Ligue des champions - Quart de finale aller - Real Madrid/Galatasaray

Propos recueillis par Robin Delorme, à Madrid

Martin Vazquez : « On a moins de temps au Real pour faire ses preuves »

Formé au Real et ancien membre de la Quinta del Buitre, Rafael Martín Vázquez est un interlocuteur privilégié pour parler de la formation madrilène. Et discuter sur la saison de son Real Madrid avant ce quart de finale aller de la Ligue des champions.

Note
5 votes
5 votes pour une note moyenne de 4.6/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Rafael Martin Vasquez
Rafael Martin Vasquez
Ce mercredi, Arbeloa et Diego López devraient être les deux seuls « canteranos » alignés face à Galatasaray. Est-ce une réussite ou un aveu d’échec pour la formation madrilène ?
Chaque fois que des joueurs formés au club sont alignés est la bienvenue pour le club. Il n’y a que du positif à en retirer. Après, pour dire si c’est un grand succès ou un constat d’échec, tout dépend de ton point de vue. Car aujourd’hui, dans tous les grands clubs, il est de plus en plus rare de rencontrer beaucoup de joueurs du cru. Alors en avoir deux ce soir comme le Real Madrid est quelque chose de profondément important.

Justement, dans les années 80-90, lorsque vous évoluiez sous les couleurs merengues, y avait-il une méthode « Real Madrid » de formation ?
Ce n’est pas vraiment une méthode, mais nous avions tous l’espoir de pouvoir grandir et jouer un jour pour l’équipe première du Real Madrid même si nous savions cela difficile. Mais maintenant, je pense que cela a un peu changé. Il y a bien Casillas, même s’il n’est pas là mercredi soir, Diego López et Arbeloa. Et encore, Arbeloa a dû repartir pour mieux revenir.

Et au niveau de la formation espagnole, y a-t-il vraiment eu un si profondément changement ?
Je ne crois pas qu’elle ait tant changée que ça dans les joueurs qu’elle a formés. C’est plus parce qu’avant, nous ne gagnions rien qu’on a l’impression de ce changement. On a toujours formé des joueurs petits, vifs, techniques. C’est simplement que des joueurs sont sortis au même moment et comprenaient la même chose en même temps. La différence n’est pas si grande que cela finalement. À notre époque, nous avons reçu un traitement différent car il n’y avait pas tant de succès.

Aujourd’hui, peut-on affirmer que la philosophie de jeu affichée par la Roja correspond à celle du Barça ?
Non, pas du tout !

Pourquoi ?
Parce que c’est la sélection espagnole, ce n’est pas le Barça. Si ce n’était pas la philosophie propre de la Roja, nous appellerions la sélection le Barça.

Pourtant, lorsque nous voyons un match de l’Espagne, son jeu paraît sur beaucoup de points semblable à celui de Barcelone…
Tout dépend également de comment tu vois la chose. Évidemment, des joueurs importants de la sélection sont du Barça. Mais il y en a également du Real Madrid. Plus qu’un amoncellement de joueurs de différents clubs, c’est tout bonnement une équipe que l’Espagne a. Et peut-être que lors des années avant 2008, nous n’avions pas ce sentiment d’avoir une équipe solide et unie, une forme de jouer bien à nous et facilement identifiable. Pour cela, nous avons besoin de tous les joueurs qui viennent pourtant de différents clubs.

Pour en revenir au Real Madrid : peu de joueurs de la Fábrica font partie de l’équipe première mais, paradoxalement, c’est le centre de formation le plus productif d’Espagne…
Ceci est normal et plutôt habituel. Et cette vérité s’applique à tous les autres clubs. La Cantera du Real Madrid a toujours formé de très bons joueurs de Première Division. C’est vrai que cela peut paraître curieux que finalement peu d’entre eux aient joué pour le Real, mais c’est ainsi : on a moins de temps ici pour faire ses preuves.

Lorsque Jesé Rodríguez, actuel jeune joueur du Real Castilla, demande une opportunité pour avoir sa chance avec l’équipe première, vous comprenez sa déception ?
Ça dépend vraiment de l’entraîneur que tu as. Aujourd’hui, l’entraîneur qui est ici prend des décisions pour savoir si tel ou tel joueur doit débuter. Point.

Mais avoir des joueurs formés au club permet pourtant de pérenniser l’identité d’un club ?
Bien sûr. Un « canterano » qui débute avec son club est la meilleure identité que tu peux donner au club, au joueur en question et aux supporters. Casillas représente cela. C’est un joueur excessivement important qui est ici depuis si longtemps.

« C’est une grave erreur de mettre le physique avant la technique »


Un joueur comme Raphaël Varane ne sort pas de la Cantera, mais est pourtant arrivé ici très jeune. Peut-il s’imposer comme le symbole d’un club comme le Real ?
Tout cela dépend seulement de lui. S’il souhaite s’accorder au Real, s’intégrer au Real, clairement il le peut. De toute façon, plus longtemps tu restes, plus de chances tu as de le devenir.

Lors du dernier France-Espagne, lorsque vous avez vu la titularisation de joueurs comme Paul Pogba et Raphaël Varane, qu’avez-vous pensé de la formation à la française ?
La formation française n’est pas nouvelle : il y a quelques années, elle nous donnait même du plaisir. Comme l’Espagne, elle a eu son moment avec des joueurs géniaux et a marqué son époque avec de nombreuses victoires. La France a de très bons centres de formation avec de très bons joueurs.

L’un des problèmes de la formation française est que le physique a semble-t-il depuis un certain temps suppléé la technique…
Cela ne se passe pas seulement en France et c’est une grave erreur de mettre le physique avant la technique. Il y a des âges où la taille importe beaucoup et fait plus de différence que le simple aspect technique. Dans le football, comme dans toute profession, reste la qualité propre à chacun de mettre en avant ses qualités personnelles. Bien entendu, la taille et le physique peuvent en être, mais sans technique tu ne peux pas faire grand-chose avec un ballon.

Pour en revenir à l’actualité du Real Madrid, que pensez-vous de la saison actuelle d’un Real Madrid capable du pire en championnat comme du meilleur en Ligue des champions ?
L’équipe a très, très mal commencé la saison. Ce n’est pas normal qu’elle soit allée perdre des matchs comme elle l’a fait. Surtout si l’on compare avec la saison dernière, durant laquelle les résultats ont toujours été très réguliers. Paradoxalement, en Copa del Rey et en Champions qui sont des compétitions beaucoup plus ouvertes, face au Barça ou à Manchester qui sont de prestigieux adversaires, le Real s’en sort bien mieux.

Vous ne devez donc pas trop craindre Galatasaray ?
Bien entendu, il n’y a pas de peur, mais du respect, car elle a tout bonnement atteint les quarts de finale de la Ligue des champions. Mais c’est vrai que c’est le meilleur tirage possible pour le Real. Et on peut même élargir à tous les clubs espagnols pour dire qu’ils n’ont pas eu le pire tirage possible.

Suivre Robin Delorme sur Twitter Propos recueillis par Robin Delorme, à Madrid

Parier sur les matchs de Real Madrid C.F.

 





Votre compte sur SOFOOT.com

5 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par DAGG-7 le 03/04/2013 à 12:10
      

    ça fait plaisir de le lire dans un article so foot.Il est pas rester longtemps a l'OM en 92 je crois la stache'en plus mais j'aimais bien,joueur elegant;;;eh 92;;;c'est loin!!!

  • Ruud04 a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués
  • Message posté par elnendordino le 03/04/2013 à 15:56
      

    que 2 réactions?
    fait chier!

  • Message posté par elnendordino le 03/04/2013 à 15:57
      Note : 1 

    il a un peu une tête de pedophile quand même

  • Message posté par one_of_the_amoks le 03/04/2013 à 19:29
      

    yep, très gros joueur, pas resté longtemps en france, rien de spectaculaire de fait d'ailleurs mais je me souviens bien de l'avoir vu débarquer et de m'etre dit "ah ouais quand meme, c'est pas maradonna mais c'est pas dégueu quand meme".
    mars avait fait venir quelques mecs comme ça pour quelques temps genre steven, futre...sinon y'a un truc que j'ai jamais compris à mars, c'est pourquoi avoir bicrave waddle.


5 réactions :
Poster un commentaire