec s'est peut-être découvert une nouvelle passion grâce à l'Impact. « Je veux leur dire qu'ils ont fait un exploit incroyable. Il faut qu'ils réalisent que dans le monde maintenant, on parle plus de l'Impact que des Canadiens » , conclut Emmanuel. Une belle aventure.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 33 minutes Le duo Berlusconi-Galliani débarque à Monza
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3