1. // Éliminatoires Mondial 2018
  2. // Argentine-Brésil (1-1)

Match nul dans la nuit noire à Buenos Aires

Après un premier report, le Monumental était finalement prêt à recevoir les étoiles. Mais l''Argentine et le Brésil n'ont pas réussi à se départager à Buenos Aires (1-1). Un résultat qui n'arrange ni Dunga, ni Martino. La Russie n'est pas toute proche.

Modififié
7 0

Argentine - Brésil : 1-1

Buts : Lavezzi (34e), Lucas Lima (58e)

11 000 kilomètres entre Paris et Buenos Aires, et une émotion intacte au Monumental, qui se tait une minute en mémoire des victimes des attentats parisiens. 60 000 voix s'éteignent, tandis que le décompte se fait plus lourd à mesure que la nuit avance sur l'Europe. Alors que des millions de personnes ont besoin de réconfort, Argentins et Brésiliens ont eux besoin de points. À ce petit jeu sans conséquence, pas de vainqueur, mais des doutes qui ne décollent pas des basques des ouailles de Martino et Dunga. Les deux équipes ont joué un véritable Clásico, fait de gestes techniques et de coups de pression. Reste à se qualifier pour la Coupe du monde.

L'Argentine à toute vitesse


Après les trombes d'eau qui se sont abattues hier sur le Monumental, le Brésil et l'Argentine peuvent enfin en découdre. Douglas Costa et Pastore sur le banc, au contraire de Neymar, évidemment, ou de Di María. Les locomotives se chauffent d'entrée, avec un David Luiz décoiffé par son coéquipier qui voit son centre-tir fuir le cadre, tandis que Neymar vient faire admirer sa technique au milieu du terrain. Mais pendant que le capitaine crochète et que Willian tricote, l'Argentine explose en contre par la vitesse de ses ailiers from Paris. Et quand les attaques se font plus construites, l'Albiceleste peut miser sur la lourde frappe de Banega pour faire passer des frissons dans l'échine d'Alisson. C'est finalement de son trident offensif que vient la lumière : Di María régale avant de décaler Higuaín, qui préfère regarder plutôt que contrôler, pour placer un centre tendu et parfait conclu par Lavezzi. David Luiz tente le coup de touffe pour revenir, avant que Higuaín, intelligent et altruiste, envoie une transversale somptueuse mal maîtrisée par Di María. 1-0 à la pause, mérité pour des Argentins qui ont contenu assez facilement un Brésil collectivement prévisible.

Le Brésil en deux temps


Au retour, Higuaín poursuit son service 4 étoiles d'une jolie talonnade pour envoyer Banega à la frappe, sur le poteau. Côté Brésilien, Neymar est trop seul pour faire trembler le Monumental. Dix minutes après la reprise, Dunga se décide enfin à envoyer Douglas Costa sur la piste, à la place d'un Ricardo Oliveira bien décevant. Sortir ses joyaux de la boîte, une riche idée de la part de Dunga : une minute après son entrée en jeu, le joueur du Bayern fracasse la transversale de Romero suite à une merveille de service de Dani Alves. Lucas Lima a bien suivi et prend la reprise qui glisse entre les doigts de l'ancien gardien de Monaco. 1-1 bien payé pour un Brésil dominé. Lucas Lima peut sortir, remplacé par Augusta, et Di María continuer à faire danser Filipe Luís. Higuaín, lui, est bien plus discret, tandis que Willian rappelle l'identité brésilienne d'une superbe virgule pour effacer deux Argentins en pleine surface. Les Brésiliens reviennent, un peu, dans un match qui perd en justesse technique. Dans les dernières minutes, l'Argentine a la bonne idée de presser haut, Marcos Rojo n'a pas celle de cadrer sa tête. David Luiz enfin n'a ni tête ni idées sur deux coups de latte bien sentis qui l'envoient à la douche cinq minutes avant tout le monde. La fin est anecdotique, des petits taquets aux échanges de maillot. Ne reste plus qu'à aller se coucher. Pour rêver, ou pour oublier.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 0