Mathieu Peybernes : « J'espère que Sochaux ne fera pas comme Grenoble »

Formé à Sochaux, Mathieu Peybernes a tenté le grand saut à Bastia l'été passé. À l'aube de sa seconde saison sur l'Île de Beauté, il nous a livré ses impressions sur la préparation, l'année qui se profile, mais aussi l'actualité de son club formateur.

Modififié
136 0
Comment se passe la reprise avec Bastia, pas trop compliqué, notamment avec les fortes chaleurs ?
Pour l'instant bien, même si on souffre un peu de la chaleur. On a passé quelques jours en montagne pour nous ressourcer et nous retrouver. Les choses extra-sportives, on nous a demandé de ne pas trop nous en occuper, donc on laisse les personnes en charge gérer ça.

Vous parlez de la décision du 30 juin de la DNCG, qui a décidé de rétrograder Bastia en Ligue 2 en raison d'un trou de 1,3 million d'euros. Au club, on se veut donc rassurant ?
Le président nous a rencontrés et nous a dit qu'il était confiant par rapport à l'appel qui a été déposé par le club. Le fait qu'on ait vendu Ryad Boudebouz à Montpellier fait que la situation devrait s'arranger. On va voir.

La saison passée, l'entraîneur qui a fait la préparation, Claude Makelele, a été remplacé dès novembre par Ghislain Printant, qui assure la préparation cette année. Qu'est-ce qui a changé dans la méthodologie ?
On reste plus ou moins sur les mêmes principes, vu que la préparation, c'est surtout du travail physique. La saison passée, on n'était pas partis en montagne comme cette année, c'est le plus gros changement. On fait beaucoup de courses, c'est le plus gros du travail.

La seconde partie de saison réussie, avec notamment une finale en Coupe de la Ligue et un maintien assez serein, cela vous fait néanmoins un passé commun avec le coach que vous n'aviez pas il y a un an. Cela n'ajoute pas un surplus de confiance ?
Bien sûr, sur la phase retour, on doit être 8e du championnat et la finale de Coupe de la Ligue nous a fait vivre une belle seconde partie de saison. On part sur de bonnes bases avec de la sérénité acquise grâce à cette seconde partie de saison. On se connaît mieux, cela permet de trouver plus rapidement des automatismes, même si quelques joueurs importants sont partis. On part avec une ossature similaire à la saison passée, c'est donc mieux pour travailler.

Bastia a terminé 12e de Ligue 1 la saison passée. Cette saison, on vous a annoncé un objectif particulier ?
On ne se fixe pas d'objectif autre que le maintien, la survie du club. Partir dans cet état d'esprit là nous permettra de viser plus haut après. Malgré les difficultés de l'an passé, on s'est sauvés avec 10 points d'avance sur Évian et une 12e place. Si on n'avait pas raté le coche en début de saison, on aurait peut-être terminé 10es. On reste humbles, le club évolue d'année en année, donc on veut assurer le maintien le plus tôt possible pour vivre une saison un peu plus tranquille que l'an passé.

Votre première saison loin de Sochaux a été plutôt réussie avec 24 titularisations, vous visez quoi pour la deuxième ?
On vise toujours un peu plus. C'était ma première année à Bastia, dans une nouvelle équipe, avec une nouvelle vie. Une nouvelle identité aussi parce que voilà, Bastia c'est autre chose que Sochaux, cela n'a rien à voir. Le début a été un peu compliqué, la fin de saison en trombe, à l'image de l'équipe. J'espère jouer encore plus que l'an passé, où j'ai fait une trentaine d'apparitions toutes compétitions confondues. Je veux m'intégrer encore plus dans ce club, m'imposer.

Sochaux a eu une actu chargée cet été : victoire en Gambardella et vente du club par Peugeot au groupe hongkongais Ledus. Vous avez suivi tout ça ?
Oui c'est vrai, je suis attentif car il s'agit de mon club formateur, de celui qui m'a lancé en Ligue 1, là où j'ai mes plus beaux souvenirs. Je ne suis pas étonné par la victoire en Gambardella, en matière de formation, c'est l'un des meilleurs clubs. C'est dommage que Peugeot ait lâché le club, car c'était l'identité du club. J'espère que la reprise ne changera pas la mentalité et l'esprit du club.

Cela vous inquiète de voir Peugeot céder sa place à un groupe hongkongais que l'on connaît très peu ?
Oui, mais après, c'est du quitte ou double, on ne sait pas trop où on met les pieds. Ils font dans les néons si j'ai bien compris (dans les éclairages LED, ndlr), donc c'est assez loin du foot. Il faut espérer que cela ne fasse pas comme à Grenoble où des repreneurs arrivent, puis lâchent le club deux ans après, car les résultats ne sont pas conformes à leurs attentes. Ce serait dommage pour le club, la région et les supporters si cela en arrivait là. Du côté des joueurs et des supporters, il y a peut-être un peu d'inquiétude, même si c'est quand même une chose positive d'avoir un repreneur.

Par rapport aux jeunes qui ont gagné la Gambardella, si vous aviez un conseil à leur donner pour qu'ils arrivent à percer en professionnel, ce serait quoi ?
Rester dans la lignée de ce qu'ils ont pu faire. Ils ont gagné une compétition, mais dans ce groupe-là, certains ne passeront pas le cap du professionnalisme, d'autres auront la chance et le bonheur d'intégrer l'équipe première à Sochaux ou ailleurs. Ils doivent rester dans la mentalité qui fait la force de Sochaux : la rigueur et le travail. Il ne faut pas oublier d'où l'on vient, et surtout le fait qu'on a de la chance si on fait du football son métier. Pour garder ça, il faut toujours avoir à l'esprit le travail.

C'est quoi qui fera la différence entre un jeune qui perce et un autre ?
Il ne faut pas se voir arrivé trop vite, ce n'est pas parce qu'on a gagné la Gambardella qu'on va débarquer en pro. Rien n'est jamais acquis. À chaque match, ce qui a été réalisé avant est remis en cause. Ils ont gagné la Gambardella, mais les gens l'oublieront vite si demain ils ne jouent pas bien en pro. Ce qu'ils ont fait, c'est très bien, mais il va falloir regarder devant, ne pas vivre dans le passé, car l'arrivée chez les pros comporte plusieurs étapes et il ne faut pas les louper.


Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
136 0