1. // 26 juin
  2. // Anniversaire de Maxime Bossis

Maxime Bossis : « Cruijff était mon modèle absolu »

Comme Michel Platini, Maxime Bossis est né en 1955 et fête aujourd'hui ses soixante ans. « Le grand Max » a traversé l'histoire du football français à travers son renouveau en 82, sa représentation d'un football idéal sous la coupe d'Arribas et Suaudeau à Nantes, mais aussi ses tragédies. Entretien chaussettes baissées.

Modififié
Que reste-t-il du gamin que vous étiez à Saint-André-Treize-Voies en Vendée ?
Il me reste les souvenirs d'un enfant qui débute le football dans un tout petit club. À cette époque, on commencait à jouer au foot assez tard, beaucoup plus que maintenant. Il n'y avait pas toutes les catégories de jeunes que l'on a maintenant, pas de débutant, poussin, benjamin... On rentrait dans un club à 13-14 ans. Saint-André-Treize-Voies était alors un petit village de 1000 habitants, mais on s'amusait beaucoup et on tenait la dragée haute à de nombreuses équipes du département. Chaque joueur garde, je pense, de très bons souvenirs de ses premiers moments de football.

Justement, à 60 ans aujourd'hui, quel regard global posez-vous sur la carrière que vous avez eue ?
Vous savez, à 14-15 ans, devenir footballeur était déjà l'un de mes rêves, mais pas le seul. C'étaient les débuts de l'écologie, donc je voulais aller aussi là-dedans, ou m'occuper d'une réserve naturelle. À aucun moment, à cette époque, je n'aurais pensé pouvoir avoir une carrière aussi riche dans le football. C'est arrivé plus tard. Mes premiers vrais souvenirs de ballon, c'est la Coupe du monde de 1970 au Mexique quand j'avais 15 ans avec la victoire du Brésil de Pelé. C'était le moment où pour moi, le football, c'était encore le ballon dans ma ferme.

Comment c'était le football pour un jeune au début des années 70 ?
Sans véritable arrière-pensée, on se laissait aller. On n'avait pas de plan de carrière, on jouait au foot pour s'amuser, on était porté par la vague. Et à côté de ça, mes parents me poussaient à faire des études, à aller au moins jusqu'au bac. J'ai continué mes études secondaires à La Roche-sur-Yon. C'était la priorité, une question de sécurité parce qu'à l'époque, avec ce diplôme, tu trouvais du travail très rapidement, ce qui n'est plus du tout le cas. Aujourd'hui, ce n'est qu'un passage.

Aviez-vous un modèle, un joueur qui vous faisait rêver plus qu'un autre ?
Bien sûr, et en réalité, plusieurs. Pelé en faisait partie, mais ce que je me rappelle surtout, sur la télévision de La Roche-sur-Yon, ce sont les matchs de Coupe d'Europe de l'Ajax Amsterdam. Je suis un fan inconditionnel de Johan Cruijff, c'était mon modèle absolu, une sorte d'idéal. Et à 17-18 ans, à mes débuts, je me suis beaucoup inspiré de Marius Trésor et Henri Michel, que j'ai retrouvés ensuite sur le terrain en équipe de France ou à Nantes.

Comment vous êtes-vous retrouvé à Nantes ?
Je suis arrivé en 1972 à 17 ans. Je suis originaire de la côte Atlantique et, à ce moment-là, Nantes avait une très bonne image, c'était l'un des clubs phares du championnat de France. J'avais également été approché par Angers et Rennes lors des matchs de sélections avec la région. Saint-Étienne m'avait même proposé de venir faire un stage et si je n'étais pas allé à Nantes, je serais peut-être devenu un autre joueur. Un Vert.

Comment s'est passée votre intégration ?
Très bien, il y avait déjà eu une grosse pré-sélection entre 15 et 17 ans. J'ai retrouvé Loïc Amisse par exemple et on vivait chez l'habitant. Moi, j'étais avec Omar Sahnoun, il n'y avait pas de centre de formation comme maintenant. La Jonelière est arrivée bien plus tard. Là, il y avait deux chambres et on allait souvent dans un café à côté avec les plus vieux comme Raynald Denoueix. Il y avait des tournois de billard, c'était une autre époque, on se retrouvait souvent après les matchs. Les stagiaires se mélangeaient avec le groupe pro, il n'y avait pas de différence. C'était l'esprit club et on était très libres dans notre comportement, dans notre vie, tout en restant hyper sérieux pour le foot.

Dès votre arrivée, vous avez surtout fait connaissance avec l'entraîneur : José Arribas.
José était quelqu'un d'hyper exigeant, d'excessif parfois même. C'était terrible. À côté, Coco Suaudeau était dur, mais pas autant. Je me rappelle un match amical quand j'avais 17 ans contre l'équipe professionnelle. Je jouais avec la réserve et j'ai raté plusieurs relances de suite. Arribas ne m'a pas lâché pendant plus de trois mois ! Coco me rassurait, me disait que ça allait passer. Si le jeu à la nantaise a été formé et inventé par José Arribas, il n'y a pas de secret.

Et vous avez connu Jean-Claude Suaudeau qui entraînait aussi la réserve à l'époque. Quelle différence avez-vous ressenti entre les deux hommes ?
Il était plus mesuré, pas aussi difficile à encaisser. Coco a évolué avec son temps et il était plus proche de nous dans l'âge, il jouait encore avec nous à ce moment-là, il était entraîneur-joueur, lui milieu gauche, moi juste derrière. Il nous faisait moins peur, il y avait plus de proximité. C'était également un génie pour son temps, mais José était vénéré, Coco son héritier.

Dans une interview à So Foot en 2005, Coco Suaudeau affirmait de nouveau que, selon lui, la génération championne de France en 1983 (le troisième titre de Bossis avec le FC Nantes, ndlr) était plus forte que celle de 1995 ?
Dans la tête de Suaudeau, l'équipe de 83 a toujours été la meilleure. C'est comme ça. Après, je trouve que c'est compliqué, voire impossible de comparer. C'est comme lorsque l'on essaye de comparer Maradona avec Pelé, Zidane avec Platini ou Messi avec je ne sais qui. Le débat est compliqué, voire ridicule, car il y a une différence d'époque. On était juste, je pense, plus maîtres de notre sujet en 1983, mais on reste avec les champions de 95 les deux équipes les plus belles de l'histoire du FC Nantes avec celle de 1966.

Au même moment, très rapidement, vous découvrez l'équipe de France avec qui vous partez en Argentine pour la Coupe du monde en 1978. Une compétition marquée par un contexte particulier, celui de la dictature militaire, et il y a des menaces de boycott. Vous vous retrouvez là-bas dans l'hôtel des Italiens qui vous photographiaient pendant les séances d'entraînement...
C'était incroyable, une époque de fous. On logeait à l'Hindu Club au même étage que la sélection italienne. On était même venus avec les dirigeants de la Ligue et de la Fédération qui étaient en vacances à l'hôtel. Sur le moment, tout ça nous paraissait logique. On avait voyagé en Concorde, c'était le seul élément qui sortait de l'amateurisme complet dans lequel on a vécu pendant ce Mondial. Pour nous tous, 78 c'était une finalité. J'étais dans la chambre avec Patrice Rio qui jouait aussi à Nantes. Il faisait tellement chaud qu'on mettait les matelas par terre pour échapper au chauffage qui était à fond. Les conditions étaient indignes, mais c'est aussi ce qui faisait le charme.

Il y a notamment ce fameux match contre la Hongrie (3-0) à Mar del Plata où vous jouez avec un maillot rayé vert et blanc.
Notre intendant s'était complètement planté. Il était formidable, mais ce jour-là, il n'avait pas reçu de fax à temps, et nous, comme les Hongrois, on avait nos jeux de maillots blancs. Incroyable, on était en tort, et une équipe locale (le Club Atlético Kimberley ndlr) nous avait filé des maillots. C'était un symbole de notre Coupe du monde au final.

Et quatre ans plus tard en Espagne, c'est le président de la Fédération du Koweït qui descend au bord de la pelouse pour faire annuler un but...
Aujourd'hui, les gens regrettent souvent les erreurs d'arbitrage, mais il y a de la bonne foi. Mais là, lorsqu'un président de Fédération, frère de l'émir, descend et fait annuler un but, on avait atteint des sommets. L'arbitre était un Russe, monsieur Stupar. Il m'avait même refusé un but pour un hors-jeu complètement imaginaire. J'ai encore en image Michel Hidalgo sur le banc en short avec son T-shirt rayé. Je ne l'ai jamais vu dans un état pareil, il était hors de contrôle, ça dépassait l'entendement.

1982, c'est aussi pour vous l'installation aux côtés de Marius Trésor, votre modèle de jeunesse.
Je jouais surtout à cette époque sur un côté, en tant que latéral, à gauche ou à droite. Marius était le patron de la défense à côté de Christian Lopez. Il y avait aussi Patrick Battiston et Manuel Amoros. On était un ensemble complet, au niveau et on s'offrait tous une confiance réciproque. Après, Marius, c'était Marius. Je l'ai remplacé lorsqu'il a pris sa retraite avant l'Euro 84.

Est-ce que vous vous êtes servi de cette expérience pour l'apporter à Marcel Desailly que vous avez accompagné en défense à ses débuts à Nantes dans les années 90 ?
Un petit peu, mais vous savez, Marcel n'était pas quelqu'un qui avait vraiment besoin d'être accompagné. J'avais 34-35 ans, lui 23, et je ne suis pas sûr que je lui ai beaucoup servi. Avec Marius, ils étaient faits pareils, deux mecs costauds et très solides défensivement. Pour moi, ce sont les deux plus grands défenseurs centraux de l'histoire du football français.

Quel est votre meilleur souvenir chez les Bleus ?
Je n'ai pas encore réussi à définir si c'est le meilleur ou le pire, mais c'est certainement le plus grand de tous. Bien sûr, Séville, le 8 juillet 1982, contre la RFA. Ce sont des moments que l'on veut vivre dans une carrière, tout était incroyable. Et ce, malgré mon échec lors de la séance de tirs au but. Comment est-ce possible que plus de 30 ans après, des gens de tous les âges viennent encore nous en parler ? Chacun se souvient où il était précisément ce soir-là. Certains nous racontent qu'ils étaient en vacances, d'autres qu'ils avaient 10 ans. On m'arrête encore souvent dans la rue pour parler de foot et très rapidement on arrive sur le match de Séville.

On a encore les images en tête de vos chaussettes baissées, comme celles de Marius Trésor.
Oui, les fameuses ! C'est une habitude que j'avais prise à Nantes, je pense que c'était pour éviter les crampes. Laurent Blanc faisait ça aussi après, les baisser plus bas que les protège-tibias. C'est avant tout psychologique, on était plus à l'aise comme ça, on se sentait moins comprimé, mais ça montrait aussi, le plus souvent, notre état de fatigue. Quand on les baissait, c'est que physiquement, on déclinait.

Votre carrière, c'est aussi une signature au Matra Racing de Lagardère, comment ça s'est fait ?
Pour tout vous dire, au départ, je ne devais pas y aller. Je devais signer au PSG qui, cette saison-là, fut champion de France, alors que je remportais le titre en D2 avec le Matra. Je m'étais mis d'accord sur un contrat de trois ans avec Borelli, mais plusieurs parties n'arrivaient pas à tomber d'accord, des soucis avec je ne sais qui pour je ne sais quoi. Mon agent a alors étudié les autres propositions. J'ai failli signer en Angleterre, à Tottenham. On était même allés à Londres avec mon épouse, et un contrat de trois ans m'attendait. Mais j'avais peur de vivre là-bas, surtout que le camp d'entraînement était à une heure de Londres. Et le Matra s'est présenté, j'ai senti que ça pourrait être ma dernière ambition, mon dernier challenge à long terme, donc j'ai signé pour quatre ans. Je pense que le projet, malgré quelques succès, a échoué parce que le football français n'était pas préparé au genre de gestion que Lagardère imposait. Un homme d'entreprise qui investit dans le foot, ça choquait à l'époque, et ma signature avait foutu le bordel.

Justement, il était comment, Jean-Luc Lagardère ?
Tout le monde a pensé que c'était un escroc quand il a investi au Matra en 1977. Mais c'était un vrai passionné depuis longtemps. Il était partenaire, avec Europe 1, du RC Lens et de Nantes. Il voulait même reprendre le FCNA un moment. On a fait plusieurs matchs de Coupe d'Europe avec lui, c'était un vrai fou de sport. Mais à l'époque, c'était quelque chose d'inconnu au-delà des erreurs de gestion qui ont tué le club.

Aujourd'hui, vous fêtez vos soixante ans. Comment vous voyez le foot dans six dizaines d'années ?
C'est difficile, en tout cas, je ne serai plus là pour le voir. Il y aura beaucoup plus de rythme, on verra un football peut être exceptionnel, mais sûrement plus virtuel. Aujourd'hui, tous les joueurs sont similaires et ont beaucoup de vitesse, avec une certaine classe. Les joueurs ne feront plus un mètre quatre-vingt-cinq, mais deux mètres, seront encore plus puissants. Le temps sera réduit pour la conservation du ballon, mais il y aura encore des Messi, des Pelé, des Maradona pour nous faire rêver.


Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le but annulé contre le Koweït c'est une histoire complètement incroyable !
Je crois ausside que c'est une histoire de fous mais c'est ce qui fesait le charme de l'époque! Sofoot, please un article sur ce que deviennent certains anciens footballeurs de légande ça ferait du bien!
pierrot92 Niveau : CFA
Alors lui il avait vraiment la classe. Top 5 des plus grands centraux français.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par pierrot92
Alors lui il avait vraiment la classe. Top 5 des plus grands centraux français.


C'est clair ! Trésor, Bossis, Desailly, Blanc et pour le 5e, je sais pas trop...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Alain Proviste


C'est clair ! Trésor, Bossis, Desailly, Blanc et pour le 5e, je sais pas trop...

Basile Boli...
il y a 11 heures Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 22:17 La douceur de Bruma 10 Hier à 12:35 Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 Hier à 12:17 Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11
Hier à 11:50 Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11