1. //
  2. //
  3. // Lecce/Bologne

Massimilano Benassi, le rescapé

Depuis ses prouesses contre l’Inter Milan, Massimiliano Benassi, gardien de Lecce, est devenu le héros providentiel d’un club en lutte pour ne pas descendre.

3 0
Les trente premières minutes du match entre Lecce et l’Inter de Milan de dimanche dernier ont semblé dire une chose à Massimiliano Benassi : non coco, ce n’est pas encore aujourd’hui que tu sortiras de l’anonymat. Il y a d’abord eu la 11ème minute de jeu, et cette passe en retrait de Tomovic mal négociée. Un contrôle aléatoire, un drible incertain devant Milito, et voilà l’attaquant de l’Inter qui récupère la balle, mais loupe le cadre. Il y a ensuite eu cette frappe de Sneijder, à la 25ème minute que Benassi a vu passer d’un regard impuissant à côté de ses cages. Puis, d’un coup, le miracle. À la 31ème, sur une tête puissante de Samuel ; quelques secondes plus tard, sur Pazzini. Et ainsi de suite, jusqu’au coup de sifflet final. Score final : Lecce 1, Inter 0, première victoire à domicile depuis le début de la saison pour le club des Pouilles, et un Claudio Ranieri incrédule en conférence de presse d’après-match. Il n’y a pas que l’entraîneur intériste que Benassi a bluffé la semaine dernière. Cosmi, l’entraîneur de Lecce, avait les yeux écarquillés quand il a couru vers son portier la fin du match sifflée pour le prendre dans ses bras et lui dire « Mon Dieu, mais tu es un phénomène ! » . Massimiliano Benassi n’a pas fait de chichi en conférence de presse d’après-match : « C’est le plus beau jour de ma carrière » . Le lendemain, les titres des journaux allaient tous dans la même direction : Benassi stoppe l’Inter. Le gardien des Sudistes sortait enfin de l’anonymat.

Les toutes petites divisions

Pour être honnête, le grand public avait déjà entendu parler de Benassi à une reprise, il y a quelques semaines. Son nom était sorti de la bouche de Carlo Gervasoni, arrêté dans l’affaire des paris truqués. Il aurait, selon l’ancien footballeur désormais repenti, été de la combine lors du Lecce-Lazio en mai dernier. Démenti, action en justice, et tout le tralala nécessaire pour rétablir son image, a priori écornée pour du beurre : telle a été la réponse de Benassi aux accusations le visant. Il a été soutenu par son club, qui s’est porté garant de son professionnalisme. Il aurait été bête que la carrière de Benassi s’arrête quelques mois seulement après sa découverte de l’élite. Lecce-Lazio était justement la première apparition de Benassi en Serie A, un an après avoir rejoint les Pouilles en qualité de deuxième gardien. Avant ? Avant, ce fut l’anonymat, le vrai. Celui des essais sans lendemain et des refus polis, notamment à cause de sa petite taille (Benassi, 1m78, est le plus petit gardien de serie A). Va pour les toutes petites divisions, ses pelouses jaunies par le temps, ses vestiaires cafardeux. Un long voyage dans la botte, Sangimignano, Poggibonsi, Sansovino, la Juve Stabia, Sassuolo, en Serie B, Pérouse, en Serie B, et Lecce, Serie A, dernière étape du voyage à 30 ans. En vérité, Benassi n’aurait même pas dû exploser. S’il est titulaire, c’est uniquement parce que Sergio, numéro un dans les bois, s’est blessé en octobre dernier. La sauce a mis un peu de temps à prendre : depuis octobre, Benassi s’est fracturé le nez, pété le doigt, a vu son nom sortir dans le cirque des paris truqués, et n’avait pas vraiment rapporté de points à ses coéquipiers avant ce match contre l’Inter. Une aubaine pour le club du Salento, 18ème à trois points du premier non relégable. Impuissant contre l’Udinese mercredi dernier (défaite 1-2), le portier masqué a tout de même promis une chose : « Nous nous sauverons » . Ne pas encaisser de but contre Bologne cet après-midi pourrait être une idée.

Par Lucas Duvernet-Coppola, à Rome
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 0