Martin : "Menez m'a envoyé un SMS"

Le Steve Nash de la Ligue 1 ira distiller ses passes décisives chez les grands. Appelé pour la première fois dans le groupe France par Laurent Blanc, le Sochalien Marvin Martin est tout chose. Depuis ce midi, son téléphone est assiégé mais le natif de la Porte de Vanves arrive à jongler.

Modififié
0 8
Alors ça y est, t'es chez les grands ?

Je ne m'y attendais pas. C'est un truc de fou. C'est une vraie surprise. Surtout que je n'avais jamais été pré-convoqué avant. Là, je suis pré-convoqué une fois et je suis appelé dans la foulée. Grand chelem. C'est un rêve de gosse qui se réalise.

En début de saison, tu te voyais finir la saison en Bleu ?

Jamais de la vie. Les choses arrivent vite. Il y a un an, j'étais presque un inconnu. Il a fallu que je me fasse ma place dans l'équipe. Je bénéficie du boulot de toute l'équipe. On a fait une saison énorme avec Sochaux. Ma récompense, c'est un peu le travail collectif de tous mes coéquipiers et de Francis Gillot car moins de douze mois plus tard, me voilà en équipe de France. C'est énorme.

À aucun moment tu n'as pensé être dans la liste. Même hier soir avant de te coucher ?

Même pas. J'y pensais. J'en rêvais. Mais de là à imaginer y être, il y a un pas que je n'avais jamais franchi. Là, je ne sais pas trop comment ça va se passer. J'ai rendez-vous lundi à Clairefontaine. Je vais découvrir. Rien que m'entraîner avec eux, c'est du bonheur.

Quelles ont été les réactions de tes proches ?

Mon téléphone a été pris d'assaut. Par les proches, les potes, les coaches, les collègues. À Sochaux, c'était génial aussi. Même Jérémy Menez m'a envoyé un SMS. J'étais comme un gosse. Je ne pensais pas que la déferlante médiatique était aussi violente. Tu raccroches et hop ça résonne. C'est fou.

À aucun moment tu n'as pensé que ta saison pouvait t'amener à finir en Bleu ?

Je savais que j'avais les capacités de faire de belles choses. Mais entre ce qu'on a envie de faire et ce qu'on est capable de faire, il y a toujours une différence. Là on vient de réaliser une grosse saison, forcément, j'ai une part de responsabilité dans tout ça. Mais c'est un collectif dans lequel je prends mon pied. Maintenant Il faut boucler le championnat et arracher cette cinquième place. Ça serait génial.

Tu penses à ce record de passes décisives sur une année ?

Oui et non. J'en suis à 17, le record est à 18. J'y songe sans vraiment me focaliser dessus. Je vais également penser à l'équipe de France, surtout dimanche soir en fait. Disons que la fin de semaine va passer très vite. Tout a tellement changé en une semaine.

Ça t'effraie ?

Non, je n'ai pas peur. Je suis heureux tout simplement. Mais tu te dis qu'en moins d'un an t'es passé de rien à l'équipe de France. Quand je vais réaliser, ça va être fou.

Tu sais avec qui tu vas te mettre en chambre ?

Pas encore, je ne sais même pas comment ça marche (Rires). De toute façon, je ne connais pas grand monde. Jérémy (Menez, ndlr) bien sûr mais aussi Mamadou Sakho et Yann M'Vila avec qui j'ai joué en jeunes. L'important, c'est de prendre la température, de prendre mes marques.

Tu as eu Laurent Blanc au téléphone ?

Non non, j'ai juste eu la convocation. Ça me suffit (rires).

Tu ne sais pas sur quel poste il veut te faire jouer alors ?

Je ne m'en soucie pas. Je peux jouer en 6, en 8 ou en 10. Je prendrai tout de toute façon.

Tu vas virer Nasri alors si tu joues en meneur de jeu ?

Ouh là non (rires). C'est un honneur d'être dans le même groupe que lui. Je suis encore loin de son niveau.

Tu as une préférence pour le numéro de ton premier maillot chez les A ?

Je prendrai le numéro qui reste surtout.

Propos recueillis par Mathieu Faure

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est dommage vous auriez pu lui demander si il se voyait avec le maillot bleu il y a quelque temps en arrière...
@ lolonois :

Tu veux dire comme dans la deuxième question de l'interview ?

PM
@ PM c'est surtout que vous lui avez demandé 50 fois...
@PM : Euh je crois que c'etais de l'ironie. Vous lui avez juste demander 50 fois ...
Ahahaha...

Rafraichissantes ses déclarations aux petits Martin. Il maîtrise mieux l'exercice de l'interview qu'auparavant (cf : ses déclarations sur les gays). Par contre le journaliste maîtrise pas encore les questions variées...

WE
Sympa le ptit Marvin. J'espère qu'il va pas trop vite maîtriser l'exercice de l'interview, car son "PFG" était énorme !
PFG ca peut être le service des "Pompes funèbres générales" (cf Félix Faure style).

Footballistiquement, cela renvoie davantage aux initiales du Paris Foot Gay, club pour lequel Martin avait dit en octobre ne jamais vouloir jouer...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les pronos de Luc Chatel
0 8