1. // Groupe F
  2. // Japon/Danemark (3-1)

Maté !

Le Danemark se fait éjecter du groupe par un Japon bien surprenant et un Honda des grands soirs. Des coup-francs, du Jabulani et un claquage de Tomasson pour le record de buts en sélection. Tout y est passé.

Modififié
0 0
En début de compétition, personne ou presque n'aurait misé un yen, un euro, un dollar, bref la monnaie que vous voulez, sur les Samouraïs Blues de Takeshi Okada. Troussier, qui n'a de crédibilité qu'au Japon, a passé son temps à détruire cette équipe et son sélectionneur.

Les Japonais, deuxièmes avant le coup d'envoi, pouvaient se contenter d'un match nul grâce à un meilleur goal-average par rapport aux Danois mais ont livré leur plus belle copie depuis leur entrée dans la compétition.

Malgré une compo toujours aussi défensive, avec le seul Honda devant, une ligne de quatre milieux affamés et un libéro, Abe, le cul collé à sa défense, les Nippons ont corrigé assez tranquillement ce Danemark très décevant.

Eh oui, la sélection de Morten Olsen a montré au monde entier qu'elle n'était pas taillée pour faire le jeu. Le jeu en contres face à un Cameroun désespéré les avait peut-être contentés mais face à ces Samouraïs en position d'attente, prêts à envoyer sur orbite Honda au moindre ballon récupéré, ils ont clairement montré leurs limites : Kahlenberg inexistant à la mène, trop de Poulsen sur le pré, un Tomasson affreusement maladroit, et un Bendtner à la crête mal faite.

Les Nippons n'auront pas eu une masse d'occasions mais auront détruit tous les espoirs danois en quinze minutes, sur deux coup-francs directs : Honda et Jabulani (17ème) et Endo (30ème).

En deuxième période, le Japon gênera encore plus le Danemark, en se plaçant cette fois-ci très haut pour forcer les Danois à envoyer des sondes aux avants-postes. Mais Bendtner et Tomasson avaient de sérieux clients dans les airs, avec Nakazawa et Tulio. Le capitaine danois réussira bien, laborieusement, à réduire le score sur pénalty, dépoussière pour l'occasion le record national de buts en sélection danoise (51 cageots comme Thierry Henry) mais y laissera surtout une cuisse en frappant le péno. Le Danemark finira donc la rencontre à 10+1 éclopé, à trois défenseurs et cinq attaquants mais n'arrivera pas à revenir.

Pire, les Jap' corseront même l'addition en fin de partie par l'entrant Okazaki (88ème), après un régal technique de Honda.

Car oui, avouons-le, le Japon a sans doute dans ses rangs un futur très grand avec le joueur du CSKA Moscou. Techniquement, il aura éclairé cette rencontre, tant sur son coup-franc qui rappelle franchement celui qu'il avait planté à Séville en Champions League, que sur le bonbon de geste technique offrant le dernier but jap'. Espérons seulement pour les Nippons que ce Honda ne se perdra pas comme le soi-disant prodige Nakata. Capillairement, il en prend malheureusement le chemin. Pour le reste...

Japon/Danemark : 3-1


Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg


Buteur : Honda (17ème), Endo (30ème), Okazaki (88ème) pour le Japon, Tomasson (82ème) pour le Danemark



Ronan BOSCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ennui mécanique
0 0