1. //
  2. // Quarts de finale
  3. // Roma/Fiorentina (0-2)

Mario Gómez sort la Roma

Modififié
7 29

AS Rome - Fiorentina
(0-2)

M. Gómez (65'), M. Gómez (88') pour Fiorentina.


Il y avait une place en demies aux côtés de la Juve à prendre à l'Olimpico ce soir. Au lendemain de la douloureuse perte de Juan Guillermo Cuadrado, parti à Chelsea, la Fiorentina ne s'est pas gênée, laissant la Roma de Rudi Garcia sur le carreau devant ses fans (2-0).

Dans un match fermé, dans lequel un record de ballons perdus a probablement été atteint, l'homme qui a endossé le costume du héros se nomme évidemment Mario Gómez. Hormis un coup de caboche, l'Allemand a été très discret pendant une heure. Puis à la 64e minute, Pasqual, parfaitement servi sur son aile gauche, envoie un centre moyen, mais suffisant pour le talent du buteur de la Fio, qui, on ne sait pas trop comment, fout ça au fond.

Les locaux, amorphes, jamais dangereux, tentent une opération rébellion. Pjanić remplace Paredes, « l'héritier de Riquelme » , transparent, mais rien ne change. La Fiorentina manie mieux le ballon, ne panique jamais, et plante le but du break en toute fin de match. Encore un centre venu de la gauche. Encore super Mario Gómez, dans sa surface, sur son pied gauche. Ça fait 2-0, et c'est mérité. Il n'y aura pas de Clásico romain en finale de la Coupe cette année.
LR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un stade à moitié vide un match d'une abyssal nullité et un but marqué par une ex star du bayern en pré retraite italienne, et dire que ce match était un choc qui opposé le deuxième au sixième de l'immense championnat d'Italie.
Quelqu'un a osé parler de déclin?
Claude le Gentil Niveau : CFA
Message posté par russell westbrick
Un stade à moitié vide un match d'une abyssal nullité et un but marqué par une ex star du bayern en pré retraite italienne, et dire que ce match était un choc qui opposé le deuxième au sixième de l'immense championnat d'Italie.
Quelqu'un a osé parler de déclin?


Collector
On peut commencer à parier sur un limogeage de Garcia avant la fin de saison les enfants.
Parce que Totti, lui, sera encore là la saison prochaine et Sabatini va expliquer sans problèmes ses achats.
Il ne reste que le violoniste comme fusible.
Russel a préféré regarder un insipide match entre italiens alors qu'il y avait une grande rencontre de coupe dans l'hexagone...
Quelqu'un a osé parler de masochisme?
Dommage j'aurais bien aimé que la Roma aille au bout elle aurait été la première équipe à pouvoir coudre une étoile argentée au dessus de son blason (pour 10 coupe d'italie remportées il me semble ?)
Totti Presidente Niveau : Loisir
Message posté par russell westbrick
Un stade à moitié vide un match d'une abyssal nullité et un but marqué par une ex star du bayern en pré retraite italienne, et dire que ce match était un choc qui opposé le deuxième au sixième de l'immense championnat d'Italie.
Quelqu'un a osé parler de déclin?


Moi je la veux bien en Ligue 1 chez le 6ème du championnat, l'ex star du Bayern en préretraite...
Note : 13
Bah le 6ème, c'est Montpellier, avec une ex star du Borussia en pré-retraite. On n'est pas loin.
Et encore, le seul italien de la fio a pour nom manuel pasqual; plus espagnol que ça, c'est difficile à trouver!
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
Astori qu'est-ce qu'il est mauvais bordel, passer de Benatia à lui ça doit faire mal.
@josékarl, hier la Juventus a signé 8 jeunes joueurs classes 96 et 97, dont 7 italiens. Elle a signé aussi, pour 3,5 millions, la moitié de la plus value sur Gabbiadini, le défenseur le plus prometteur vu en Italie depuis Canavaro.
Évidemment, ce n'est pas pour marquer des buts en février, c'est du moyen terme, mais tu peux déjà inscrire dans tes tablettes les lamentations des tifosi de la Juventus qui ne comprennent pas qu'on laisse partir un top (Giovinco ou Immobile des top aussi, ils ont oublié) et les lamentations des tifosi des autres équipes qui vont trouver injuste qu'acheter 30 millions un joueur ne suffise pas à gagner Scuderia et LDC.
Bref, c'est l'Italie post berlusconi, un théâtre d'ombres mais sans avoir lu Platon.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 29