En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options

Maurizio Maestrelli n’est plus

Modififié
Le monde de la Lazio, et pas que, est en deuil.

Maurizio Maestrelli s’est éteint hier après-midi, à l’âge de 48 ans. Son nom ne dit pas grand chose, ici en France. Maurizio Maestrelli n’a jamais porté les couleurs de la Lazio, il n’a d’ailleurs jamais joué au football. Mais alors, qui est-ce ? Maurizio est le fils de Tommaso Maestrelli, qui fut l’entraîneur de la Lazio lors du premier Scudetto du club, en 1974. A Rome, il était une idole, et sa mort tragique (cancer), en décembre 1976, avait ému la ville entière.

Tommaso Maestrelli avait deux jumeaux : Maurizio et Massimo. Lorsque la Lazio remporte le titre, les deux gamins ont 11 ans. Ils deviennent, malgré eux, les mascottes du Scudetto, en courrant tous les deux comme des fous sur la pelouse du stadio Olimpico, le jour du titre. Aucun tifoso n’a oublié ces images.

Maurizio, qui plus est, a épousé il y a plusieurs années une certaine Monia Materazzi, fille de Beppe, ancien coach de la Lazio, et sœur de Marco, le meilleur ami de Zizou.


Depuis deux ans, Maurizio luttait lui aussi, et comme son père, contre le cancer. Après une lutte acharnée, il a finalement rendu les armes hier. C’est un petit bout d’histoire, qui s’en va avec lui. Ciao, bello de casa. EM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 17 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
À lire ensuite
Malaga se paye Villarreal