Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Marseille-Atlético (0-3)

Marseille et l'Europe, un amour à sens unique

Censé être LA place forte du foot français en Europe, Marseille a plutôt réaffirmé son statut de chat noir ce mercredi soir à Lyon. Car face à l'Atlético, c'est une quatrième défaite en cinq finales que l'OM a concédée. Et si, au lieu de n'être qu' « à jamais les premiers » , les Phocéens devenaient ceux qui indiquaient le chemin à suivre pour se retrouver à ce stade de la compétition, tout en signalant les embûches à éviter ? Cela rendrait un fier service à tout un pays.

Modififié

Quelles cartes Marseille avait-il dans sa main avant d’aborder cette finale face à l’Atlético de Madrid ? Une dynamique idéale malgré l’accroc à Guingamp samedi (3-3), un esprit de groupe insufflé par Rudi Garcia, un peu d’expérience apporté par ses cadres (Mandanda, Rami, Gustavo, Payet), un soutien populaire, d’autant plus que ce match se jouait en France, mais surtout un passif. Car dans l’esprit des Français, si l’OM ne fait pas toujours consensus, beaucoup de monde peut s'accorder sur le fait que les Phocéens ont l’Europe dans leurs gènes. Une aura que le club possède grâce à ses cinq finales européennes, dont la plus grande remportée en 1993.


Mais le coup de bluff n’a pas été suffisant pour rafler la mise face à des Colchoneros qui avaient l’envergure d’un postulant aux places d’honneur en Ligue des champions. Un morceau, peut-être trop gros, qui permettra au moins de réfléchir à la suite. Car ce revers, aussi logique que rageant soit-il, rappelle malheureusement que la marche qui sépare les clubs français d’un nouveau titre continental est encore bien trop haute. Et d'autant plus quand on se retrouve en bas de l'escalier en même temps que nos voisins espagnols. Le constat est implacable. Depuis 2002, l’Espagne a remporté 16 finales européennes. Les quatre seuls échecs de ses ressortissants étaient à déplorer lors de confrontations hispano-hispaniques. Une efficacité clinique. Sur la même période, la France n’a envoyé que trois émissaires dans cette épreuve du feu (Monaco 2004, Marseille 2004 et donc Marseille 2018), sans jamais redescendre de la tribune présidentielle avec le trophée sous le bras.

Qui l'OM les suivent


Pour l'OM, c’est une quatrième désillusion en cinq essais, après celles de 1991 face à l’Étoile rouge de Belgrade (0-0, 5-3 tab), de 1999 contre Parme (3-0), et 2004 face à Valence (2-0). Et en cinq matchs, il n’y a que Basile Boli qui a pu trouver le chemin des filets. Suffisant certes pour construire la légende de l’OM, mais cette singularité montre une nouvelle fois que les mots « finale » et « français » sont difficilement conciliables. Au Parc OL, Marseille avait besoin de faire un exploit pour permettre à cette épopée d’entrer dans l’histoire, tant les tours précédents ont été passés face à des seconds couteaux. Ce parcours doit encourager ses homologues de Ligue 1 à jouer cette compétition à fond, à assurer lors de déplacements aux confins de l’Europe dès l’été, avant de jouer crânement leur chance face à des grosses écuries au printemps. Mais il doit aussi dès à présent poser des questions sur leur capacité à pouvoir faire autre chose que de la figuration.



La France du foot ne peut pas attendre que la locomotive parisienne arrive enfin à destination dans un dernier carré annoncé saison après saison. D’autant plus que le retard sur le tableau d’affichage ne fait qu’augmenter. Elle ne peut pas non plus espérer uniquement que Monaco ne réussisse à passer par un trou de souris pour redorer le blason tricolore. Malgré la déception de ce mercredi soir, Marseille doit rester un bel exemple pour ses congénères, que ça soit par ses succès ou ses erreurs. C’est comme cela qu’on apprend à redevenir les premiers.

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C3 - Finale - Et à la fin, c'est Marseille qui perd




Dans cet article


Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 93
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 15 lundi 13 août Rooney, héros de la 95e minute 18 lundi 13 août Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 27