1. //
  2. // Gr. B
  3. // Angleterre-Russie

Marseille a souffert

Marseille vit depuis deux jours au rythme de l'Euro, de la bière et des grosses bastons. Et elles ont fait mal. Mal à tout le monde.

Modififié
855 54
À qui la faute ? Aux supporters anglais, un peu trop portés sur la bière ? Aux ultras russes, qui n’ont guère été plus réfléchis ? Aux bars qui n’ont pas su limiter la consommation d’alcool ? Au préfet d’avoir minimisé l’ampleur de la menace ? Aux forces de l’ordre qui n’ont pas su prévenir ? Aux quelques Marseillais qui ont parfois jeté de l'huile sur le feu ? Pas facile de donner une réponse et elle mélange certainement un peu de tout ça. Quoi qu’il en soit, le résultat est terrible. Des scènes de violence à l’intérieur du stade, là où des familles pensaient enfin avoir la paix. C’est moche, et il va falloir expliquer comment on en est arrivé là.

Des barres de rire aux barres de fer


Pourtant, comme en 1998, et comme depuis deux jours, tout avait bien commencé. Des sourires sur les visages. Des bières tranquilles en terrasse. Des joutes verbales parfois animées. Des chants enflammés. Et puis, vers 16h, du ciel, des bouteilles de verre et une guerre de gangs sur le cours d'Estienne d'Orves. Les images font peur à voir. À coups de chaises, à coups de barres de fer, à coups de bouteilles de bière, Russes et Anglais se sont affrontés. Visiblement, les Russes ont allumé la première mèche. Jusque-là, ils s’étaient faits discrets, à peine quelques couples, drapeaux sur le dos. Et puis les énervés ont débarqué, ils avaient annoncé la couleur. Dans le Telegraph, un hooligan russe avait déclaré : « Les Anglais sont trop vieux, gros et bourrés, ils ne seront pas prêts à une bonne baston. »


Les Russes ont attaqué par surprise, un vrai guet-apens, comme le signale un journaliste témoin de l’assaut soudain : « J'ai clairement vu que ce sont les Russes qui sont allés chercher les Anglais, ils sont hyper bien organisés, il y avait une trentaine de hools du Lokomotiv, que des mastards. C'était une vraie embuscade, ils sont allés se payer tous ceux qui portaient un maillot anglais. J'ai déja vu des mecs flippants, mais ceux-là sont terrifiants. » Les CRS ont vu, ils ont agi, mais trop tard. L’épidémie s’est déjà déportée quelques mètres plus haut, sur les escaliers menant à la rue Fort Notre Dame. Là, des lancers de fumigènes et des échanges de coups de poing en bonne et due forme. La rumeur d’un blessé grave côté anglais se propage et les choses retombent peu à peu d’elles-mêmes. Les dégâts sont monstres. Les commerçants, à la hâte, ferment leurs boutiques pour la soirée : « Hors de question d’ouvrir ce soir, lance une commerçante du Vieux-Port. C’est fini ! »

Russia United


L’heure du match approchant, les troupes se dirigent, éparpillées, vers le Vélodrome. À pied, à métro, à vélo, tous les moyens sont bons. À quelques centaines de mètres du stade, au rond-point du Prado, les supporters anglais se massent. Ils chantent, ils boivent, ils montent aux panneaux de signalisation et là, encore, la situation dégénère. Les CRS réagissent, une nouvelle fois, et calment le jeu. D’ailleurs, le jeu, le vrai, commence. Les Anglais ouvrent le score. Les Russes égalisent en toute fin de match. Et dans le stade, à l'endroit où se trouvent des familles, des enfants, des gens qui n’ont rien demandé à personne, on retrouve les mouvements de foule et les nouveaux affrontements. Les deux camps se rejettent la responsabilité. Une journaliste de Russia Today déclare : « Dans le stade, je n'ai pas vu, mais j'étais dans la fan zone pour suivre les supporters russes. Ce n'est pas la faute des Russes. Ils se sont fait insulter et verser de la bière dessus par les Anglais qui leur disaient "russian cunts", "go back to your country". Les Russes ont fait le dos rond, mais des potes vont les rejoindre et ils vont "se venger". » Un supporter anglais : « Ouais mec, c'était une folie, horrible. Regarde, j'ai pris une vidéo sur mon smartphone. Les Russes ont quitté leur parcage et nous ont chargés. Ils mettaient des coups à tout ce qu'ils croisaient. C'est hallucinant qu'ils aient pu faire ça, mais je pense que c'était organisé, qu'ils avaient décidé d'attaquer à la 90e. »


Et pour un journaliste de Bombardir.ru, la situation ne semble pas près de s'arranger : « Tous les hools de Russie, du Zénith, du Spartak, du Lokomotiv, se sont unis pour l'occasion. Ils appellent ça la "Russia United". La police française est inutile. Elle ne sait pas gérer ces types. En Russie, il n'y a pas de problème, car la police sait les gérer. Dans le stade, les Anglais provoquaient et faisaient des doigts d'honneur en direction du parcage russe. Quand on a égalisé, ça a explosé et les stadiers étaient complètement dépassés. Ce sont des types hyper bien organisés, qui savent parfaitement se battre dans la rue, pas mal font du karaté. Ce dimanche, à Nice, ça sera même pire. Car les Polonais y jouent et ça va être un énorme bordel. C'est à moins de 200 kilomètres et les Russes et les Polonais se sont donné rendez-vous. Si vous ajoutez à cela les Nord-Irlandais... » À la sortie du stade, ironie ou pas, un policier fait mine qu'il ne s'est rien passé : « Vous parlez du port ? Non, je n'ai rien vu. » À Paris, le commissaire Antoine Boutonnet déclare : « Il n'y a pas de constat d'échec. » Certaines questions ne trouveront certainement pas de réponses. Pas tout de suite, en tout cas. En attendant, les rues de Marseille sont vides. L’ambiance est surnaturelle pour un samedi soir.

Par Ugo Bocchi et Arthur Jeanne à Marseille
Modifié

Dans cet article

David GILMOUR Niveau : District
Cette violence me dépasse... quelque soit le camp. Comment peut-ont en arriver là ?
Note : 2
Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. A.Einstein
"Elle ne sait pas gérer ces types", tu m’étonne, déjà qu'en Ligue 1 la gestion des "derby" est une vaste plaisanterie, comment tu va gérer une bande de dégénéré fini à l'alcool.
Note : 1
depuis le 13 nobembre, les groupes répètent que ça allait être la merde pour les flics français que je plains pour une fois.

Le résultat est logique.

Cazeneuve, c'est remy fraisse ( aucune comparution), clément méric ( remise en liberté des assassins), une centaine de bléssés, un reporter dans le coma, et deux supporter entre la vie et la mort.


Chapeau.
frednorthlondon Niveau : DHR
Note : -1
le foot. sport de M%. mais pourquoi? mes enfants ne le pratiqueront pas quand je vois je ne sais pas quoi expliquer
Note : 1
"A qui la faute?" De qui se moque-t-on chez So Foot avec une attaque de papier de la sorte? Avant de soulager sa conscience en participant à la vindicte et au lynchage des coupables, mieux vaut-il pas s'intéresser d'abord aux causes? Les conséquences parlent d'elles-mêmes,d'autant que l'homme étant ce qu'il est, ne se limiter qu'aux actes commis et leurs auteurs ne feront que véhiculer et renforcer les stéréotypes du type "oui mais LES anglais picolent et trainent une réputation, oui mais LES russes et les peuples de l'Est sont violents, oui mais LES mecs des quartiers Nord foutent le bordel etc, etc voir prôner une forme de talion du genre "il faut exclure et interdire de compétitions les Anglais et les Russes ( les marseillais, aussi?)
Je conçois qu'il soit plus rapide et rentable d'égrener les questions pudibondes et les descriptions un brin moralistes et sensationnelles plutôt que faire un papier de fond. A ce sujet,au détour d'un phrase "dans le stade, à l'endroit où des familles, des enfants, des gens qui n’ont rien demandé à personne" qu'apprend-on? So Foot, si prompt à flatter les ultras (aucun amalgame avec les hools), si prompt à défendre, avec le cynisme d'une ONG, le foot populaire, et à étaler à longueurs de pages sa fascination morbide et petite-bourgeoise pour la violence et les hooligans, se fait aujourd'hui le relais des Thatcher, Leproux et consorts. Chasser sa nature...
Le match était à risque. Comment est-on en arriver-là? Existe-il une spécificité française sachant que les derniers évènements en date de cette ampleur remontent à France 98? Les forces de police sont-elles bien formées, préparées et en nombres? Les politiques capables de débattre de longs mois sur la pertinence des fans zones n'avaient-ils pas mieux à faire? La coordination des services de renseignement à l'échelle européenne s'effectue-t-elle correctement? Quid des avancées depuis les attentats? Ne privilégie-t-on trop les méthodes de renseignements informelles et dématérialisés au détriment du renseignements humains et de terrain ( ces questions avaient déjà été soulevées lors des attentats) Quid de l'état d'urgence? Quid de l'efficience des caméras de vidéo-surveillance et des drones utilisés par les forces de police à chaque rassemblement et/ou manifestations etc etc
pointu_du_gauche Niveau : DHR
Message posté par lufc
"A qui la faute?" De qui se moque-t-on chez So Foot avec une attaque de papier de la sorte? Avant de soulager sa conscience en participant à la vindicte et au lynchage des coupables, mieux vaut-il pas s'intéresser d'abord aux causes? Les conséquences parlent d'elles-mêmes,d'autant que l'homme étant ce qu'il est, ne se limiter qu'aux actes commis et leurs auteurs ne feront que véhiculer et renforcer les stéréotypes du type "oui mais LES anglais picolent et trainent une réputation, oui mais LES russes et les peuples de l'Est sont violents, oui mais LES mecs des quartiers Nord foutent le bordel etc, etc voir prôner une forme de talion du genre "il faut exclure et interdire de compétitions les Anglais et les Russes ( les marseillais, aussi?)
Je conçois qu'il soit plus rapide et rentable d'égrener les questions pudibondes et les descriptions un brin moralistes et sensationnelles plutôt que faire un papier de fond. A ce sujet,au détour d'un phrase "dans le stade, à l'endroit où des familles, des enfants, des gens qui n’ont rien demandé à personne" qu'apprend-on? So Foot, si prompt à flatter les ultras (aucun amalgame avec les hools), si prompt à défendre, avec le cynisme d'une ONG, le foot populaire, et à étaler à longueurs de pages sa fascination morbide et petite-bourgeoise pour la violence et les hooligans, se fait aujourd'hui le relais des Thatcher, Leproux et consorts. Chasser sa nature...
Le match était à risque. Comment est-on en arriver-là? Existe-il une spécificité française sachant que les derniers évènements en date de cette ampleur remontent à France 98? Les forces de police sont-elles bien formées, préparées et en nombres? Les politiques capables de débattre de longs mois sur la pertinence des fans zones n'avaient-ils pas mieux à faire? La coordination des services de renseignement à l'échelle européenne s'effectue-t-elle correctement? Quid des avancées depuis les attentats? Ne privilégie-t-on trop les méthodes de renseignements informelles et dématérialisés au détriment du renseignements humains et de terrain ( ces questions avaient déjà été soulevées lors des attentats) Quid de l'état d'urgence? Quid de l'efficience des caméras de vidéo-surveillance et des drones utilisés par les forces de police à chaque rassemblement et/ou manifestations etc etc


Tes questions sont légitimes, mais avant de s'intéresser aux causes il faut mettre un terme à tout ce bordel. Des citoyens français ainsi que des visiteurs étrangers sont clairement en danger de mort et c'est inacceptable. Je ne sais pas quelles sont les solutions, s'il faut renforcer les effectifs de police, envoyer l'armée, annuler les matchs à risque, mais le temps n'est pas à la parlotte et il faut agir immédiatement.
Note : 1
Je suis pas plus malin que les autres et j'ai pas la science infuse mais c'était absolument couru d'avance qu'il y aurait de la baston à Marseille entre Russes et Anglais... En Russie, ils en parlaient déjà dans tous les groupes de fans, ultras et autres. Ils en parlaient sur leurs sites, forums même sur le Facebook russe... En voyant ça il y a déjà quasiment 5-6 mois au moment où je voulais prendre des billets, j'ai parlé avec quelques potes qui supportent comme moi le Dynamo et ils m'ont tous dit "fais gaffe, ça va être chaud contre les anglais"... Au départ je pensais aller voir le match avec ma femme tranquille et visiter Marseille mais j'ai rapidement renoncé. Ceux qui supportent les Spurs que je connais sur Londres m'ont dit pareil il y a 6 mois, tout le monde savait! Regardez un match dans n'importe quel pays de l'est et vous verrez les moyens mis en place pour l'occasion. Je me rappelle d'un Spartak-CSKA en 2011 où il y avait un corridor de flics anti-émeutes qui allait de la station de métro jusqu'à l'entrée du stade Luzhniki (soit environ 1,5km) qui encerclaient tous les fans. Il y avait des mecs du Spartak qui marchaient tranquillement à côté de ceux de CSKA et tous savaient qu'au moindre mouvement ils se feraient rétamer... Chose impossible à conceptualiser pour un Etoile Rouge-Partizan, un Levski-CSKA, un Hajduk-Dinamo ou encore un Cracovia-Wisla...

Bref tout ça pour dire que la préfecture de Marseille n'a juste pas été à la hauteur de l'événement du tout. Et pourtant, personne n'avait caché ce qui allait se passer! Un minimum de préparation et peut-être en consultant 2-3 experts sur le hooliganisme aurait permis de se dire "ok on envoie 5'000 crs sur le vieux port" et c'était réglé... Pareil dans le stade, des mecs en gilets jaunes, pas préparés ni compétents pour ça, c'est quasiment du suicide!

Ces mecs-là sont des débiles mentaux juste prêts à en découdre pour un oui ou pour un non... Imaginez bien que pour eux c'est wonderland l'euro! Des bastons géantes où ils sont 10x plus que d'habitudes face à des mecs d'autres pays qui veulent juste la même chose qu'eux en plus dans un climat pas trop hostile pour une fois... Ne pas se préparer c'est quand même un peu léger...
Message posté par guytan
Il y a quand même un truc que je comprends pas. Depuis 2000 (donc 16 ans) aucun Euro ou Coupe du Monde se déroulant en Europe n'a connu d'incident majeur. Pourtant il y avait aussi des matchs à risque. Et là ça se passe en France et c'est la merde. Pourtant on le savait que ce match pouvait être chaud et ce qui se passe confirme nos craintes.

Et c'est marrant d'incriminer l'alcool. J'ai fait un tas de festivals musicaux avec des milliers de mecs bourrés sans une seule baston. La différence c'est que là des mecs viennent clairement pour la baston et à mon avis ils sont facilement identifiables en amont.


Bien moins voire du tout de castagne en festivals? Ca rejoindrait mon expérience..

A titre d'hypothèse et pour te répondre : les festivals sont bien moins porteurs de logiques identitaires et territoriales que ne l'est (malgré lui, sans doute) le football..

Parmi ces incidents récents et pour ma part je vois surtout des manifestations de force ; en tout cas ça me paraît très clair côté russe..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
855 54