1. //
  2. //
  3. // Gr.A
  4. // Shakhtar/PSG
  5. // Billet d'humeur

Matador massif

Mieux vaut tard que jamais. Redevenu celui qu'il a presque toujours été, un grand buteur, Edinson Cavani enfile les perles et ferme enfin les bouches. Idolâtré à Naples puis hué à Paris, l'Uruguayen avance paisiblement sur son chemin - celui des filets -, à sa manière - à grandes enjambées. Et tant pis pour les fines bouches.

Modififié
868 27
Le point commun entre le string d'Ezequiel Lavezzi et les bas de Sophia Loren est forcément quelqu'un de respectable. En l'occurrence, il a longtemps porté l'appareil dentaire et est passionné de pêche à la dorade, pour se faire des ceviches avec son daron. Ce drôle de lascar, c'est Edinson Cavani. Celui dont les commentateurs napolitains ont aimé dire « oggi, ieri e domani, segna sempre, matador Cavani » . Aujourd'hui, hier et demain, c'est l'Oscar du meilleur film étranger en 1965, où la Loren donne la réplique en trois temps à l'immense Marcello Mastroianni. Le premier acte se passe à Naples et la native de Rome pratique la contrebande de cigarette. À Paris, on a voulu croire que l'homme de cinéma, Aurelio De Laurentiis, donnait plutôt dans la contrebande d'attaquant. À 64 millions d'euros le cachet - plus gros transfert de Ligue 1 - l'étoile débarque dans une ville où on se la joue anti-Tony Montana : on a des mains faites pour la merde, mais qui sont actuellement dans l'or. L'or massif, comme ce buffle de Cavani, dont les larges épaules ont dû supporter bien des bêtises jusqu'à aujourd'hui, jour où, à défaut de faire l'unanimité, il fait passer les sceptiques pour des « jamais contents » .

De légende vivante à « pieds carrés »


À Naples, tout ce chantier autour d'Edinson Cavani n'existait pas. Là-bas, l'Uruguayen faisait l'unanimité et pas que les soirs de match. La légende veut même que des ouvriers qui bossaient dans l'immeuble voisin de celui du Matador suspendaient leurs travaux à l'heure de la sieste. Une ville derrière son club, une ville derrière son héros. La métaphore qui veut qu'à Naples on vit et on mange foot n'en était d'ailleurs plus une, puisque la pizza Cavani, à consommer sans olive, était devenue un des best-sellers du pizzaïolo du Vomero, dans les hauteurs du centre de Naples. Là-bas, en Campanie, personne n'a jamais été aussi proche de Dieu - où appelez-le Maradona, c'est comme vous voulez - qu'Edinson.


Pourtant, après trois ans et 104 buts, dont quelques chefs-d'œuvre, Cavani file à Paris et se fait huer par le San Paolo à l'occasion d'un match amical bidon. Affecté, il comprend qu'en foot plus qu'ailleurs, on peut passer du très chaud au très froid. Du génial au catastrophique. De l'amour au divorce. Avec les supporters, comme avec sa femme. Plombé mentalement, plumé financièrement, l'ancien de Danubio connaît une période de doute à Paris. Des « Dugarry » - qui ne manquera pas de le critiquer -, des loupés devant le but et un bagage technique jugé « trop limité » par de nombreux observateurs. Problème : ils sont nombreux à vouloir que Cavani devienne celui qu'il n'est pas et qu'il ne sera jamais.

Acceptez qui il est, il le rendra au centuple


Des contrôles maladroits, des crochets téléphonés, pas un passement de jambe, pas un éclair de génie. Edinson Cavani ne serait donc pas aussi technique que Marco Verratti, Thiago Motta ou Zlatan Ibrahimović ? C'est vrai et c'est tout sauf un scoop. La vérité, c'est que l'Uruguayen est un neuf à l'ancienne. Un neuf qui marche à la confiance, un super joueur de tête, un athlète hors du commun, un travailleur acharné. Demandez-lui de partir en dribble sur 40 mètres si vous voulez, mais soyez conscient que cela revient à demander des sushis à un pizzaïolo. En revanche, il multipliera les appels de balles tranchants, usant ainsi son adversaire direct, et finissant, très souvent, par obtenir un face-à-face avec le but. Dans un monde du ballon rond de plus en plus gouverné par les statistiques, son ratio parisien est excellent : 64 buts en 106 matchs (sans tirer les penaltys), dont 11 en 19 matchs de Ligue des champions. Pour combien d'occasions ratées, diront, à raison, les sceptiques. Mais si, à Paris, on aime compter les loupés de Cavani, on aime aussi dire que le club de la capitale ne franchira un palier qu'avec un « grand attaquant » , comme Agüero ou Suárez. Des attaquants dont on ne sait pas s'ils ont envie de foutre un pied en Ligue 1. Des attaquants qui - c'est le cas d'Agüero - n'ont pas plus prouvé que Cavani sur la scène européenne. Alors peut-être que pour gagner la C1, Paris devra se renforcer encore et encore, mais dire que l'ancien Napolitain n'est pas « décisif » , c'est oublier ses buts face à Nicosie, Amsterdam, en finales de Coupe ou face à Chelsea. Comme souvent, c'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. De Cavani contre les Blues, certains préfèreront retenir son loupé. Toujours est-il qu'hier, aujourd'hui et demain, le Matador marque toujours et qu'à seulement 28 ans, demain, c'est loin. À Paris ou ailleurs.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Très bon article qui omet quand même un point essentiel : Cavani joue la plupart du temps sur le côté du 4-3-3, ce qui rend ses stats encore plus intéressantes.
Il évoluait déjà sur un côté à Palerme mais n'avait pas cette régularité.
Dans une équipe qui tourne par et pour Zlatan, sont ratio but/matches est loin d'être infamant.
Par contre ce n'est pas un "neuf à l'ancienne" comme Pauleta pouvait l'être, en vrai renard des surfaces.
Vu l'abattage défensif du type, son 'déchet' technique n'est pas anormal.
ParisianoLF Niveau : Loisir
Magnifique article !! Bel hommage et cette plume magnifique que j'aime à retrouver du côte de chez Swann
Pourtant Pierre Menes et la clique de l'équipe 21 ont dit qu'il était très sale ? Je ne comprends plus.......
Cavani sifflé. Ou l'énième preuve que le nouveau public du Parc est bidon et ne mérite pas son équipe.
Question, mieux vaut:

- un attaquant qui marque un but toutes les trois occases mais s'en procure deux à lui tout seul par match
- un attaquant qui marque un but toutes les deux occases, mais s'en procure à lui seul une par match

Réponse: ça revient au même.

Il y a toujours eu, à mes yeux, deux grande catégories d'attaquants:
- ceux qui se créent beaucoup d'occasions mais ne sont pas d'excellents finisseurs
- ceux qui ne se créent pas d'occasions par eux même mais sont d'excellents finisseurs

La première catégorie, c'est Cavani, ou notamment en tant que supp de l'OM, Djibril Cissé. Des mecs dont on retient souvent le nombre d'occasions manqué plus que les buts.

La seconde, ça pourrait être Trézeguet, ou INzaghi. Invisibles 80 minutes, mais toujours là pour surgir et marquer. Eux, on se souvient de leurs buts.

Un fantasme courant consiste à dire "avec un grantatakan (spécial OM) plus tueur à la place de Cavani / Cissé, on mettrait bien plus de buts". Parce que mathématiquement on se dit que l'avant en question rentrerait un meilleur ratio de ses occasions. Sauf que l'attaquant en question, une bonne partie des occases du "vendangeur" il NE SE LES CREERAIT PAS.

Or Messi et CR, aucun joueur au monde ne combine à la fois capacité à se créer SEUL deux à trois accases par match ET ration de 0,5 buts par occasion.

Se dire qu'un autre que Cavani planterai plus à la place de Cavani parce qu'il vendangerai moins, comme ce fut l'idée avec Cissé, c'est un fantasme. Dans ce PSG là, en remplaçant Cavani poste pour poste, j'en suis convaincu, PERSONNE (or peut être les deux extra-terrestre, et encore) ne mettrait plus de buts que lui.

Pavé Time!
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par Zozinho
Très bon article qui omet quand même un point essentiel : Cavani joue la plupart du temps sur le côté du 4-3-3, ce qui rend ses stats encore plus intéressantes.
Il évoluait déjà sur un côté à Palerme mais n'avait pas cette régularité.
Dans une équipe qui tourne par et pour Zlatan, sont ratio but/matches est loin d'être infamant.
Par contre ce n'est pas un "neuf à l'ancienne" comme Pauleta pouvait l'être, en vrai renard des surfaces.
Vu l'abattage défensif du type, son 'déchet' technique n'est pas anormal.

Ca fait quand même depuis le printemps dernier que cavani ne joue plus sur un côté, même associé à Zlatan.
D'ailleurs, il plante étrangement beaucoup plus depuis :)
Message posté par Phil...
Question, mieux vaut:

- un attaquant qui marque un but toutes les trois occases mais s'en procure deux à lui tout seul par match
- un attaquant qui marque un but toutes les deux occases, mais s'en procure à lui seul une par match

Réponse: ça revient au même.

Il y a toujours eu, à mes yeux, deux grande catégories d'attaquants:
- ceux qui se créent beaucoup d'occasions mais ne sont pas d'excellents finisseurs
- ceux qui ne se créent pas d'occasions par eux même mais sont d'excellents finisseurs

La première catégorie, c'est Cavani, ou notamment en tant que supp de l'OM, Djibril Cissé. Des mecs dont on retient souvent le nombre d'occasions manqué plus que les buts.

La seconde, ça pourrait être Trézeguet, ou INzaghi. Invisibles 80 minutes, mais toujours là pour surgir et marquer. Eux, on se souvient de leurs buts.

Un fantasme courant consiste à dire "avec un grantatakan (spécial OM) plus tueur à la place de Cavani / Cissé, on mettrait bien plus de buts". Parce que mathématiquement on se dit que l'avant en question rentrerait un meilleur ratio de ses occasions. Sauf que l'attaquant en question, une bonne partie des occases du "vendangeur" il NE SE LES CREERAIT PAS.

Or Messi et CR, aucun joueur au monde ne combine à la fois capacité à se créer SEUL deux à trois accases par match ET ration de 0,5 buts par occasion.

Se dire qu'un autre que Cavani planterai plus à la place de Cavani parce qu'il vendangerai moins, comme ce fut l'idée avec Cissé, c'est un fantasme. Dans ce PSG là, en remplaçant Cavani poste pour poste, j'en suis convaincu, PERSONNE (or peut être les deux extra-terrestre, et encore) ne mettrait plus de buts que lui.

Pavé Time!


Complètement d'accord !

Mais hors* et pas or :/
Stan Key Lubric Niveau : CFA
Bon, deux articles sur sa pomme dans la journée... Au rythme où va la malédiction So Foot, ça sent mauvais pour le matador.
A tous les coups, il va cadrer toutes ses frappes.
Note : 1
Super article Swann , Cavani méritait d'être défendu d'une aussi belle manière.

Et Phil... je suis entièrement de ton avis. On peut glorifier les joueurs techniques mais les joueurs physique comme Cavani et Matuidi sont également des pièces maîtresses dans certaines situations et ne sont pas remplaçable aussi facilement qu'on peut le faire croire.

Zlatan , Cavani .... c'est du caviar d'attaquant ces mecs la , ne devenons pas trop exigent à Paris sinon on vas finir comme les Madrilènes et Catalans à être lasser de tout.
"pas un passement de jambes, pas un éclair de génie."

Ah bon ? Et ça c'est quoi alors ?

https://www.youtube.com/watch?v=QSE5FzRhbRI
Message posté par Luventus


Complètement d'accord !

Mais hors* et pas or :/



@ Luventus: tu es bien gentil de ne relever que celle là, mon post est absolument horrible...
Message posté par Phil...
Question, mieux vaut:

- un attaquant qui marque un but toutes les trois occases mais s'en procure deux à lui tout seul par match
- un attaquant qui marque un but toutes les deux occases, mais s'en procure à lui seul une par match

Réponse: ça revient au même.

Il y a toujours eu, à mes yeux, deux grande catégories d'attaquants:
- ceux qui se créent beaucoup d'occasions mais ne sont pas d'excellents finisseurs
- ceux qui ne se créent pas d'occasions par eux même mais sont d'excellents finisseurs

La première catégorie, c'est Cavani, ou notamment en tant que supp de l'OM, Djibril Cissé. Des mecs dont on retient souvent le nombre d'occasions manqué plus que les buts.

La seconde, ça pourrait être Trézeguet, ou INzaghi. Invisibles 80 minutes, mais toujours là pour surgir et marquer. Eux, on se souvient de leurs buts.

Un fantasme courant consiste à dire "avec un grantatakan (spécial OM) plus tueur à la place de Cavani / Cissé, on mettrait bien plus de buts". Parce que mathématiquement on se dit que l'avant en question rentrerait un meilleur ratio de ses occasions. Sauf que l'attaquant en question, une bonne partie des occases du "vendangeur" il NE SE LES CREERAIT PAS.

Or Messi et CR, aucun joueur au monde ne combine à la fois capacité à se créer SEUL deux à trois accases par match ET ration de 0,5 buts par occasion.

Se dire qu'un autre que Cavani planterai plus à la place de Cavani parce qu'il vendangerai moins, comme ce fut l'idée avec Cissé, c'est un fantasme. Dans ce PSG là, en remplaçant Cavani poste pour poste, j'en suis convaincu, PERSONNE (or peut être les deux extra-terrestre, et encore) ne mettrait plus de buts que lui.

Pavé Time!


ROMARIO, VANBASTEN, RONALDO (r9) ils sont hors catégorie ?
et igor yanovski cest un shinzu ???
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
" il multipliera les appels de balles tranchants, usant ainsi son adversaire direct, et finissant, très souvent, par obtenir un face à face avec le but... "
Voilà. Tout est dit.
Les esprits chagrins ajouteront "...et louper lamentablement le but".

Mais les esprits chagrins sont parfois des vrais connards.
Message posté par aerton


ROMARIO, VANBASTEN, RONALDO (r9) ils sont hors catégorie ?


@ Aerton: Déjà, ce ne sont que des joueurs qui ne jouent plus depuis 15 ans, les comparer aux avants d'aujourd'hui, ça n'a pas beaucoup de sens.

Ensuite, si tu veux avoir raison sur ce point, sors moi leurs ratios de buts/occasions. Tu les connais? Ils sont introuvables.

Ronaldo (9) a marqué 47 buts en 49 matchs avec le Barça, mais tu crois qu'il n'a eu qu'une occasion par match?
Romario c'est 39 buts en 65 matchs là bas. Même question.

C'est tout à fait possible (puisque ni toi ni moi ne pouvons trouver l'info) que ces deux mecs là, tout monstres qu'ils aient été, n'ai eu un ratio de buts par occase "que de" 0,6 ou 0,7. Des matchs où R9 rate 4 occasions, j'en ai vu (oui ma bonne dame, de mes yeux!).

Dernier point. Je dis "Il y a toujours eu, à mes yeux, deux grande catégories d'attaquant", tu me répond avec des contre-exemples. C'est une "erreur intellectuelle". Un exemple ne peu avoir valeur de preuve, d'autant plus quand l'énoncé dit "deux grandes catégories", expression qui signifie "la plupart entrent dans l'une des deux" mais en aucun cas "tous entrent dans l'une des deux".

Pour recentrer le débat, tout en restant dans l'incomparable puisque tu t'y es lancé: en poste pour poste avec Cavani (soit sovent ailier et parfois avant centre), les trois que tu cites auraient ils mis plus de buts?

Tu peux y mettre ta main à couper, mais à ta place, je ne prendrai pas ce risque.
MaxChampagne Niveau : DHR
Pauvre football français, avec tes consultants, tes journalistes et tes pseudos spécialistes, tu as craché sur Ancelotti et tu chies maintenant sur le Z et sur le Matador.

Cette girouette de Ménes, qui est à court d'arguments pour critiquer Cavani, comme il l'avait d'ailleurs fait avec Verratti.

Cet imposteur de Riolo, qui dit tout est son contraire à propos du PSG, il en devient ridicule, la caricature de lui-même.

Pascal Praud, Dugarry, Stéphane Guy....

Pauvre football français.
Max bad gones Niveau : DHR
C'est vrai que chier sur Ancelotti, c'est un scandale. Surtout que le gars récupére une équipe très mal placé au classement et passe devant le grand Montpellier de justesse à la fin du championnat. C'est peut-être un grand entraîneur mais c'est normal de critiquer son passage en France quand tu vois ses résultats.
MaxChampagne Niveau : DHR
Message posté par Max bad gones
C'est vrai que chier sur Ancelotti, c'est un scandale. Surtout que le gars récupére une équipe très mal placé au classement et passe devant le grand Montpellier de justesse à la fin du championnat. C'est peut-être un grand entraîneur mais c'est normal de critiquer son passage en France quand tu vois ses résultats.


La critique, quand elle est saine et argumentée, je veux bien.
Mais ça tournait au règlement de compte, c'était devenu personnel.
Un peu de respect quand même pour un entraîneur de ce calibre, même si ses 6 premiers mois étaient critiquables.
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Les girouettes ce sont plutôt ceux qui pensent que la forme actuelle de Cavani a été constante pendant 2 ans.
Cavani connait son apogée actuellement, en grande partie dû au fait que le jeu du PSG a changé ces derniers temps, on est passé d'un jeu fait de passes courtes à un jeu plus direct où les centres se multiplient. Cela grâce à la présence de Di Maria et la baisse de forme de Verratti.

Cavani est un attaquant mono-style de jeu, il a tellement peu de technique balle au pied que dans un jeu de possession il ne te sert à rien, mais dans une équipe usant et abusant de ballons longs il est indispensable.


Mais je suis pas sûr que ce style de jeu soit celui qui convient le plus au PSG
MaxChampagne Niveau : DHR
Message posté par Balaise Matuidi
Les girouettes ce sont plutôt ceux qui pensent que la forme actuelle de Cavani a été constante pendant 2 ans.
Cavani connait son apogée actuellement, en grande partie dû au fait que le jeu du PSG a changé ces derniers temps, on est passé d'un jeu fait de passes courtes à un jeu plus direct où les centres se multiplient. Cela grâce à la présence de Di Maria et la baisse de forme de Verratti.

Cavani est un attaquant mono-style de jeu, il a tellement peu de technique balle au pied que dans un jeu de possession il ne te sert à rien, mais dans une équipe usant et abusant de ballons longs il est indispensable.


Mais je suis pas sûr que ce style de jeu soit celui qui convient le plus au PSG


En même temps, avant "que le jeu du PSG a changé", Cavani c'est 56 buts en 96 matchs.... c'est pas mal pour un attaquant "qui ne te sert à rien", non ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
868 27