1. //
  2. // GR.F
  3. // Marseille/Olympiakos (0-1)

Marseille fait faillite

La défaite de Dortmund à Arsenal (1-2) offrait un boulevard aux Marseillais. Pas capables d’arracher le point du nul face à l'Olympiakos (0-1) et ainsi, les huitièmes de finale, les hommes de Deschamps vont trembler dans quinze jours, face au Borussia. Mais avant aussi, face à Paris.

Modififié
0 5
Olympique de Marseille/Olympiakos le Pirée: 0-1
But: Fetfatzidis (82e) pour le Pirée

A gauche. A droite. En haut. En bas. Pas la chorégraphie de "Ces soirées-là", de Yannick, ni le code pour baisser l’indice de recherche à GTA 3. Ce mauvais tango, c’est celui de Mathieu Valbuena. Un mec qui abuse un peu trop de "Danse avec les stars". Aligné d’entrée de jeu dans le 4-3-3 de Deschamps, le lutin a récité la même prestation que lors de chacune de ses sorties cette année. La passe décisive sur corner en moins. Pour sa défense, ses coéquipiers n’ont pas été franchement meilleurs. Vide, plat, aride, bref, quelque chose proche du néant. C’est à peu près ça qu’ont proposé les joueurs de Didier Deschamps, à quatre jours d’un clasico qui s’annonce des plus déséquilibrés. Alors qu’ils avaient l’occasion de s’assurer la qualification sans regarder du côté de l’Emirates, les Phocéens ont laissé Steve Mandanda se faire un kiffe dans un remake un peu cheap de 300. Il faudra montrer les muscles à Dortmund. S’il en reste.

Merci Mandanda

Certains ne l’aiment pas, d’autres préfèrent Hugo Lloris. Soit. Le fait est que l’OM a un grand gardien. C’est simple, le portier de l’OM n’a été battu que deux fois. Sur le but bien sûr et par Mellberg, de la tête, à la neuvième minute de jeu. Dommage pour les Grecs, le Suédois est logiquement signalé en position de hors-jeu. Quelques centimètres qui permettent à Mandanda de ne pas prendre un but pour son premier ballon touché, et qui soulignent les errements défensifs de l’OM. Car si Kévin Mirallas et Rafik Djebbour malmènent l’arrière-garde phocéenne à chaque attaque, ce n’est pas un hasard. Traoré et Kaboré remplacent Morel et Azpilicueta. Une certaine vision du fameux choix entre la peste et le choléra. Autre bêtise tactique, devenue récurrente, Rémy joue le rôle du fantôme dans son couloir droit pendant que Jordan Ayew brasse de l’air dans l’axe. Résultat, une mi-temps vide de frissons pour les supporteurs du Vélodrome, qui n’auront tremblé que sur une double occasion des joueurs du Pirée quand, après un nouveau n’importe quoi de Valbuena, Mirallas enrhume Diawara, pourtant bien couvert, et allume Mandanda, qui repousse. Le balle revient dans les pied de Holebas, qui croit bien ouvrir le score quand il voit sa tentative déviée par Diawara. Mais Mandanda, encore, se désarticule. Mi-temps, le portier marseillais doit souffler un coup.

Le triple A pour la Grèce

L’entrée d’André-Pierre Gignac comme bol d’air. Qui l’eût cru ? Outre la magie de Merano, les Phocéens profitent quand même de la deuxième période pour mieux utiliser le ballon. Magie, après quelques passes, les hommes de Deschamps se créent des situations. Un énorme cafouillage à la 55ème minute ne donne rien. Quelques minutes plus tard, Jordan Ayew, bien servi au centre, tente une figure de breakdance au lieu d’être efficace. Diarra aussi, s’y essaye. Idéalement servi au point de pénalty, le grand Alou tente de croiser sa tête, en vain. Les minutes passent, et au fond, les Marseillais se contentent de ce match nul qui, en prenant en compte la défaite du Borussia Dortmund, les envoie en huitième de finale. La suite est un classique du genre. A trop rater, à trop attendre, les Marseillais se font surprendre. Héroïque jusqu’ici, Mandanda ne peut rien faire quand Fetfatzidis, magnifiquement servi par Yeste, croise parfaitement sa frappe. Gignac et Lucho tentent de réveiller leurs coéquipiers, mais il est trop tard. Le train est déjà passé. Celui pour les huitièmes repassera, dans quinze jours. En attendant, Paris se frotte les mains.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Voilà comme Lyon hier marseille a joué petit bras et n'a pas réussi à faire un nul à domicile contre l'olympiakos...Honnêtement c'est mérité car jouer le "cul entre deux chaises" ça finit jamais bien!
Après malgré tout l'OM en jouant comme des chiculottes auraient pu passer, le buteur est hors jeu et la main de mirallas (meme si j'avoue que ces 2 erreurs il fallait 3-4 ralenti pour les voir!)
Entre Paris qui perd à Nancy et l'OM qui perd contre l'Olympiakos, les 2 à domicile, ça annonce un match de merde dimanche. J'espère qu'ils me feront mentir (et que le PSG gagnera, ça parait jouable vu le faible niveau affiché par Marseille ces temps ci)
"les Phocéens ont laissé Steve Mandanda se faire un kiffe dans un remake un peu cheap de 300"

Après avoir pleuré de consternation devant le niveau de jeu et l'état d'esprit de l'OM hier soir, j'me suis bien marré en lisant cette phase...

Bon et aussi en regardant Jordan... et la coupe au Pento de Doucet...
Mettre REMY à droite c'est du nimp! Deschamp est au niveau de l'équipe, lamentable! J ayew ne sert à rien. Mandanda est énorme mais ça ne suffit plus. Lyon est largement au dessus car ils ont des joueurs qui peuvent surnager (lissandro, ederson, bastos, gonalons,...). Les phocéeens n'ont plus d'équipe.
Encore un match qui démontre le recul du niveau de la L1. L'arbre PSG ne peut cacher la forêt. Nous sommes désormais incapable de battre sans pression des équipes du niveau de l'Ajax et l'Olympiakos. La France va surement perdre une place au classement UEFA et passer derrière le championnat portugais...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Barça pille San Siro
0 5