Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il fallait retenir de la 14e journée

Marseille s'entête, Toulouse fait disette

Étincelants contre Bordeaux, les Marseillais résistent au PSG en tête de la Ligue 1, quand Lyon décroche légèrement. Apathiques et maladroits, les Toulousains retombent dans leurs travers face à Montpellier, tandis que Lens et Guingamp peinent en bas de classement.

Modififié
  • L'équipe du week-end

    Habitués à baisser de pied à l'heure de jeu, l'OM n'avait jamais retourné un match cette saison. Aussi, quand les Bordelais ont ouvert le score en seconde période contre le cours du jeu grâce à Thomas Touré, l'ombre de la défaite a plané sur le Vélodrome. Les supporters n'auront pourtant pas longtemps tremblé. Exceptionnel, Dimitri Payet distribuait coup sur coup deux offrandes pour Mario Lemina et André-Pierre Gignac, qui renversaient le match sur deux têtes bien placées. « C'est la première fois que nous renversons une situation qui nous est défavorable  » , a témoigné l'attaquant olympien à la fin du match, « nous avions à cœur de gagner et de reprendre le fauteuil de leader, et surtout de nous racheter après les défaites à Lyon et Paris. » Dans la foulée, Michy Batshuayi a parachevé le succès des siens en trompant pour la troisième fois de la soirée un Cédric Carrasso pourtant solide et appliqué. De quoi impressionner Willy Sagnol, l'entraîneur des Girondins, pourtant pas fan de Bielsa : « L'OM est en tête du championnat, ce n'est pas immérité, ils n'hésitent pas à se déséquilibrer, à prendre des buts pour en marquer. C'est un beau leader du championnat. » En retrouvant l'efficacité au bon moment, les Marseillais ont envoyé le meilleur signal possible à leurs poursuivants directs, Paris et Lyon, malmenés ce week-end par Metz (2-3) et Bastia (0-0).

    Le compte-rendu du match
    Les notes de ce bon Marseille - Bordeaux

  • Vous avez raté Lille/Évian-TG et vous n'auriez pas dû

    Suite au report du match contre Lille, pour cause d'organisation de la Coupe Davis au stade Pierre-Mauroy, le visionnaire Pascal Dupraz avait pesté contre les problèmes de calendrier : «  On nous met au repos pendant plus de trois semaines, l'ETG est pénalisé par le fait que la finale de la Coupe Davis se jouera à Lille. Après la trêve internationale, toutes les équipes joueront à l'exception de l'ETG qui est en difficulté au classement, et il est possible qu'on retombe dans la zone de relégation à cette occasion-là. » Bien entendu, cela n'a pas raté. Gageons cependant que les spectateurs présents ont su apprécier le show de Roger Federer. Non, le Suisse qui peut réveiller Lille ne s'appelle pas Michael et porte le bandana plutôt que la coupe au bol.

  • L'analyse définitive du week-end : Tous pourris !

    Quelques jours seulement après le scandale des matchs truqués en Ligue 2, les clubs de l'élite ont offert un festival de buts gags, dans la grande tradition des rencontres arrangées. En ligne de mire, triste coïncidence, Caen et Monaco. Buteur contre son camp, Manu Imorou a changé d'équipe en plein match : après avoir dévié le ballon vers son but, le défenseur a réglé la mire en déposant une mine dans le petit filet de son gardien. Suspect. Pour ne pas que cela se voit trop, Kondogbia lui a répondu en seconde mi-temps d'une tête lobée dans la lucarne de Subašić. Encore moins discrets, les Messins ont eux prouvé leur sens de l'hospitalité en offrant deux buts aux Parisiens en début de match, d'abord sur une erreur défensive de la charnière, puis sur une réalisation contre son camp de Gaëtan Bussman. De quoi mettre sur la voie royale des visiteurs qui choisissent leurs rencontres, comme l'a reconnu Laurent Blanc en toute tranquillité : « J'ai trouvé mon équipe plus concernée que lors de certains matchs. » Quant aux Toulousains Moubandjé et Aguilar, ils se sont arrachés au duel pour délivrer une passe décisive à Anthony Mounier, tout heureux de donner une belle victoire à Montpellier. En attendant les premiers aveux, la rumeur enfle : tous pourris !

  • La polémique de la machine à café : les Français sont-ils arrogants ?

    On voit souvent la paille dans l'œil de son voisin, mais rarement la poutre qui est dans le sien. Brillant vainqueur de la coupe Davis, Stanislas Wawrinka a expliqué que « les Français parlaient trop » . Avant de se la ramener, en touillant le couteau dans la plaie : «  C'était bien, vous avez vu le score ?  » a-t-il interrogé. « Roger a très bien joué. Il a "tué" Richard, c'était un sentiment incroyable ! » Hilare, le Suisse a aussi réglé ses comptes avec l'organisation : « Nous sommes encore à l'eau pour l'instant ! Ils avaient mis les bouteilles dans le vestiaire des Français, mais les ont vite remises dans le vestiaire des Suisses ! » Communément admis à l'étranger, ces préjugés se heurtent à l'étiquette de notre chère Ligue 1, où l'humilité est une vertu unanimement partagée. Ambitieux comme jamais, Jocelyn Gourvennec tape du poing sur la table : « Le constat aujourd'hui, c'est qu'on a quatre victoires et dix défaites, c'est beaucoup trop. On doit être capables d'accrocher des nuls. » Fair-play, Rolland Courbis félicite les Toulousains, qui n'ont cadré qu'un seul de leurs six tirs du match : « C'était un match pas facile à jouer, un match pas facile à préparer, un match face à un adversaire de qualité et une pelouse pas facile à jouer. Bref, rien n'était facile. » Loin de se la péter ce week-end, Claude Puel fait carrément de la mendicité en temps de crise : « Un petit but, même de raccroc, nous aurait mis dans une bonne dynamique. » De quoi relativiser les accusations de Wawrinka, qui n'a visiblement pas lu Le Matin pendant la Coupe du monde.


  • Le top 5

    - Dimitri Payet : Oubliez la famille Petrossian, le plus gros distributeur de caviar en France s'appelle Dimitri Payet. S'il n'était pas entouré de bélougas, il aurait fait encore mieux que deux passes décisives hier soir.
    - Paul-Georges Ntep : En marquant contre Guingamp, Paul-Georges Ntep a lavé l'honneur bafoué des Rennais, salement charriés par une banderole bien sentie ( « Merci pour notre palmarès » ) en tribunes : «  Il est décisif et il est constant » s'est félicité son entraîneur. «  Ses gros progrès, c'est que défensivement, offensivement, on le sent de plus en plus consistant. Il ne réussit pas tout, mais à chaque fois, il arrive à être dangereux. » Cela fait déjà cinq buts et trois passes décisives pour l'international espoir.
    - André-Pierre Gignac : Grosse semaine pour APG, entre un transfert trouble qui fait polémique, une sélection honorable en Bleu et un but de la victoire sur corner face à Bordeaux. Under pressure.
    - Ezequiel Lavezzi : Puisque Zlatan Ibrahimović est toujours aussi peu dans le coup, l'international argentin a pris ses responsabilités face à Metz. Incisif et remuant, il a torturé la défense lorraine avant d'offrir le but de la victoire au PSG.
    - Raphael Guerreiro : Déjà buteur contre l'Argentine en milieu de semaine, l'international portugais a récidivé ce week-end d'une superbe frappe croisée qui offre la victoire à Lorient malgré les nombreuses parades de Rudy Riou.

  • Le geste

    Quand l'utile se joint à l'agréable.


  • Ils ont dit

    - Jean-Luc Vasseur, désolé du spectacle, mais près de ses sous en temps de crise : « Je ne vais pas pouvoir rembourser tous les spectateurs. »
    - Sylvain Ripoll, en pleine réflexion tactique : « Il n'est jamais facile de jouer à onze contre dix, de trouver le bon équilibre entre attaquer et ne pas trop s'exposer. » Finalement, la meilleure attaque, c'est encore la défense.
    - Brandão, une carrière avortée dans la diplomatie : « Je ne l'ai pas attendu pour le frapper (ndlr : Thiago Motta). Mon geste n'était pas prémédité, je voulais seulement parler avec lui pour qu'on se calme.  » Le conflit israëlo-palestinien n'attend plus que lui.
    - Hubert Fournier, l'enfer corse : « Furiani est redevenu difficile à jouer et peu d'équipes pourront en ramener un résultat s'ils continuent ainsi. » Je suis une célébrité, sortez-moi de là.
    - Nampalys Mendy, enervé par les sifflets de l'Allianz Riviera : « Les sifflets des supporters ne nous ont pas aidés, c'est toujours désagréable. Je n'ai pas compris ceux contre Paulin, c'est un jeune joueur. » En ce qui concerne Grégoire…
    - Patrice Garande, dans le même bateau : « On a vécu une semaine compliquée, c'est certain. (…) On a évoqué plein de choses entre nous avant ce match. Je ne sais pas si cela a joué. (…) Vous imaginez que ce soir, cela allait au-delà d'un simple match. J'ai une pensée pour mon président, pour "Pilou". Que cela leur donne du baume au cœur. On est très heureux d'avoir fait ça pour eux.  » C'est vrai que c'est beau, un match nul contre Monaco.

    - Philippe Montanier, la revanche dans la peau : « Gagner après trois défaites de suite contre Guingamp, c'est la cerise sur le gâteau. » Reste maintenant à gagner des titres.
    - Marcelo Bielsa, la confusion des sentiments : «  Pour moi, Rod Fanni a été le meilleur joueur de l'équipe ce soir, et je le mets aussi en avant pour tous les efforts qu'il a faits pour revenir à son meilleur niveau. » Lofteurs, up and down.
    - Christophe Galtier, déjà dans son derby : « J'ai entendu Jean-Michel Aulas dire que nous avions un match de Ligue Europa important jeudi. Je tenais à lui préciser que je le savais. En toute sympathie. »

  • Le tweet



    Michy qui remet le terme « goal » à la page à Marseille. De quoi être nostalgique de ce cher Éric Gerets.

  • La stat

    Grâce à son succès contre Metz, le PSG, toujours invaincu cette saison, a enregistré une cinquième victoire consécutive.
    L'Olympique de Marseille, qui a su renverser la vapeur pour la première fois de la saison face à Bordeaux (3-1), a lui engrangé un sixième succès de rang à domicile.

    Le compte-rendu de Metz-PSG

    ⇒ Résultats et classement de L1

    Par Christophe Gleizes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible