1. //
  2. // 37e journée
  3. // Everton/Manchester City

Martinez : « Dire du jeu espagnol qu'il est ennuyeux, c'est faire preuve de mauvaise foi »

Après Swansea et Wigan, Roberto Martínez est encore en train de réussir le pari d'allier beau jeu et résultat à Everton, 5e à deux journées de la fin. Annoncé comme un possible successeur de Wenger à Arsenal, l'Espagnol est apprécié pour avoir su adapter à merveille ses influences ibériques au fighting spirit anglais. Alors qu'il reçoit Manchester City cet après-midi, SoFoot.com publie ici une interview « tactique » jamais sortie et réalisée à l'occasion de la publication de son portrait dans le magazine.

Modififié
Quelle est l'importance du football espagnol en Angleterre ?
Il y a un grand respect pour le football espagnol. Aujourd'hui, les Espagnols sont considérés comme les meilleurs joueurs du monde et cela est positif. Avant, les gens n'assimilaient l'Espagne qu'au soleil et aux vacances... Aujourd'hui, il y a aussi des footballeurs avec une grande réputation en Angleterre. Cesc Fàbregas s'est révélé à Arsenal, Xabi Alonso à Liverpool ou Silva à Manchester City... Ces joueurs-là sont devenus des références en jouant en Premier League.

Le football anglais envie-t-il le jeu espagnol ?
Non, je ne dirais pas cela. La question qu'il faut se poser, c'est : pourquoi le football espagnol allie l'esthétique à la performance ? C'est une question que l'on se pose en Angleterre, car ce sont des personnes curieuses. Il ne faut pas oublier que le football est né au Royaume-Uni, et qu'ils sont partis avec des bases fortes dans ce sport. Aujourd'hui, la situation est inverse : ils cherchent à s'améliorer en voyant ce qui se fait à l'étranger. Et ils le trouvent dans ces joueurs espagnols et hollandais et les prennent en exemple.

Pourtant, on a bien vu lors du dernier Euro qu'il manque toujours quelque chose à la sélection anglaise...
Je pense qu'une cassure a eu lieu dans la sélection anglaise. Après le Mondial 2010 et la défaite contre l'Allemagne... Capello avait réalisé de bons éliminatoires avec la sélection anglaise. Mais ensuite, le malentendu qui a eu lieu, puis sa démission ont coûté très cher à l'Angleterre. À partir de là, on a commencé à se demander s'il était vraiment essentiel d'ouvrir le football britannique à un entraîneur étranger. C'est un équilibre à trouver, entre deux souhaits : conserver son identité tout en s'imprégnant des succès étrangers. Cela va apporter beaucoup au futur footballeur anglais.

Dans quel sens ?
Aujourd'hui, la Premier League fait preuve de curiosité et ça se note dans son évolution. On ne peut plus réduire les Three Lions à du jeu direct et strict, comme on peut encore l'entendre. En 1995, on avait ce football rigide, en 4-4-2 compact et bien physique, même si durant les grandes années de Liverpool en Coupe d'Europe, il y avait des similitudes avec le football total de Rinus Michels. Aujourd'hui, il y a ce même objectif de possession, de contrôle du ballon. C'est une évolution tactique qui va polir cette tradition du football intense, faite de chocs physiques.

En passant de l'Espagne à l'Angleterre, ça a dû être difficile, non ?
Je suis arrivé à Wigan en 1995, en tant que joueur. Dave Willan détenait la chaîne sportive JJB. Il a ouvert quatre centres en Espagne : un à Bilbao, un à Barcelone, un à Saragosse et un à Majorque. Le manager de ses boutiques était un ancien joueur de football. Au même instant, Dave Willan achète Wigan et demande à ce manager s'il connaît un joueur capable d'apporter un plus à l'équipe. À partir de là, on a été trois joueurs à être transférés depuis Saragosse. Dave Willian était quelqu'un de sérieux : il nous voulait pour bâtir une équipe forte, être en Premier League d'ici 10 ans, construire un stade de 25 000 places. En plus, l'arrêt Bosman venait de passer. C'était une coïncidence pour moi.

Quand vous arrivez, le jeu était différent de l'Espagne ?
Un choc total. C'était un style complètement différent : la structure du club était très bien implantée, très professionnelle, même si on parlait alors de la troisième division. Il y avait 92 équipes et toutes étaient professionnelles. Le chemin d'accès pour la Premier League est donc déjà plus simple au niveau administratif. Ensuite, la forme du jeu nous a beaucoup surpris : c'était ce football direct, avec beaucoup de phases arrêtées, en seconde intention. Mais en Angleterre, il y a cette passion qui te rend fou d'amour, ce fighting spirit qui rend l'intensité si folle.

C'était quoi le plus difficile ?
Le plus dur à réaliser, c'était d'intégrer ce courant de pensée qu'ils avaient tous. Plus tu mettais de personnes dans la surface de réparation, plus tu avais de chances pour marquer un but. Quand tu dois intégrer cela alors qu'on t'a dit pendant des années : « Plus tu as la balle, plus les occasions apparaîtront » , c'est une lutte quotidienne. Mais c'est aussi très enrichissant : ici, tu n'as pas la place de tomber pour chercher à obtenir une faute, tu n'as pas d'excuses. La culture du travail est totalement différente.

Quand vous devenez entraîneur à Swansea, vous arrivez à faire passer vos idées ?
À la base, j'étais un joueur technique. Donc forcément, il faut savoir faire un effort tactique. À partir de ce moment, je me suis comporté comme un entraîneur, c'est-à-dire le leader d'un groupe. En une heure, je suis passé d'ex-joueur à l'entraîneur d'anciens coéquipiers. C'était un vestiaire que je connaissais bien car j'avais été capitaine de cette équipe six mois auparavant, et ça a sans doute été le facteur déterminant dans mon choix d'entraîner. Je savais comment fonctionnait ce groupe, comment réagissaient chacun des joueurs, et surtout, je savais qu'à Swansea, les supporters avaient un goût prononcé pour le beau jeu et l'esthétisme. Dans leur 4-4-2 classique, j'ai donc pu changer de tactique et passer en 4-3-3 ou en 4-2-3-1.

Quelles sont vos influences ?
C'est un mélange. D'abord, comme beaucoup en Espagne, Johan Cruyff est pour moi une référence. Non seulement il a créé une tactique, mais il a aussi créé un club. Et ça, ça m'a tout de suite plu. Il a pris un temps fou à construire cette philosophie. Son style m'a accompagné dans mon voyage vers le Royaume-Uni. Cependant, il fallait accommoder cet état d'esprit aux traditions anglaises. Mais rapidement, la mayonnaise a pris. J'ai instauré un 4-3-3 et en seulement 12 matchs restants, les résultats étaient déjà là. Puis l'été suivant, j'ai recruté 10 joueurs qui ont formé la base de l'équipe qui est montée en Premier League. Par exemple, Leon Britton a été l'une des pierres angulaires de mon équipe en tant que milieu défensif. Il avait cette capacité à faire ressortir proprement le ballon et à se projeter vers l'avant. Dorus de Vries aussi, un gardien hollandais qui savait jouer de derrière.

Il y a des joueurs qui ne comprennent pas ce concept ?
Oui. Il y a des cas où l'individu ne se sent pas à l'aise et ne veut pas expérimenter de nouvelles choses, tout simplement. Mais c'est difficile : accepter un changement de tactique du jour au lendemain n'est pas donné à tout le monde.

C'était difficile pour vous de travailler en Espagne ?
Selon moi, la Liga est un championnat très intéressant d'un point de vue tactique. Si tu es espagnol, tu as toujours une filiation culturelle qui te rallie à la Liga et au football espagnol. Mais la façon de travailler dans la majorité des équipes espagnoles est très différente du rôle de manager. En tant que manager dans le football anglais, tu as d'autres responsabilités, d'autres objectifs, d'autres manières de travailler, qui moi me plaisent. Tu peux contrôler l'avenir du club, te projeter dans les années qui viennent ou prévoir des choses à court terme. Alors qu'en Espagne, il y a peu de clubs qui travaillent de cette manière. Moi, j'aime pouvoir avoir le contrôle sur toutes les décisions du club, mais aussi sur les positions financières. J'admire beaucoup le rôle de manager, car il est beaucoup plus compliqué que celui d'entraîneur dans les autres championnats.

Les projets comme ceux du Paris Saint-Germain ou de Manchester City sont-ils, selon vous, une bonne chose pour le football ?
Il y a deux visions. Je pense qu'ils causent du tort au monde du foot en surévaluant certains joueurs. Sur certains transferts, ils font totalement exploser le marché. Dans ce genre de clubs, il y a des joueurs qui ne jouent jamais et qui ne peuvent pas partir car les autres clubs n'ont pas les moyens de se les payer. Du coup, ça crée des courants qui ne sont pas sains pour le football. Mais si l'on oublie le côté financier, le fait de pouvoir réunir autant de talents dans une même équipe, c'est selon moi fascinant.

Les méthodes de travail en Espagne sont-elles plus ou moins les mêmes ?
Je crois que les méthodes doivent êtres adaptées selon les équipes et les pays. Le jeu espagnol et le jeu anglais sont très différents. La Premier League a vraiment une autre intensité. Si on réalisait le même type d'entraînements pour une équipe espagnole et une équipe anglaise, ce serait probablement un fiasco. Et inversement.

Pourquoi ? Parce qu'on travaille plus avec le ballon en Espagne et plus sur le physique en Angleterre ?
Non, mais l'intensité dans le football britannique est nettement plus importante. Tout ce qui se fait dans le foot anglais est basé sur l'intensité. C'est difficile de trouver ça dans d'autres pays. Selon moi, le football britannique fait beaucoup référence au rugby, alors que l'Espagne, ce serait plus le basket. C'est un sport qui est très stratégique, il faut contrôler tous les mouvements. Dans le foot anglais, l'intensité est très forte et tu dois entraîner les joueurs de cette manière.

Comment se fait cette distinction ?
Le football anglais est basé sur le travail et tu dois faire tout ce qu'on te dit de faire. Il faut être professionnel à 100%. Le joueur espagnol va aussi travailler, mais pour lui, le vrai boulot se déroule sur le terrain, au moment du match. D'une certaine manière, les entraînements reflètent cette perspective-là.

Le football développé par Guardiola avec le Barça est-il le meilleur de ces dix ou quinze dernières années ?
Il y a des concepts de jeu bien spécifiques qui ont porté leurs fruits en Europe, mais le football de Guardiola est la preuve ultime qu'on peut gagner avec l'art et la manière. C'est-à-dire gagner tout en développant un style et une philosophie de jeu très claire qui a fait la renommée du Barça. Tout a commencé avec Johan Cruyff et aujourd'hui, on est arrivé à un autre niveau dans la manière de gagner des titres. Je crois que le football doit toujours être question de goûts.

À l'Euro, le jeu de l'Espagne a été pas mal critiqué. On disait notamment qu'il était ennuyeux. Vous le comprenez, ça ?
Non, j'ai du mal à saisir et à comprendre qu'on puisse trouver ça ennuyeux. Surtout que ça n'a jamais été le cas, au contraire. L'Espagne développe un style de football fantastique, tout en maîtrise. Leur style de jeu est basé sur la possession, c'est sans doute ça qui peut frustrer un peu les spectateurs ou leur faire dire que c'est ennuyeux. Mais de toute manière, toutes les personnes qui dominent le sport mondial sont perçues comme telles. On l'a vu dans le tennis avec Pete Sampras, avec le Barça de Guardiola et donc avec la sélection espagnole. Parler d'ennui pour qualifier le jeu de l'Espagne, c'est quand même faire preuve de mauvaise foi.

Comment peut-on parvenir à gagner contre ce type d'équipes qui monopolisent le ballon ?
C'est très difficile, mais je pense que la seule manière est justement de les empêcher de prendre le jeu à leur compte. Mais ça reste très compliqué de modifier leur style de jeu, car il conduit presque systématiquement à la victoire. On sait ce qu'ils vont faire et on n'arrive pas à les en empêcher.


Propos recueillis par Alexandre Gonzalez (Traduction : MH et AD)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Everton est 5ème à 2 journées de la fin, Arsenal restera devant cette année encore.
Syr_Odanus Niveau : CFA
"C'est un équilibre à trouver, entre deux souhaits : conserver son identité tout en s'imprégnant des succès étrangers. Cela va apporter beaucoup au futur footballeur anglais."

Moi je constate jusque que plus le temps avance, plus il y a d'étrangers dans le championnat anglais et plus la sélection à la rose est mauvaise.
Le phénomène est le même en Italie, qui n'a jamais connu autant de succès européens que quand l'AC ou la Juve alignait 8 ou 9 italiens dans leur 11 de base.

Quel bonheur ce serait de voir un club qui fait la part belle aux joueurs anglais comme Liverpool faire la nique à des clubs 100% étrangers tels que City ou Chelsea...
Rainbowman Niveau : DHR
Il dit pas grand chose quand même le type... Ah bon la PL c'est physique et la liga c'est technique? J'savais pas ça tien!
Très interessante cette perspective! Ce coach réalise du bon taf depuis quelques saisons, son arrivé à Everton dans la succesion de Moyes permet de le mettre plus en lumière!

Après l'arrivé massive des meilleurs joueurs/coachs étrangés depuis 20ans a clairement renforcer le niveau de BPL le faisant passé d'un championnat bourrin kick/rush à un championat bien plus varié et plus interessant au niveau du jeu..

Bien sur et comme souvent ca ne fait pas l'affaire de l'équipe nationale tant les jeunes joueurs anglais ont du mal a exploser et surtout à s'imposer dans les clubs du Big Four!
Ronaldo McDonald's Niveau : CFA2
Faut nuancer un peu, chaque équipe anglaise a son lot de joueurs de classe dans leurs effectifs.

Cahill, Lampard, Terry ou Ashley cole à Chelsea, Sturridge Gerrard Flanagan Henderson à Liverpool, Ronney à United, et plus loin dans le classement y'a pas mal de perles aussi, Baines à Everton qui est excellentissime, Luke Shaw qui déboite sa madre, Ross Barkley.

Je pense plutôt que tout cela est mis en marche par de plus en plus d'entraîneurs étrangers, ce qui crée une fosse entre la politique sportive de la fédé et celles des clubs, plus l'échec Capello qui a ensanglanté la sélection.

Mais eux arrivent à réfléchir, ...
Quaresmabite Niveau : Loisir
Dire qu'un Espagnol a les cheveux gras par contre ...
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16
mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4