1. // Copa América 2015
  2. // Bilan
  3. //

Martino va-t-il mourir avec ses idées ?

Alors qu'il construit un projet ambitieux, Tata Martino est déjà sous le feu des critiques. En finale face au Chili, l'ancien entraîneur du Barça semble avoir laissé de côté sa philosophie pour un plan plus pragmatique. Outre la fin d'une génération, cette défaite marque un problème majeur : l'Argentine ne sait plus comment elle veut gagner.

7 17
Cette fois-ci, les environs de l'Obélisque sont vides. Sur la place où les Argentins avaient fêté les héros vaincus du Mondial, seuls quelques drapeaux céleste et blanc flottent. Cette fois-ci, les télévisions se sont éteintes quand Alexis Sánchez a placé toute la frustration d'un peuple qui n'a jamais pu célébrer dans une subtile panenka. Et celui qui se moquait sans cesse de son voisin puceau s'est tu. De Buenos Aires au tunnel de l'Estadio Nacional de Santiago, les mots des milliers d'Argentins et de Lionel Messi sont exactement les mêmes : « La puta que lo parió. Siempre lo mismo, no puedo más. » Si la traduction de la première phrase coule de source, la seconde partie ( « C'est toujours la même chose, j'en peux plus » , en VF) démontre toute la frustration d'une nation, qui a perdu cinq finales consécutives. Très vite, la tentation du débat anime le clan des vaincus : cette sélection a-t-elle une réelle idée de jeu ? Martino doit-il imposer un changement générationnel ? Ou pire, Messi doit-il garder le brassard de capitaine ? La seule certitude, c'est que l'Albiceleste a abandonné en finale ce qui lui avait permis de l'atteindre : l'audace.

Martino, l'indécis


Au centre des débats se trouve Gerardo Martino. Lors de son arrivée, le natif de Rosario frappe fort : selon lui, le manque d'identité du football argentin est dû au fait que « des sélectionneurs aux idées totalement différentes se sont succédé » . Un tacle glissé pour Alejandro Sabella, un autre pour la Fédération argentine. La nomination de l'ancien entraîneur de Barcelone relance l'éternel (et devenu insupportable) débat entre les adulateurs du football offensif de Menotti et celui cadenassé de Bilardo. Les quelques matchs amicaux laissent entrevoir un projet de jeu plus ambitieux que le précédent. Pastore et Tévez reviennent en sélection et Messi occupe le même poste qu'au Barça. La Copa América apparaît comme le premier défi du coach au jogging national. Après une phase de groupes quelconque, l'Argentine a dû hausser le ton. D'abord, dans une séance épique de tirs au but (contre la Colombie, en quart de finale) qui a offert une vengeance à Carlos Tévez. Puis en demi-finale face au Paraguay, l'identité de jeu voulue par Martino a enfin vu le jour. La finale face à l'hôte affamé de la compétition devait couronner une génération au paroxysme de sa forme. Pourtant, la « malédiction » des finales a pris le dessus.

Surtout, cette équipe portée vers l'avant a laissé place à celle créée par Sabella pour gagner à tout prix. L'Argentine est redevenue ce bloc compact, aux relances peu risquées, qui misent tout sur un éclair de génie. Claudio Bravo s'est chargé de calmer les ardeurs offensives de l'Albiceleste. Les tirs au but manqués d'Higuaín et de Banega ont eux fait oublier le travail instauré par Martino pour construire une équipe. Aujourd'hui, l'Argentine critique un Martino presque schizophrénique, qui installe un projet avant d'y renoncer à une marche de la gloire. Aussi, tout un pays se lamente encore de ne pas voir le Messi du Camp Nou. Pourquoi Carlos Tévez n'a pas remplacé Agüero ? Pourquoi Pastore, qui a la lourde tâche d'être le témoin entre une Argentine passive et une sélection qui se veut désormais portée sur l'esthétique, est-il sorti au moment où l'Argentine se devait de garder le ballon ? Ces questions risquent d'animer les débats dans tous les cafés du pays. Une seule certitude rassemble les 43 millions d'habitants : l'Argentine ne sait plus comment elle veut gagner.

La fin d'une génération ?


Si les conclusions sont (trop) vite tirées au pays, l'Argentine se retrouve bel et bien face à un dilemme. S'appuyer sur ce groupe pour le futur proche, ou entamer le renouvellement. D'abord, il faut rappeler que cette Copa América perdue n'est pas la dernière opportunité pour cette génération. L'année prochaine, le centenaire de la Copa América se déroulera aux États-Unis et l'Argentine figurera encore une fois parmi les favoris. Surtout, cet énième échec en finale ne marque pas vraiment la fin d'une génération. Seuls Mascherano, Zabaleta, Lavezzi, Demichelis (qui a déjà annoncé sa retraite internationale) risquent de ne pas disputer le Mondial 2018 en Russie. Cependant, l'Argentine a de quoi entamer un nouveau cycle. D'ailleurs, depuis son intronisation, Tata Martino observe de nombreux jeunes qui tapent à la porte de la Selección. Les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 permettront au Droopy argentin de rajeunir sa liste. Dans les buts, Gerónimo Rulli et Agustín Marchesín représentent des alternatives fiables à Romero. En défense, il se murmure que Funes Mori (défenseur central de River Plate), Gino Peruzzi (latéral droit de Catane) et Emmanuel Mas (latéral gauche de San Lorenzo) pourraient bientôt intégrer l'escouade nationale.

Après la défaite, Mascherano a fait trembler l'Argentine. L'homme à tout faire du Barça a laissé planer le doute sur son futur en céleste et blanc. Et si le « Jefecito » est indispensable, il est probable que la prochaine Copa América soit sa dernière compétition internationale. Là aussi, l'Argentine possède quelques ressources. Federico Mancuello, star d'Independiente (qui devrait signer au Dnipro) et Matías Kranevitter devraient eux aussi être testés. Enfin, le secteur offensif de l'Argentine est un puits sans fin. Si beaucoup demandent la tête d'Higuaín (le numéro neuf de Naples et ses occasions manquées lors des deux dernières finales incarnent la malédiction argentine), le joueur possède un certain crédit aux yeux de Tata Martino. Le retour de Carlos Tévez à Boca, dans un championnat en crise, est aussi une inconnue. Derrière, Paulo Dybala, Mauro Icardi ou encore Luciano Vietto poussent pour intégrer la sélection. Malgré cette finale perdue, Martino n'abandonnera pas son projet de jeu. Et si ce groupe a laissé passer deux opportunités d'enfin soulever un trophée, le pays entier ne ratera pas celle d'enterrer l'entraîneur avec ses idées, si l'échec survient encore.

Par Ruben Curiel, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Mis a part la 1ere mi temps du 1er match ,l'Argentine ne m'aura jamais convaincu où paradoxalement Pastore le meilleur argentin du tournoi n' a pas été bon. TATA n est apparemment fidèle à aucune idée sans pourtant etre pragmatique.il est bielsiste, bilardiste et menotiste au cours d un meme match . Mais clairement ses choix d attaquants auront été les plus catastrophiques. Pourquoi n avoir jamais essaye Messi en pointe comme sous Guardiola et Pastore et Banega en meme temps à la création? Di maria c est sur le cote droit qu il devait evoluer.
Frenchies Niveau : CFA
cette équipe est arrivée en finale complétement en chantier ...

ce qui a marché en deuxième mi temps contre le paraguay a été une illusion à la vue de tous les autres matchs de la compétition !

en finale, le kun ainsi que messi n'ont jamais été en position de tirer ...
plus que leurs responsabilités personnelles, pour moi cela veut tout dire.
Pastore en 10, jouait plus haut que Messi ...
la faute à une absence de vrai milieu "relayeur" (xavi/kroos etc)
biglia quoi .. et banega quand il rentre ne fait pas mieux loin de là.

cette copa aurait été joue juste après la CDM au brésil, Messi se retrouvait en pointe.
mais soi disant que les "vrais 9" avaient fait une super saison alors ...
résultat l'argentine a quand même été bien inoffensive comme l'année dernière (demi finale excepté, grâce à MESSI qui n'a jamais rien prouvé en sélection selon toutes ces lumières de haters).
tsss
pinpin666 Niveau : DHR
L'equipe manque d'un 8 que Pastore n'est pas, il gêne donc Messi plus qu'autre chose. les milieux offensifs portent exagérément le ballon. Par conséquent le jeu en mouvement de cette équipe est beaucoup trop faible. Or avec leurs caractéristiques physiques et techniques, le toque ou tiqui taqua devrait être la base. Enfin jouer comme le Chili, le Pérou, ou l'Espagne quoi! un style qui a montré son efficacité.
Avant de mourir avec des idées, il faudrait déjà en avoir...Et lui n'en a visiblement pas.
La moustache d'Alioune Touré Niveau : District
Le mec arrive en finale de sa première compétition, perd aux tirs aux buts et vous l'enterrer presque ! Un peu de recul les mecs, Rome ne s'est pas construite en quelques matchs...
Hasta_Siempre Niveau : DHR
Si Martino se plante encore l'an prochain, est-ce que Bielsa serait une si mauvaise idée? Ses équipes sont souvent déséquilibrées mais elles créent du jeu et des occasions. Alors si l'opportunité se présente, il est probable que la fédé argentine y pense.
Eärendil Niveau : CFA2
Message posté par La moustache d'Alioune Touré
Le mec arrive en finale de sa première compétition, perd aux tirs aux buts et vous l'enterrer presque ! Un peu de recul les mecs, Rome ne s'est pas construite en quelques matchs...




je suis d'accord, ca fait qu'un an qu'il est à la tete de la selection argentine, attendez un peu avant de dire que c'est le dernier des nuls!

et puis vous basez une grande partie de votre analyse sur le jeu produit en finale, mais faut aussi dire qu'en face, t'avais 11 chiliens plutot talentueux, qui jouaient à domicile et qui étaient mort de faim
Message posté par La moustache d'Alioune Touré
Le mec arrive en finale de sa première compétition, perd aux tirs aux buts et vous l'enterrer presque ! Un peu de recul les mecs, Rome ne s'est pas construite en quelques matchs...







Comme Domenech 10 ans qui arrive en finale de sa 1ere competition. Ceci dit Tata n'est pas Domenech ; il faut simplement qu'il assume ses choix. Il y a 1000 façons de triompher mais on ne peut pas triompher de 1000 façons a la fois
Je ne suis pas fan de martino à la base (comme de tous les charlatans bielsistes en général). Ce qui m'a personnellement beaucoup dérangé c'est l'absence de tevez dans cette équipe au moins dans les 20-30 dernières minutes, qui plus est d'une finale alors que c'est lui et romero qui nous sauve en quarts (j'ai ma petite idée la dessus, ça commence par lionel et ça fini par messi). De plus, pour un gars qui prône le beau jeu et la possession il s'est fait mettre à l'amende par le chili, pas le brésil 82. En plus si tu veux vraiment faire tourner la balle au milieu gago aurait été largement plus utile que biglia.

Mais bon outre tout cela, il ne faut pas oulier qui sont les véritables coupables de cette défaite, les JOUEURS! Car à la fin ce sont eux qui sont sur le terrain et pas martino. Encore une fois, on a l'attaque la plus chère du monde et une défense qui n'impose pas le respect à permière vue et c'est cette dernière qui "brille" tandis que l'attaque encore une fois fait flop quand ça compte vraiment. C'est pas un coach qu'il nous faut, mais une unité psychiatrique pour ces pechos frios millionnaires.

Aguero, à ce rythme la il va me confirmer qu'il joue uniquement parceque c'est le meilleur ami de messi dans l'équipe. Joueur froid comme j'en ai rarement vu en argentine, surtout au vu de son talent.

Idem pour higuain, le type en un an nous doit une coupe du monde et une copa américa, une coupe facile en plus ou on n'a même pas eu à affronter le bresil. Ce type et le kun doivent disparaitre à jamais de l'équipe nationale.

Mascherano à fait son temps, rien contre lui personnellement mais il est le symbole de cette génération de la défaite (dire que zanetti a porté ce poids pour beacoup moins que ça...). Il a fait son temps, tout le monde sais que c'est lui le vrai capitaine de l'équipe, il part avec une image inaméliorable surtout après ça coupe du monde. Il est temps de passer à autre chose.

Di maria, encore une fois quand il n'est pas la, quoi en dise les défenseur de la thèse du "poulet sans tête", l'argentine ne marque pas. Ce mec est le prototype du joueur de finales, toujours actif, toujours propositif, toujours à créer le danger... J'espère sincèrement par contre qu'il se soit vraiment fait mal et que cette blessure ne soit pas due à une faiblesse psychologique (d'ailleurs presonne n'a encore rien dit sur la gravité de sa blessure, c'est louche). Quoi qu'il en soit il doit rester, trop irremplaçable dans cette équipe.

Messi, messi, messi... Son problème avec l'argentine est psychologique, il n'y a pas d'autres explications. Je veux bien que ton style de jeu c'est pas de courrir et qu'il n'a pas la personalité d'un meneur de troupes, mais quand tu sais qu'un pays entier t'attends tu dois tenter quelque chose. Personne t'en voudras d'avoir essayer, tu seras acclamé pour l'effort. En plus techniquement tu as les moyens pour faire ce que tu veux avec le ballon. Mais bon à part ça il n'a pas toute la faute. Mention spéciale à tous ces génies qui voient en lui un meneur de jeu, c'est un grand finalisateur, accélérateur de jeu, dernier passeur, mais mener le jeu c'est autre chose qu'il ne sait pas faire, en tout cas pas sorti du context catalan qui est très particulier vu qu'il y a un meneur de jeu par ligne.

Si ça ne tenais qu'a moi martino serait loin avec la majorité de l'équipe, sauf le gardien, la défense, di maria et pastore. Je reconstruirait tout avec ceux la comme base. Messi je le garderai mais je lui mettrai des conditions sévères: tu n'est plus intouchable et le jeu ne sera plus basé sur toi, tu seras un de plus dans l'engrenage de l'équipe. On ne veut plus de tes amis les kun. higuain, banega etc... A partir de maintenant tu joues avec ceux qui sont le plus apte a jouer (ça aurait du être tevez...) et pas ceux qui te fon sentir mieux. Je lui enlèverais le brassard. Je ne vois que simeone qui serait capable de faire ça, donc pour le moment impossible. D'autant plus que le contrat de martino est jusqu'à la prochaine coupe du monde. Il ne me restera plus qu'a me concentré sur boca et oublier la seleccion jusqu'en aout 2018 lamentablement...
Message posté par Hasta_Siempre
Si Martino se plante encore l'an prochain, est-ce que Bielsa serait une si mauvaise idée? Ses équipes sont souvent déséquilibrées mais elles créent du jeu et des occasions. Alors si l'opportunité se présente, il est probable que la fédé argentine y pense.


non merci. bielsa selectioneur de l'argentine on a connu ça en 2002, ça c'est fini au premier tour. Si les non argentins se demandent pourquoi il est autant detesté au pays (tout autant qu'il est adulé par ses fans) la réponse est a trouver la et à la copa america 2004 (perdu elle aussi) et la non selection de riquelme en 2002 parce qu'il ne défendait pas. heuresement qu'un mois plus tard tevez lui a permis de sauver les meubles avec les jeux olympiques et de se barrer "la tête haute". bielsa et le bielsisme en général, plus jamais (malheuresement on en a un à la tête de l'équipe)
Message posté par La moustache d'Alioune Touré
Le mec arrive en finale de sa première compétition, perd aux tirs aux buts et vous l'enterrer presque ! Un peu de recul les mecs, Rome ne s'est pas construite en quelques matchs...







Il a récupéré une équipe vice championne du monde quand même, pas un ramassis de retraités. Il avait amplement la meilleure équipe du tournoi et de quoi écraser tous ces adversaires (je pense notamment à la jamaique). Plus que la défaite (qui il ne faut pas l'oublier est au tirs au buts, pas dans le jeu), c'est la manière qui dérange surtout venant de quelqu'un qui se réclame du beau jeu, possession etc... moi ça ne me dérange pas ni sa façon de jouer, ni celle oposée. Seulement quand tu affiche des prétentions pareils, je veut au moins que tu l'assumes surtout dans le matchs ou ça compte vraiment et ou t'as le premier adversaire digne de te mettre à l'épreuve. C'est ça son grand échec de cette copa america
Les changements étaient stéréotypés et catastrophiques et ce, à presque tous les matchs. La preuve en finale, Lavezzi qui rentre (même si c'est par défaut) a été nul et manque la passe qui doit faire but. Il y a pas mieux à gauche sérieux ? (Gaitan...) Higuain le mec au mental le plus fragile et instable que je connaisse malgré sa qualité de buteur exceptionnel (cf finale coupe du monde, penalty de la qualif en C1 avec Naples, finale de la Copa America 2015...). Tevez il faisait partie de l'équipe pour quoi ? C'était clairement un match pour lui, un dur combat face à de vaillants défenseurs chiliens. Et Banega pour Pastore, n'a servi à rien aussi. Pour couronner le tout, ce sont les deux entrants qui loupent leur péno et offrent le titre au Chili. La cerise sur le gâteau en quelque sorte.
Moi aussi je vous trouve sévères.
Martino a fait un seul changement dans le 11 de départ par rapport à Sabella: Pastore. Mais moi qui ne suis pas fan du "doble pivote", je trouve que l'association Biglia-Mascherano n'était pas idiote. Cela a permis à Pastore d'avoir davantage de liberté. L'association Pastore-Messi a très bien fonctionné, à part en finale. C'est plutôt celle avec les 9 qui a été très irrégulière.
Globalement, les renouvellements dont parle l'auteur de l'article ont l'air prometteurs, surtout en défense. Garay-Otamendi c'est pas trop mal, mais il faut absolument changer les latéraux. Rien n'empêche de mettre Di María dans le meilleur rôle où je l'ai vu jouer au Real: relayeur. avec Pastore-Masche-Di María et Messi-Agüero ou Tévez et par exemple Gaitán ou Lamela il y aurait davantage de possibilités offensives.
Message posté par aerton


Comme Domenech 10 ans qui arrive en finale de sa 1ere competition. Ceci dit Tata n'est pas Domenech ; il faut simplement qu'il assume ses choix. Il y a 1000 façons de triompher mais on ne peut pas triompher de 1000 façons a la fois


la cité de la peur ?
Il faudrait fouiller sur wiki car ca a déjà été fait mais le combot finale perdue de mondial + finale perdue de coupe continentale à la suite doit faire très,très mal au cul. L' Argentine pourrait se voir comme la première nation aujourd'hui, et effectivement arriver deux fois en finale comme ca c'est très bien sauf que la double défaite ressemble plus à une double peine qu'autre chose. Mine de rien en gagnant tout en club et en restant maudit en sélection Messi est en train d'écrire sa légende, au sens où on se souviendra autant de ses victoires que de ses défaites, à l'image de la poisse d'un Badgio. Y aura de quoi parler pendant des heures
Nistelrooylerude Niveau : District
Message posté par 12presente


Messi, messi, messi... Son problème avec l'argentine est psychologique, il n'y a pas d'autres explications. Je veux bien que ton style de jeu c'est pas de courrir et qu'il n'a pas la personalité d'un meneur de troupes, mais quand tu sais qu'un pays entier t'attends tu dois tenter quelque chose. Personne t'en voudras d'avoir essayer, tu seras acclamé pour l'effort. En plus techniquement tu as les moyens pour faire ce que tu veux avec le ballon. Mais bon à part ça il n'a pas toute la faute. Mention spéciale à tous ces génies qui voient en lui un meneur de jeu, c'est un grand finalisateur, accélérateur de jeu, dernier passeur, mais mener le jeu c'est autre chose qu'il ne sait pas faire, en tout cas pas sorti du context catalan qui est très particulier vu qu'il y a un meneur de jeu par ligne.



Tout à fait d'accord avec cette partie de ton commentaire. Il faut que dans ce genre de match avec l'équipe nationale qu'il se bouge plus, pour qu'on se dise qu'il a quand même tout essayé. Il y a toujours cette impression de "peut beaucoup mieux faire" qui fait qu'on a même pas mal pour lui quand il perd ces finales. Est ce qu'il arrivera un jour à avoir cette envie de se surpasser sur ce genre de match? là est la question, à moins qu'un coach arrive à trouver l'alchimie qui permettra à cette équipe de bien jouer ensemble.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Pirlo a croqué la Pomme
7 17