1. // Amical – Suisse/Argentine

Mascherano, l’axe du bien ?

De naufrage en naufrage, l’Argentine s’est reposée ces dernières années sur son armada offensive. Faute de succès, Sabella a fait de la défense son grand chantier, avec l’idée de donner un jour sa chance au Barcelonais Javier Mascherano.

Modififié
7 4
En 2010, l’Argentine avait abordé la Coupe du Monde avec des attaquants tous plus en forme les uns que les autres. Des finisseurs de classe mondiale : du Messi, du Tévez, du Higuain, du Agüero, du Diego Milito en veux-tu en voilà. On connaît la suite. L’Albiceleste s’était nettement rétamée contre la Mannschaft en quarts de finale, sur un score sans appel (4-0). Alejandro Sabella, arrivé dans des petits souliers après les échecs sur le banc de la Génération 86 symbolisée par Maradona puis Batista, semble adopter une nouvelle philosophie. L’ancien stratège d’Estudiantes vise avant tout à trouver une paire de défenseurs centraux. La blessure de Burdisso et le mauvais rendement du revenant Demichelis le pousse à revoir ses plans.

Parole à la défense

Face à la Suisse, ce mercredi, Ezequiel Garay (Benfica) et Daniel Diaz (Getafe) s’installeront dans l’axe de la défense. C’est l’énième expérience d’un sélectionneur argentin depuis le départ à la retraite de Roberto Ayala, vice-recordman des sélections avec l’Albiceleste, considéré par la plupart de ses compatriotes comme « le dernier grand défenseur de la Seleccion » . Depuis la retraite internationale d’El Raton (la Souris) en 2007, une ribambelle de centraux se sont succédé sans jamais parvenir à s’installer. Fabricio Coloccini, Nicolas Burdisso, Gaby Milito, Walter Samuel, Martin Demichelis, Gaby Heinze ou encore Nicolas Otamendi – pour n’évoquer que les plus célèbres d’entre eux – se sont tous cassés les dents face à l’ampleur du défi. Aujourd’hui, Javier Mascherano apparaît comme une alternative sérieuse, d’autant plus si Fernando Gago confirme son regain de forme dans l’entrejeu depuis la Copa América.

Le Petit Chef comme le Président ?

Le Barcelonais, qui profite de la baisse de forme (et des écarts ?) de Gérard Piqué, a joué dix-sept matches de Liga cette saison (tous comme titulaire) en vingt-quatre journées. Un exploit quand on sait que Puyol et Piqué font partie des meilleurs défenseurs du monde et que Mascherano ne mesure qu’1,74m. Pour la première fois, le 16 février dernier, Alejandro Sabella a émis l’idée de « faire jouer Mascherano en défense centrale en sélection » , après avoir reconnu que l’Argentine « possède de grands attaquants, mais qu’il nous faut consolider la défense » . On se souvient qu’El Jefecito avait rendu fou Cristiano Ronaldo après un accrochage entre les deux hommes qui avait valu au Real Madrid de se voir annuler un but d’Higuain, l’an dernier en demi-finale retour de Ligue des champions. Des critiques qui sonnaient comme un aveu d’impuissance face au marquage très serré et à la hargne de l’Argentin, qui fait désormais partie des meilleurs centraux du Vieux continent. A 27 ans, le Petit Chef semble se destiner à une fin de carrière à la Laurent Blanc. Mascherano sera-t-il promu Président ?


Florent Torchut, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Faut voir, pourquoi pas, mais je ne suis pas sûr que le schéma de défenseur central sur lequel il joue au barça soit reproductible avec l'albiceleste, cette dernière ayant un schéma de jeu un peu plus rigide derrière, mais pourquoi ne pas essayer?
Certes l'Argentine a des problèmes en défense, et il faut s'en occuper, mais je pense qu'il lui faut avant toute chose un projet de jeu qui tienne la route, avoir un liant entre les différents compartiments du jeu.

Où sont les fameux meneurs de jeu et autres relayeurs Argentins? Etant donné l'effectif talentueux de la sélection Argentine, il me semble que c'est davantage par un projet de jeu réaliste mais ambitieux qu'elle doit s'en sortir. Elle en a les moyens...

Après, c'est sur qu'il faut sécuriser derrière, mais le vrai problème vient-il d'une animation collective inexistante ou d'une défense fantomatique? Si la réponse n'est pas tranchée à 100%, il est évident que la première option aggrave l'autre!

complètement d'accord avec MarcMuniesa. En 2010, on l'a vu face à l'Allemagne, le seul projet de jeu de l'Argentine, c'était de faire la différence individuellement balle au pied, collectivement c'était le néant absolu. Il faut un projet de jeu, du liant, et la blessure d'Ever Banega n'arrange pas leurs affaires au milieu. Mascherano est excellent en défense centrale au Barça mais c'est aussi parce que le Barça a souvent entre 60 et 80% de possession, son rôle est donc bien particulier.
Quant à votre remarque sur Gago, je le vois plus comme relayeur que comme 6.
Xeneize31 Niveau : DHR
MarcMuniesa, ton analyse est très pertinente. Sabella a un discours particulier, car il veut faire en sorte que l'Argentine ai la maîtrise du ballon durant tout le match, il veut également mettre Messi dans les meilleurs dispositions possibles pour qu'il puissent exprimer tout son talent...Hors j'ai la sensation qu'il sélectionne beaucoup de joueurs qui ne sont pas compatible avec ses idées de jeu...Des joueurs sélectionnés les derniers matchs comme Gutierrez, Guinazu, Rojo, Demichelis, Desabato ne peuvent rien apporter à une sélection comme l'Argentine, pareil pour Brana et Sosa, dont Sabella en fait des titulaires à part entière! Pour avoir le ballon, il faut des joueurs capable de le récupérer mais surtout capable de le conserver...la charnière centrale devrait être composé d'Ezequiel Garay et de Javier Mascherano sans hésitation, à droite Zabaleta, bien que même avec son âge avancé, je continue de pensé que Javier Zanetti à toujours le niveau, et à gauche je verrais bien Monzon...au milieu il faut un trident manieurs de ballon, capable de faire le lien entre la défense et l'attaque, capable aussi d'apporter le surnombre, comme Gago, Pastore et biensur, pour moi il n'y a meme pas photo, Ever Banega (bléssé en ce moment, idiot!), avec devant des attaquants capables de jouer partout, d'intervertir à tout moment,un Aguero a droite, un Ezequiel Lavezzi (ou Di Maria) à gauche, et Messi en électron libre, mais en pointe, pas comme meneur de jeu ou son influence devient moindre...enfin bref même si il y a chantier, il y a vraiment de quoi faire...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Duel d’outsiders
7 4