Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 17e journée
  3. // Bastia/Marseille (1-2)

Marseille se réveille à Bastia

Après la claque reçue dimanche contre Lorient, Marseille se relance à Bastia. Dans la torpeur d'un match à huis clos, l'OM s'impose 2-1. Une victoire qui permet aux joueurs d'Élie Baup de revenir à hauteur du PSG avec 32 points.

Modififié
Bastia - Marseille: 1-2
Buts : Modeste (82e) pour Bastia ; Valbuena (14e) et A. Ayew (70e) pour Marseille

Les 16 480 places du stade Armand-Cesari sont entièrement vides, au moment où Bastia et Marseille font leur entrée sur la pelouse pour en découdre. Mais si les supporters corses n’ont pas pris place en tribunes, en raison du huis clos infligé au club bastiais, ils ne sont pas loin pour autant. La fumée des fumigènes, qui envahit la pelouse en début de match, permet de bien comprendre qu’ils sont là, juste à côté. Les bruits de pétard, à intervalles réguliers, ainsi que les chants entonnés par quelques milliers de voix, permettent également de capter qu’ils sont chauds. Bouillants, même.

Un champ de patates

Jouer dans un stade vide c’est chiant, assurément, mais jouer sur une pelouse horrible, c’est encore pire. Celle de Furiani, ce soir, est à la limite de l’impraticable. Pourtant, il faudra bien s’y faire, pas le choix. Cela n’empêche d’ailleurs pas les Marseillais d'entrer tambour battant dans la partie. Les hommes d’Élie Baup ne doivent pas vouloir se prendre un troisième 3-0 consécutif. Du coup, bah ils jouent. Plutôt bien, même. Le premier quart d’heure est entièrement phocéen, et c’est donc presque logiquement que les visiteurs ouvrent le score à la fin de celui-ci, par l’intermédiaire de Valbuena. Ce qui est beaucoup moins logique, en revanche, c’est la manière dont est marqué ce but. À la suite d'une mauvaise relance de la défense bastiaise, Fanni arrive à placer une tête en retrait à destination de Valbuena, à l’entrée de la surface. Voyant la gonfle arriver, le « Petit Vélo » se prépare et arme une reprise de volée « zidanesque » qui vient se loger quasiment dans la lucarne droite de Bonnefoi, pépère. Le geste est splendide, le résultat est magnifique. Non vraiment, c’est beau. Bon on ne va pas se mentir, c’est quand même le genre de but que l’on préfère planter devant des supporters en furie, avant de se diriger vers le poteau de corner en glissade, tranquille. Ce but aurait mérité une meilleure célébration, dommage. Le reste de cette première mi-temps est à l’image du début de match. Une équipe qui a le jeu à son compte et une autre qui contre, enfin parfois. Bref, c’est logiquement que les Phocéens rentrent se mettre au chaud avec un but d’avance.

« Arbitre de merde »

Le second acte repart sur les mêmes bases. Marseille joue, Bastia regarde. Sur une des rares incursions corses dans la défense marseillaise, Yatabaré réalise un beau geste technique avant d’être taclé par Morel. Penalty ? Non, M. Ennjimi ne bronche pas. Dommage pour les Bastiais, car sur le contre, Jordan Ayew, lancé en profondeur, est déstabilisé par Bonnefoi dans la surface, et cette fois l’homme en jaune désigne le petit point dans la surface de réparation. Cruel. Une décision arbitrale qui permet de découvrir les joies du huis clos, lorsque fusent, du banc bastiais, les « arbitre de merde » , « casse-toi de là » . Les esprits ont beau s’échauffer sur les bancs de touche, André Ayew ne tremble pas, 2-0. À dix minutes de la fin, Modeste réduit le score pour les locaux, de quoi réchauffer un peu les nombreux supporters corses qui se gèlent à l’extérieur du stade, devant leur écran géant. Mais le mal est fait et Bastia ne peut pas revenir. Marseille se reprend et recolle aux basques du PSG, à la troisième place.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 8
il y a 9 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom