Menotti et Bilardo font (un peu) la paix

Modififié
5 8
Dans chaque duel à l'épée, il y a un gagnant et un perdant.

En Argentine, nous avons pourtant deux vainqueurs : Bilardo et Menotti. L'apôtre du pragmatisme et celui du beau jeu ont en effet rangé leurs armes. Diamétralement opposés, les deux coachs ont mis fin à des décennies de batailles philosophiques et idéologiques sur le football.

C'est via de petites courbettes dans les médias argentins que les champions du monde (1978 pour Menotti et 1986 pour Bilardo) ont fait la paix. César Luis, est le premier à avoir salué son « adversaire » dans Olé. Questionné sur l'arrivée de Gabriel Milito à la tête d'Estudiantes, El Flaco a cassé la glace pour expliquer son raisonnement : « Il faut démystifier une idée reçue, Estudiantes n'a pas toujours gagné en jouant mal. Il y a des équipes d'Estudiantes qui ont gagné en jouant bien, il y a par exemple eu celle de Bilardo en 82. C'était une bonne équipe et c'est la réalité » . La réponse du Narigón n'a pas tardé, sur les ondes de la radio Rivadavia. Bilardo rend la politesse : « Je ne me sens pas de reparler un jour à Menotti, il s'est passé trop de choses. Mais son Huracán de 1973 m'a plu » .

Clap de fin d'un duel qui en a inspiré plus d'un, de Sabella, adepte du bilardisme, jusqu'au très menottiste Guardiola...
TF
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Estebanana Niveau : CFA
il me semble avoir lu une interview croisée des deux, sur Maradona, dans un récent Sofoot... je suis confus
Ils se font tous appeler "El Flaco" en Argentine?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Estebanana
il me semble avoir lu une interview croisée des deux, sur Maradona, dans un récent Sofoot... je suis confus


Pareil mais je me demande si les journalistes ne les ont pas interviewés à part pour ensuite balancer leurs réponses côte à côte...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Gigi Buffon craint Monaco
5 8