En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 34e journée
  3. // OM/Lorient

Marseille peut-il tout perdre ?

Brillant en première partie de saison, en course pour le titre il y a encore un mois, l'Olympique de Marseille a été éjecté du podium la semaine passée. Alors que Monaco peut s'envoler devant et que St-Étienne, voire Bordeaux sont à l'affût derrière, les hommes de Marcelo Bielsa vont-ils réagir et éviter de terminer la saison hors des places européennes ?

En début de saison, tout le football français s'extasiait sur l'OM de Marcelo Bielsa. Un jeu généreux et ultra-offensif, des joueurs en pleine progression, et un entraîneur sans concession, capable de bâcher son président en conférence de presse avant d'enchaîner tranquillement huit victoires consécutives du 23 août au 19 octobre en Ligue 1. Assis sur sa glacière, l'entraîneur argentin donnait l'impression d'enclencher une révolution : la victoire du beau jeu et des intentions offensives dans une Ligue 1 frileuse, au nez et à la barbe du froidement calculé et richement financé projet qatari à Paris. Au soir de la 10e journée de championnat et d'une nouvelle victoire contre Toulouse (2-0), il était évident que cet OM-là lutterait pour le titre et pourrait éventuellement se l'adjuger.

La bande d'El Loco a pourtant progressivement déchanté, d'abord avec une défaite à Lyon le 26 octobre (0-1), puis à Paris le 9 novembre (2-0). Mais a eu le mérite de s'accrocher et d'entretenir l'illusion de pouvoir jouer le coup jusqu'à la fin face au PSG et à l'OL. En particulier parce que les Marseillais ont longtemps fait du Vélodrome une citadelle imprenable - onze victoires consécutives à domicile du 29 août 2014 au 31 janvier 2015 - avant de voir une partie de leurs forces les abandonner à l'arrivée de l'hiver...

L'hiver meurtrier


Éjecté du podium lors de la précédente journée au profit de Monaco - deux points devant -, à huit points du duo de tête, et menacé par St-Étienne et Bordeaux pour les places européennes, l'OM reste sur trois défaites de rang qui font mal : contre un Paris supérieur (3-2), avec malchance contre Bordeaux (0-1) et avec maladresse contre Nantes (0-1). Les maux marseillais sont néanmoins bien plus profonds qu'une simple mauvaise série. Réputée pour épuiser ses joueurs sur le long terme, la méthode Bielsa donne des résultats inquiétants depuis 2015 : Marseille est 15e du classement sur la phase retour, n'a plus gagné à la maison depuis le 31 janvier contre Évian (1-0) et, à l'exception d'un mois de mars positif, a enchaîné les contre-performances depuis le Nouvel An.

Sur la Canebière, on a bien conscience de passer progressivement à côté des objectifs avoués, plus particulièrement un ticket pour la Ligue des champions : « Si nous n'y arrivons pas, ce sera un échec après le début de saison que nous avons fourni » , expliquait Giannelli Imbula cette semaine en conférence de presse. Des propos qui trouvent écho chez Marcelo Bielsa, pour qui « ne pas combattre pour le titre est une immense déception, ne pas terminer sur le podium serait très mauvais  » . D'autant plus que le classement final des Olympiens conditionnera leur futur à court et moyen termes.

Pas de C1, pas de chocolat


Vincent Labrune l'a dit on ne peut plus clairement au Parisien : sans Ligue des champions, « il serait difficile de garder une équipe compétitive la saison prochaine » , la faute à une quarantaine de millions de recettes en moins. Déjà quasiment actés, les départs en fin de contrat de Gignac et Ayew, voire de Fanni et Morel en deviendraient inéluctables. Pas une catastrophe en soi, l'OM disposant dans ses rangs de successeurs crédibles - Batshuayi pour Gignac, Alessandrini pour Ayew -, mais un coup certain pour les ambitions sportives du club. Car non seulement l'OM risque, en loupant le train européen, de voir l'écart se creuser encore un peu plus avec Paris, Lyon, voire Monaco, mais peut aussi devoir tout reprendre de zéro avec le départ de son entraîneur argentin. Si ce dernier a assuré ne pas décider de son avenir en fonction des compétitions dans lesquelles jouera Marseille en 2015-2016 et avoir été touché par les propos de Margarita Louis-Dreyfus à son égard, il est peu probable de le voir continuer plus loin s'il termine la fin de saison comme Laurent Blanc avec Bordeaux en 2010...

Gignac, Ayew, Payet pour un baroud d'honneur réussi ?


« Il nous pense toujours capables de pouvoir terminer à la 3e place. Il a confiance en nous comme nous avons confiance en lui. » Malgré la morosité ambiante, Giannelli Imbula a assuré qu'El Loco, comme les joueurs, visait toujours la 3e place synonyme de C1. Pour atteindre ce Graal, les Olympiens devront réaliser un sans-faute lors des cinq dernières journées. A priori, la série devrait être lancée contre Lorient ce vendredi, les Merlus étant dans une forme incertaine et surtout dans une série de malchance bien plus aiguë (14 poteaux depuis le début de la saison).

Mais ensuite, il faudra aller gagner à Metz - équipe en mode commando depuis un mois -, puis s'imposer face à Monaco et Lille. Or, depuis le début de la saison, les Olympiens n'ont jamais brillé face à leurs concurrents directs... Mais Bielsa l'a encore dit récemment, il a à sa disposition « la meilleure équipe du championnat  » , et compte sur un sprint final réussi pour installer l'OM dans le bon wagon européen. Avec Gignac capable de passer la barre des 100 buts en Ligue 1, Batshuayi et Alessandrini soucieux de prouver leur valeur et Payet de retour de suspension, les Marseillais ont encore quelques cartouches pour retrouver le podium.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9