Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Brest/Troyes

Mendy : « Je me suis fait lyncher au laser game »

Ça n'a échappé à personne, Bernard Mendy est bel et bien de retour en Ligue 1. Ce soir encore, il sera titulaire face à Troyes sur le flanc droit brestois, avec ses tresses plaquées et son numéro cinq. Un peu comme s'il n'était jamais parti… Interview à la sortie de l'entraînement, au volant, « mais avec le kit mains libres » …

Modififié
Alors, heureux d'être de retour en France ?
Ouais, super content d'être de retour, et surtout d'être de retour parmi les miens, ma femme, mes enfants… En plus, Brest est à environ trois heures de Caen où j'ai une partie de ma famille, donc c'est parfait pour moi. Et puis heureux aussi de retrouver la Ligue 1, de revoir certaines têtes… Retrouver les « potos » , quoi !

Hormis ta famille évidement, qu'est-ce qui t'a le plus manqué durant tout ce temps ?
La langue française ! Rien que d'aller au ciné, c'était galère. En plus, ici, j'ai une petite salle à cinq minutes de chez moi, y a jamais personne, et ils passent tous les films que j'aime. Après, ce qui m'a le plus manqué, c'est le quotidien. Te réveiller près de ta femme et tes enfants, être heureux d'aller à l'entraînement… Non pas que je n'étais pas heureux au Danemark ou en Angleterre, mais disons qu'ici, je n'ai pas le spleen de la solitude. Et puis il y a les petits plats de ma femme, aussi ! Quand t'es seul, tu vas tout le temps au resto, tandis qu'avec la famille, tu manges mieux, t'es plus équilibré.

Quand même, quatre ans d'exil, c'est long ! T'as du faire un truc super grave pour prendre quatre piges ?
(Rires) Nan, mais quand je suis parti de Paris pour l'Angleterre, je pensais pouvoir re-signer là-bas sur le long terme. Bon, ça ne s'est pas fait, le marché est devenu de plus en plus difficile pour les joueurs libres, et voilà, j'ai galéré quand même huit mois avant de retrouver quelque chose. D'où l'exil…

Et donc ce retour à Brest, ça s'est fait comment ?
Tout simplement. J'ai rencontré une personne qui m'a fait confiance et qui voulait que j'apporte mon expérience. Cette personne, c'est Corentin Martins, et aujourd'hui, c'est à moi d'être irréprochable et performant sur le terrain pour le remercier. En plus, il y a plein de mecs que je connaissais dans l'équipe. Tripy (Makonda, ndlr) et Ahmed (Kantari, ndlr) ont été formés au PSG, Bruno Grougi et Benoît Lesoimier étaient à Caen en même temps que moi, et puis j'ai appris à connaître Geoffrey Dernis, Ismaël Traoré, Richard Soumah… Franchement, il n'y a pas de clan dans l'équipe, c'est super agréable et mon intégration s'est très bien passée. À l'aise.

À Odense, on t'a vu t'essayer à la pêche et au karting pour tuer le temps. (cf SOFOOT #92) Maintenant que t'es à Brest, tu t'y es remis ?
Non, pas du tout. Avec le déménagement, faut quand même que je trouve un peu mes repères. Mon quotidien, c'est le stade, la maison et un peu de cinéma. Je n'ai pas encore été trop en centre-ville, ni même cherché une plage pour pêcher ou quoi que ce soit… Remarque, on a fait un laser game avec certains joueurs, y a pas longtemps. Bon, on s'est fait lyncher ! On n'arrivait tellement pas à trouver les autres, qu'on s'est tiré dessus entre nous ! Je te jure, Geoffrey Dernis m'a allumé à plusieurs reprises. Moi, c'était la première fois que je faisais un laser game, j'y suis allé en détente. Mais les autres, ce sont de vrais snipers ! Tripy et Richard étaient même cagoulés comme les mecs du RAID. Pfff… Laisse tomber !

T'es déjà allé chercher des palourdes à marée basse ?
Non, je ne me suis pas encore renseigné. Mais je sais que je vais dans une poissonnerie où la dame va elle-même pêcher les homards, les crevettes et tout ça… Y a même TF1 qui a fait un reportage sur cette poissonnerie-là.

Je te demande ça, parce qu'à Brest, il y a quand même Moïse Brou Apanga pour fendre la mer en deux…
(Rires) Non, faut pas le tailler, Moïse. Il est très gentil, mais je t'avoue que je ne sais pas s'il aime l'eau…

En trois journées, vous avez pris autant de points que le PSG. Vous aussi, vous jouez le titre ?
Non, nous ne sommes pas dans cette catégorie-là. Pour nous, le but, c'est de se maintenir le plus vite possible pour pouvoir être en roue libre ensuite et viser le plus haut possible. Concernant Paris, je ne me fais pas de souci pour eux. Dès que leurs blessés seront aptes, ça va être très difficile pour les autres. Maintenant, c'est vrai que jusqu'ici, nous aussi, on est dans la course ! (Rires)

Tu as évolué latéral gauche à Nancy pour l'ouverture de la saison, puis côté droit lors des deux journées suivantes. Comment juges-tu tes performances ?
Sur les deux premiers matchs, ça a été, j'étais à mon aise physiquement. Après, contre Saint-Étienne, c'était un naufrage collectif. Donc bon… C'était très difficile pour nous. On n'avait pas de jus, on a lâché et rendu les armes trop tôt. Surtout qu'on savait très bien que, de l'autre côté, ça allait à deux mille devant. Tu peux toujours mieux faire, mais quand tu prends 4-0 à l'extérieur, c'est chaud ! Perso, ce n'est pas que j'étais réellement fatigué, voire grillé, mais c'est vrai que je n'étais pas aussi combatif que sur les premiers matchs. Mais ce qui m'emmerde vraiment, c'est que c'était mon premier match avec le brassard de capitaine. J'étais « vénère » après ma performance, après le résultat. Mais derrière, il fallait quand même trouver les mots justes, sans en faire trop non plus. Ce n'était pas évident.

Ce soir aussi, tu seras capitaine ?
Normalement, il y a Ahmed qui revient et qui récupère son brassard. Après, vu comme c'est parti, je pense que je vais être le vice-capitaine pour toute la saison.

Peux-tu nous confier le secret de la coupe de cheveux de Paul Baysse ?
Il n'a pas réellement de secret, il se laisse pousser les cheveux et point barre. C'est un surfeur ! Ça lui va bien, mais je vais peut-être lui proposer les tresses plaquées, histoire qu'on rigole un peu.

Toi qui les côtoies tous les jours, comment tu pourrais aider le pauvre téléspectateur qui n'arrive pas à distinguer Culma de Grougi devant sa télé ?
Bah, Culma est plus foncé que Bruno. Au niveau des cheveux, certes, ils ont la même coupe, mais tu peux distinguer que Bruno a parfois une tresse et surtout une petite calvitie sur le haut du crâne. (Rires) Et puis Culma est quand même plus costaud que Grougi. Ouais, disons qu'il a un plus gros short…

Est-ce qu'on rigole bien avec Tripy ?
Bah ouais, lui, c'est mon gars ! On trippe toujours avec Tripy !

Question existentielle pour conclure. À maintenant trente-et-un printemps, comment vois-tu ton avenir ?
Tout dépendra de comment je me sentirai physiquement. Pour l'instant, je me sens bien, je touche du bois. Bon là, je suis en voiture et il n'y a pas de bois, mais dès que je peux, j'en touche, parce que je veux jouer le plus tard possible. J'ai déjà eu une joie immense en retrouvant la Ligue 1 et, aujourd'hui, je veux simplement faire durer le plaisir…

Propos recueillis par Paul Bemer
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 13
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 69