Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Ce qu'il faut retenir

Marseille, quinze-zéro, service à suivre

Lyon va plutôt très bien, Lille un peu moins, Bordeaux ne perd toujours pas, Paris revient à grandes enjambées, Montpellier et Bastia prennent l'eau de partout, mais le leader reste l'OM d'Élie Baup qui vient de faire le plein avec sa cinquième victoire en cinq journées.

Marseille continue sa moisson
Cinq matchs, cinq victoires, un maillot très jaune et un collectif rodé. Même si l'OM n'a rencontré que des collectifs en souffrance (Reims, Montpellier, Rennes, Nancy, Sochaux), les Olympiens ont fait l'essentiel : gagner. Contre une très faible équipe lorraine, Marseille a attendu la seconde période pour claquer le seul but du match par la famille Ayew (centre de Dédé, but de Jordan). Steve Mandanda a fait le reste avec ses parades habituelles. Bref, l'OM d'Élie Baup prend forme. Collectivement, ça se tient. C'est cohérent, solide, physique, et ça propose quelque chose. On est bien loin des galères de la saison dernière. Surtout, ça valide l'idée de l'actionnaire principale de ne pas injecter d'argent puisque ça fonctionne ainsi. Même si Marseille attend son premier test avec impatience (visiblement le 7 octobre contre le PSG), la bande à Mathieu Valbuena réalise un début de saison parfait et inattendu. Et c'est tant mieux. Comme quoi.

Simon Pouplin, le jardinier
Les Magic Fans retrouvaient leur Kop Nord et sortaient un tifo XXL. À Saint-Étienne, la fête aurait pu être magnifique sans Simon Pouplin. Un mec qui jouait dans son jardin l'an dernier après la fin de son contrat à Fribourg. Adepte des causes a priori désespérées (Bréchet, Kanté, Roudet), Sochaux s'est décidé à engager l'ancien portier rennais pour faire le job derrière le titulaire du poste, Cros. Sauf qu'à Sainté, Cros était sur le banc après quatre défaites en quatre matchs. C'est donc Pouplin qui devait se coltiner l'attaque des Verts (7 pastilles lors des deux dernières journées). Bien lui en a pris. L'homme à la mèche de gendre idéal a tout sorti. Et dans toutes les positions. Aubameyang, Brandão, Cohade ou Hamouma ont pourtant tout essayé. Le mec était sur un nuage. Et comme à l'autre bout du pré, Thierry Doubaï claquait un retourné aussi désynchronisé qu'improbable, Sochaux est reparti du Forez avec sa première victoire de la saison. Et donc, avec ses premiers points. Merci Simon, le jardinier aux mains vertes.

Lorient express
Alain Traoré ne maîtrise pas encore totalement son football. Par contre, il sait très bien comment fonctionne une réputation : en l'entretenant de manière régulière. Une chose est certaine, Alain est un homme qui aime les débuts de saison. Comme l'an dernier, le gaucher a fait des premières journées de championnat sa chose. Contre Rennes, dans ce que certains aiment appeler un derby, l'ancien Auxerrois a encore frappé. Et fort. Très fort. Deux minasses envoyées dans les ficelles de Costil ont eu raison des ambitions rennaises. Difficile de savoir lequel des deux pions est le plus beau. Le premier est tout en spontanéité, le second tout en force. Dans les deux cas, la foudre a frappé et les Merlus sont bien calés sur la troisième marche du podium. On en oublierait presque les deux cartons rouges filés à Baca et Audard et la grosse colère de Christian Gourcuff sur l'arbitrage. Il aurait même parlé de « parodie » . Pendant ce temps, Rennes coule tranquillement et M'Vila est en train de devenir la tête de turc préférée du championnat. C'est mignon.

Montpellier, le malaise
Encore battus - par le promu rémois (1-3) -, les champions de France sont en train de rater leur début de saison. Et la Ligue des champions débarque... À Reims, Montpellier n'a jamais existé. Surtout défensivement où l'inauguration des journées du patrimoine avait sonné avant l'heure. Difficile de trouver des traces dans les mémoires collectives d'un match aussi mal négocié par les ouailles de René Girard. Plus rien ne semble fonctionner. La cohésion n'est plus là, l'équilibre tire la tronche, la défense est lourde et l'ombre d'Olivier Giroud est toujours aussi pesante. Et comme une merde n'arrive jamais seule, Louis Nicollin s'est encore exprimé dans l'intimité du vestiaire pour faire passer son message. Avec son tact habituel. Loulou a notamment traité ses joueurs de « crêpes » , rapporte L’Équipe. « Je ne vous aime toujours pas » , a aussi lancé le dirigeant héraultais à ses troupes. Pour finir, Nicollin lâchera qu'il n'avait « plus envie de voir son groupe » . Ça va être sympa, mardi, contre Arsenal...


Paris, la force tranquille
Première victoire au Parc des Princes, ça, c'est fait. Un buteur autre que Zlatan, ça, c'est fait aussi. Un nouveau match sans prendre de but, un Sakho des grands jours, un dirty Verratti déjà indispensable, un Ménez de nouveau buteur, un Jallet plus consistant, un Motta vicelard, un Nene qui ne fait pas la gueule sur le banc, un Sirigu pas trop inquiété, un match gagné sans forcer, un Pastore toujours aussi irritant mais encore décisif. Bref, le PSG, sans être exceptionnel, continue sa montée en puissance. Quatre matchs en marchant et déjà cinq buts pour Zlatan Ibrahimović, même si on parlera longtemps de ses trois kilomètres d'avance au début de l'action du deuxième but parisien vendredi soir. Et dire que Thiago Silva a passé sa semaine à faire du beach volley. C'est bien d'être riche... En attendant, le PSG est déjà quatrième et en redemande.

Bonus : Juste un gros bisou pour Cédric Barbosa, 36 berges, qui affiche déjà trois buts en trois tirs cadrés depuis le début du championnat. Et dire que personne ne croyait plus en lui...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 8 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
il y a 17 heures La drôle de liste d'invités de la finale 35 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 67
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3