En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Memphis trace sa route

Auteur d'un splendide doublé et d'une passe décisive pour son premier match de Ligue des champions avec les Red Devils, Memphis Depay s'est mis une bonne partie du public d'Old Trafford dans la poche. Porté aux nues par la presse et les observateurs du football britannique ce matin, le nouveau numéro 7 peut avoir le sourire. Tout en gardant à l'esprit que désormais, le plus dur commence.

Modififié
« Memphis Magic » , « Match of Depay » , « Skills Depay the bills » ... Depuis ce matin, les titres des pages sport de la presse britannique ne laissent plus place au doute : hier soir, face à Bruges, Memphis Depay s'est fait un nom en Angleterre. D'ailleurs, la dernière fois que les titres avaient été aussi unanimement élogieux après le premier match européen d'un néo Red Devil, c'était le 29 septembre 2004. La veille, Wayne Rooney, ses traits encore enfantins, ses cheveux encore véritables et son numéro 8 avaient salué l'Europe d'un triplé retentissant face à Fenerbahçe (6-2). Une mine du gauche, une frappe croisée du droit et un coup franc enroulé pour parachever le premier des nombreux festivals à venir du gamin de Croxteth.

Adoubé par Scholes et Ferdinand


Sans pour autant tomber dans l'enflammade généralisée, c'est un sentiment similaire qui a traversé les travées d'Old Trafford ce mardi soir après que Memphis Depay a porté ses attributs masculins pour égaliser, puis donner l'avantage aux siens de deux coups de génie, après une entame de match compliquée. Chroniqueur pour BT Sport à l'occasion de la rencontre, Paul Scholes, qui en connaît un rayon sur les joueurs qui ont marqué le Théâtre des Rêves de leur empreinte, ne s'y est pas trompé au coup de sifflet final : « Il a été brillant ce soir et c'est ce que les fans de United veulent voir - quelqu'un qui vous excite, quelqu'un qui vous fait vous lever de votre siège - sans oublier son superbe centre pour Fellaini à la fin du match. » À ses côtés, Rio Ferdinand ne tarissait pas non plus d'éloges sur le nouveau numéro 7 des Red Devils : « Je crois que ce qui est également excitant, c'est que l'on peut voir qu'il veut devenir une star, il veut être le joueur clé, il demande la balle tout le temps, il veut terminer les actions, en tirant, et en marquant. Ce public adore chérir ce genre de joueurs, on l'a vu ces dernières années avec Ronaldo ou Rooney. »

Perfectionniste et travailleur, un combo gagnant


Un point sur lequel a d'ailleurs insisté Louis van Gaal, au sortir du barrage aller de C1 face à Bruges (3-1) : « Ce soir, j'ai envie de l'embrasser. (...) Il n'est jamais satisfait, c'est ce qui fait la différence entre lui et d'autres joueurs. Et j'aime cela, parce que vous devez être conscient de ce que vous faites, et de ce que vous êtes capable de faire. À ce moment-là, votre désir de progresser est plus grand. Ça, c'est Memphis. » Tenter de faire basculer le sort d'un match, sans jamais baisser les bras. Une phrase qui pourrait être la devise de Memphis, à en croire Jason Bourdouxhe, qui l'a côtoyé chez les jeunes au PSV : « Il a toujours été perfectionniste. Il frappe tout le temps au but et s'il rate, il va réessayer. S'il n'arrive pas à dribbler son adversaire, il va changer de méthode ou jouer plus simple pour retenter sa chance. » Des caractéristiques qu'il a déjà montrées lors des premiers matchs de la saison face à Tottenham puis Aston Villa, même s'il n'a pas réussi à trouver le cadre, ratant même quelques occasions franches. Mais qu'importe, puisque depuis Cristiano Ronaldo, les supporters des Red Devils ont espéré retrouver ce genre d'influence chez Nani, Valencia, Januzaj puis Di María l'an passé, sans succès.

Dream chaser


Pour Memphis, un long chemin commence désormais. Maintenant que son doublé a lancé la machine médiatique, le jeune prodige va devoir faire avec une pression forcément plus importante. Pas la plus grande des tares pour lui, à en croire Bourdouxhe : « Ce n'est pas le genre de garçons à se cacher sur le terrain. Au PSV, les joueurs sont formés à être "gentils". Mais lui, c'est le genre de joueur qui arrive, s'en fout, prend directement la balle et lance la première action. » Attention tout de même, car si Depay montre des qualités indéniables, il reste, comme de nombreux jeunes de 21 ans, un diamant à polir. En juin dernier, son ancien coéquipier au PSV, Thimothy Derijck, nous confiait sa prémonition : « Memphis va tout faire pour réussir au top de l'Europe et c'est beau à voir de la part d'un jeune. Si je devais le décrire, je dirais que c'est un "Dream chaser". » Quel autre endroit que le théâtre des rêves pour partir à la conquête des siens ?

Par Paul Piquard Propos de Jason Bourdouxhe et Thimothy Derijck recueillis par Émilien Hofman pour So Foot Club n°13
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1 il y a 29 minutes Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24