Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le joueur de la journée

Maxime Spano : merci pour ce moment

Débarqué de CFA2 en début de saison, Maxime Spano découvrait la Ligue 1 dimanche à Lille. La découverte aura duré 39 secondes, le temps d'un carton rouge et d'un penalty provoqué. Mais à 20 ans, le défenseur a encore le temps de se relever.

Modififié
Il paraît qu'on n'oublie jamais sa première fois. Maxime Spano aimerait bien pourtant. Ce Lille – Toulouse a débuté depuis une trentaine de secondes quand le Roumain Grigore laisse filer dans son dos Origi. En catastrophe, Spano tente une intervention de la dernière chance sur l'attaquant du LOSC. Est-ce son adversaire qui va trop vite ou lui qui a une demi-seconde de retard au décollage ? À l'arrivée, il manque de trébucher et déséquilibre Origi. Pénalty (raté par Bassa) et carton rouge, Freddy Fautrel applique sans sourciller la double peine. Voilà, c'est fini. Tout est allé beaucoup trop vite. Le mauvais geste, au mauvais endroit et au (très) mauvais moment. Aucun ballon touché, une faute commise, une expulsion et 39 secondes, Maxime Spano connaît le goût de la Ligue 1. Un goût aussi acide que court en bouche.

« Est-ce que j'en veux à Spano ? Non, pas du tout. Tout le monde fait des erreurs. Avant lui, sur la même action, on perd encore deux-trois duels  » , pointe Pantxi Sirieix, plus de dix ans de boîte et pas l'envie de charger le bizuth. Avant d'être coupable, le stoppeur de 20 ans est d'abord la victime collatérale d'une défense sans repère. À quatre ou de nouveau à trois comme à Lille, les Toulousains sont devenus indéfendables, perdus dans un système trop ambitieux pour eux, victimes des blessures, des hésitations de leur entraîneur qui ne sait plus dans quelle langue parler à un groupe où se bouscule 15 nationalités. Fidèle à ses principes, Alain Casanova a refusé de charger le poids de la défaite (3-0) sur l'arbitre. « J'ai revu les images, je pense que l'arbitre ne s'est pas trompé. On peut penser que c'est dur, mais ce n'est pas un scandale qu'il ait sifflé. » René Girard peut prendre note.

Un profil à la Rami


Avec Spano, l'entraîneur toulousain a tenté un coup. Spajić et Yago envoyés en réserve, Veškovac laissé sur le banc, Casanova a donné sa chance à un garçon recruté pour faire le nombre en début de saison. Arrivé de l'AS Pennoise en CFA2 après un passage par le centre de formation de Nîmes, le natif d'Aubagne débarque sur la pointe des pieds. Sixième dans la hiérarchie des défenseurs, il ne doute pourtant pas de ses qualités. « Je suis athlétique, je vais vite, je lis bien le jeu, j'ai une bonne première relance et je suis très bon dans les duels » , annonce-t-il. Son coach ne demande qu'à voir ce que le nouveau a dans le ventre. Les premiers entraînements et les matchs amicaux lui laissent présager un potentiel à développer. Alain Casanova change ses plans. « Je lui avais dit qu'avant janvier, il avait peu de chances de venir avec nous pour lui laisser du temps de progresser et de prendre ses marques. Mais, avec sa concentration et son professionnalisme, il a su s'imposer. Il s'entraîne tous les jours comme une bête. Il avance et se met au niveau des autres défenseurs centraux  » , explique le technicien en tout début de saison.


Le pari ressemble à celui tenté et réussi il y a quelques années par Claude Puel avec un certain Adil Rami, autre beau gosse tatoué débarqué de CFA2. Pour l'instant, Spano ne partage que des origines algériennes (par sa mère) avec l'ancien Lillois. Lancé contre Bordeaux en Coupe de la Ligue, il a été sorti à l'heure de jeu sans être pour autant le plus à blâmer dans le naufrage de son équipe. Une heure et 39 secondes, c'est court pour juger du niveau d'un défenseur. Spano a toute sa carrière devant lui pour effacer cette première ratée. S'il la connaît, Alain Casanova pourrait lui raconter l'histoire de la première catastrophique d'un jeune défenseur monégasque à Nancy en 1991. « Donne derrière » , lui avait hurlé en fouine Zitelli. Il avait donc donné derrière pensant que l'ordre venait de son gardien. Zitelli avait marqué, et le défenseur en avait pleuré, persuadé que sa première serait aussi sa dernière. Son nom ? Lilian Thuram. Et il a plutôt effectué une carrière honorable par la suite.

par Alexandre Pedro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom