1. //
  2. //
  3. // Affaire Maxime Beux

Maxime Beux : « J’étais en train de m’étouffer avec mon sang »

Le dimanche 14 février 2016, Maxime Beux, vingt-deux ans, se réveille à l’hôpital de Reims. Son œil gauche est à moitié arraché. Selon la police, il se serait blessé seul, en tombant sur un poteau. Lui assure avoir été victime d’un tir de flash-ball. Toujours dans l’attente de son procès, le jeune membre de Bastia 1905 est également suspect dans une affaire d’explosifs retrouvés en marge d’une manifestation de soutien tenue le samedi suivant. Agité, mais avec le débit de ceux qui ont l’habitude de raconter sans répit la même histoire, il revient sur les événements qui ont changé sa vie à jamais.

Modififié
Bon aujourd’hui, on en est où de toutes tes affaires ?
Mon procès est très loin, je n’ai toujours pas de date. À la demande du juge d’instruction, on a eu une rencontre avec un balisticien et un ophtalmo qui devaient attester de la nature de la cause de ma blessure. Sauf que ce rendez-vous, on l’a eu en juin dernier. On devait avoir le compte rendu officiel en septembre et là, on l’attend toujours. La dernière date qu’on nous a donnée, c’est le 31 mars. Sur France 3 Corse, mon avocat, Éric Dupond-Moretti, a dit : « C’est normal que ça tarde. Le jour où il y aura ce compte rendu, l’affaire passera comme étant criminelle. » Parce qu’en droit français, si une violence volontaire cause une infirmité permanente, ça devient un crime. De leur côté, ça les emmerde.

Tu as aussi la principale affaire qui découle de Reims : celle des fameux explosifs.
Dans laquelle je suis mis en examen depuis le 17 novembre. Lors de la manifestation du 20 février à Bastia des explosifs avaient été retrouvés. Dans des conditions très obscures. On est plusieurs à être suspectés : trois prévenus de Reims, deux témoins et moi. Que des personnes concernées par Reims, suspectées d’avoir préparé ces explosifs, en marge de la manifestation.

Ce que vous n’avez pas fait ?
Moi, j’arrive le matin même en rapatriement sanitaire. Qui, pour le coup, est un alibi costaud. Mais c’est pas plus mal que je sois mouillé là-dedans, ça montre que tout ça, c’est pour décrédibiliser les protagonistes de Reims et pour couper la tête de Bastia 1905, qui dérange énormément dans les hautes sphères de la justice bastiaise.

Ton œil, tu peux m’en parler ?
Juste avant que je passe au bloc opératoire, le chirurgien me dit que j’avais peu de chance de retrouver la vue. C’était confirmé le lendemain. Là, je suis à quelque jours d’avoir une première prothèse. C’est juste pour le côté esthétique, pour retrouver la symétrie du visage. Au bout d’un moment, c’est assez dérangeant, tu t’en doutes. C’est une lentille un peu épaisse, que tu mets par-dessus, faite sur mesure avec ce qu’il reste de mon œil pour que ce soit la copie conforme du droit. C’est pas un œil en verre, qui sous-entend qu’on t’a enlevé complètement ton œil. Là pour le coup, il en reste encore un peu. (Il sourit.)

« J’échappe à un policier de la BAC qui essaie de m’attraper, je cours un peu plus vite que lui, du coup il me met en joue et me tire dessus au moment où je suis tourné. Je crie, la douleur était... indescriptible. La pire que j’ai jamais ressentie. »

Tu peux encore revenir pour nous sur ce qui s’est passé ?
Je cours, les policiers décident d’interpeller, du néant. On a réussi à avoir quelques vidéos – pas celles qui me concernent, ce serait trop facile – qui montrent qu’on cherche pas d’emmerdes. J’échappe à un policier de la BAC qui essaie de m’attraper, je cours un peu plus vite que lui, du coup il me met en joue et me tire dessus au moment où je suis tourné. Je crie, la douleur était... indescriptible. La pire que j’ai jamais ressentie. Je crie de toute mes forces et je me rappelle avoir dit sur le moment : « Pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi tu as fait ça ? » Donc je tombe au sol, je suis dans une flaque de sang, évidemment les policiers arrivent lancés, s’en donnent à cœur joie, on se fait passer à tabac au sol, menotter dans le dos, traîner dans le camion. J’étais en train de m’étouffer avec mon sang, parce que ça me bouchait à la fois le nez et la bouche. Là, on est amenés au commissariat. On est les neuf, alignés dans le hall. Au début, tout le monde dit : « Occupez-vous de lui » , j’avais l’œil découpé en deux, à la vue de tout le monde, je perds énormément de sang. Je souffrais. Ils ne voulaient pas s’occuper de moi. Au bout de peut-être trois quarts d’heure, un ami me dit « Lascia ti cascà » en corse, « laisse-toi tomber » , sous-entendu qu’ils s’occuperaient jamais de moi si je ne me laissais pas tomber. Moi, je suis sur un banc, dans mon sang, je simule un évanouissement. Menotté dans le dos, je te laisse imaginer le calcul, pour tomber bien sur le côté droit, pas sur le côté gauche. Je reste au sol, je fais le mort. Là, y a le supérieur qui arrive, ils décident d’appeler les secours. L’interpellation, c’est à 22h40 et je crois que j’arrive à l’hôpital à 0h40. C’est marqué quelque part. À aucun moment j’ai perdu connaissance.


Ça aurait changé quelque chose pour ton œil, si on t’avait amené plus tôt ?
Apparemment, non. Mais ça m’aurait épargné l’heure et demie la plus longue de ma vie... Ensuite, quand j’arrive à l’hôpital, les policiers m’accompagnent dans la chambre. Je suis sous perfusion. Ils se mettent autour de moi. Ils sont cinq. À aucun moment j’ouvre les yeux, donc je ne vois pas leur visage. Et si tu veux, ils se foutent de ma gueule. Ils disent : « Ah çui-là ! Alors Maxime, on te reverra plus l’année prochaine à Reims ? Putain, je lui aurais bien fait l’autre œil. » Plein de saloperies comme ça. À un moment donné arrive l’infirmière qui demande : « Mais qu’est-ce qu’il a eu le jeune homme ? Qu’est ce qui lui est arrivé ? » C’est là que j’entends pour la première fois : « Il est tombé sur un poteau. » Donc là, je fais le mort, mais ça bouillait en moi. Je n’arrive pas trop à analyser, mais j’imagine qu’ils devaient penser que j’avais juste l’arcade cassée. Eux, ils insistaient, ils voulaient me ramener en garde à vue pour me faire passer un sale moment. Et c’est là que l’infirmière a dit que mon état était beaucoup trop grave. « Ouais, ouais, on verra. » Le chirurgien arrive et dit qu’on doit m’opérer d’urgence, que c’est très grave. Du coup, ils disent qu’ils reviendront me chercher le lendemain. Et avant de partir, ils disent : « Allez, à demain Maxime ! »

« Je me réveille à 9h, perfusé, sur un lit d’hôpital que je ne connais pas, dans une ville que je ne connais pas. Et strictement personne sur Terre ne sait que je suis là. Le soir, le reste de ceux qui avaient fait le déplacement étaient allés au commissariat. Là-bas, on leur dit qu’on est juste en garde à vue et qu’on nous relâcherait le lendemain. »

Donc ils ne paniquent pas du tout ? Ils ne se disent pas : « Putain, on a fait une connerie » ?
Bien au contraire. Le premier mot que me dit le flic, quand je suis en train de baigner dans mon sang et qu’il arrive pour me mettre des coups de pied dans les côtes, c’est « Ah, ça fait mal hein ? Ça fait mal hein ? » en me prenant le visage. (Il fait le geste, mimant une main ferme autour de sa mâchoire.)

Tu te souviens de son visage ?
(Il souffle) Non. Honnêtement, non. Je me souvenais de la carrure. J’avais dit qu’il était très grand, costaud, rasé avec un sweat gris foncé ou gris vert. Là, je t’avoue que maintenant, je suis incapable de te dire. Mais je l’avais dit dans mes toutes premières déclarations à la justice.

Le réveil, c’était comment ?
Je me réveille à 9h, perfusé, sur un lit d’hôpital que je ne connais pas, dans une ville que je ne connais pas. Et strictement personne sur Terre ne sait que je suis là. Le soir, le reste de ceux qui avaient fait le déplacement étaient allés au commissariat. Là-bas, on leur dit qu’on est juste en garde à vue et qu’on nous relâcherait le lendemain. Juste quand ils partent, le SAMU arrive. Ils retournent voir le commandant qui dit : « Non ça c’est un SDF qu’on a trouvé sur la voie publique, il était complètement saoul. » JB Castellani, le président de Bastia 1905, ne l’a pas cru. Il l’a regardé dans les yeux et lui a fait jurer que ce n’est pas quelqu’un de chez nous. Il lui a assuré que non. Alors ils sont partis. Je me réveille, heureusement il me reste 10% de batterie et je les appelle. « Je suis à l’hôpital de Reims, je sais pas du tout où je suis, je viens de perdre l’œil. » Personne n’est au courant.

Et derrière tu appelles ta mère ?
(Il sourit) Non, c’est mes amis qui sont allés directement à la maison, voir mes parents. Qui ont accouru dès le lendemain. J’ai quitté la chambre le vendredi 19, veille de la manif. Je ne pouvais pas prendre l’avion. C’est pour ça que l’affaire des explosifs est ridicule. Je suis obligé de faire : ambulance, train Reims-Paris, train Paris-Marseille, Marseille-Bastia en bateau, arrivé le matin au port à 7h. L’ambulance vient me chercher et m’amène chez moi. Contre avis médical, le médecin voulait que je reste parce que j’étais trop faible. J’étais techjé (bourré) de morphine. Mais ils ont trouvé bon de me mettre en examen, comme si j’avais pu préparer les explosifs. Je dois arriver à 7h30 chez moi à Biguglia. Il y avait une quarantaine de personnes qui m’attendaient. Il faut savoir que l’ambiance était très, très tendue à ce moment-là. Des personnes âgées disaient : « Même avant Aleria (événement fondateur du nationalisme corse moderne, ndlr), l’ambiance n’était pas aussi chaude. »

« Avant, j’étais gardien à Corte. J’ai fait un trait dessus. Beaucoup m’ont dit que c’était possible de jouer avec un œil, mais le temps d’adaptation, c’est au moins deux ans. Ce sera plus pareil. Dans ton quotidien, tu te rends compte que tu n’as pas la pleine possession de tes moyens. Tu es un peu comme quand tu dois réfléchir à quelque chose, mais que tu es bourré. Tu n'as plus toutes les armes en main pour réussir. C’est plutôt chiant, mais je n’ai pas le choix. Il faut s’y faire et aller de l’avant. »

Les jours qui suivent, c’est comment ? Comme le deuil après l’enterrement ? Cette période de calme durant laquelle tu prends conscience de la chose ?
Ça a quand même mis beaucoup de temps à se calmer. Le samedi, ça faisait très décès, c’est vrai. Des gens venus de toute la Corse pour la manif’ passaient à la maison. Honnêtement, j’ai pas vraiment eu le temps de me reposer. J’en avais pas envie. D’ailleurs, le lendemain, le dimanche, j’avais du mal à tenir debout, mais je vais manger en ville avec mes amis. Il faisait très beau. J’ai commencé à prendre l’ampleur de la chose. Il restait des journalistes un peu partout, j’étais protégé par tout le monde, parce que je ne pouvais pas encore parler à la presse. Tout le monde était marqué par ce qui s’était passé à Reims, mais aussi par les jours de violence qui ont suivi, à Bastia et à Corte. Par la manif, le fait que le jeune Rémi Di Caro rentre en prison. Son frère fait partie des prévenus de Reims. Certaines personnes me pleuraient dans les bras, en voyant mon état. Des personnes âgées, des gens que j’appréciais.

La thèse du poteau, que tu contestes, tu l’entends d’abord des policiers, puis tu l’entends de la bouche du ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve. Ça te fait quoi ?
(Petit rire nerveux) Bah, c’est dur à vivre. Sur le moment, je suis encore à l’hôpital, perfusé de tous les côtés. C’est ma mère qui me donne à manger parce que j’ai les yeux fermés. Elle me donnait la becquée comme à un petit vieux. C’est là que je l’entends. Je me dis : « Putain, ils se foutent vraiment de ma gueule, quand même. »


Entre Reims et ton arrestation, c’était comment, ta vie ?
Y a quand même neuf mois entre les deux. Au début, c’est surtout dur physiquement. La blessure tarde énormément à guérir. Après, y a aussi le fait de s’habituer à son nouveau handicap. Tu perds toutes les notions de distance, de relief, de vision 3D. Sans compter le champ de vision qui est divisé en deux. Je te prends un exemple : (il mime) tu te sers un verre avec la bouteille au-dessus, tu as l’impression qu’il est dedans, mais en le tournant, tu vois que tu verses à côté. Dans la vie de tous les jours, c’est très difficile. Avant, j’étais gardien à Corte. J’ai fait un trait dessus. Beaucoup m’ont dit que c’était possible de jouer avec un œil, mais le temps d’adaptation, c’est au moins deux ans. Ce sera plus pareil. Donc tu as la blessure, le choc psychologique et le fait de te réadapter. Ce qui n’est toujours pas fini. Dans ton quotidien, tu te rends compte que tu n’as pas la pleine possession de tes moyens. Tu es un peu comme quand tu dois réfléchir à quelque chose, mais que tu es bourré. Tu n'as plus toutes les armes en main pour réussir. C’est plutôt chiant, mais je n’ai pas le choix. Il faut s’y faire et aller de l’avant.

« L’image du supporter de foot en général est une catastrophe. Puis, Bastia 1905, faut être honnête, n’a jamais cherché à bien se faire voir. »

Et après tout ça, tu es arrêté en novembre. Ça se passe comment ? En voyant des policiers, tu devais te dire que plus jamais on ne t’arrêterait ?
Je te contredis un peu. Du côté de Bastia, la justice et la police judiciaire te donnent vraiment l’impression qu’ils sont prêts à tout. Je ne me sentais absolument pas du tout protégé par rapport à ce qui m’était arrivé. Alors, je ne m’attendais pas non plus à ce qu’ils viennent m’interpeller, mais dans ma tête, c’était pas exclu que je me fasse emmerder. Ce jour-là, c’était un mercredi matin, j’étais à Corte. Le mardi soir, je passe ma soirée tranquillement. Et... je ne dors pas à la maison (grand sourire complice). En me réveillant, j’apprends que des gens de Bastia 1905 ont été interpellés. Je me dis que je vais passer chez moi, prendre des affaires, passer au bar, passer deux, trois coups de fil pour voir ce qu’il en est. Tu parles ! J’arrive chez moi, je passe la porte, je ferme, je commence à préparer mes affaires. Dix secondes plus tard : « Toc, toc, toc » . Une voix féminine qui crie un peu méchamment : « Maxime ! » J’ouvre : une femme, quatre types, tous avec des brassards orange. Sur le moment, je rigole. Ils me disent : « Qu’est ce qu’il y a ? Tu t’attendais à nous voir ? » Je m’y attendais pas, m’enfin... Voilà, là ils me parlent d’explosifs, en marge de la manifestation du 20 février. (Il souffle) À un moment donné, à un officier de la PJ, je lui montre mon œil et je lui dit : « Non, mais attendez, vous vous rendez compte que vous venez m’arrêter moi pour l’histoire de la manif ? Qui s’est bien passée en plus ! Alors que la personne qui m’a fait ça n’a jamais été inquiétée ? » Bref, je descends, je vois le dispositif de flics en civil, certains cachés, il y en avait une quinzaine. Je suis escorté par cinq véhicules qui me conduisent chez ma mère. Ils fouillent l’appartement et le garage. Puis pareil chez mon père. Après une trentaine d’heures en garde à vue, je suis déféré devant le juge. Il me dit que je suis sous contrôle judiciaire, que je n’ai plus le droit de quitter la Corse, d’aller au stade, dans les locaux de Bastia 1905 et que je n’ai plus le droit de parler aux protagonistes de l’affaire dite « des explosifs » . Qui sont tous des amis très proches et en plus des gens de l’affaire de Reims. Sachant qu’on avait des procès à préparer et qu’il fallait qu’on se rencontre pour ça... (Depuis l’interview, la procédure concernant les cinq supporters soupçonnés de fabrication, détention et transport d’explosifs a été annulée le 9 mars. Julien Muselli et Adrien Matarise, les deux amis de Maxime Beux incarcérés depuis novembre, ont été libérés. Le contrôle judiciaire de Maxime a été levé, ndlr.)

Tu dis que la plupart du temps, les gens te soutiennent. Ça veut dire que d’autres ont été moins positifs à ton égard ?
Là, récemment, il y a un petit vieux en ville qui regarde mon visage et dit : « Ah, vous vous l’avez bien cherché quand même. » Je suis resté très con. Je ne lui ai pas répondu. Il y avait des personnes autour de moi qui étaient choquées. Qu’est-ce que tu peux faire ? Déjà, l’image du supporter de foot en général est une catastrophe. Puis, Bastia 1905, faut être honnête, n’a jamais cherché à bien se faire voir. Ensuite, les violences policières, maintenant c’est devenu à la mode, mais y a un an, non. Ça a commencé avec la Loi travail et les manifestants éborgnés. Puis avec l’affaire Théo. C’est malheureux, mais, finalement, ça permet aux gens de se rendre compte de la cruauté de certaines personnes qui sont censées représenter l’ordre.

Tu as l’air convaincu que la thèse du poteau sera démontée. Tu penses que tu vas gagner, donc ?
Non ! (Il rit en secouant la tête) Mais mon affaire juridique, je pense qu’on va la gagner. Mais dans quelle mesure ? Qu’est-ce que ça veut dire la gagner ? Ça ne me rendra pas ma vie d’avant, ça ne me rendra pas mon œil, ça ne m’enlèvera pas mon handicap. Je pense que j’ai perdu quoi qu’il arrive. Après, il va falloir voir si je vais perdre totalement.

Propos recueillis par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

zinczinc78 Niveau : CFA
 //  09:26  //  Supporter de Bordeaux
Note : -4
Elle est vraiment horrible son histoire.. Heureusement qu'il y a peu de chances pour que ça se reproduise la saison prochaine avec Bastia..
 //  09:58  //  Fidèle de Lyon
Je ne trouve pas très drôle de blaguer autour du malheur d'un type qui a perdu un oeil pour la violence inutile d'un policier.
Oui on peut rire de tout bla bla. Mais quand tu seras personnellement concerné on en reparlera
zinczinc78 Niveau : CFA
 //  10:01  //  Supporter de Bordeaux
Euh où je rigole ? J'ai juste dit que son histoire était horrible et que j'espère que ça n'arrivera plus..
EsseBastiacciu Niveau : Loisir
Je dois t'avouer qu'en première lecture j'ai aussi interprété ton message comme une pique (Bastia en L2). Ce qui semble ne pas être le cas cependant
 //  12:56  //  Fidèle de Lyon
Ah ok my bad... Je pense que beaucoup l'avaient vu comme une pique
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
 //  10:20  //  Amoureux du Qatar
Il peut y avoir des incidents de ce genre en L2 aussi (malheureusement).
5 réponses à ce commentaire.
On croirait lire un récit qui s'est passé en Irak... Horrible
Js suis bien d'accord que ce qui s'est passé est horrible mais la comparaison avec l'Irak me paraît quand même bien exagérée et maladroite
1 réponse à ce commentaire.
Je ne sais pas quoi dire tellement son récit donne la gerbe. Beaucoup de courage à lui...
Ce commentaire a été modifié 3 fois.
 //  10:25  //  Supporter des Pays-Bas
Note : 1
C'est très gênant et affligeant de voir de tels raclures dans la police et les CRS.

Après, pour jouer un peu l'avocat du diable, quite à prendre une floppée de -1, quand je lis "qu’on cherche pas d’emmerdes", le pb c'est que tous les mecs impliqués dans les cas comme ça, au début, nous assurent qu'ils ne cherchaient pas d'emmerdes (variante du voisin du violeur assurant que ce dernier était "sans histoires" et "un voisin super sympa").

Sauf que, avec le temps, souvent malheureusement bien après avoir eu largement le temps de dépeindre les forces de l'ordre comme des salopards finis, on se rend compte sur certains cas, avec vidéos ou témoignages, que peut-être, la "victime" avait bel et bien cherché la merde.

Je ne dis pas "bien fait", car ce type est probablement honnête et sincère, et perdre un oeil me semble absolument terrible.

Mais avoir été blessé ne fait pas automatiquement de toi un innocent, et j'aimerais bien aussi avoir les témoignages des flics concernés.

Un peu comme pour ce pauvre Clément Méric, le gendre idéal, d'extrême gauche bien sûr, tout propre sur lui et mort récemment de ses blessures infligées par des salaud de skins heads sans pitié qui l'avaient lâchement attaqué.
Et puis quelques semaines après, on a vu des vidéos de lui un peu avant ce "drame", sortant du métro avec une bande de potes, tous armés de barres de fer, voulant "taper du nazi". Bizarrement ces vidéos ont été beaucoup moins diffusées que celles qui montraient les skin heads.
Et là, pour ce mec, je dis "bien fait pour ta gueule", oui.
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
 //  10:47  //  Amoureux du Qatar
Il devient quoi celui qui a tué accidentellement ce Clément Meric?
zinczinc78 Niveau : CFA
 //  11:08  //  Supporter de Bordeaux
"J’échappe à un policier de la BAC qui essaie de m’attraper"

En tout cas il avoue qu'il avait quelque chose à se reprocher.

Après, je ne suis pas spécialiste des règles d'engagement de la police.. Ils n'ont pas le droit de tirer dans le dos il me semble, non ? Donc le flic a du attendre qu'il se retourne pour tirer..
EsseBastiacciu Niveau : Loisir
Ce n'est pas aussi facile, dans tous les témoignages du procès, ainsi que les vidéos de surveillance, une chose s'accorde : au moment des faits ils n'ont rien fait pour "chercher" les types de la BAC, ils ont même été suivis à l'après match alors que notre équipe avait gagné, que l'ambiance était bon enfant (même dans un bar rémois avec des supporters de Reims)et qu'ils rentraient tranquillement (un groupe dans le bus l'autre pour aller boire des coups). Je vous invite à vous renseigner et lire les différents articles sur le sujet, on parle bien ici de bavure policière très violente (notamment voiture bélier) gratuite.
Comme tu dis, c'est très rarement tout blanc ou tout noir. Lors de choses graves comme celles citées, il est peu commun que ce soit uniquement la faute de l'un des 2 camps. Pour Méric par exemple, il suffit de traîner sur Paname pour se rendre compte que bien souvent, les antifas sont pas vraiment plus tolérants ni intelligents que les fachos qu'ils combattent. Car de base, une idéologie extrême devient pratiquement un dogme fondamental et incontestable. Après, il faut que justice soit faite et que la vérité soit révélée pour Maxime, même s'il n'apparaît pas 100% irréprochable dans l'histoire, il a subi quelque chose d'extrêmement grave.
The Buccaneer Niveau : CFA2
On ne va pas mettre tous les flics dans le même sac, mais bon le coup de l'œil arraché en tombant sur un poteau... Pffiouuu. Enfin bon, il y en a d'autres qui en voulant faire fléchir un genoux enfonce leur matraque dans l'anus...Version jugé valable par L'IGPN.
Ouais, c'était sûrement un poteau Mortal Kombat, ça expliquerait son œil arraché.
Ce commentaire a été modifié.
 //  12:00  //  Supporter des Pays-Bas
Justement, sur l'affaire Théo, on est passé de "les flics lui ont baissé son froc" à "il portait un jogging taille basse qui tombait tout seul" (reconnu avant hier par Théo lui même).

Encore une fois, rien n'excuse la matraque dans l'anus ni l'oeil et la vue perdue partiellement, mais comme le dit très bien Pig Benis, ce n'est pas tout blanc ou tout noir.
Lasourceprochedudossier Niveau : CFA2
Putain de poteaux carrés...
OReiPartouchinho Niveau : DHR
Ce qui est surtout choquant dans cette histoire de poteau, c'est qu'elle ne tient pas du tout si l'oeil est atteint, et non l'arcade comme les flics croyaient, ce qui prouve leur mensonge. Si on y réfléchit comme ça je ne vois pas comment ils pourront s'en sortir...
9 réponses à ce commentaire.
Alceste Poquelin Niveau : Ballon d'or
Note : 1
"Selon la police, il se serait blessé seul"

On a retrouvé un corps dans la rivière. Une paire de botte en béton, 32 coups de couteaux dans le dos, 27 impacts de balles entre les omoplates. Le commissaire est formel. C'est un suicide.
Quelle histoire ... Ca y est je suis de mauvaise humeur pour de la journée.
Enculé de flics
Et après ça vient pigner en manif que les français ne les aime pas et ne les respecte pas. La majorité doit être en train de prier pour que Le Pen passe et qu'ils puissent avoir encore plus de pouvoir pour cogner impunément. ACABWSD.
Enculé de flic*
2 réponses à ce commentaire.
Ça donne les frissons de lire ça... difficile à concevoir que ça puisse se passer en France! Courage Maxime
Quand on s'appelle Beuh, il est logique de s'attirer les foudres des cerveaux de la police
Ça aurait pu être pire. Y aurait pu avoir un G un L et un I entre le B et le E.
1 réponse à ce commentaire.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Moi je crois les policiers ! Enfin c'est évident qu'ils sont innocents ! Est ce leur faute si les gens tombent sur des poteaux ou s'asseoient sur des matraques accidentellement ? Ce hooligan devrait même s'excuser d'avoir sali le sang avec son sol et devrait donner 10000 euros de dommages et intérêts à nos courageux fonctionnaires pour diffamation !

Kit Fisteur, en direct du siège du Front National.
trotskinou Niveau : DHR
Petit message d'un riverain de la rue des chaufourniers, qui voit des flics plusieurs fois par semaine insulter les gamins qui jouent au foot et faire des doigts et mettre des coups de pression aux ados qui sont juste la à traîner. Ces mecs n'ont plus rien à battre de la population, et l'Etat les appuient jusqu'au bout, quitte à grainer les familles des victimes de violences policières dans la boue. Son récit est d'une tristesse..
Jefferson Spike Lee Niveau : Loisir
Le pire dans tout ça, c'est que ça fait des années que ces méthodes sont en place pour mettre le feu... Je me rappelle toujours le jour où je revenais d'un match de foot en club où je me suis fais arrêter en voiture par la BAC, qui m'ont traité de dealer car "un noir qui vient de tel quartier ne peut pas se payer une voiture neuve" et que je devais avoir un casier judiciaire long comme un bras... Ce genre de policiers ,on en voit top souvent en ce moment et sont toujours protéger par leurs supérieurs alors qu'ils gagneraient à écarter les brebis galeuses et à changer l'image de la police au niveau national... Et franchement, si ça continue dans cette voix,je serais vraiment pas rassuré quand mon fils aura ces 15 ans...
trotskinou Niveau : DHR
Dans la même lignée que ton histoire, mon frère a été contrôlé à 100m de chez nous par un policier qui trouvait louche qu'un juif puisse vivre en quartier sensible (il portait la kippa) : première remarque, "mais les juifs, vous n'habitez pas dans le 16ème ?" (remarque d'autant plus ridicule quand on connait le nombre de juif dans le 19ème). Mon frère, âgé de 14 ans à l'époque (c'était il ya près de 10 ans), peu rassuré, tremblant à l'idée de se faire contrôler, s'est ainsi vu traiter de "pédé" et de "peureuse" pour finir par un "alors, je te fais bander ?" au moment ou il contrôlait son entrejambe à la recherche de shit. Evidemment, mon père dans une colère mémorable, n'a jamais pu faire quoi que ce soit, on a toujours insinué des mensonges de la part de mon frère qui, depuis, a sombré dans une haine de la police qui aurait pu de loin être évitée sans de tels comportements.

PS Pour te répondre, je crois que je ne peux même pas imaginer le ressenti d'une personne noire ou arabe face à la police, quand bien même j'assiste à tellement de choses injustes en bas de chez moi.. Courage à toi et à ton fils, la justice finira par triompher !

Peace
2 réponses à ce commentaire.
Rolland_Courbis_Touquette Niveau : DHR
Enorme interview, franchement le mec en plus il a l'air plutôt solide psychologiquement et a déjà pas mal de recul et de pris de hauteur sur sa situation.

Sinon, franchement les mecs qui mettent des bémols, ceux qui disent "c'est pas tout blanc ou tout noir" faut arrêter 2 secondes merci ...
B1905 est un groupe hyper usant, c'est clair, mais pour le coup, j'ai vraiment l'impression que le droit et la raison est de leur côté.
D'ailleurs depuis le début de l'histoire les flics n'ont rien produit de tangible et ont l'air quand même bien bien merdeux ...
Le pire, c'est qu'on sait qu'au mieux ça se terminera avec un "avertissement conduite".
La police française s'américanise.
 //  14:05  //  Supporter des Pays-Bas
Note : 1
Je maintiens et au cas ou tu ne l'aurais pas compris, je parlais en général.
Sur ce cas là, on a très probablement affaire à un total innocent. Mais ce n'est pas toujours le cas et ce ne sont pas systématiquement "des enculés de flics".
"Encules de flics" c est par principe mais sinon on est d'accord.
Note : 1
Je parlais de l'affaire Méric plutôt que de celle-ci. On sait tous que la police a bien merdé avec Maxime, mais vu les sans-couilles et immoraux qui sont aux rênes de notre pays, ça ne risque pas de s'arranger.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Je préfère ton nouvel avatar au précédent.
4 réponses à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Comment avoir du respect pour ces pourritures de flics, ministres de l'intérieur etc..bref, perso j'en ai aucun..ils ne méritent même pas ma pisse dans leur tronche.
Lilliani
S'ennuyer ce soir? Vous ne savez pas où trouver une fille pour la nuit? Bienvenue http://bit.ly/2nHsbHR
ballondeplomb Niveau : National
j'ai meme pas eu le courage de lire jusqu'à la fin, tu donnes du pouvoir à des mecs sans morale, voilà ce que ça donne et quoi qu'on en dise la police a bien trop de pouvoir

je suis passé en ecole de gendarmerie faut voir la mentalité des officiers et futurs gendarmes, ça se prend pour dieu le pere un peu misogyne raciste et homophobe "mais ça passe on est entre nous" avec ce pouvor à se contaminer les uns les autres à force de vivre en vase clos

et les meilleurs specimens bas du front qui revent d'integrer les CRS, une parodie

j'espere que les individus responsable de cette eneme bavure vont manger mas vu que ça represente un peu beaucoup le bras armé de la justice, ça va surement capoter, ça me degoute

dites vous bien que si un jour le peuple manifeste un peu trop ce seront ce genre d'energumens qu nous fracasseront la gueule avec le sourire et la benediction de l'etat
Et Dupont M, toujours la quand ça sent mauvais...
andreas mollard Niveau : CFA2
Il faut bien qu'il mange le pauvre...
1 réponse à ce commentaire.
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
il y a 7 heures Valdés lance sa société de production 8 il y a 8 heures Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11
Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4
À lire ensuite
Les notes de l'OL