1. // Les 100 matchs qui définissent le foot
  2. // Real Madrid/Barcelone (2011)

Matchs de légende (8e) : Madrid - Barcelone et "El Puto Amo"

Ce genre de match ne se dispute qu'une fois tous les 50 ans. Nous, on en aura eu cinq en deux semaines. Dans la tempête de Clásicos du printemps 2011, il faudra en garder un, ou deux, ou même cinq. La demi-finale aller et retour de Champions, c'est le sommet.

Modififié
2k 36

Real Madrid – Fc Barcelone (0-2, 1-1)

Demi-finale de Ligue des champions – 27 avril 2011, 3 mai 2011
Bernabeau, Camp Nou


Que dira-t-on dans 50 ans de cette demi-finale de Champions League ? On aura sans doute oublié qui sont Pepe ou Dani Alves. On se souviendra à peine que l'arbitre prévu pour le match aller était portugais, qu'il s'appelait Pedro Proença mais qu'après une réclamation du Barça, ce fut finalement Wolfgang Starck, un Suédois, qui prit le sifflet, qu'à la 60e minute du match aller, ce Suédois expulsa Pepe sur une faute imaginaire mais bien interprétée par Dani Alves, qu'un entraîneur s'en prendrait publiquement à l'UEFA, qu'il serait ensuite suspendu. On oubliera peut-être que pour ce match aller à Bernabéu, le Real s'était présenté avec trois milieux défensifs (Pepe, Alonso, Lass), que le ballon était catalan (54% de possession, 657 passes réussies). On trouvera que jouer cinq Clásicos en deux semaines pour se disputer trois titres, finalement, ce n'était pas tant que ça, qu'on en aurait bien repris encore un peu, que le temps de la rivalité entre deux équipes de même taille, de même importance et d'histoire commune dans un même pays serait devenue une chose assez rare pour mériter toutes les attentions. On se dira que cette demi-finale de Champions League entre le Real Madrid et le Barça, c'était le bon temps où il se passait encore quelque chose. On pensera même que ces deux matchs aller et retour n'étaient qu'un seul match. Notre mémoire aura soudé deux semaines entières en une seule journée. Et puis il y aura quelque chose, c'est sûr, qu'on n'oubliera jamais.

On se souviendra de ce match parce que ses acteurs principaux étaient inoubliables. D'un côté, Pep Guardiola, l'idole de Catalogne et du reste du monde (moins Madrid), l'entraîneur classieux, bien élevé, qui révolutionna le football du début du XXIe siècle, l'entraîneur que tous les entraîneurs rêvaient d'être, celui qui réconcilia fond et forme, style et score, club et cœur. Pep Guadiola en 2011, c'était l'homme qui avait remporté toutes les compétitions qu'il avait disputées jusqu'alors, qui fera se souvenir de ses années blaugrana comme d'une temps béni ou honni, c'est selon. De l'autre côté, José Mourinho, la première rock star portugaise, le coach qu'on aimait aimer ou haïr, surtout il s'en prenait à notre équipe, à notre pays, à nos mauvaise habitudes. Dans 50 ans, on se souviendra que Mourinho était une sorte de grincheux victorieux qui gagnait partout où il passait et que surtout, il avait été recruté par le Real pour se débarrasser du mythe Guardiola, son ancien coéquipier, son ancien camarade d'Université sur les bancs du Barça, le plus grand rival. On se souviendra que deux anciens amis s'affrontaient. Ce match, c'était l'affrontement d'un égorgeur et d'un poète.

Youtube
Youtube
On se rappellera qu'on l'avait vue en direct, la conférence de presse de Mourinho. Il nous avait bien fait marrer quand il avait raillé les circonvolutions de Pep au sujet d'un but pas vraiment hors-jeu quelques jours plus tôt en finale de Coupe du Roi « Jusqu'à présent, il existait un groupe d'entraîneurs très restreint, qui ne critique jamais les arbitres. Et puis un autre groupe, auquel j'appartiens, qui commente les erreurs d'arbitrage. Avec Guardiola, nous entrons dans une nouvelle ère, avec la naissance d'un troisième groupe dont il est le seul membre : celui qui critique les décisions correctes des arbitres. Je n'avais encore jamais vu ça. » Le coup était net, Mourinho avait avait tapé juste. Guardiola allait devoir répondre quelques heures plus tard. C'est le jeu médiatique. C'est alors que pour la première fois, on entendit Guardiola regarder droit dans les yeux, jurer et promettre : « Je pourrais moi aussi sortir une liste d'injustices arbitrales entre nos deux équipes, mais nous ne terminerions jamais. Je n'ai pas (comme lui, ndrl) une batterie de secrétaires, de conseillers, de directeurs généraux pour tenir les comptes de ces choses-là (...). Dans cette salle, c'est lui le puto amo (le putain de patron), le puto jefe (le putain de chef), celui qui en sait plus que tout le monde. Je n'ai pas l'intention de lui faire de l'ombre un seul instant. » La postérité se souviendra que c'est Guardiola qui avait un jour fait taire Mourinho, que c'est ce jour-là que Barcelone avait mouché l'insolente Madrid. Le reste (victoire 2-0 à Bernabéu puis 1-1 à Barcelone), on l'aura oublié et on aura raison.

Youtube

À lire : la suite du top 100 des matchs de légende

Par Thibaut Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Scholes453 Niveau : CFA
Note : 12
Mouais, franchement dans tous les clasicos, et j'pense que beaucoup me rejoindront, mais la manita est LE match a retenir parmis eux tous. Aujourd'hui, on en parle encore, c'est dans toutes les mémoires. J'vous suis pas So Foot meme si s'que vous dites n'est pas completement faux.
On se souviendra de Stalin Rivas, et autres trolls avec un goût prononcé pour l'art de Cicéron, une bonne dose de mauvaise foi et une inventivité sans failles pour affubler les Cataleux et autres supporters du FC Nadrolone d'inventifs sobriquets, d'avoir animer des débats enflammés sur So Foot. C'était l'bon temps.
Putain, et le deuxième but de Messi à l'aller, alors, le slalom spécial, en on en parle même pas ?
Pfff
Garrincha7 Niveau : CFA2
Wolfgang Stark est allemand, pas suédois.
C'est pour préciser, pas pour critiquer...
jsbonifacio Niveau : Loisir
Même si je suis pas trop fan des clasicos, et qu'on en a trop mangé à toutes les sauces à une époque,c'était quand même des put*ins de matchs: tactiques, techniques, physiques, psychologiques... Le très très haut niveau !
Millonario Niveau : DHR
Parfaitement d'accord sur le côté culte de la relation Guardiola Mourinho. Mais finalement peut-on parler sur ces deux rencontres de match culte ?
Surtout qu'au retour pedro marque en premier, donc niveau suspens c'était pas dingue malgré la qualité du jeux
Sans vouloir faire la groupie mange-bites, Guardiola c'est quand même autre chose que Mourinho... Enfin, ça n'engage que moi.

Je suis d'accord avec toi Scholes : clairement le match à retenir c'est la manita (pas que pour les barcelonais, mais c'est bien le match qui a eu le plus d'impact), même si la concentration de classicos en si peu de semaine était exceptionnelle et qu'effectivement la tension était incroyable.

Et ouais l'époque de Stalin Rivas est bien loin, repose en paix l'artiste.
en fait le match classé 8ème c'est deux matchs?
le premier c'est quoi une saison entière?
vata-fenculo Niveau : CFA2
Message posté par lélé66
Putain, et le deuxième but de Messi à l'aller, alors, le slalom spécial, en on en parle même pas ?
Pfff


ce qui m'a fait gerber et que j'avais oublié c'est Lassana Diara portant le numéro 10.
Je ne suis pas un partisan de Madrid mais j'ai mal pour les fans.
Faut surtout le replacer dans une période vraiment chaude entre les deux clubs (avec en apothéose la très malsaine Supercopa quelques mois plus tard). Les histoires de dopage, de racisme, de détournement de fonds (made in presse madrilène), Mourinho qui devient à moitié fou...

Ne pas évoquer une seule fois le deuxième but de Messi tient du sacrilège par contre. Parce que sur cette série de clasico était franchement pas terrible niveau spectacle sportif (le 1-1 dégueulasse en liga, la finale de Copa à suspens mais sans éclat, et le match retour déjà plié) et que c'en fut le seul point positif.
Message posté par kinho
Sans vouloir faire la groupie mange-bites, Guardiola c'est quand même autre chose que Mourinho... Enfin, ça n'engage que moi.

Je suis d'accord avec toi Scholes : clairement le match à retenir c'est la manita (pas que pour les barcelonais, mais c'est bien le match qui a eu le plus d'impact), même si la concentration de classicos en si peu de semaine était exceptionnelle et qu'effectivement la tension était incroyable.

Et ouais l'époque de Stalin Rivas est bien loin, repose en paix l'artiste.



ça n'aurait aucun sens de classer la manita devant la demi-finale retour avec l'inter, qui est déjà passée, s je ne m'amuse.

Cette demie-finale Clasico est un must, des matches qu'on a joué cent fois dans nos têtes avant qu'ils n'aient lieu, et qu'on a rejoué deux cent fois depuis pour imaginer ce qui se serait passé si...
Le passage sur Guardiola c'est une belle pignolade, on a l'impression que l'auteur parle de God himself...
Message posté par Scholes453
Mouais, franchement dans tous les clasicos, et j'pense que beaucoup me rejoindront, mais la manita est LE match a retenir parmis eux tous. Aujourd'hui, on en parle encore, c'est dans toutes les mémoires. J'vous suis pas So Foot meme si s'que vous dites n'est pas completement faux.


Médiatiquement la Manita est sans doute le Clasico le plus marquant de ces dernières années, mais personnellement je trouve que le 2-6 à Bernabeu était au dessus en terme de jeu et d'intensité (je crois que le Real restait sur une série de 17 victoires et pouvait revenir à 2 points du Barça en cas de victoire).

Après la Manita de 2010, c'était le retour de Mourinho au Camp Nou quelques mois après sa course folle... Il s'agissait une nouvelle fois d'une démonstration, plus symbolique que celle de 2009, mais moins exceptionnelle en qualité de jeu (pas de beaucoup non plus), à mon sens.
Cet enchainement de clasicos était assez horrible à vivre.
Le match le plus stressant x5, avec éliminations ou titres à la clé.
Au final, je me souviens de très peu de choses, surement parce que le Real les a plutôt perdu. On se souviendra plus des polémiques interminables sur l'arbitrage et ce qui se passait en dehors du terrain que des matches en soit.
J'ai 3 éléments en tête, la simulation de Dani Alves, le but slalom de Messi, et la tête de cosmonaute de CR7.

Je me souviens mieux de la demie de C1 en 2001, notamment l'aller au Nou Camp où Zizou devient Sant Jordi d'un beau lobe. Le 2e de Mc Manaman. Puis le retour avec cette sublime lucarne de Raul. Je m'en souviens mieux, surement parce que le Real avait gagné.
Message posté par Scholes453
Mouais, franchement dans tous les clasicos, et j'pense que beaucoup me rejoindront, mais la manita est LE match a retenir parmis eux tous. Aujourd'hui, on en parle encore, c'est dans toutes les mémoires. J'vous suis pas So Foot meme si s'que vous dites n'est pas completement faux.


exact! même si je trouve le calma de cristiano au nou camp assez légendaire...force est de constater que La manita est La leçon de football, le guide du football parfait!
excusez moi mais le france espagne de l'euro 2000 est déjà passé dans le classement?...thuram au supplice par munitis, zidane djorkaeff vieira au summum, raul qui envoie son penalty dans les nuages!
Dostoievski Niveau : CFA2
Wolfgang Stark, un suédois ? Je dirais plutôt un allemand…

Et son nom c'est Stark, pas Starck.
Captain_H Niveau : DHR
Message posté par 01domyno


exact! même si je trouve le calma de cristiano au nou camp assez légendaire...force est de constater que La manita est La leçon de football, le guide du football parfait!


Ça c'est valide hombre!
http://www.youtube.com/watch?v=QMnkVWg2iZo
Note : 1
"ce Suédois expulsa Pepe sur une faute imaginaire mais bien interprétée par Dani Alvés"
FAUX! on a démontré que les images avaient été trafiquées
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Quand Ginola était breton
2k 36