Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10e journée
  3. // Marseille/Toulouse (2-0)

Marseille a son grand huit

Victorieux 2 à 0 d'un Toulouse motivé, mais limité offensivement, l'Olympique de Marseille décroche un huitième succès de rang. Leaders de Ligue 1 en puissance, les Phocéens reprennent sept points d'avance sur le Paris Saint-Germain.

Modififié

OM - Toulouse FC
(2-0)

N. Nkoulou (20'), A. Gignac (36') pour Marseille


Thauvin, Dja Djédjé, Imbula, Payet, Imbula, Mendy. Une touche de balle, dix secondes de jeu, cinq joueurs concernés, six passes réussies et onze victimes. Crucifiés par André-Pierre Gignac, à l'affût suite au centre de son latéral gauche et une relance hasardeuse de la défense centrale adverse, les Toulousains sont sonnés. Menés 2 à 0 après 35 minutes de jeu intenses et rythmées, les protégés d'Alain Casanova n'y croient pas. Il y a neuf mois, ils avaient tranquillement la possession du ballon dans un Vélodrome en travaux. Ce dimanche et malgré une bonne entame de match, ils ont couru après cette balle avec acharnement dans un stade flambant neuf qui vient d'enregistrer son record d'affluence. Une journée Guinness book à Marseille puisqu'avec un huitième succès de rang, les Phocéens égalisent la meilleure série de l'histoire du club, et ce, en dépit d'une seconde mi-temps moyenne.

La parade de Mandanda, l'épaule de Nkoulou


L'entrevue sympathique entre Marcelo Bielsa et Alain Casanova en début de rencontre avait l'air de celle entre deux hommes qui savent que les supporters du Vélodrome vont passer un bon moment. Fidèles à la réputation qui est la leur depuis le début de la saison, les Toulousains sont joueurs. Dès lors, hors de question de laisser le ballon à l'OM et de subir le pressing impressionnant mis en place par les coéquipiers de Romao. Plombés par quelques pertes de balles bêtes et gênés par les bonnes percées d'André Ayew et de Giannelli Imbula, les hommes de la Ville Rose dégainent les premiers. Bien servi dans la surface suite à un centre venu de la droite, Braithwaite fusille Mandanda à bout portant, mais le portier de l'équipe de France dégaine une parade miracle et détourne le ballon sur sa barre transversale. Malgré de bonnes intentions évidentes, notamment par l'intermédiaire d'un Régattin remuant, les visiteurs peinent à se créer plus d'occasions. Les locaux, eux, profitent d'une partie très rythmée pour opérer en contre. Très à l'aise au moment de se projeter vers l'avant, les Phocéens grattent un excellent coup franc suite à une relance parfaite de Jérémy Morel et un rush d'André Ayew. L'offrande de Payet pour Nkoulou est sublime. Le but de l'épaule du Camerounais l'est moins, mais l'OM mène. Libéré, le leader de Ligue 1 prend enfin le contrôle du match, notamment grâce à sa paire de latéraux, Mendy - Dja Djédjé, très offensifs et quasiment milieux de terrain ce dimanche pendant qu'Ayew et Thauvin bloquent les couloirs. Des latéraux qui touchent tous les deux le ballon sur le magnifique deuxième but d'André-Pierre Gignac. Seul point noir de cette bonne première mi-temps, l'échauffourée entre Romao et Aguilar suite à un tacle musclé de ce dernier sur Giannelli Imbula. Une histoire réglée à coups de cartons jaunes qui aurait donné des sueurs froides à M. Rainville, arbitre de Lens - PSG.

La parole à la défense et à… l'arbitre


Pas du genre à se satisfaire de deux buts d'avance depuis le début de la saison, les Marseillais passent la seconde période à tenter de raviver l'étincelle du premier acte. Émoussés physiquement et embêtés par l'entrée de Doumbia dans l'entrejeu toulousain, les hommes en blanc ne se procurent que quelques petites occasions. Un lob bien senti de Payet oblige Boucher à sortir une claquette, mais le Vélodrome en voudrait plus. Mieux dans le jeu mais incapables de se créer des occasions, les Toulousains tentent quelques frappes, mais ne parviennent pas à inquiéter Mandanda. Moins dominateur, l'OM a chaud aux fesses. Marcelo Bielsa, qui pose son derrière sur son café bouillant, aussi.


Cette baisse de régime dans la production offensive permet aux défenseurs phocéens de montrer qu'eux aussi sont au niveau. Très à son aise, la charnière Morel - Nkoulou gère bien les déplacements de Wissam Ben Yedder. Et quand Pešić, fraîchement entré en jeu, parvient à s'extirper de cette tenaille, le Camerounais lui chope le maillot sans se faire gauler. Pas plus heureux, Ben Yedder est raclé à deux reprises dans la surface quelques minutes plus tard mais M. Delerue ne bronche toujours pas. Ce sont finalement les Phocéens qui se procurent l'ultime occasion de la rencontre par l'intermédiaire de Barrada. Entré en jeu à la place de Payet, l'international marocain évite Boucher, sorti loin de ses buts, mais envoie une frappe du gauche trop molle pour inquiéter les défenseurs toulousains, bien revenus. En dépit d'un deuxième acte moyen, l'OM a un grand huit en plus d'un grand stade.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 98
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
À lire ensuite
Koc en cage