En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 25e journée
  3. // Chievo/Milan

Ménez, histoire d'une éternelle incompréhension

Depuis qu'il a embrassé une carrière dans le ballon rond, Jérémy Ménez n'a de cesse de voir les termes péjoratifs à son sujet s'amonceller. Arrogant, individualiste, têtu, ingérable, tout a été dit ou presque sur l'enfant issu de la très décriée génération 87. Pourtant, ceux qui le fréquentent ou l'ont fréquenté assidûment décrivent un tout autre homme, en total décalage avec l'étiquette qui l'escorte dans les médias. Et si la destinée de l'un des plus grands talents français en circulation n'était jusqu'ici qu'un malentendu ?

Modififié
De sa plume véhémente et passionnée, Georges Bernanos écrivit, un jour, que « ce que la voix peut cacher, le regard le livre » . Peut-être que pour tenter de comprendre Jérémy Ménez faut-il se plonger dans son regard bleu azur. Souvent, celui-ci semble s'échapper vers un horizon qu'il est le seul à appréhender. Parfois, c'est l'impression d'un vide insondable qu'il diffuse, où s'entremêlent divers sentiments imperceptibles envers le monde qui l'entoure. Justement, le microcosme du football, l'international tricolore (24 sélections, 2 buts) ne l'a jamais véritablement apprivoisé. À maintes reprises, il s'est presque senti comme contraint de rendre des comptes.

« On me dit arrogant, nonchalant, alors que je suis tout le contraire. C'est toujours bien de se sentir aimé, mais on ne peut obliger les gens à nous aimer » , confiait-il en 2012, d'un air désabusé. La rengaine est connue, même intemporelle aux yeux de certains. L'attaquant de l'AC Milan se dit « incompris » et il l'a encore déploré au début du mois de février : « On m'a collé une étiquette et les gens ont du mal à l'enlever. C'est dommage, car je pense qu'on a le droit de faire des erreurs, mais aussi de s'améliorer, de grandir. Un être humain est fait comme ça. Ceux qui ne vous connaissent pas vraiment, cela ne vous appartient pas » . Le même poids des mots, la même complexité, les mêmes fêlures ostensibles. Ménez n'a quasiment pas changé et se livre, encore et toujours, à un exercice d'introspection et de justification. Pourquoi ? Parce qu'il est largement dépeint comme un joueur ingérable. Et que cette image d'enfant terrible du foot français n'est peut-être pas conforme à la réalité.

Insolence du talent et précocité


Pour élucider cette immuable incompréhension qui jalonne son parcours depuis maintenant plusieurs années, il convient avant tout de se pencher sur ses premiers pas. Ceux d'un gamin éminemment doué, surdoué même, qui a très vite succombé aux caresses du ballon rond en voyant son frère et son père y jouer. Nettement au-dessus de la moyenne dès le plus jeune âge, l'enfant de Longjumeau intègre le Centre de formation de football de Paris (C.F.F.P) avant un passage bien plus remarqué au CS Brétigny. « Il avait déjà une technicité hors pair, se souvient Grégory Courtas, son entraîneur à l'époque. À treize ans, ce qui était le plus impressionnant, c'est qu'il avait déjà la culture foot. Pour certains, cela s'apprend, mais lui, c'était inné. Il savait comment se déplacer, les intervalles, les dédoublements, tout ça il connaissait. Il comprenait le football. Surtout, il utilisait déjà la semelle. À cet âge-là, ça en dit beaucoup sur son talent. » L'aisance, les fulgurances affleurent déjà. Ménez va vite. Beaucoup plus vite que les autres et tape dans l'œil de Christian Puxel, recruteur pour Sochaux dans la région parisienne.


À quatorze ans, le diamant brut s'envole dans le Doubs. Le début d'une ascension évidente et irrésistible. « C'était un garçon talentueux, très talentueux. Il avait beaucoup de qualités, beaucoup d'atouts, explique Christian Walgenwitz, son coach chez les U15 de Sochaux. J'en ai vu beaucoup, des gamins de 14 ans et demi, de 15 ans, mais des Jérémy, je n'en ai pas revu depuis… » Éric Hély, qui a également joué un rôle prépondérant dans la formation du joueur, rappelle lui une anecdote marquante, souvenir d'un talent ô combien insolent : « Quand c'était facile, ça ne l'intéressait pas. Mais quand c'était difficile, il était capable de grandes choses. On faisait des exercices de un-contre-un, et ça ne l'intéressait pas parce que, par rapport à ses capacités, la tâche n'était pas assez difficile. Lorsque je lui ai mis deux défenseurs face à lui, là il était bon. Il était pressé de réussir » . Le gamin de l'Essonne n'a que 15 ans et demi quand il gambade avec la CFA. Seulement 16 ans, 10 mois et 15 jours quand, malgré une cour assidue de Sir Alex Ferguson venu en personne pour espérer le faire signer à United, il devient le plus jeune joueur professionnel de Ligue 1 en mars 2004. Et l'Hexagone ne tarde pas à faire connaissance avec lui. Le 22 janvier 2005, Ménez, qui a entre-temps remporté le championnat d'Europe des moins de 17 ans avec les Bleus, claque un triplé en sept minutes, devenant ainsi l'auteur le plus jeune et le plus rapide d'un coup du chapeau dans l'histoire du championnat. Ce qui vaut à Hély, encore aujourd'hui, cette sentence irréfragable : « Il y a Jérémy et les autres » .


Vidéo

« C'était un écorché vif, quelqu'un d'impulsif, de révolté par moments »


Sur les pelouses, mais aussi et surtout en dehors où Jérémy Ménez laisse transparaître une personnalité entière. Issu d'un milieu familial modeste – d'un père travaillant à France Télécom et d'une mère exerçant comme aide-laborantine dans un lycée –, il n'était pas encore né quand ses parents se sont séparés. C'est au milieu des cités, dans un petit immeuble de deux étages au quartier du Moulin Vert, à Vitry-sur-Seine en banlieue parisienne, que le bonhomme s'est construit à partir de ses deux ans. « Même si on a eu une enfance heureuse, on a grandi dans des quartiers difficiles où il fallait un peu se protéger. On était un peu livrés à nous-mêmes » , témoigne son frère aîné, Kévin Ménez. Une impression partagée par Grégory Courtas, qui a également endossé le costume d'éducateur social auprès de son jeune joueur : « C'était un gamin qui ne semblait pas épanoui à son âge. Le club de Brétigny et plus particulièrement moi-même, on s'en est occupé pleinement. Pendant un an, j'allais le chercher à Vitry. J'ai tout fait pour lui » . Très attaché à ses racines banlieusardes, Jérémy a d'abord mal vécu son arrivée dans le Doubs, où sa nature l'a longtemps poussé à défier l'autorité. « Il est arrivé comme il est, brut, se remémore Walgenwitz. Il est sorti du circuit scolaire après la 4e, car il était presque en guerre avec tout le monde au collège. C'était un écorché vif. Il était impulsif, révolté par moments. Il se battait assez souvent avec ses camarades de classe. Ça n'a jamais été un acharné de l'école, un grand travailleur. On avait ensuite aménagé sa scolarité pour qu'il quitte l'environnement du collège. » Mais l'amour du ballon prend rapidement le pas sur les études. Ménez amorcera bien un BEP comptabilité, mais décidera d'arrêter dès la première année.

Ce trait de caractère empreint de sensibilité a très tôt terni son attitude sur les terrains. Tempétueux, impétueux, voire lunatique, il a souvent galvaudé son potentiel à travers de regrettables gestes de frustration. « Quand il commençait à jouer avec la CFA de Sochaux, je me rendais compte qu'à chaque fois qu'il perdait un ballon bête, il revenait immanquablement, presque avec une précision mathématique, sur son adversaire et lui collait un mauvais coup par derrière » , assure Patrick Mendelewitsch, son premier agent. Et Walgenwitz d'évoquer à son tour un épisode révélateur : « Le conseiller technique de Franche-Comté ne l'avait pas choisi dans sa sélection régionale pour disputer la Coupe nationale des U15 à Clairefontaine. Il avait estimé que ça allait être trop compliqué pour gérer Jérémy durant la semaine que dure la compétition et a donc préféré s'en passer » . Chez les pros, Ménez est aussi apparu avec cette image de joueur instable, qu'il est nécessaire de guider, d'éduquer chaque jour. « Lors des matchs, lors des entraînements, c'était un travail au quotidien avec lui. Un matin, il pouvait arriver et on sentait qu'il n'était pas dans de bonnes dispositions, qu'il ne manifestait pas l'enthousiasme qu'il fallait. Son attitude est parfois en totale contradiction avec son jeu qui est brillant, fait de feintes, de contre-pieds, de fantaisies, d'optimisme » , éclaire en longueur Dominique Bijotat, son ex-coach chez les Lionceaux (2005-2006). Christian Damiano, entraîneur adjoint de Claudio Ranieri lors du passage de Ménez à la Roma, n'a également pas oublié ce cas singulier : « Il faut avoir la patience et la tolérance de le prendre à part. Car je l'ai beaucoup pris à part, avant et après les entraînements. Tous les jours. J'ai très vite ressenti chez lui ce besoin de soutien, de confiance et de confidentialité » .

Timidité et délit de sale gueule


Au vrai, cette réputation d'homme sujet aux soubresauts, Jérémy Ménez l'a nourrie bien malgré lui au fil de son parcours en club. Après Sochaux, il a tracé sa route à Monaco (2006-2008) où son comportement extra-sportif n'a pas toujours été exemplaire. Chez les Giallorossi (2008-2011), son manque d'exigence et ses spleens ont fini par agacer. Mais c'est au PSG, son « club de cœur » , qui aurait dû être synonyme d'acmé dans sa carrière, qu'il a raffermi sa sulfureuse réputation. En février 2013, l'attaquant avait ouvertement renâclé en huitième de finale de C1 contre Valence (2-1) pour un temps de jeu famélique accordé. Quelques mois plus tard, il fera même pire en retournant au vestiaire avant même la fin du match contre Benfica (3-0, 2 octobre 2013), Laurent Blanc ayant effectué ses trois remplacements. Des réactions épidermiques que le principal intéressé n'a jamais nié : « C'est souvent des sautes d'humeur. En fait, c'est sur le moment. On va dire que j'ai une mauvaise réaction et, cinq minutes après, je regrette… » Naïf, Ménez a cru que son inestimable talent lui pardonnerait tout. Problème : ses gestes d'humeur ne sont pas seulement mal interprétés par ses entraîneurs ou coéquipiers, mais aussi par le public qui ne voit en lui qu'un gosse ingérable. « Pour des gens qui ne le connaissent pas, Jérémy a des gestes sur le terrain qui désarment, tente de justifier Damiano. Je ne l'accepte pas, mais je comprends ce genre d'états d'âme qu'il a. Pour les spectateurs, quand ils le voient parfois, ils se disent : "Mais il n'a pas envie de jouer ou quoi ? Pour qui se prend-il ? Il prend les gens de haut ?" »

C'est là tout le paradoxe de « Nanard » , comme certains le surnomment en référence à l'acteur Bernard Ménez. Celui-ci souffre d'une distorsion entre son image véhiculée et ce qu'il est réellement. Garçon timide, taciturne, introverti et rarement le sourire aux lèvres, le Français n'est pas dans une démarche de séduction vis à vis d'autrui et se livre peu. « Il n'était pas trop sociable, il faut le dire. Il n'était pas forcément dans son coin, mais n'était pas bavard. Il ne fallait pas l'embêter quand il n'avait pas envie de causer (rires) » , narre Françoise Véron, bénévole au centre de formation de Sochaux qui l'a hébergé chez elle pendant deux mois à son arrivée. Un comportement distant que ceux qui ne le connaissent pas jugent à tort comme de la condescendance : « C'est un garçon méconnu, car on ne le connaît pas vraiment. Il y a un vrai décalage entre ce qu'on peut écrire et ce qu'il est vraiment, révèle son agent Jean-Pierre Bernès, qui le fréquente depuis ses dix-sept ans et demi. Avant d'établir un jugement honnête, il faudrait d'abord le connaître. Il ne peut pas jouer une pièce de théâtre. Chacun a sa façon de s'exprimer, de se comporter. Il n'a pas à changer des choses pour simplement plaire. Il est ce qu'il est, ce n'est pas un défaut » . Ménez s'assume tel quel. L'ex-Parisien n'arrive pas à surjouer et sait qu'il n'a pas tous les codes pour s'accommoder d'un environnement qu'il ne maîtrise pas. « Je ne suis pas du genre à faire des grands discours démagos juste pour me rendre populaire. Je ne suis pas quelqu'un de faux. C'est juste que je n'aime pas parler de moi » , lâchait-il il y a trois ans, lucide sur son cas.

Fidélité, générosité et retour au quartier en Peugeot 206


S'il s'ouvre peu face à des interlocuteurs inconnus, tous ceux qui l'ont côtoyé ou le côtoient encore s'accordent à dire que Ménez est un garçon attachant, loin de ce qu'il peut dégager. « On a été ensemble dans la même chambre pour quelques matchs quand on partait au vert. Peut-être qu'il se donnait une image pour l'extérieur, mais il était demandeur de conseils pour la suite dans sa vie. Je le trouvais même ouvert, il posait des questions sur plusieurs sujets. Je ne l'ai pas senti fermé du tout » , raconte Michaël Isabey, son ex-compère à Sochaux. « Quand j'ai sympathisé avec, je me suis régalé. On rigolait toujours à l'entraînement, martèle pour sa part François Modesto, qui n'en garde que de bons souvenirs. Il a de vraies valeurs. C'est un garçon qui n'a pas oublié ses amis d'enfance et sa famille. » La fidélité, c'est justement un terme qui revient inlassablement au moment de brosser le portrait de l'ex-Monégasque. Même des années après son passage dans un club, il n'oublie pas ceux qui l'ont aidé, choyé, protégé. « J'ai tous ses maillots, confie Grégory Courtas. Il m'a invité partout, à Sochaux, Monaco, Rome. Quand il était à Monaco, il a notamment convié mes parents et mes enfants dans la loge présidentielle. » François Véron, encore proche du joueur, ne dit pas autre chose : « On n'échange pas de courriers ou de SMS, on ne se téléphone pas, mais quand il y a quelque chose d'important, un grand événement dans sa famille, je fais partie des invités. Quand Jérémy a attendu son deuxième enfant, j'ai été prévenu » .

Vidéo

Ça peut paraître anecdotique, mais cela en dit long sur ce qu'il est. Malgré sa notoriété et sa précoce médiatisation, celui qui est désormais père de deux enfants demeure viscéralement attaché à son quartier. Dans la capitale italienne, il avait expressément demandé à arborer le numéro 94, clin d'œil à son département chéri. Loin du tumulte médiatique, le banlieusard cultive la simplicité. Dès qu'il peut, il revient voir ses amis d'enfance pour passer une soirée à avaler des kebabs et jouer à la Playstation. Et plus d'une fois, c'était dans la Peugeot 206 de sa mère qu'il débarquait, lui qui est pourtant féru de bolides. En 2012, pour bel et bien prouver qu'il n'avait pas changé, il a décidé de financer en partie un terrain multisports situé dans son quartier d'enfance. « Quand j'étais petit, il n'y avait pas de terrain de sport dans le quartier. Et il n'y en a toujours pas. C'est pour ça que c'est important d'y construire un city stade. Nous, on jouait sur des parkings ou des trottoirs… » disait-il à l'époque, le sourire en coin pour une fois. En attendant de retrouver ces terrains de fortune, le banlieusard parisien se trouve certainement à un tournant majeur de sa carrière. En vue de l'Euro 2016, il a choisi de se redonner de l'élan au Milan, un club qui lui correspond bien, coincé entre sa nostalgie de gloires passées et un avenir à l'horizon brumeux. Avec Pippo Inzaghi en père aimant, le Rossonero semble épanoui, plus mature, plus réfléchi, comme en témoignent ses statistiques (12 buts et 6 assists en Serie A) et cette génialissime inspiration contre Parme (4-5) en septembre dernier. « J'ai envie de leur montrer qu'ils se sont trompés » , lançait-il orgueilleux il y a quelques mois, après son départ du club de la capitale. Plus qu'au PSG, c'était sans doute un message destiné à tous ceux qui ont cessé de croire en lui. À vingt-sept ans, le temps presse pour Jérémy Ménez. Mais il n'est pas encore trop tard pour être enfin compris.

Par Romain Duchâteau Tous propos recueillis par RD, sauf ceux de Jérémy Ménez extraits de L'Équipe, RMC Sport, Canal + et Le Parisien
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence
Hier à 17:15 Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 12 Hier à 14:46 Le carton rouge complètement idiot de German Lux 16 Hier à 14:07 Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 26 Hier à 10:35 Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 Hier à 09:56 Le raté de l'année signé Neal Maupay 12
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 2 vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 50 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 7 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 21 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18 mardi 24 octobre Un joueur de Preston obligé de revenir sur la pelouse pour se prendre son rouge 6