Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-Marseille (0-1)

Marseille écrabouille Lille 1 à 0...

Grâce à une rapide ouverture du score et un Mandanda en feu, l'OM s'impose 1-0 à Lille après avoir bataillé pendant une heure et demie pour ne pas concéder l'égalisation. À l'arrache.

Modififié

Lille OSC 0-1 Olympique de Marseille

But : Sanson (6e)

Marcelo Bielsa gesticule dans tous les sens, hurle ses consignes tactiques à Farès Bahlouli et à approximativement chaque joueur au maillot rouge qui passe près de lui. Quand il ne crie pas, il fait les cent pas, les bras croisés dans le dos, réfléchissant sûrement aux cris qu'il va bientôt lâcher. Sinon, il s'accroupit, les coudes sur ces genoux, et intériorise sa colère. Honnêtement, il semble au bord de la crise de nerfs. Ses hommes sont menés au score depuis une heure et demie alors qu'ils ne cessent de pousser. Hormis ce but de Morgan Sanson, l'OM n'a absolument rien proposé, mais l'OM tient et ne lâchera pas. L'arbitre donne le coup de sifflet final, et Marcelo Bielsa file directement aux vestiaires, la mine renfrognée, l'envie de tout exploser. Mais il se contient, il ne veut pas perdre la face. Son LOSC est 19e de Ligue 1 avec seulement six points après onze journées. Coup dur.

Super Steve


Pourtant, l'OM commence très bien le match en perturbant les plans de Marcelo Bielsa. Annoncés en 4-2-3-1, les Marseillais évoluent en fait lors des cinq premières minutes en 4-4-2 avec Lucas Ocampos à hauteur de Kostas Mitroglou. Le temps que Bielsa ajuste son équipe, il est déjà trop tard. Après avoir subi une grosse pression d'entrée, ses hommes concèdent tout de suite l'ouverture du score. Sur un coup franc tiré malicieusement à ras de terre par Florian Thauvin, Morgan Sanson surgit pour pousser le ballon au fond des filets. L'entame de match parfaite, sauf que les Marseillais, comme face à Strasbourg, ont la mauvaise idée de se reposer sur leurs lauriers. Alors que les Lillois semblent au fond du trou, les Phocéens les laissent se remettre en confiance en reculant et en abandonnant le ballon.


C'est alors que Steve Mandanda décide de débuter son show. Tandis que ses coéquipiers prennent le bouillon et ne parviennent pas à faire autre chose que dégager le ballon en catastrophe toutes les quatre minutes pendant plus d'une demi-heure, El Fenomeno tient la baraque. Arrêt de handballeur face à Anwar El Ghazi pour commencer, blocage parfait dans la niche face à Nicolas Pépé et envolées spectaculaires sur une tête d'Ibrahim Amadou, puis sur un coup franc direct d'El Ghazi, c'est la complète. Steve Mandanda permet aux siens de rentrer miraculeusement aux vestiaires en tête au tableau d'affichage. Et ce, malgré les 32% de possession de balle de l'OM, un milieu de terrain dépassé par la fougue de Thiago Mendes, et un Patrice Évra au bord de l'expulsion. Ouf.

La frustration lilloise


Au retour des vestiaires, Bielsa lance une arme offensive supplémentaire en faisant entrer Farès Bahlouli (à la place de Luiz Araujo), qui se met tout de suite dans le bain en calant un méchant petit pont à Lucas Ocampos. Du côté de l'Olympique de Marseille, l'homme neuf qui fait du bien s'appelle Valère Germain. Entré rapidement à la place du fantôme de Kostas Mitroglou, l'ancien Monégasque redonne un peu de dynamisme, de mouvement, de rythme et de solutions à l'OM. Peu après l'heure de jeu, c'est donc logiquement Germain qui se procure enfin une occasion pour Marseille. Mais sa frappe passe malheureusement au-dessus.


En face, les Lillois n'ont semble-t-il plus la capacité d'imprimer une pression sur le but marseillais. Les Dogues ne se montrent absolument plus dangereux. Du coup, les Marseillais, même s'ils ne produisent pas grand-chose, peuvent souffler. Bien conscients qu'ils n'ont pas les armes ce dimanche soir pour faire le jeu, les Marseillais se contentent de répondre présents dans l'impact et de gérer le score. Pour son premier ballon en Ligue 1, Boubacar Kamara, entré en jeu en tant qu'arrière gauche, est à deux doigts de commettre une énorme bourde, mais Mandanda s'arrache pour dégager le ballon juste à temps. C'est la seule frayeur de la seconde période pour l'OM, avant de paniquer une dernière fois dans le temps additionnel sur une frappe de Ponce déviée en corner par Abdennour. L'OM s'en sort, tout en douleur.


Lille (4-2-3-1) : Maignan - Ié, Amadou (Ponce, 62e), Alonso, Touré - Mendes, Maia - El Ghazi, Benzia (Bissouma, 76e), Araujo (Bahlouli, 46e) - Pépé
Marseille (4-2-3-1) : Mandanda - Sakai, Rami, Rolando, Évra (Kamara, 80e) - Zambo, Gustavo - Thauvin, Sanson (Abdennour, 90e), Ocampos - Mitroglou (Germain, 53e)


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article