1. //
  2. // 1/2 finale retour
  3. // Valence/FC Séville (3-1)

Mbia et Séville reviennent de l'enfer

Dans l'atmosphère étouffante de Mestalla, le FC Séville a perdu, mais est parvenu à sortir la tête de l'eau au meilleur des moments devant une formidable équipe de Valence (3-1). Hasard ou non, les Blanquinegros ont été coupés dans leur élan par un but salvateur de Stéphane Mbia. La cruauté poussée à son paroxysme.

Modififié
0 18
Dans l'histoire du stade Mestalla, beaucoup d'équipes se sont cassé les dents. Arsenal, la Lazio de Rome, Leeds United... Une autre époque, dira-t-on. Toujours est-il que les soirées européennes sont éternelles. Elles restent dans les mémoires comme de grands exploits sportifs, fixés dans le temps. Au travers de ses campagnes sur le Vieux Continent, le FC Valence a construit son palmarès et ses finales continentales à l'aide de ces matchs fous. Ce soir, à défaut de concurrence sur la scène européenne, la victime visée par les hommes de Pinzi s’appelait le FC Séville. Avec deux buts d'écart à l'aller, les visiteurs pensaient sûrement ne pas avoir à forcer leur talent pour s'ouvrir les portes de Turin. Pourtant prévenus de la force de leur adversaire à domicile en Europe, les Sévillans sont passés à quelques secondes d'être le dindon de la farce.

Feghouli monte la température

Dans cette demi-finale où règne la tortilla, Valence démarre la rencontre pied au plancher. Devant un tempo à la Ricky Martin, le stade s'enflamme sur le premier mouvement des locaux. Ricardo Costa trouve la poitrine d'Eduardo Vargas d'une longue ouverture. Vif, le Chilien combine avec Sofiane Feghouli pour permettre au Fennec de s'engouffrer comme une anguille. Un crochet sur Fazio et une sifflante sous la barre plus tard, l'Algérien donne au Mestalla son premier cri du soir. La folie des soirées européennes s'empare de l'enceinte espagnole, devant le rythme effréné imposé par les Chés. La clameur s'empare des spectateurs à chaque offensive, Séville ne respire plus. Côté gauche, Juan Bernat centre pour Jonas, lancé comme un TGV. Tête puissante, Beto détourne sur son poteau, mais son bras fait entrer la balle dans le but. La chance est avec eux. Le retard est rattrapé, et inévitablement, les Nervionenses ont des palpitations en se rappelant le sort réservé au FC Bâle le tour précédent. Dans un cauchemar bien réel, José Antonio Reyes vient rajouter du tragique devant le réflexe de Diego Alves. À première vue, rien ni personne ne semble arrêter Valence dans sa folle remontée.

Un coup de boule dans la nuit

La seconde période démarre comme avait fini la première : encore et toujours la pression du FC Valence. Le coup franc de Parejo difficilement repoussé par la défense sévillane arrive sur Pablo Piatti. Battu sur la frappe de l'Argentin, Beto souffle très fort pour voir la sphère filer du bon côté de son montant gauche. Incandescent, Mestalla a toujours la pêche. Séville tente de calmer les ardeurs locales, mais la spirale devient infernale. Connaissant bien Valence pour l'avoir entraîné, Unai Emery cherche à stopper l'hémorragie. Pourtant très bon à l'aller, l'invisible Carlos Bacca cède sa place à Kevin Gameiro. À Valence, le rêve se poursuit. Un corner botté par Cartabia se termine en partie de flipper, mais surtout dans les pieds de Jérémy Mathieu. Aux six mètres, le rouquin enfonce Beto et donne aux Murciélagos leur troisième orgasme de la soirée. Le mal est fait, pense-t-on. Les fautes s'accumulent chez les Palanganas qui se crispent, comme une victime en train de perdre son sang. Et pourtant, tout bascule : une longue touche de Coke, prolongée par Fazio, puis une tête smashée par Stéphane Mbia offrent à Séville un billet pour Turin aussi cruel qu'improbable. Merci, le but à l'extérieur.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ChapeauDePaille Niveau : DHR
M'bia, déjà que son but à l'aller était HJ, là il met ce but à la 94eme.

Sale
La malédiction so foot poussé a son paroxysme.
La malédiction so foot poussé a son paroxysme.
ParisianoLF Niveau : Loisir
Quelqu'un peut dire à Mbia que c'est pas CR7 sur sa célébration ? Valence volé ce soir
Les sévillans ont un parcours incroyable.

Déjà, lors du derby andalou, en huitièmes, le scénario est dantesque. Perdre chez eux 2-0 et remonter le score chez l'adversaire, c'est unique.

A Porto, ils évitent la correction, on se demande comment.

Et là, ils se qualifient à la dernière minute!

S'ils gagnent la finale, c'est que le bon dieu est avec eux. Ils sont les élus.
@mario : Si tu avais lu l'article sur Bacca et l'interview de fin de match de M'Bia, oui Dieu est avec eux.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Stéphane M'Biatch.

ALLEZ L'OM!
bon choix de carrière, après M. Sakho, de Kevin Gameiro.
Une finale de ligue europa, c'est quand même cool.
J'ai sans doute loupé un épisode mais je ne comprends pas ça :

"Hasard ou non, les Blanquinegros ont été coupé dans leur élan par un but salvateur de Stéphane M'Bia. La cruauté poussée à son paroxysme."

Quelqu'un pour m'aiguiller svp?
Le nom de l' entraîneur de Valence est Pizzi
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
J'adore quand un joueur marque et casse l'ambiance du stade.
Quand l'on pense que Seville est en Ligue Europa à cause de la non-participation de Malaga, ça fait penser au parcours du Danemark à l'Euro 92.
AirForceOne Niveau : CFA2
Avec deux bannis de l1 Gameiro et M'Bia Séville est en finale avec Miranda l'Atletico est en finale. Dante a gagné la C1 alors qu'il ne jouait pas a Lille Il n'aurait pas un problème en l1
Magnifique Valencia !
Message posté par Roxxmob
J'ai sans doute loupé un épisode mais je ne comprends pas ça :

"Hasard ou non, les Blanquinegros ont été coupé dans leur élan par un but salvateur de Stéphane M'Bia. La cruauté poussée à son paroxysme."

Quelqu'un pour m'aiguiller svp?


Je sais pas, se faire sortir en demie de Coupe d'Europe par un but de M'Bia... Si tu ne comprends pas, on ne peut rien faire pour toi, l'ami.
Des majorettes dans l'espace Niveau : District
Stephane, le genre de mec à marquer du tim'bia
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 18