En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16e
  3. // OM/HAC (3-1 ap)

Marseille, fort de France

Bousculés par une très bonne équipe du Havre et par un Ryan Mendes éblouissant, les joueurs de l’Olympique de Marseille se sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. Rapidement menés au score, les Phocéens se sont imposés 3-1 après les prolongations.

Modififié
OM-HAC: 2-1
Buts: Brandao (64'), Amalfitano (104') et Rémy (120') pour l'OM. Mendes (6e) pour le HAC.

L’histoire ne dira jamais si la propagande de France 3 aurait été la même si les petites jambes de Ryan Mendes, sur un modèle de contre, n’avaient pas crucifié Mandanda d’une frappe croisée après six petites minutes de jeu. Ce que l’histoire dit, une fois cet énième chapitre de la Coupe de France achevé, c’est que l’OM, comme une tripotée de ténors de l’élite, a cravaché face à un plus petit que lui, pour finalement se qualifier. Comme l’Olympique Lyonnais, les Marseillais jouent encore sur quatre tableaux. Sauf qu’eux, par amour du risque, un peu, et par obligation, surtout, se sont qualifiés avec JP Sabo et Djimi Traoré sur le même couloir. La Coupe de France étant avant tout une histoire de magie et de fête, cette soirée à été l’occasion pour la poignée de supporters présents au Vélodrome de célébrer le retour gagnant de Brandao. Forcément une belle soirée.

La mobylette Mendes

Ce but de Ryan Mendes, donc. Le truc capable de congeler un peu plus un Vélodrome déjà frigorifié par un violent mistral. Il faut dire que l’idée de Stéphane Mbia de mettre deux chaussures différentes, une blanche et une noire, méritait bien une punition rapide. En pleine confiance depuis le début de l’année 2012, les Marseillais ne paniquent pas. Il faut dire qu’au vu du niveau de jeu de Morgan Amalfitano en ce moment, et encore ce soir, il n’y a pas vraiment matière à s’inquiéter. Toujours aussi facile quand il s’agit de combiner avec Valbuena et Azpilicueta, l’ancien Lorientais a fait pleurer tous les défenseurs du Havre. Malheureusement pour les Phocéens, si les centres se multiplient, ni la tête de Diarra, magnifiquement détournée par Placide, ni la demi-volée de Rémy, déviée par la main de Louvion, Cyriaque de son prénom, ne font mouche. Du coup, sur la dernière occasion de la première mi-temps, la mobylette Ryan Mendes lance le scooter Alo’o Efoulou, qui manque l’occasion de faire le break avant la pause. C’était chaud.

Alexandre Bonnet d’âne

Le retour des vestiaires est étrange. Alors que tout le monde s’attend à ce que l’OM continue à mettre la gomme, ce sont les Havrais qui entament la seconde période le pied au plancher. Il faut dire que la sortie de Lucho blessé, au profit de Sabo, ne joue pas en la faveur des Phocéens. La deuxième mi-temps est celle de ce diable de Ryan Mendes. D’une part, parce qu’il faut bien l’avouer, l’attaquant normand est beaucoup trop rapide pour passer inaperçu. D’autre part parce qu’en dépit de qualités évidentes, le Cap Verdien aura manqué quelques occasions. Suite à une relance pourrie de Fanni, d’abord, puis sur un nouveau contre après une passe manquée de Sabo. Pas la seule du match. Cruel, le scénario tant attendu se produit. A force de butter sur Mandanda, les Havrais prennent un pion. 64ème minute, Brandao en mode Thierry Henry se la joue retour victorieux, et marque de la tête. On se dit alors que l’OM va dérouler, mais là encore, les Normands surprennent. C’est finalement Bonnet qui bouffe la feuille de match bien comme il faut sur un service parfait de Ryan Mendes, encore lui. Prolongations.

Et soudain, Amalfitano

« On a toute la semaine pour récupérer » . Guy Stéphan sait que ses joueurs pensent à Rennes, et à Mbia et Lucho, sortis sur blessure. Mais peu importe, cet OM-là ne veut pas lâcher son invincibilité. Revigorés par le discours de l’adjoint de Didier Deschamps, les Marseillais démarrent bien cette prolongation. Un bon coup-franc de Mathieu Valbuena, un rush de Loïc Rémy, qui réclame un pénalty pas justifié, puis une belle frappe du gauche de Petit Vélo, encore lui, bien servi par Djimi Traoré. Avec Nicolas Nkoulou derrière pour boucher les trous, l’OM est prêt à en découdre. Didier Deschamps aussi, avec Monsieur Jaffredo, dont le public du Vélodrome ne cesse de remettre en cause les mœurs sexuelles. Comme un symbole, la sortie de Ryan Mendes coïncide avec la fin des espoirs havrais. Peut-être agacé par les vaines tentatives de construction de son équipe, Morgan Amalfitano envoie une sacoche des 25 mètres que Placide, comme un gardien d’Olive et Tom, ne peut empêcher d’entrer dans le but. Encore auteur d’un gros match, l’ancien Lorientais n’en finit plus de marquer des points dans la course à l’Euro, pendant que Loïc Rémy, qui profite de la sortie de Placide, venu mettre la tête sur le corner de la dernière chance, inscrit un nouveau but. Inutile, mais bon pour la confiance. Malgré les difficultés du soir, les Marseillais continuent leur parcours parfait en 2012

Par Maxence Brochant
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 2 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 19