Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Nice (3-2)

Memphis, l'exact Gone

Plus qu'un triplé et une qualification livrée sur un plateau à l'OL, Memphis Depay montre depuis plusieurs mois qu'il a changé. Ce soir, Lyon lui doit beaucoup et ce n'est pas la première fois cette saison.

Modififié
Un premier but de véritable renard des surfaces. Un coup franc malicieux. Un piqué délicieux. Ces qualificatifs auraient pu s'appliquer à Nabil Fekir ou Bertrand Traoré, sans aucun doute. Mais comme depuis quelques mois, le frisson à Lyon se nomme bel et bien Memphis Depay. Deux index tendus de chaque côté des oreilles, une tentative vaine pour ne pas entendre le délire qui règne dans les tribunes d'un Groupama Stadium sous tension. Car cette saison, contrairement aux précédentes, Depay peut se boucher les oreilles non pas pour entendre sifflets ou moqueries, mais bien pour protéger ses ouïes des acouphènes dues aux acclamations nourries. Le joueur prometteur quittant par la petite porte Manchester United a trouvé dans le Rhône l'endroit pour se refaire la cerise. Comme quoi, il n'y a pas qu'à Nice que les talents européens peuvent prendre un nouveau départ.

L'écorché vif n'a rien lâché


Au-delà de la continuité dont a pu bénéficier l'international néerlandais cette saison, c'est son attitude sur le terrain qui a certainement le plus surpris (positivement) les fans de l'OL. Pour le déclic émotionnel, on repense volontairement à ce coup de canon un soir de janvier face au PSG, qui avait donné une victoire aussi importante pour l'OL que pour lui. Pas suffisant encore pour lui garantir une place de titulaire, Depay n'a jamais renoncé et s'est accroché. Une passe décisive contre Monaco, un but capital face à l'OM qui termine de chasser les dernières réticences du staff de Génésio à son encontre. Régulièrement placé en pointe quand Mariano fait l'impasse, Depay est enfin le titulaire en puissance que l'homme attend depuis des semaines, même si l'intéressé a toujours su au fond de lui mériter cette place : « Je n’ai rien à prouver à mon entraîneur. Je joue pour Dieu, pour Dieu seulement. Je suis humble, j’aime les supporters et je suis reconnaissant qu’on en ait d’aussi formidables. Ils nous rendent les choses plus faciles s’ils sont derrière nous. On les appelle le douzième homme, je voulais vraiment les remercier. »

Le nouveau roi des Gones


Cette place de titulaire qu'il désirait tant, Memphis n'a pas loupé l'occasion de se l'approprier. Lors des 5 rencontres qui suivent, Depay inscrit six buts et six passes décisives, dont quatre à Metz qui participent à le sacrer meilleur joueur du mois. Son bilan en fin de saison lui file encore un peu plus de crédit. 36 matchs de Ligue 1 sur 38, inscrivant 19 buts et délivrant 13 passes décisives. Le meilleur buteur de l'OL, c'est lui. Le meilleur passeur de l'OL (et de Ligue 1 à égalité avec Neymar et Payet), c'est aussi lui. Ce bilan-là, personne ne peut lui contester ou même lui enlever. Cette saison rappelle aussi au monde que Depay n'a que 24 ans. Et que si l'homme aux dorsaux tatoués a déjà laissé passer une opportunité à Manchester, ce ne sera peut-être pas le cas deux fois. Fekir annoncé partant à Liverpool, l'OL a peut-être intérêt à conforter Depay comme l'arme fatale lyonnaise numéro un la saison prochaine. Ces derniers jours, un intérêt prononcé de l'AC Milan commençait à devenir de plus en plus insistant à son égard. À l'OL de le rassurer cet été. Notamment parce que ce soir, Jean-Michel Aulas a une dette de plusieurs dizaines de millions d'euros envers lui.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5