1. // Jeux vidéo
  2. // Football Manager

« Même le sexe devient chiant au bout de 2000 heures »

Alors que Football Manager 2017 sort aujourd'hui, Miles Jacobson se confie sur son histoire personnelle, l'évolution de son rapport au jeu et la dimension qu'il a prise depuis sa naissance. Entre Watford, Pogba et thérapie.

Modififié
3k 61
Quand avez-vous décidé de vous lancer dans cette idée qu’est devenue ensuite Football Manager ?
Pour moi, tout a commencé avec le deuxième jeu qu’on a fait ici : Championship Manager 2. Le premier avait été créé de toutes pièces par deux gosses, Oliver et Paul Collyer lorsqu’ils avaient quinze et dix-sept ans. Ils vivaient dans une ferme dans le nord-ouest de l’Angleterre. Ils n’avaient rien d’autre à faire et c’était le temps où on pouvait vraiment faire un jeu vidéo dans sa chambre. C’était si facile à l’époque ! Ils avaient alors pour objectif de faire un jeu autour du métier d’entraîneur. Pour la première fois, on ne parlait pas que du joueur, mais d’un environnement. Le but était de simuler au plus près le monde du foot dans son ensemble, ce qui n’avait jamais été fait jusqu’ici. Après, c’est facile de faire un jeu, mais ce n’était pas facile de faire un bon jeu. Reste que tout a hyper bien fonctionné, et la première version est sortie en 1992. Personnellement, je suis rapidement devenu un gros fan du premier jeu. C’est là que je suis entré en contact avec eux et que j’ai pu participer à la création du second. Il s’agissait de poursuivre une quête avec le détail pour intégrer toutes les composantes du business et du management.

Le foot pour vous, c’était quoi à cette époque ?
Une véritable passion. Je suis tombé amoureux du foot quand j’avais sept ans. Avant, je détestais ça.

Pourquoi ?
« À toutes les personnes qui me disent qu’elles n’aiment pas le football, je leur dis d’aller voir un match avant de porter un jugement. »
Parce que quand tu es gamin, tu prends toujours ton père comme repère. Puis, j’ai commencé à regarder dans les journaux locaux ce qui se racontait à propos du club qui était à côté de chez moi : le Watford FC. J’ai toujours adoré les statistiques et j’ai commencé à écouter les conversations autour du foot, à jouer à côté de chez moi, mais je n’étais pas très bon (rires). Donc j’ai demandé à ma mère de m’emmener à un match et elle m’a emmené quand j’avais sept ans. C’est là que j’ai été frappé par cet univers, sur ce premier match. Je suis comme ça depuis : à toutes les personnes qui me disent qu’elles n’aiment pas le football, je leur dis d’aller voir un match avant de porter un jugement. Seulement après ça, tu peux me dire si tu aimes le foot ou pas. C’est comme l’art au final, il faut aller dans une galerie pour vivre une expérience, sinon comment tu peux savoir ? À partir de cet instant, je me suis mis à fond dans le truc et plus particulièrement sur l’aspect tactique et statistique du jeu. On peut apprendre beaucoup d’un match à travers les statistiques. C’est ce que font beaucoup les gens aujourd’hui.

C’est le changement principal du foot moderne.
Oui, tout à fait ! Chaque club a désormais son spécialiste du domaine. Watford en a un par exemple. C’est devenu une partie importante du foot. En partant de ça, le scouting a également évolué. Vous avez besoin de données pour pousser votre analyse. Mais vous devez également conserver une part d’humain là-dedans, donc je ne conseillerai jamais à un club de recruter un joueur uniquement sur ses statistiques. Il faut aussi le voir jouer, en vrai. Il n’y a que comme ça qu’on peut trouver les détails. Les statistiques ont simplement permis de donner un nouveau souffle au monde du foot. Football Manager a permis de se plonger dans cet environnement.

Certains clubs se sont-ils tournés vers vous pour apprendre de vos méthodes ?
« Il y a cinq ans, quand on parlait de statistiques aux clubs, ils rigolaient ! Aujourd’hui, plus personne ne rigole. »
Oui, ils sont venus nous voir pour savoir comment on utilisait les données dans notre jeu, mais aussi ce qu’on en faisait directement. Certains clubs regardent même directement les stats qu’on met dans la base de données chaque année. Cette base est gigantesque, de plus en plus chaque saison. Mais ce n’est qu’une petite partie du job. Il y a cinq ans, quand on parlait de statistiques aux clubs, ils rigolaient ! Aujourd’hui, plus personne ne rigole. Sky utilise beaucoup les données pour analyser les rencontres et même pour parler du marché des transferts. Pour comparer deux joueurs, on prend ça en premier.

Comment votre rapport au jeu a évolué ?
Je pense que quand vous travaillez sur un support de création, vous voulez que les personnes qui payent pour votre jeu s’amusent avec. Vous, c’est pareil, quand vous écrivez un article pour SO FOOT, vous voulez que chaque lecteur lise tous les mots de cet article et qu’il s’amuse avec chacun d’eux. La valeur de l’argent, du produit, est quelque chose de très important pour moi parce que beaucoup de personnes dans ce monde, moi le premier, sont prêtes à payer pour vivre leur passion. Pourquoi? Parce que certains font un boulot qu’ils n’aiment pas et qu’ils ne le font que pour pouvoir vivre correctement. En créant cet univers, ils peuvent s’échapper avec.
« Il faut lire, chercher, comprendre l’économie, les stats pour vraiment devenir performant. »
On veut qu’ils jouent à ce jeu aussi longtemps qu’ils le peuvent, qu’ils prennent toujours plus de plaisir avec et qu'ils puissent y jouer 2000 heures s'ils en ont envie. Chaque créateur veut ça aussi. J’ai entendu certaines personnes me dirent : mais au bout de 2000 heures, est-ce que ce n’est pas ennuyeux ? Mais quelle passion à laquelle on consacre 2000 heures par an ne devient pas ennuyeuse ? Même le sexe devient chiant au bout de 2000 heures et un peu douloureux (rires)! Ma joie est aussi de voir à quel point les utilisateurs découvrent de nombreux joueurs avec le jeu, car il faut lire, chercher, comprendre l’économie, les stats pour vraiment devenir performant, donc ça a un côté éducatif.

Mais vous comprenez que ça peut devenir une maladie tout en étant une thérapie ?
Oui, mais ça peut avant tout être une thérapie pour s’échapper d’un boulot qu’on n'aime pas. Parfois, c’est une addiction, mais ça n’en est pas vraiment une. C’est une logique. Regarde, quand tu lis un bon bouquin, que tu finis un chapitre, tu te retrouves devant un problème : dois-je aller me coucher ou est-ce que je suis terriblement excité de savoir ce qu’il va se passer ensuite ? Football Manager, c’est pareil. Est-ce que je m’arrête là ou est-ce que je m’autorise un match de plus ou la fin d’un mercato ? Notre génération a changé. Une émission de télé dure une heure et demie, un film dure deux heures, le rapport au temps a changé. Un tweet ne fait que 140 caractères! Un Vine, c’est six secondes !

Que ressentez-vous quand vous voyez un joueur professionnel jouer à Football Manager ?
« Pogba est footballeur pro, mais quand il voyage, il joue à Football Manager comme une personne normale. »
C’est le plus beau compliment que l’on peut avoir : de voir un entraîneur, un joueur, un directeur sportif ou n’importe qui du milieu jouer à Football Manager. Tu passes ta journée à exercer le boulot de tes rêves et tu reviens chez toi pour rejouer au foot ! C’est notamment le cas en équipe de France. Il y a encore cinq ans, un joueur qui restait avec son ordinateur, on s’inquiétait pour lui. Là, non. Voir Pogba faire ça ne le fait pas passer pour une personne distante, mais plutôt pour un mec comme moi, comme nous, comme n’importe qui. Il est footballeur pro, mais quand il voyage, il joue à Football Manager comme une personne normale.

Comme si les barrières tombaient.
Absolument ! Grâce à ça, j’ai pu parler à beaucoup de joueurs pros. Ils me respectent pour ce que je fais, je les respecte pour ce qu’ils font. Je suis fier de ça : de voir que pendant leur temps libre, lors d’une compétition internationale, ils jouent à FM.

Vous êtes un passionné de tactique. Depuis cette saison, Watford est mené par un tacticien monstrueux qu’est Walter Mazzarri, ça vous rend fier ?
J’adore voir de quelle manière il peut utiliser différents systèmes. La saison dernière, on jouait toutes les semaines avec le même schéma, mais Quique (Sánchez Flores, ndlr) a fait du bon boulot, surtout lors de la première partie de saison. Mais lors de la seconde partie, lorsque ça allait moins bien, il n’y avait aucune modification. Aujourd’hui, Watford joue en 3-5-2, parfois en 5-4-1, ce qui est hyper intéressant et les joueurs sont flexibles pour évoluer dans trois, quatre, cinq ou six systèmes différents. C’est le cas de Capoue, Success ou Pereyra, c’est ce que j’attends aussi de mes joueurs dans Football Manager.

Quand vous êtes dans un stade aujourd’hui, regardez-vous le match avec une approche tactique ?
Tout dépend d’où je me situe dans le stade. Si je suis avec mes amis, je pense tactique, mais ma bouche parle comme un supporter. Quand je suis avec les officiels, les membres du club, je pense tactique et parle tactique parce que je peux le faire. J’ai un accès privilégié à certaines parties, j’ai rencontré récemment notre responsable des questions scientifiques et ça a été hyper intéressant.

Le foot est donc définitivement devenu une science plus qu’un sport à vos yeux ?
Quelle est la différence entre la science et le sport ? Je ne pense pas que ces deux éléments soient trop différents. La part scientifique de l’approche est dans l’intelligence des individualités. Chacune de ces intelligences peut également progresser grâce à la science. Il n’y a qu’avec une approche scientifique de la chose que l’on peut pleinement exploiter un potentiel, rien que du point de vue de la nourriture.

Arsène Wenger a été le premier à bousculer les mentalités sur ces questions. Quel regard portez-vous sur son travail ?
Il était déjà absolument dans le vrai à l’époque. Tout ça est nécessaire. Rien qu’à Watford, les joueurs peuvent se retrouver dans un restaurant avec leur famille pour manger. Il y a un menu spécial pour les joueurs où le nutritionniste a dressé une liste et la famille a une carte plus élargie. Même quand la famille est là, le club est attentif pour être sûr de tirer le maximum de ses joueurs. Les joueurs sont plus forts qu’avant, plus éduqués sur le plan tactique et ils sont aussi plus payés. C’est la leçon du succès. Et le coach a un rôle énorme là-dedans. Regarde le rôle de Simeone dans l’évolution de Griezmann !

Ce qui est frappant, c’est qu’on aborde tous ces sujets alors que l’Angleterre connaît actuellement une crise terrible après les dernières révélations de l’enquête Football for sale. Est-ce que ça vous dégoûte ?
Comme je l’ai tweeté sur le moment, la seule façon d’éviter ces histoires est de dire non. Chacun a le pouvoir de dire non, de refuser quelque chose ou de l’accepter. Est-ce que je suis surpris qu’il se passe ce genre de choses dans le foot ? Non, parce que ça arrive partout dans le monde. Je suis déçu oui, mais là, on parle de l’Angleterre et il existe aussi de nombreux pays partout en Europe où ce genre de pratiques existe. C’est partout dans le foot, partout dans le monde des affaires. Partout où il y a de l’argent, il y a de la cupidité. Après, je pense que le football anglais a d’autres problèmes encore plus sérieux aujourd’hui. Cela va être très intéressant de voir comment notre gouvernement et la FA vont gérer le Brexit (qui a été intégré dans FM 2017, ndlr).

Avez-vous pensé à devenir vous-même un entraîneur un jour ?
« J’ai entraîné une équipe du dimanche, je me rappelle notamment d’une victoire 7-3 après avoir été menés 3-0. Ma seule consigne a été : marquer. Quel discours ! »
Je ne crois pas que j’aurais pu devenir entraîneur. Je n’ai pas joué à un haut niveau et je n’ai pas mes diplômes. Je ne pense pas que je pourrais obtenir le respect de mes joueurs et c’est indispensable pour être un bon entraîneur. Un rôle de directeur sportif ou de responsable dans un club serait mieux pour moi, mais j’aime ce que je fais aujourd’hui. J’ai entraîné une équipe du dimanche, je me rappelle notamment d’une victoire 7-3 après avoir été menés 3-0. Ma seule consigne a été : marquer. Quel discours !

Vous avez encore des rêves aujourd’hui ?
Ils ne sont plus basés sur le foot désormais. Je voudrais voir de la paix, la fin de l’extrémisme, un mélange des religions parfait, mais le monde dans lequel on vit aujourd’hui n’est pas particulièrement bon. C’est aussi ce qui fait ma fierté avec Football Manager : donner la possibilité aux gens de s’échapper dans un univers différent de celui dans lequel ils vivent aujourd’hui. Je pense que c’est un plus bel endroit pour le moment.

Propos recueillis par Maxime Brigand, à Londres.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Ce vendredi soir va etre terrible mes amis. Un club de CFA va se faire racheter je vous le dis
touchefresh Niveau : CFA
Note : 2
Ahhhhhhhhhhhhhhhhhh j'ai hateee de rentrer du boulot !!!

Et puis 2000 heures, ce n'est pas tant que ça, je les ai dépassé (en cumulé) après FM 2015 ... Merde ce jeu me tuera
Boxe-to-Bosse Niveau : District
Superbe interview.

J'ai arrêté FM voici trois ans et je ne pense pas replonger tant ce jeu est chronophage, mais j'ai ressenti d'avantage d'émotions encore devant un FM 2006 par exemple en voyant un rond censé représenter Olivier Kapo planter un doublé contre Metz en demi-finale de Coupe de France qu'en plantant une lourde de 30 mètres avec Griezmann sur FIFA 16.

J'ai déjà commencé des parties à 21h en me disant "allez, j'me fais une session de deux heures" et de m'arrêter à 7h sans avoir vu le temps passer. Et j'dois clairement pas être le seul...
Mais c'est tellement ça...
D'ailleurs, la 2D à FM, il n'y a que ça de vrai !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Je vais vous faire marrer mais moi je joue encore à Championship Manager 2003/04. Avec un update Legend où tu retrouve Maradona, Pelé enfin plus de 200 génies de l'histoire du foot...

Je joue avec Forest Green, petite équipe de conférence avec laquelle j'ai gagné la CL (uniquement avec des joueur du cru formés au club).

Et je joue avec les bandeaux de texte. Ouais, les bandeaux de texte.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 1
Haha excellent

Perso je joue encore à UEFA Manager 2000.

Pour moi on n'a toujours pas fait mieux.

Le niveau de détails dans la gestion extra-sportive est phénoménal. D'ailleurs on a limite le rôle d'un président. Tu peux faire un prêt à la banque, choisir le nombre exact de place dans le stade, le nombre de loges, le prix des places, les sponsors maillots etc. Un nombre incalculable de paramètres.

Bon par contre au niveau tactique effectivement ça manque un peu de consistance.

Malheureusement ils n'ont jamais fais de suite.

D'ailleurs je m'étais fais une partie avec Hull City qui à l'époque était aussi en conférence.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Mon premier amour, c'était Guy Roux Manager (avec la grosse tête bourguignonne à Guytou qui faisait l'ancêtre du dab sur la jaquette).

3 disquettes pour charger le jeu sur Atari ST. 45 minutes d'attente fébrile où tu voyais le jeu se charger. Une fois sur deux, ça plantait :(

Le vrai moment de transe, c'était le chargement des transferts (un par un, au compte-goutte, t'avais le temps d'en voir défiler des cadors, "Franck Gava signe à Châteauroux", "Luc Sonor à Brest !"

J'avais une ligne d'attaque Vahirua-Maurice-Cocard supplée par Corentin Martins.

Ces heures et ces heures à fixer fébrilement l'écran, en croisant les doigts pour que le jeu ne plante pas avant une salvatrice sauvegarde (qui prenait elle-aussi une demie-heure), ça fait partie des grands et pathétiques souvenirs de mon enfance vidéo-ludique.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Oui UEFA manager ! Tu pouvais choisir le prix de tes abonnements au franc près !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Hull City avec Nick Culkin dans les buts et Jason Harris en pointe ! Super équipe.
Strapontin21 Niveau : DHR
Guy Roux Manager.... Mon enfance, je l'avais sur playstation, je l'ai tellement rossé ce jeu, j'en ai encore la larmichette.
Guy Roux Manager était magique avec des joueurs improbables tel que Ljuboja, Carotti, Ehiogu, Okpara, Lee Bowyer etc qui étaient énormes. Vraiment magique.
8 réponses à ce commentaire.
je vais plutôt attendre les versions 17.2 ou même 17.3 avant de l'acheter . Je fais ça depuis plusieurs années et ça m'a économisé un pc explosé de rage .
Marre que le jeu ne soit jamais au point dés le départ. Les acheteurs sont uniquement des béta-testeurs payants jusqu'à fin Janvier.
Les développeurs sortent une démo ,pour moi cela sert aussi à corriger tous les bugs mais dans la version finale .1 , il en reste énormément en général. Donc sans moi, pour l'instant,je laisse à d'autres passionnés le rôle de pigeon .
Super itw. Bon, la dernière réponse fait un peu l'école des fans ou Miss France, mais le reste est super intéressant.
Pareil ,interview vraiment intéressante d'un mec les pieds bien sur terre qui sait que se remettre en question est une condition sine qua non de réussite dans le "bizness" comme dans la vie .
J'aime bien son recul et son objectivité ,pour ma part ,quand on lui demande si devenir entraîneur ne l'a jamais démangé .
N'empêche, créer de telles tactiques, avoir une base de telles pépites futures et ne jamais avoir pu essayer ça en réel, cela me frustrerait à sa place .

J'aimerais connaître aussi quels scouts il emploie parce que souvent ces scouts dénichent des pépites 3-5 ans avant que le public n'en entende parler dans la vie réelle (Verratti ,Gabriel Jésus me viennent en tête ) .
De même ,j'aimerais connaître les entraîneurs IRL qui oseraient avouer se baser sur FM pour faire un transfert parce que je suis persuadé que c'est le cas (Lacina Traoré, Kara M'Bodji ,Saivet ..)
Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : District
Saivet? Il était dans le groupe pro de Bordeaux depuis ses 16 ans, pas compris pourquoi tu le mentionnes.
tu veux donc me faire croire que c'est grâce à ses prestations époustouflantes IRL qu'il a été transféré chez les Magpies pour 6-7 M€?
Je pencherais plutôt pour la cote extraordinaire qu'il a toujours eu depuis des années sur FM mais ce n'est que mon avis,donc même si tu ne le partages pas,aucun problème .
Oui Saivet etait tres bon, + offensif dans le jeu il me semble...

Sinon dans les anciennes versions il te reperent des bons deja, Robben, ibrahimovic par exemple... Yen a eu pleins dautres moins bon, Kennedy Bakircioglu (qui a jouait a l'AJAX qd meme), Cherno Samba, Vanden Borre, Andri Sigporsson et le legendaire Maxim Tsigalko...
Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : District
Euh, attends, avec le gros Ashley y a pas besoin d'être fantastique pour être recruté hein : Haïdara, Rivière, Obertan, Romain Amalfitano, Pancrate...
C"est pas faux non plus,comme dirait Provençal le Gaulois
6 réponses à ce commentaire.
Boxe-to-Bosse Niveau : District
Bon après le souci avec les derniers FM, c'est qu'ils sont devenus, malgré toutes les MAJ, trop faciles.

Avec les forums et les sites dédiés, c'est très facile de trouver des joueurs monstrueux pour quedalle et passer du CFA à la Ligue des Champions avec Mulhouse.

Parce qu'on peut toujours se moquer des joueurs qui rechargent leurs parties en cas de défaites (on l'a tous fait, même les plus honnêtes d'entre nous, quand tu te retrouves avec trois de tes joueurs clés blessés minimum 3 mois par une équipe de bouchers dans l'impunité la plus totale et qu'en plus de ça ton gardien prend un rouge sévère) ou ceux qui jouent avec le Real (là j'avoue, je n'ai jamais compris l'intérêt), mais on a QUASIMENT tous tapé sur google "meilleur joueur FM moins de 150k/gratuits". Oui. Tous.

Eh oui, on peut les trouver dans les recherches, mais on ne voit pas les notes de tous et parfois, tu peux te retrouver avec un bulgare de 23 ans libre qui a 16 en finition, 14 en dribbles, 13 en sang-froid, 18 en accélération et 17 en vitesse qui prend 4k/mois en salaire et qui te plante 30 buts par saison et termine meilleur buteur de C1...
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Oui j'avoue ne pas comprendre les gens qui démarrent une partie avec un mastodonte

Je squatte encore le 2013 actuellement, et je n'ai jamais pris les rênes du Real, du Barça, de City

J'ai deja été redressé du MU en perdition apres 15 ans de jeu, du Bayern aussi, du Dortmund, mais jamais en debut de partie, comme toi, je n'en vois pas l'intéret




PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
J'ai souvent pris le PSG période pré-QSI, là il y avait un vrai challenge.

Après quand QSI est arrivé, j'ai continué à prendre Paris sauf que je vendais toutes les stars au premier mercato. Comme ça je pouvais jouer avec mon club sans que ce soit cheaté.

Et quand t'en viens à imaginer titulariser Jean-Eudes Maurice, crois moi que c'est loin d'être gagné.
Je me suis toujours dit qu'un jour je prendrai le Real pour gagner la C1 avec uniquement des joueurs gauchers formes au club. Ou sans attaquant.
A part un challenge debile de ce genre, il n'y a effectivement pas vraiment d'interet.
Note : 1
PArce que tu es fan du club, simplement?
Je prenais la Juve pendant des années, avant de me mettre à prendre Hambourg, Schalke ou Grenoble que je faisais remonter de la CFA2 à la L1. Et effectivement c'est plus marrant, mais si tu es fan d'un gros club, pourquoi t'en priver?
L'équation plaisir = défi n'est pas valable pour tous.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Oui c'est vrai, à chacun son plaisir

touchefresh Niveau : CFA
Anatoli Todorov?

Je ne suis pas tellement d'accord sur le côté plus facile. Je me rappelle des premières versions auxquelles j'ai joué (bon j'ai tendance sur cette période à confondre les "L'entraineur" avec "Football manager" et "Championship Manager" ...). Mais tu trouvais facilement des joueurs totalement cheatés qui ne coûtent rien du tout (me permettant de gagner la LDC avec le sannois saint gratien ...).
Aujourd'hui, on sent que la crise est passée par là en france, avec un petit club, les pépites, même méconnues, coûtent rapidement trop chères pour tes finances (souvent équivalentes à un budget transfert de 0 K€) et les parties peuvent devenir rapidement frustrantes quand après une bonne saison tu attends un effort de tes dirigeants pour finalement ... continuer avec 0K€
L'entraineur version 2000 à 2003 était injouable au très haut niveau.
Sur la version de 2001, le FC Barcelone (avec E.Petit) me mettait systématiquement des scores de tennis genre 6-1 ou ou 7-à.
IL est devenu plus facile, clairement.
Après, de là à gagner la CL avec St Gration, j'ai un doute, faut ptet pas exagérer...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Les regen deviennent super forts si tu es pointu sur l'entraînement.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Todorov, Tsigalko, Guarin, c'est sympa une partie mais ça devient vite chiant. Comme utiliser la Diablo, c'est sans intérêt.
touchefresh Niveau : CFA
http://lentraineur0102.free.fr/joueurs.php

je ne me rappelle pas de tous ces joueurs, mais c'est drole de voir que finalement, la plupart ont eu une carrière plutot moyenne
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Pinheiro dans les buts, c'était sale, surtout que le mec valait 2 kopecks. Et Nikiforenko, ce joueur était virtuellement orgasmique.

Par contre ils en ont oublié un, mon préféré, la classe incarnée, José Julian De La Cuesta, DCG de l'Atlético Nacional.

20 en technique et en dribble si tu le formais bien. Des chevauchées à la Piazza, un jeu de tête Staamesque. 8.20 de moyenne générale.

Mais c'était trop cheaté, le plaisir se dissout dans la facilité.
Je suis d'accord avec toi, je les trouve globalement trop simple. Un peu de perseverance et la LDC s'attrape assez facilement
De la persévérance et surtout se faconner un staff en béton (le kiff d'avoir du Desailly ou du Buffon dans son staff) avec des putains de recruteurs que t'envoies 6 mois en Am sud te chopper une perle sinon à quoi ca sert de ne pas tout gérer? Et surtout tant qu'à ne plus avoir de vie autant y aller à fond plutot que "juste" regarder des points bouger sur un écran non? Même si on est d'accord que c'est une sensation extraordinaire! Comme l'impression qu'il y a plus de Lolo White/Mancini virtuels que de Wenger!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 3
Le plaisir de foutre dans ton staff des mecs qui ont fait la gloire de ton club. T'as l'impression de faire un truc cohérent vis à vis de tes supporters.

J'avais une partie avec les Gers où j'avais rapatrié Andy Goram, Ally McCoist et Richard Gough dans mon staff, les mecs sont restés longtemps, je pense que Goram a pris sa retraite à + de 70 piges.

Je sais, on s'en fout, mais si j'en parle pas là, j'en parlerais jamais.
C'est vrai que tactiquement c'est peut-etre plus simple qu'avant (encore que j'ai connu des joueurs qui etaient des monstres sur FM2012 et se sont casse les dents sur FM2014), mais financierement le jeu est de plus en plus difficile.
Dans FM2009 je me rappelle que je pouvais assez facilement vendre un joueur indesirable, desormais il est rare de trouver un club pour le prendre, meme gratuitement.

Et pour l'acces a la Ligue des Champions, c'est ok si vous faites partie des championnats les plus riches. Mais une fois parti en Europe centrale ou en Europe de l'Est, il y a un tel manque de revenus que l'ecart avec les plus gros clubs est vraiment difficile a combler sur le terrain.
15 réponses à ce commentaire.
Stop Ilya Sunzu Niveau : District
Ce qui est admirable avec Football Manager, c'est la justesse dans l'analyse des stats et du potentiel de chaque joueur, dans le sens où ils arrivent quasiment toujours à dénicher les pépites un an ou deux avant leur explosion, ce qui ramené au nombre de joueurs dans la base de données est quand même hallucinant, il y'a finalement très peu d'erreurs !
Demon Alburne Niveau : DHR
Sympa l'interview et avec un angle qui change de certaines autres qu'on a pu lire ailleurs ces dernières années.

Je confirme que ce soir c'est FM17, pizza et....rien d'autre! Par contre de là à ne plus avoir de vie sociale depuis la sortie du jeu, faut pas exagérer, ça reste un jeu les mecs, ça se joue à temps perdu!

Courage à nos femmes !
Ce commentaire a été modifié.
Je trouve le jeu encore plus fun apres une quinzaine-vingtaine de saisons lorsque le quota joueurs reels est epuise et les regens prennent le relai.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Il me semble que tu peux commencer une partie en choisissant d'utiliser directement des regen.
Exact Susic, je me suis pas mal tâté pour le faire, mais je crois que j'aime bien commencer avec les vrais gonzes.
2 réponses à ce commentaire.
Ce jeu fait vraiment envie mais faut vraiment du temps pour y jouer...
World of warcraft et football manager sont la cause de mon échec scolaire en première année de fac.

Et je ne regrette rien.
En même temps ils ont combien de C1 et de CDM à leurs palmarès tes potes qui ont validés leur année du premier coup?
Je ne poste jamais hormis lors des livres
Mais la, tu m'as tué ! Merci bonne journée.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
C'est magnifique ce que tu écris là. C'est exactement ça.
3 réponses à ce commentaire.
Ce type est mon idole. En plus de sortir le meilleur jeu video de l'histoire, il se permet d'avoir des punchlines parfaites.
Encore un peu et je vais devenir fan de Watford...
Fabrizio Salina Niveau : CFA2
Le marronnier du foot par excellence.
Ce jeu a faillit me coûter mon BAC tant j'étais accroc... aujourd'hui j'évite d'y jouer sinon le divorce avec ma femme sera sans doute très proche
Le plus gros plaisir de ce jeu c'est quand même de sortir la pépite du futur de son centre de formation, de le faire évoluer, le voir en équipe nationale tout ça... bon rien qu'avec cet objectif on part pour un aller simple de 10 saisons mais quelle émotion quand il marque son premier but
J'ai toujours été intéressé par le concept sans jamais avoir "osé" me lancer...
Y a une dizaine d'années j'avais acheté l'Entraineur je crois. En une "soirée" de 6h, j'avais fait passer deux jours dans le tellement je cherchais tout et n'importe quoi partout dans le monde. J'ai compris que c'était dangereux j'y ai plus jamais touché !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Ces jeux-là sont tellement pointus, et ils ouvrent un tel horizon à ton imaginaire, qu'ils sont comparables à des trous noirs.

La quintessence de l'antimatière.
1 réponse à ce commentaire.
Football Manager et le sexe ce n'est pas comparable.

Je n'ai jamais ressenti rien d'aussi jouissif que de voir ma pépite de regen planter le but de la victoire en finale de la LDC pour Barnsley en 2022.

Pour égaler ce sentiment il faudrait peut être un reverse anal gang bang ...
Vous verrez, y'a un petit bonhomme, Bodmer qu'il s'appelle, il va faire très très mal dans quelques années.

Vous ne pourrez pas dire que je ne vous aurai pas prévenu....


Oui, Pour ma part, je joue encore au 03/04.
Guy Roux Manager sur PS1 !!!! Un triplé européen en 2000 avec Lens !!! Tamudo meilleur attaquant, Pierre-Fanfan le centreur fou et Marc Vivien Foé !!!
Quelques années Bordelaises et Arsenal qui gagne enfin une LDC ... et Puis Tours champion de France de Ligue1 avec le 2014 !!! ce jeu est fou !!!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Mec, je t'aime, juste pour ça :

"Pierre-Fanfan le centreur fou"

1 réponse à ce commentaire.
J'en parle aussi de ma fierté d'avoir amené Luçon, ma ville de naissance au sommet du football mondial et surtout Français, avec 9 championnats d'affilée pour l'instant sur le FM14, grâce à une seule philosophie, la formation de jeunes.

Ils ont gagné la Ligue des Champions jeunes en 2034, avant de ma part gagner ma première ligue des champions 4 ans plus tard. J'avais le sentiment de la réussite. Maintenant, j'ai un stade de 50 000 places et le meilleur en terme de formation et entraînement et je fais parti des 5 clubs les plus prestigieux avec Cristiano Ronaldo pour coaché me sattaquants et une légende du club en entraineur adjoint. En plus d'avoir des jeunes qui ont fait toute leur carrière chez moi, et au moins 4-5 joueurs en EDF.

Y'a pas à chier, mais mon Luçon est devenu une référence sur plus de 30 saisons de jeu. J'ai créé un groupe sur la détermination, du coup j'ai quelques matchs de fous à mon actif, des finales perdues sur le fil ou des branlées mémorables.

J'avais torché le 2010 en passant devant Ferguson au classement des entraineurs.

par contre j'ai jamais changé de club, je suis un homme fidèle et je lâche pas un club que j''ai façonné.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 61