1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Luxembourg-France

Maxime Chanot : « À New York, Pirlo met les coups francs, moi la tête »

Pilier du Luxembourg, Maxime Chanot rencontre ce samedi la France, pays où il est né. L'occasion de parler de sa sélection, de ses objectifs et de sa vie aux États-Unis, où il défend les couleurs de New York City. Avec David Villa et Andrea Pirlo, entres autres.

Modififié
Tu croules sous les sollicitations médiatiques ces jours-ci...
Ouais ! Je suis arrivé au Luxembourg il y a peu et entre le décalage horaire, les entraînements, le Luxembourg-France qui arrive et les interviews, le planning est assez rempli. Mais ça va.

Tu es né à Nancy, mais tu es aussi luxembourgeois. Ça vient de quel côté de ta famille ?
De ma mère. Mon père est français, donc le prochain match va être intéressant : toute ma famille paternelle va sûrement être derrière la France, contrairement à ma famille maternelle qui soutiendra le Luxembourg.

Quand as-tu choisi la sélection luxembourgeoise ?
À vingt ans, quand je suis arrivé en Belgique et que je me sentais capable de jouer pour l’équipe nationale. Il n’y a jamais eu vraiment de débat en fait, parce que je n’ai jamais été dans la position d’être sélectionné en équipe de France. C’était donc clair que j’allais jouer pour le Luxembourg. Je me suis toujours senti luxembourgeois, d’ailleurs.

Le coq Thauvin

Malgré la proximité géographique entre les deux pays, on connaît finalement très peu ta sélection. Quels sont vos objectifs, à court et long termes ?
Pour être humble et honnête, l’objectif n’est pas de se qualifier pour une Coupe du monde ou atteindre la finale de l’Euro, loin de là.
« Quand j’ai commencé avec la sélection en 2013, on était seulement trois ou quatre pros. Maintenant, on est onze. »
Dans un premier temps, on veut créer un groupe qui tienne la route, ce qu’essaye de faire le coach depuis quatre ans. Le but, c’est d’intégrer le maximum de professionnels à l’équipe. Quand j’ai commencé avec la sélection en 2013, on était seulement trois ou quatre pros. Maintenant, on est onze. Puis de manière plus générale, l’ambition est de bien figurer, de montrer qu’il n’y a plus de petites nations, et grappiller, grappiller, grappiller. Comme l’a fait l’Islande ou le pays de Galles, qui étaient il n’y a pas si longtemps des nations de football inconnues au niveau européen et qui sont désormais des modèles pour nous. Ça nécessite de la patience, car ça prendra du temps.

Vous avez déjà montré quelques progrès durant les éliminatoires (défaites 4-3 contre la Bulgarie, 0-1 contre la Suède, 3-1 contre les Pays-Bas et nul 1-1 au Bélarus).
C’est ce que je répète beaucoup en ce moment : malheureusement, le nombre de points qu’on a aujourd’hui ne reflète pas notre fonds de jeu. Un point, ça peut faire sourire. Mais contre la Bulgarie, il y a encore 3-2 à la 90e, on perd 1-0 contre la Suède alors qu’on fait un très bon match, et on tient les Pays-Bas jusqu’à la 60e. Donc avec un peu plus de réussite et d’expérience, on pourrait avoir trois-quatre points supplémentaires. Et on serait vu différemment. Mais c’est le foot. Et il est important que le fonds de jeu soit bon, car on a une image à montrer. Même s’il n’y a que les victoires qui donneront du crédit à notre évolution.

Quand on est habitué à gagner en club, ce n’est pas un peu dur de venir jouer en sélection tout en sachant qu’on va galérer pour obtenir ne serait-ce qu’un petit match nul ?
C’est vrai que ce n’est pas simple. Surtout qu’à New York City, on est en haut du tableau et on a un style de jeu basé sur la possession de balle. C’était également le cas à Courtrai, mon club précédent. Or, en équipe nationale, on subit un peu plus, même si on essaye de jouer. Donc au début, c’était un peu difficile. Mais avec le temps, j’ai appris à jouer de cette façon-là, à faire le dos rond. Et ce n’est pas pour autant que je ne prends pas de plaisir. Au contraire, je prends énormément de plaisir à défendre mon équipe nationale.

Parlons de ta carrière en club, justement. Malgré tes vingt-sept ans, tu as déjà pas mal bourlingué : formation à Nancy et à Reims, puis passages en Angleterre (Sheffield United et Mansfield) et en Écosse, retour en France au Mans et à Gueugnon, départ en Belgique avec trois clubs différents... Et maintenant New York. Tu as l’âme d’un globe-trotter ?
Non, c’est pas ça. En fait, ce n’est pas moi qui ai imposé mes choix personnels à ma carrière, c’est ma carrière qui m’a imposé des choix sportifs. Partir dans des pays étrangers, ce n’était pas une envie particulière, mais plutôt des opportunités. J’ai toujours évolué, mes transferts le prouvent. Quand je suis revenu en France, ça n’a pas marché, notamment parce que j’étais imprégné du jeu anglais. Ensuite, j’ai pris le temps de m’installer en Belgique et ça l’a fait. Aujourd’hui, me voilà aux États-Unis. Je ne l’aurais jamais imaginé, mais qui sait ce que l’avenir me réserve encore ?

À la fin de ton aventure belge, tu avais les Queens Park Rangers d’un côté, et New York City de l’autre, avec un projet professionnel qui attendait ton épouse aux États-Unis. Tu n’as pas dû hésiter longtemps, si ?
« À partir du moment où tu as un coach comme Patrick Vieira qui te veut... »
Non. À partir du moment où tu as un coach comme Patrick Vieira qui te veut, avec l’opportunité de fréquenter des joueurs hors normes... Sans oublier les infrastructures, le Yankee Stadium... Oui, mon épouse, qui est avocate, avait une opportunité professionnelle, mais c’est vraiment l’ambition sportive qui a pris le pas sur tout le reste. Le choix a été très vite fait, et je ne regrette rien.

Tu t’es bien adapté à la vie nord-américaine ?
Les six premiers mois ont été compliqués. Je suis arrivé en juillet, sans préparation, en cours de saison puisqu'il n’y a pas de coupure à ce moment de l’année ici. Puis tu arrives dans une nouvelle ville, c’est une nouvelle vie, il y a le jet-lag... Le climat était étouffant, il faisait presque 40°C... En plus, l’équipe en place tournait très bien, avec un collectif bien huilé. Le bilan était mitigé. Après, je ne me plains pas, hein. J’ai toujours eu conscience de la chance que j’avais. Et maintenant, ça va bien mieux. Je suis pleinement satisfait de cette nouvelle saison.

C’est vrai que pour le domaine extrasportif, les clubs là-bas sont en avance sur l’Europe ?
Les États-Unis ont tout compris de ce côté-là. J’ai eu l’occasion de jouer dans des clubs qui tenaient la route, comme Sheffield qui était en Premier League, mais ce que j’ai connu à mon arrivée à New York était juste exceptionnel. Dans l’organisation, dans le professionnalisme... C’est incroyable comme ils te prennent en charge.

Tu peux nous donner des exemples concrets ?
Tu arrives et tous les papiers sont faits. Tu ne t’occupes de rien. Voiture, permis, catalogue d’appartements disponibles, premier salaire... Tout t’attend dès ton premier jour. Tu n’as plus qu’à te concentrer sur la partie foot. Ils poussent le détail à la perfection. Génial.

Il y a bien un truc qui ne te plaît pas par rapport à la Belgique !
Ouais : les voyages. En Belgique, tu bouges en car et c’est réglé en une après-midi. Ici, vu que le pays est immense, tu es souvent dans l'avion, ça peut être très long. C’est possible d’aller jouer le samedi à Los Angeles, revenir à New York le mercredi et repartir à Vancouver le samedi d’après. Donc parfois, l’accumulation peut être fatigante... Mais je le répète : on est tellement bien pris en charge, les gens nous mâchent le travail pour les contrôles... On n’a pas grand-chose à penser si ce n’est amener son ordinateur !

Et le niveau, tu pourrais le comparer à celui du foot français ?
C’est paradoxal ce que je vais te dire, mais je ne suis pas légitime pour comparer la MLS à la Ligue 1. Tout simplement parce que j’ai toujours joué à l’étranger. Ce que je peux te dire, c’est que le championnat MLS est supérieur au championnat belge. Pourquoi ? Parce que tu as un mélange de joueurs américains intrinsèquement très forts physiquement, de joueurs sud-américains qui amènent une touche de vivacité et de technique, et d’anciennes stars ou de stars actuelles, comme Sebastian Giovinco ou Giovani dos Santos qui ne sont pas si vieux que ça, qui élèvent forcément le niveau. Sans oublier Steven Gerrard, Frank Lampard, Andrea Pirlo, qui, avant d’arriver en MLS, étaient titulaires dans les meilleures équipes du monde. Donc c’est un mixe entre tout ça qui fait de la MLS un championnat qui se développe rapidement. D’ailleurs, Tout le monde le sent. Sinon, tu ne pourrais pas demander à des mecs comme Jozy Altidore de venir jouer à Toronto.

Dans une ancienne interview, tu as dit que « les très bons footballeurs sont tous des bons vicelards » . Toi qui joues avec eux, tu confirmes qu’Andrea Pirlo et David Villa ont une part de vice en eux ?
Dit comme ça, le vice n’est pas le terme approprié. Je parlerais plus d’intelligence. Et être intelligent, ce n’est pas seulement donner la balle au bon moment. C’est aussi tomber pour récupérer une faute quand tu sens que tu vas perdre le ballon. Toutes ces petites choses que les joueurs de haut niveau mettent en application dans certaines situations. Un joueur comme Andrea, c’est aussi ce qui fait sa force. Quand toi, tu vas être un peu naïf et tacler, lui va obtenir une faute. Ça fait partie de l’expérience. De manière plus globale, Andrea et David sont des joueurs exceptionnels. J’apprends énormément à leur contact. Leurs façons de se déplacer, de conduire leur ballon, de se comporter sur le terrain...

Toi, tu as plutôt la réputation d’avoir un jeu dur. Et bizarrement, on n’imagine pas Pirlo aller au duel aérien avec un gabarit comme le tien...
« Andrea (Pirlo) ne va pas me demander de tirer les coups francs et je ne vais pas aller lui demander d’aller placer une tête sur un corner. »
Je ne me souviens pas avoir fait un duel avec Andrea. Et ça correspond à ce que je disais : c’est quelqu’un qui va utiliser sa tête et qui va jouer sur ses qualités en attendant le deuxième ballon. Chacun sait ce qu’il a à faire. Andrea ne va pas me demander de tirer les coups francs et je ne vais pas aller lui demander d’aller placer une tête sur un corner. Pour résumer, à New York, Pirlo met les coups francs, moi la tête.

Quand tu es arrivé, tu lui as parlé du but que tu avais collé à l’Italie en 2014 quand tu égalises en fin de partie lors d’un amical (1-1, score final) ?
Ouais, on en a parlé un peu en rigolant ! Mais ça reste un mauvais souvenir pour lui, donc on évite le sujet...

C’est vrai qu’après ce match, des clubs de Serie A se sont intéressés à toi ?
Oui, oui, ça s’est avéré. Mais tu ne maîtrises pas toujours les tenants et les aboutissants. Après, les transferts qui ne se sont pas faits se feront peut-être un jour. Mais là, je suis très bien à New York.



Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Coupe du Monde 2018
Qualifications
Luxembourg - France




Dans cet article

DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
Cool cet interview ! J'ignorais que la Squara azzurra avait été tenu en échec par le Luxembourg d'ailleurs.
Et bordel ça doit être quand même franchement sympas de jouer et s’entraîner avec Pirlo et David Villa.

Sinon il sent le traquenard ce match au Luxembourg. J'aimerais bien que les bleus l'abordent avec la même rigueur/concentration que si c'était les Pays-Bas en face (ce qui est peut-être le cas d'ailleurs).
Equipe en progrès depuis une dizaine d'année (je crois me souvenir qu'ils avaient accrochés un 2-2 en Suisse vers 2006-2007), capable sur un match d'embêter les cadors européens.
 //  10:41  //  Aficionado du Salvador
Oui à Perugia quelques jours avant le Mondial 2014...nul qui a été un bien mauvais présage
 //  10:53  //  Aficionado du Salvador
je ne me fais pas trop de souci sur le fait que les bleus aborderont ce match avec sérieux. On pourrait craindre un relâchement au vu de l'enflammade médiatique du moment (compréhensible), mais Deschamps a certainement fait le nécessaire pour maintenir tout le monde bien concentré
2 réponses à ce commentaire.
Il a vraiment un discours raffraichissant et très au fait de son niveau, ses possibilités.

Et le fait de savoir apprécier une profession où beaucoup de choses lui sont "mâchées", d'en être conscient, me le rends fort sympathique.

Belle carrière finalement. Mais pas blague ce soir einh ?
il y a 7 heures Reading présente ses maillots en réalité virtuelle il y a 8 heures Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 51 il y a 9 heures Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 9 heures Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 il y a 12 heures Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 il y a 13 heures Ronaldinho régale au beach soccer 15
Hier à 09:55 Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 Hier à 09:16 Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 31 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 24 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24
À lire ensuite
Podolski soigne ses adieux