En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Interview

Matt Moussilou : « Je touchais le ciel »

Matt Moussilou a marqué le triplé le plus rapide de l'histoire de la Ligue 1, puis quatre buts en France en quatre ans. Quatre ans pendant lesquels il a aussi joué au Qatar, avec le Congo et avec le chômage. Puis il est allé fracasser un futur Dijonnais du côté de Lausanne, se faire un tendon d'Achille, rejoindre la troisième division suisse. Le roi de la mousse a donc quelques souvenirs à partager.

Modififié
Matt, si on te dit carrière agitée, tu valides ?
Bien sûr, une carrière mouvementée, ouais ! (rires) Mais une carrière quand même ! Quand t'y penses à tête reposée, en se remémorant certaines choses, il y a pas mal de gens qui auraient aimé vivre la même histoire. J'ai connu des belles victoires, de belles équipes, c'est ça qu'il faut retenir.

Ton nom est inscrit sur les tablettes comme celui du triplé le plus rapide de la Ligue 1, avec trois buts en cinq minutes avec le LOSC contre Istres, en 2005. Il se passe quoi dans ta tête à ce moment-là ?
Je suis sur un nuage, mais paradoxalement, je ne profite pas pleinement du moment. J'avais perdu une amie quelques jours avant lors d'un règlement de comptes entre familles, une supportrice super gentille, qui venait de Tourcoing. Elle s'est interposée dans une querelle de familles, elle a pris un coup de couteau et elle est morte sur le coup. C'était durant la semaine du match, j'étais parti voir la famille, leur exprimer mes condoléances, apporter mon soutien parce que c'était une personne que j'appréciais, une supportrice que je rencontrais souvent dans le centre-ville ou dans les soirées où j'allais à l'époque. C'était une petite, hein, je devais avoir vingt-trois, vingt-quatre ans, elle avait dix-sept, dix-huit ans. Je l'aimais bien, elle était gentille et intelligente. Je suis parti dans un magasin de sport mettre un petit mot sur un T-shirt pour lui dédicacer. Et comme on dit, il n'y a qu'un dieu, est arrivé ce qui est arrivé. Je ne pense pas que c'est arrivé tout seul, c'est arrivé avec une conscience. Un jour triste et un jour magnifique en même temps. Sur le premier but, je soulève mon maillot et je lui dédie le but, il était marqué RIP Fanny Lembe Ikali. Mes pensées sur les buts étaient pour elle, c'est clair. Dans ces moments de grâce, c'était... Ouais, c'est arrivé à ce moment-là, voilà...


Tu as aussi marqué le dernier but inscrit dans le stade Grimonprez-Jooris. C'est quelque chose qui compte pour toi ?
Exact, dernier but. C'est une belle histoire pour moi, qui viens à quinze ans, formé au LOSC. Le centre de formation était dans le stade Grimonprez-Jooris. Je montais quelques escaliers pour aller voir les pros, c'était magnifique, l'ambiance, un bon petit stade. J'allais voir Dagui Bakari, Bruno Cheyrou, des mecs qui faisaient vibrer. Et savoir que le chapitre s'est refermé avec moi qui ai marqué le dernier but, à la dernière minute, ouais, c'est quelque chose de représentatif et j'en suis fier, c'est clair. C'est sympa de savoir que mon nom est associé à l'histoire de ce stade et du club, c'est un bon clin d'œil. J'y avais pensé avant le match, je m'étais dit que ça serait bien. Quand on est attaquant, on veut toujours marquer, laisser une trace dans les stades où on a passé des bons moments.

« Je ne mettais pas tout en pratique pour retourner les situations. J'étais un peu fragile de ce côté-là. Je pensais que ça allait venir tout seul... »

C'est important pour un attaquant, de laisser une trace ?
On veut tous jouer au football pour gagner des trucs, pour laisser quelque chose. On est des compétiteurs, on ne joue pas juste pour faire mumuse avec la baballe. Quand on surfe sur la vague, on en veut plus, on veut marquer plus, on veut gagner plus. On vit de ça, on vit de moments où on peut laisser des trucs, c'est sûr. Certains y arrivent, d'autres moins, mais le tout, c'est d'essayer ! C'est ce qu'il s'est passé pour moi à Lille. L'histoire était belle : ils sont venus me chercher, j'ai été en province, alors que je suis un Parisien pure souche qui ne sortait pas de sa région. Je viens, ils me forment en tant qu'homme, et j'essaie de représenter fièrement mon club. Dans ces moments, je suis sur un nuage, ouais, j'ai l'impression d'être intouchable, protégé par tout le monde, mes dirigeants, bien aimé par mes supporters... Une période magnifique, je touchais le ciel, ça c'est sûr.

Mais quand tu arrives à Nice avec l'étiquette de plus gros transfert de l'histoire du club, tu retombes vite sur terre. Tu n'as pas supporté la pression ?
C'est pas ça. Je venais quand même avec une expérience de haut niveau, en Ligue 1 et en Europe. La pression n'était pas là, puisque les exigences avec Lille étaient plus hautes qu'à Nice. C'est au fur et à mesure. Le temps passe, l'équipe fonctionnait mal, alors qu'on avait un effectif très impressionnant. Il y avait Hugo Lloris, Rod Fanni, Cyril Rool, Kanté, Ederson, Vahirua, Balmont, David Bellion, Baky Koné... Tout ça, c'est des joueurs qui ont fait des grands clubs ! Mais on a très mal commencé, et moi qui sortais de mon petit confort, j'ai vu comment ça se passait quand on était une recrue phare, qu'on devait rendre des comptes. Je n'étais pas préparé. Alors on se braque, on se ferme, et ça se ressent sur le terrain. C'est un tout, quoi. Je n'étais assez forgé pour ça. Avec le transfert, les gens te voient différemment. Dans l'équipe, on savait que tout allait me tomber dessus, qu'il n'y en avait que pour moi. Et je n'ai pas de chance, ça ne rentre pas, poteau, poteau, barre... C'est pas comme si je tirais tout à côté ! Si toutes mes actions étaient rentrées, je devais être meilleur buteur à la mi-championnat. Ça s'est joué à rien.


Tu t'es enflammé après tes bons débuts en pro ?
Je ne suis pas quelqu'un qui s'enflamme, mais... dans les moments les plus difficiles, c'est plutôt que la chance, bah je ne l'ai pas forcée. Je me contentais de... Disons que je ne mettais pas tout en pratique pour retourner les situations. J'étais un peu fragile de ce côté-là. Je pensais que ça allait venir tout seul, et quand il fallait se faire violence à des moments difficiles auxquels je ne m'attendais pas, car je n'avais jamais trop connu ça, eh ben je me suis dit que ça allait venir. Mais ça n'allait venir que par moi-même, pas par les gens, et ça, je ne le réalise pas tout de suite. Le temps passe, l'étau se resserre, ça devient plus difficile, on est livré à soi-même, il faut passer par des situations nouvelles... Il faut avoir un entourage sain, c'est un tout, il y a le terrain et les à-côtés.

« Au Qatar, il y a une particularité de procéder en prenant les passeports, tu ne peux pas sortir du territoire, on te les rend à la fin du contrat... Ça, ça fait un peu peur, c'est un peu particulier. »

Quand ça ne se passe pas bien à côté, ça se ressent physiquement, sur le terrain ?
Clairement, on le sent dans le jeu. Au stade du Ray, j'avais 20 000 spectateurs sur les côtés qui me huaient. Les joueurs qui avaient pu me voir joyeux, ils ne me reconnaissaient pas, ils voyaient que j'étais amorphe, ils me disaient : « Mais qu'est-ce qu'il t'arrive ? Pourquoi t'en es là alors que t'avais des possibilités ? » Il y en a certains, ça les peinait, ils n'y croyaient pas. Il fallait que je force plus la décision, il en fallait plus pour que ça revienne, mais je n'ai pas tout mis pour forcer les choses.

Tu passes alors par Saint-Étienne et Marseille avant d'atterrir au Qatar. Ça s'est bien passé là-bas, tu n'as pas eu de problèmes sportifs ou extrasportifs ?
À cette période-là, j'étais instable, assez bougeotte, quand ça n'allait pas comme je voulais, je quittais la tangente au plus vite. J'ai eu le choix du Qatar, mais au-delà du Qatar, l'idée était de sortir du système français. J'étais dans un tourbillon médiatique qui ne se ménageait pas donc, hé, ça fait du bien de s'éloigner pour se refaire la cerise ! Et c'est ce qu'il s'est passé. J'ai vécu six, sept mois magnifiques, j'ai marqué près d'un but par match, j'ai retrouvé un peu de confiance. Bon, il y a une particularité de procéder en prenant les passeports, tu ne peux pas sortir du territoire, on te les rend à la fin du contrat... Ça, ça fait un peu peur, c'est un peu particulier. Quand j'ai vu ce qui a pu arriver à d'autres, ça m'a un peu retourné, parce que je ne voyais pas les choses comme ça. J'en parlais récemment avec Mamadou Niang qui m'expliquait que quand c'est crapuleux, c'est crapuleux !



À l'issue de ton passage au Qatar, tu es sélectionné pour la première fois avec l'équipe nationale congolaise. Un truc important pour toi ?
Excusez-moi, ne quittez pas hein ! (Il discute quelques instants avec sa fille, ndlr) Allo ? Oui, excusez-moi, j'apprends aux enfants à traverser la route. Je me suis caché devant l'école, maintenant ils doivent savoir le faire tout seul. (Rires) C'est l'éducation hein ! Vous disiez ?

« J'ai voulu m'expliquer en tout bien tout honneur, monsieur est monté sur ses grands chevaux, il m'a cherché, il m'a dit des choses qui ne m'ont pas plu et... ouais, elle est partie ! »

On allait parler du Congo...
Oui ! En fait, vers 2004, 2005, j'avais des possibilités d'être en équipe de France, j'étais présélectionné. Comme tout le monde, j'y croyais un petit peu. Bon, là, il y avait du lourd devant. J'avais joué quelques matchs en Espoirs avec Raymond Domenech, des présélections, mais ça s'est arrêté là. À l'époque, quand on joue des matchs avec les Espoirs, on ne peut plus jouer avec un autre pays, c'était le règlement de la FIFA. Jusqu'à un changement en 2009 qui dit que quand on n'a pas joué en A en match officiel, on peut aller avec son pays d'origine. J'ai joué le premier match, et dès le départ, j'ai regretté de ne pas y être aller plus tôt. C'est quelque chose d'exceptionnel. On est idolâtré, il y a tellement de considération, d'énergie autour d'une personne. Les matchs, le public, la ferveur, les chants... Exceptionnel, magnifique. Je n'étais pas tant attaché que ça à mon pays, maintenant je le suis beaucoup plus. Mais depuis deux ans, j'ai arrêté, parce qu'il y a des jeunes qui montent en puissance, qui peuvent donner plus que moi.

Il y a un endroit où tu as bien donné, c'est au moment de croiser Vincent Rüfli du Servette, après un match avec Lausanne. Tu le cognes et tu prends quatre matchs. Que s'est-il passé ?
Oui, il a signé à Dijon d'ailleurs ! Apparemment, des gens disent qu'il est sympa dans la vie de tous les jours, mais sur le terrain, il est assez chiant ! (Rires) Il me les cassait tout le long du match, il me chambrait... À la fin, j'ai voulu avoir une explication avec lui sur toutes ces réflexions, ces petites embrouilles qu'il a voulu me faire. J'ai voulu m'expliquer en tout bien tout honneur, monsieur est monté sur ses grands chevaux, il m'a cherché, il m'a dit des choses qui ne m'ont pas plu et... ouais, elle est partie ! (Rires) Mais à part ça, ça s'est bien passé ! On avait les gros calibres comme Bâle, le Grasshopper qui jouaient les premiers rôles, nous on cherchait le maintien, voire le milieu de tableau, c'est ce qu'il s'est passé. J'étais titulaire, je marquais mes huit ou dix buts par saison, voilà, c'était sympa.


Ça doit te faire du bien, alors que tu sors d'une période de chômage ?
Le chômage, ça fait tout drôle ! On se dit, putain, il y a trois, quatre ans, je jouais des matchs de Coupe d'Europe, j'étais en Espoirs, il y avait plein de choses qui étaient promises pour moi, et on arrive à vingt-sept ans, en plein doute, la carrière qui en prend un coup, le moral à zéro, en perte de confiance. Je viens d'avoir un enfant en plus, c'est là qu'on comprend que la vie, ça va vite quoi ! En bien comme en mal ! On se réfugie, on commence à penser qu'il faudra aborder les prochaines échéances différemment. Je ne pense pas à arrêter, j'aime trop le football pour ça. Mais ça fait partie des moments les plus difficiles. Heureusement, j'avais des bons copains, ma femme qui me soutenait, ma fille qui m'aidait à relativiser. Sans ça, je sais pas ce que je serais devenu...

« J'ai des idées, de par mon expérience, ce que j'ai connu, j'ai plein d'idées. »

Il y a un an, tu retournes en Suisse au FC Le Mont, et tu te pètes le tendon d'Achille deux semaines après avoir signé. Une nouvelle galère dans ta carrière, tu ne te dis pas que ça fait trop ?
Oui, là, on commence à se poser les questions. Il y a de la négativité qui arrive, j'ai trente-trois ans, il y a cette blessure assez conséquente, donc oui, la question est là. Mais il y a toujours l'envie de taper dans un ballon, de gagner, marquer des buts, qui reprend le dessus. Je me suis bien soigné, j'ai tout fait pour bien reprendre, sept-huit mois après j'ai repris, j'ai été performant, j'ai marqué des buts, ça m'a conforté dans l'idée que j'en avais encore un peu sous la semelle, que je pouvais encore faire deux-trois trucs, me faire encore plaisir. Là ça va, c'est derrière, un souvenir oublié !

Le Mont aussi, c'est oublié ?
Je devais reprendre avec Le Mont, on ne s'est pas arrangé sur certains termes. Là, je viens de trouver un challenge dans une équipe qui s'appelle Yverdon Sport, c'est un club qui a joué le haut niveau en Suisse. On est en troisième division, il y a un président qui veut remonter tout de suite, le discours m'a plu, donc j'ai signé la semaine dernière. Je vais essayer de relever un des derniers challenges intéressants et plaisants, même en amateur.

Et après, il sera temps de penser à la suite ?
J'ai trente-quatre ans, je prends de l'âge. Moi, je joue attaquant, je n'ai plus le même jeu qu'à l'époque où je cavalais ! J'en parlais avec mon pote Mathieu Bodmer. Il arrive à faire durer parce que c'est un technicien, il peut jouer devant, derrière, il est doué, à l'aise, il n'a pas besoin d'avoir un physique pour durer. Alors que moi, j'avais besoin de ça. Donc je me lève chaque jour en pensant à différentes choses, pour voir où est-ce que je pourrais me retourner. J'ai des idées, de par mon expérience, ce que j'ai connu, j'ai plein d'idées. Après, il faudra les mettre en pratique. Mais à vrai dire, tant qu'on n'a pas arrêté le football à 100%, on n'arrive pas à se projeter de l'autre côté.



Propos recueillis par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 78 il y a 6 heures Corinthians sacré champion du Brésil 15 Hier à 15:59 La boulette de Carragher lors d'un match amical 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 13:06 Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 10 Hier à 12:12 Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 13 Hier à 11:47 Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44
mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 188 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 58 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 52 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 21 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18 mardi 24 octobre Un joueur de Preston obligé de revenir sur la pelouse pour se prendre son rouge 6 lundi 23 octobre Giroud remporte le prix Puskás 56 lundi 23 octobre Un supporter chilien parcourt 3000 km pour son équipe 6 lundi 23 octobre 273€ à gagner avec la Lazio & l'Atalanta 1 lundi 23 octobre Un supporter sort du coma grâce aux chants du stade 11 lundi 23 octobre L’actionnaire majoritaire de Lens était avec les ultras 8 lundi 23 octobre Record de points pour le Toronto FC en MLS 13 lundi 23 octobre Un jeune stadier trolle les téléspectateurs d’Everton-Arsenal 19 lundi 23 octobre Un joueur du Fenerbahçe protège l’arbitre de touche 2 dimanche 22 octobre David Neres claque un geste « à la Berbatov » 5 dimanche 22 octobre Raiola balance sur le racisme dans le monde du foot 73 dimanche 22 octobre Pronostic OM PSG : 500€ à gagner sur le Classico ! samedi 21 octobre Le président de la FA sous pression 7
À lire ensuite
Haïti douché