1. //
  2. // 20è journée
  3. // Juve/Udinese (2-1)

Matri dompte l’Udinese

Sous une pluie diluvienne, la Juventus vient à bout de la vaillante Udinese. Les Turinois s’imposent grâce à un doublé de Matri, véritable bourreau de la défense frioulane. Ils comptent ce soir quatre points d’avance sur le Milan AC, et désormais six sur l’Udinese.

Modififié
11 4
Juventus – Udinese 2-1
Buts : Matri 42’ et 62’ pour la Juve / Floro Flores 56’ pour l’Udinese

Qu’elle est belle, cette Juventus. L’équipe d’Antonio Conte ne s’arrête plus de gagner et fait chuter l’Udinese, grâce à une nouvelle prestation collective de haute facture. Ce succès là n’est peut-être pas aussi étincelant que celui contre la Roma en Coupe d’Italie, mais il est sacrément significatif. Car lors de la phase aller du championnat, l’Udinese était la seule équipe, dans le quintet de tête, à avoir tenu tête au leader. Un 0-0 au stadio Friuli, qui prouvait, encore une fois, que l’équipe de Guidolin pouvait être un candidat au titre. Mais ce soir, le rêve du Scudetto s’est peut-être définitivement envolé. Parce que la Juve a prouvé qu’elle avait ce petit quelque chose en plus. Ce petit quelque chose que chacun appellera comme il souhaite. Certains diront « la chance du champion » . D’autres loueront le talent collectif d’une équipe qui en veut. Et puis il y a ceux qui vont sérieusement commencer à dire que le petit quelque chose en plus de la Vieille Dame, c’est son entraîneur. Un coach capable de lire toutes les situations, de les anticiper, et de remettre ainsi, toujours, son équipe sur les bons rails. Un fin technicien, qui vante ce soir le bilan de 14 victoires et 8 nuls toutes compétitions confondues à la tête de son équipe de cœur. Grâce à ce succès, la Juventus prend ce soir six longueurs d’avance sur sa victime du soir, et quatre sur le Milan AC, qui recevra demain soir Cagliari. Les hiérarchies sont clairement en train de se dessiner. La lutte pour le titre se jouera entre Turinois et Milanais. Milanais au carré ?

Matri rate, Matri marque

Peu de surprises au coup d’envoi. Enfin, quelques unes. Antonio Conte aligne d’entrée de jeu le duo d’attaque Matri-Quagliarella. Marchisio et Pepe, légèrement blessés, sont remplacés par Estigarribia et Giaccherini, comme en Coupe d’Italie. Côté frioulan, Guidolin est obligé de composer sans ses joueurs partis à la CAN. Son onze a tout de même de la gueule, avec Di Natale en pointe, soutenu par les infatigables Isla et Armero. Le début de match est plutôt ennuyeux. Il faut dire que la pluie battante, à la limite de la neige, n’aide pas au spectacle. Les joueurs essaient plutôt de dompter le ballon que de créer des occasions. Du coup, il faut attendre près d’un quart d’heure avant de voir la première véritable situation dangereuse. Non, elle n’est pas pour la Juve, mais bien pour les locaux, qui agissent sans complexe. Buffon s’envole d’abord sur un pétard de Di Natale (14ème) puis récidive quelques secondes plus tard sur une reprise d’Armero (15ème). Si quelqu’un en doutait encore : le portier de la Nazionale est véritablement revenu à son meilleur niveau.

On ne va pas se mentir : le rythme du match est loin d’être élevé. La pelouse glissante donne lieu à quelques interventions plutôt appuyées (biscottes pour Gelson Fernandes et Vidal), mais pas à de franches occasions. Ah si, une, énorme, à la 22ème minute. Vidal délivre un amour de passe en profondeur pour Matri, le buteur manque légèrement son contrôle, se présente seul face à Handanovic, mais le gardien slovène est impérial sur sa sortie. A partir de ce moment là, la Juventus domine les débats. L’Udinese se contente de défendre, et le fait plutôt bien. La première période se dirige vers un inéluctable 0-0. Sauf que… A deux minutes de la pause, Estigarribia délivre un magnifique centre au cordeau pour Quagliarella, qui catapulte le ballon de la tête : Handanovic réalise un exploit, mais Matri rôde et score dans le but vide. 1-0. La Juve rentre se réchauffer (et se sécher) aux vestiaires avec un but d’avance.

La vie en rose fuchsia

Le but inscrit juste avant la pause donne forcément un avantage psychologique aux Turinois. En effet, les joueurs de Conte débutent la seconde période à l’abordage du but frioulan. Pendant près de 10 minutes, l’Udinese est littéralement asphyxiée dans sa moitié de terrain. Si ce n’est pas un centre de Lichtsteiner, c’est une frappe lointaine de Vidal, ou un coup-franc de Pirlo. Et puis, l’Udinese sort la tête de l’eau. Par qui ? Par son capitaine, évidemment. Seul contre tous, Di Natale provoque la défense turinois et décoche une frappe croisée qui frôle le montant de Gigi (54ème). C’est ce que l’on appelle une sonnette d’alarme. Une minute plus tard, la sanction. Sur une contre-attaque éclaire, Isla sert parfaitement Floro Flores, entré en jeu à la pause, qui ajuste Buffon d’une frappe enveloppée pied droit. 1-1. Mérité ? Cela reste à voir. Mais on ne peut que louer l’abnégation des bianconeri (oui, car ce soir, la Juve est en rose).

L’égalisation calme les ardeurs de la Juve. Sonnée, la Vieille Dame doit même subir les attaques d’une Udinese revigorée. Isla est tout proche d’offrir sa seconde passe décisive de la soirée, mais Di Natale ne parvient à dévier le centre que du genou (59ème). Conte sent bien que son équipe flanche, et abat la carte Marchisio pour donner de la consistance à son milieu. On appellera ça le génie (ou la chance). 30 secondes après son entrée, Marchisio offre à Matri une superbe passe du talon, que l’avant-centre convertit en but d’une frappe du gauche en pivot. 2-1, la Juve n’a pas tremblé longtemps. Et la joie de Conte sur son banc est plus significative que toute analyse. Ce second but est un véritable coup sur la rencontre. L’Udinese, qui pensait avoir fait le plus dur en égalisant, accuse le coup. La Juve se contente de gérer et de limiter les rares offensives de l’adversaire (essentiellement des déboulés d’Armero et d’Isla sur leur aile respective). Et ce coup-ci, Di Natale se peut pas sauver les apparences. La Juve s’impose et frappe encore un coup sur le Calcio. La vie aussi rose que son maillot.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce n' était pas de pluie mais bel et bien de la neige! Une belle Juve ce soir, qui va inquiéter plus d'un club en LDC l année prochaine.
Bravo a Conte et aux dirigeants turinois qui ont fait un beau mercato estival !
In pochi mesi saremo campioni
c'est clair, cette Juve me fait de plus en plus peur...(oui j'aime bien le Milan)
A mon avis, vous avez du prendre le match en retard parce que Estigarribia a hérité d'une grosse occasion après 2-3 minutes de jeu. Un face à face remporté par le gardien de l'Udinese
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris ne lâche rien
11 4