1. //
  2. // Lyon/PSG

Maurice : "Lyon est dans les temps"

Florian Maurice a joué au PSG et à Lyon. Aujourd'hui recruteur dans son club de cœur, il est bien placé pour parler du choc de ce soir.

0 0
Florian, dans ta carrière, tu prenais un malin plaisir à marquer contre tes anciens clubs. Tu n'es pas inquiet à l'idée de voir cinq anciens lyonnais débarquer à Gerland dimanche soir ?


On parle souvent de ça, mais ce n'est pas si spécial. Il y a des joueurs qui marquent beaucoup donc ça arrive aussi quand ils jouent face à leurs anciens clubs. Et puis concernant les anciens lyonnais du PSG, ils se sont déjà illustrés en Coupe de la Ligue à Gerland. Bodmer a même fait passer son message. C'est bon, on va dire que c'est fait, ils n'ont pas besoin de remettre le couvert (rires).


Il y aura aussi Ludovic Giuly, avec qui tu avais démarré au milieu des années 90. Ca te fait quoi de le voir encore là ?


Ludo a 34 ans, il peut encore jouer. Son potentiel est énorme. De le voir encore là, ça ne m'étonne pas. Il a eu une ou deux blessures importantes, les ligaments à Monaco je crois, mais sinon il n'a jamais eu de problèmes récurrents. Il a toujours eu des objectifs, et il a toujours su se gérer. Alors oui parfois, c'est son frère qui venait à l'entraînement. Mais il vaut mieux quoi, que ce soit son frère à l'entraînement ou en match ? De partout où il est passé, il s'est passé quelque chose. A Monaco, à Barcelone, à la Roma et maintenant à Paris.


Dimanche, deux autres anciens coéquipiers, Marco Simone et Christophe Dugarry, vont suivre le match pour le compte de Canal +. Tu n'as fait qu'un court passage sur la chaîne cryptée. Pourquoi ?


A Canal, je faisais le micro au bord du terrain. Comme Paga. Je ne me sentais pas à l'aise. Après, c'est une question d'opportunité. J'ai préféré faire des commentaires sur OLTV. Mais si l'on m'avait proposé un rôle comme ceux que l'on propose aux anciens joueurs, comme consultant dans Les Spécialistes, je serais peut-être resté.


Maintenant, tu es recruteur pour l'OL. Un rôle parfois frustrant, non ?


Tu pourras interviewer tous les recruteurs, ils te diront la même chose. Des joueurs on en voit plein, donc il y en a forcément qui nous échappe. Mais quand on est recruteur, on ne doit jamais perdre de vue qu'on est là pour donner son point de vue, pas pour décider. Mais ce n'est pas frustrant. Au contraire, avec la crise, on va devoir faire avec des joueurs de moins en moins connus. Mon travail va donc porter ses fruits ! (rires).


A tes yeux, c'est qui la révélation de la Ligue 1 pour l'instant ?


Comme un peu tout le monde, je pense que c'est El Arabi, qui arrive de Ligue 2 et qui marque tout le temps. Je l'avais vu l'an dernier. C'était pas mal, il avait de la puissance et la capacité d'éliminer n'importe qui. Mais je ne le pensais pas capable de marquer autant.


Et dans l'effectif de l'OL ?


Lovren.


Lovren, vraiment ?


Vous regardez peut-être pas les matchs comme on les regarde. Moi j'ai les stats, j'ai son nombre de duels gagnés et je n'oublie pas qu'il n'a que 21 ans. En ce moment, il est à l'image de l'équipe. Il peut faire un match quasi-parfait comme il peut passer au travers.


C'est ça le début de saison de l'OL pour toi ?


Même si je suis un peu en dehors, je trouve que ça se passe bien, que l'on est dans les temps : on est à quelques points des premières places du championnat, qualifié en Ligue des Champions. Dans quelques années, on ne se souviendra plus de la défaite de Schalke, on se dira juste qu'on a une fois de plus franchi le premier tour. Le match de ce soir va donner un peu plus d'importance à ce bilan.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0