1. //
  2. // 38e journée
  3. // PSG/Montpellier
  4. // Billet

Ménez, l'amour dure trois ans

25 juillet 2011 - 17 mai 2014. L'histoire d'amour entre le PSG et Jérémy Ménez aura duré trois ans. Deux ans pour s'aimer, une saison pour se séparer. Par la petite porte. Dire que Jérémy méritait une autre sortie est une évidence…

Modififié
0 24
Jérémy. C'est le moment de se dire au revoir. Je n'ai pas choisi le moment. Toi non plus. Voilà, tu vas partir par la petite porte du PSG alors que tu avais tout pour avoir ta statue Porte de Saint-Cloud. Je me souviens encore d'un match contre Rennes en mai 2012. Depuis le plan Leproux, c'était la première fois que je revenais au Parc des Princes. Ce soir-là, la presse n'a eu d'yeux que pour Nenê, auteur d'un triplé. Pourtant, on le sait tous, l'homme du match, c'était toi. Tes prises de balle, tes feintes, dribbles, crochets, tu avais mis la moitié de la défense bretonne dans ton slip. En te regardant, j'en ai presque oublié la configuration du nouveau Parc...

Humilier Rennes, c'est ton truc. Comment oublier ce but incroyable claqué en avril 2013 sur le pré du stade de la route de Lorient. Un caramel qui te ressemble : un plaisir solitaire au service du collectif.

Youtube

On l'oublie, mais tu pars avec un CV parisien qui t'honore : 113 matchs, 21 buts et 28 passes décisives. Mais toi comme moi nourrissons le même regret. Tu n'aurais jamais dû partir. Pas maintenant et surtout pas comme ça en tout cas. Le talent tu l'as, l'amour de Paris et du Parc des Princes aussi. Tu es un enfant du Val-de-Marne. Un mec du coin. Un type comme nous. Un voisin. Presque un proche. Jérém', tu as été élevé au hip-hop, à la Mafia k'1 Fry et au 113. Te voir dans un clip de rap avec des AK47 et des mecs qui bougent la tête devant des grosses cylindrées et des culs bombés rythmait mon quotidien.

Presque un gâchis

Je l'avoue aisément, tu vas me manquer. Pour toi, j'ai avalé beaucoup de couleuvres : tes coupes de cheveux dégueulasses, ton sourire trop rare en public, tes bouderies sur le banc contre Valence ou Lisbonne, ta bouche qui crache des vulgarités en 16/9, tes entrées parfois nonchalantes comme à Monaco cette saison… Malgré tout, j'ai toujours voulu croire en toi. C'est mon côté « Javier Pastore » . Croire en ton étincelle. Juste une seule. Au bon moment. Tu vois, Jérémy, je pleure ton départ car il marque la fin de quelque chose au PSG. La fin de mes espoirs de voir en toi un vrai cadre parisien. La fin d'une époque aussi. Tu es arrivé lors de la reprise en main du club par QSI. Je te revois encore, le jour de ta signature au PSG, avec ta petite tête d'adolescent. Tu avais 24 ans. Tu étais presque naïf. Candide. Aujourd'hui, tu viens de souffler tes 27 bougies. Tu es papa. Ton visage s'est durci. Mine de rien, tu as ramassé à Paris. Par la presse, par le public, par ton corps qui ne t'a pas laissé tranquille. Au fond de toi tu le sais, ce passage à Paris n'aurait jamais dû se terminer comme ça. Oui, c'est un gâchis. On était programmé pour vivre de belles choses ensemble. Oui, le talent pour t'imposer, tu l'avais.

Cela dit, tout n'est pas à jeter. Que ça plaise ou non, ton nom restera dans le marbre de la capitale. Dans ma vie, aussi, ton passage parisien ne sombrera pas aux oubliettes. Tu vois Jérémy, en juin dernier, je me suis marié. La coutume veut que le marié prononce un discours, histoire de remercier la famille, les proches, Cupidon et autres personnalités de rigueur. Moi, je t'ai remercié, toi, Jérémy. Trois semaines plus tôt, tu avais fait claquer les ficelles de Gerland d'une frappe du gauche sur un service de Thiago Motta.

Youtube

Ce soir-là, ton but donnait le titre au PSG. À ton PSG. À mon PSG. La pression qu'un jeune marié aurait dû avoir le jour J s'est évaporée quand tu as trouvé le chemin des filets de Gerland. Parce que ce titre, je l'ai attendu pendant 19 ans. C'était mon premier en tant qu'homme. Imagine mon état de nerf quand ta frappe passe la ligne de but... Et si je ne devais retenir qu'une seule chose de notre histoire d'amour, c'est cette nuit-là. Parce que ce 12 mai 2013, toi et moi, on s'est aimés. Pour l'éternité.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

très bel article!
quand je pense à tous ces footix qui lui ont craché dessus toute la saison en oubliant ses 2 saisons précédentes
la montre Niveau : DHR
La tristesse de remercier menez à son mariage quand même ...
Menez dans un discours de mariage...waouu...le divorce est prévu quand ?
la montre Niveau : DHR
Mais je souhaite le meilleur à menez, j'espère qu'il va rebondir pourquoi pas à la roma la où il avait explosé.
Menez n'a pour moi fait qu'une seule bonne saison, après il s'est effondré au vu de la concurrence. Il n'a pas su saisir sa chance au moment où on lui a donné. Son but du titre contre Rennes est symptomatique, il a essayé de le planter toute la saison ce but, un peu à la manière de Lucas (qui a toutefois beaucoup plus progressé malgré son plus jeune âge) qui s'empale sur le quatrième joueur après en avoir dribblé 3. Aucun sens du collectif ce garçon, quelle tristesse

T'en fais pas un peu trop Matthieu?

Un caramel qui te ressemble : un plaisir solitaire au service du collectif.

"La coutume veut que le marié prononce un discours, (...) Moi, je t’ai remercié, toi, Jérémy."

"La pression qu’un jeune marié aurait dû avoir le jour J s’est évaporée quand tu as trouvé le chemin des filets de Gerland."

"notre histoire d’amour, c’est cette nuit-là. Parce que ce 12 mai 2013, toi et moi, on s’est aimés. Pour l’éternité."

C'est bien écrit, mais tu as mal choisi le joueur, lui qui ne restera probablement pas dans l'histoire du club comme tu veux bien l'espérer...
The Patio Singer Niveau : Loisir
C'est marrant, personnellement je l'associe à la Roma.
Hey les sanctions sont tombées pour le PSG
ça pourra changer beaucoup de chose

http://www.leparisien.fr/psg-foot-paris … 846515.php
Je suis désolé malgré les efforts de l'auteur, ça reste pour moi un branleur,qui n'a pas su faire face à la concurrence et avec une mentalité comme en souffre trop dans le foot.
Du talent sûrement mais pas assez d'envie et de travail pour passer le cap du très haut niveau.
ParisianoLF Niveau : Loisir
Ça me fait marrer ce "but du titre contre Lyon" ce match on l'aurait gagné de toute manière et puis le titre était déjà acquis. Seule sa première saison fut pas mal, ça reste maigre pour un mec que j'ai toujours défendu et que je ne regrette pas de voir partir finalment. Quand même rarement vu un branleur pareil
Un incompris Pastore style
Devrait lui aussi rentrer en Ritalie

#94400
didier gomis Niveau : CFA
Note : 7
ce n'est pas vrai qu'il n'a pas su faire face à la concurrence,

Jérémy a tout simplement perdu sa place injustement au profit de Lucas quand ce dernier est arrivé. Souvenez-vous, Ménez était en pleine bourre à ce moment là, il devait prendre part au 8eme de finale contre Valence, mais Carlo lui a préféré Lucas alors qu'il était arrivé 1 semaine plus tôt à Paris. Normal, il coûtait 40 millions, et il fallait le montrer à toute l'Europe.

Ce mec là n'a pas de chance, il paie son délit de sale gueule, son attitude de lascard mais surtout sa blessure. Bref, il mérite pas qu'on lui tombe dessus de la sorte car à chaque fois qu'il rentrait en jeu, il apportait du danger, même si c'est pas un super défenseur (normal pour un attaquant !)

Après il n'est pas exempt de tout reproche car il a son caractère et un côté petit branleur. En tout cas, je lui souhaite bonne chance et j'espère qu'il gagnera une ligue europa comme Kévin !
Son meilleur match fut contre ASSE en 12/13 au Chaudron
el santino Niveau : DHR
bah le type est un merdier, pas de regrets à avoir
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
J'ai bien peur que ce joueur restera un intermittent toute sa vie ! Des coups d'éclats et de génie, et des matchs terriblement merdiques...

Dommage...
Excellent article, qui représente très bien Jérémy Ménez. Malheureusement, il refera un incompris. Bourré de talent...
Excellent article, qui représente très bien Jérémy Ménez. Malheureusement, il refera un incompris. Bourré de talent...
Un talent enorme , mais un mental pérave , ou tout simplement que gagner bcp de fric lui suffit .
Mais ont peut comme le dit Didier que la concurrence bizarre de Lucas la achever .

Dommage pour le foot francais , dommage pour Paris .
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 24