En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 16e de finale
  4. // Rouen/Marseille (1-2)

Marseille rejoint le PSG dans la douleur

Vainqueurs difficile à Rouen (1-2), les joueurs de l'Olympique de Marseille verront les huitièmes de finale de la Coupe de France et le Parc des Princes. Heureusement pour les Phocéens, l'arbitre de la rencontre a accordé un but imaginaire à Modou Sougou.

Modififié
Rouen - Marseille : 1-2
Buts : Dugimont 67e ; Valbuena 42e, Sougou 67e

Docteur Mathieu et Mister Valbuena. Un classique de la littérature footballistique. Valbiche, ce genre de schizo qui peut porter des caleçons infâmes et claquer des volées en pleine lucarne. Un homme qui peut gueuler sur des enfants qui tripotent sa Lamborghini blanche puis porter l'OM sur ses toutes petites épaules le week-end suivant. Ce soir, le milieu de terrain de l'OM a commencé par retarder le coup d'envoi du match. La faute à une bague coincée sur un doigt un peu potelé et un refus de M. Enjimi de voir Petit Vélo entrer sur la pelouse avec un bijou sur la paluche. Après ce léger contretemps, Mathieu Valbuena a fait ce qu'il sait faire de mieux : jouer au foot et faire jouer son équipe. Toujours au rendez-vous face à des adversaires supposés plus faibles, le meneur de jeu marseillais a trié les ballons phocéens, multiplié les bons coups francs puis marqué. Un match plein à l'issue duquel l'OM voit le Paris Saint-Germain se profiler au prochain tour.

Michel Rodriguez et Mathieu Valbuena

Quelque chose entre l'enfer et la maison. Voilà à quoi ressemble le stade Robert Diochon pour les Phocéens en début de match. Les Phocéens, qui débutent face à une tribune toute bleue et acquise à leur cause, ont la tête sous l'eau. Incapables d'enchaîner deux passes, les hommes d'Élie Baup se font bouger par des Rouennais bien motivés. L'effectif des locaux est d'ailleurs plein de surprises. D'abord cette doublette d'attaque Dugimont – Jaiher, très performante, et deux invités de luxe : la douce de Lost Michel Rodriguez et l'ancien Ivoirien de Lille Pierre Vignaud. Passé ce quart d'heure de folies normandes, la reprise de volée de Zerdab à côté du but de Mandanda et l'embrouille Barton – Jahier, l'OM commence à se mettre dans le match. Bien décidé à ramener les siens vers le haut, Valbuena demande tous les ballons. Petit Vélo oriente, à droite, à gauche… Cheyrou, Jordan Ayew et Sougou, peu affuté, mais dont les qualités de vitesse et de percussion sont indéniables, suivent la marche. Dominateurs, les Phocéens se procurent de nombreux coups de pied arrêtés. Sur le premier, Valbuena frappe violemment la barre. Une poignée de secondes plus tard, le Marseillais déborde et trouve Jordan Ayew qui, de la tête, frappe encore le montant rouennais. La libération intervient finalement juste avant la mi-temps, sur un coup franc un peu plus lointain que Defourny négocie mal et dévie dans son propre but.

Le but imaginaire de Sougou

Les hommes de Didier Ollé-Nicole attaquent la seconde période comme la première et c'est encore ce bon Zerdab qui se procure la première occasion sans pouvoir tromper Mandanda. Un brin crevés, les Marseillais profitent de la cécité actuelle des arbitres assistants français pour se remettre dans le coup et faire le break. Sur un débordement anodin, Sougou envoie une espèce de centre-tir vers le but rouennais. Surpris, Defourny attrape la balle un peu comme il peut avant de retomber sur sa ligne. L'arbitre assistant estime que la balle est retombée derrière la ligne de but, ce qui est évidemment faux. 2-0 pour l'OM. Bons débuts de Sougou, mais à Marseille, on ne change pas une méthode qui gagne. Alors on se met un peu en difficulté, sinon ce n'est pas drôle. Sur un bon corner des locaux, Mandanda sort une belle horizontale pour sortir une tête de Jahier, mais Dugimont « Dugigoal » veille, et fout le ballon au fond des filets. L'espoir renaît à Diochon, les Rouennais poussent, mais les Marseillais font le boulot jusqu'au bout. Ils manquent même de corser l'addition sur une reprise d'André Ayew sur un caviar de Gignac, tous deux entrés en cours de match. Les Phocéens rejoignent Paris en huitièmes de finale. La FFF et ses boules chaudes a eu ce qu'elle voulait.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88