En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Interview
  2. // Ottmar Hitzfeld

« Mario Basler était le plus fou »

Ottmar Hitzfeld est une des figures emblématiques du banc bavarois. Il revient dans nos colonnes sur cette période où il a dû gérer les plus grosses têtes de cochons du foot allemand (Effenberg, Basler et Matthäus) pour en faire une machine à gagner.

Modififié
Comment décririez-vous le Bayern ?
Avant tout, ce fut un grand honneur et privilège d'avoir été engagé comme entraîneur du grand Bayern Munich. J'ai eu l'opportunité et la chance d'avoir été partie intégrante de l'histoire du club, en laissant une forte empreinte lors de mon passage. Même si je suis sorti épuisé de mes six années au Bayern, je ne peux pas m'empêcher de voir ça comme une expérience incroyable. La signification de ce lub pour moi ? Bayern fait partie du top 3 mondial aux côté de Barcelone et du Real Madrid. Le Bayern représente un label de classe mondiale.

Avant d'entraîner le Bayern, vous les avez affronté à maintes reprises dans les années 90. Comment décririez-vous ces joutes ?
Le Bayern a longtemps été le champion en série, donc vous devez les affronter, ils sont « l'équipe à battre » (en VF dans le texte, ndlr). Pour chaque coach, chaque équipe, c'est le plus gros challenge qui soit de les battre. Si ça se produit, comme Arsenal l'a fait en Ligue des champions récemment chez eux, c'est simplement sensationnel. La principale raison pour laquelle il est si difficile de les battre, c'est leur capacité exceptionnelle à produire de la qualité en masse. Ils ont plus de joueurs de classe mondiale que n'importe quelle autre équipe. Donc, même s'il y a des joueurs blessés ou suspendus, l'entraîneur peut toujours compter sur plein d'autres joueurs.

Vous êtes arrivé au Bayern en 1998, juste après Trapattoni. Dans quel était avez-vous trouvé le club ? Qu'avez-vous pensé lorsque vous êtes arrivé ?
J'étais dans la forme de ma vie après un break. J'étais très positif à l'idée de devenir l'entraîneur du Bayern Munich après une expérience pas forcément satisfaisante en tant que directeur sportif du Borussia Dortmund. L'équipe me semblait très bonne, même s'il y avait soi disant des caractères difficiles que Giovanni Trapattoni avait plus ou moins couvé. J'ai très rapidement réalisé une autre chose : la classe mondiale ne se trouvait pas seulement sur le terrain, mais aussi au niveau de la direction. Avec Franz Beckenbauer comme président, Uli Hoeneß comme directeur sportif et Karl-Heinz Rummenigge comme dirigeant. Ceci dit, je dois ajouter que cette constellation ne m'a pas forcément rendu la tâche facile… (sourires)

Pourquoi vous a-t-on choisi, vous ? Que vous a dit Uli Hoeneß ?
Il n'y a pas eu de surprise. J'étais en contact avec Franz Beckenbauer avant. Il m'avait dit : « Tu seras le prochain entraîneur du Bayern Munich. » C'était simplement une question d'heure.

Uli Hoeness avait comparé l'équipe à une « meute de loups » . Que pensez-vous de cette comparaison ?
Uli avait raison, ce surnom allait très bien à l'équipe. Il y avait tellement de « stars » dans cette équipe et de gloire autour. On avait Kahn, Basler, Effenberg, Scholl, Matthäus – pour ne citer que les noms les plus célèbres de cette ribambelle de personnages.

Vous vous êtes battus pour signer Stefan Effenberg à votre arrivée. J'ai cru comprendre que plusieurs dirigeants et joueurs s'étaient opposés à sa venue. C'est vrai ? Pour quelle raison s'opposaient-ils à cette venue ?
Honnêtement, je comprenais totalement que les gens qui géraient le club n'étaient pas enjoués à l'idée de faire signer Effenberg. Le club rencontrait des difficultés en matière de discipline et Effenberg n'était pas forcément connu pour sa discipline quand il jouait au Borussia Mönchengladbach. Mais je le voulais éperdument dans l'équipe. J'étais persuadé qu'il deviendrait le leader de la meute, de cette meute de loups. J'étais en intense recherche de ce genre de profils étant donné que Lothar Matthäus venait de fêter ses 37 ans et ne pouvait plus jouer ce rôle de leader longtemps.

Et le surnom FC Hollywood, pensiez-vous que c'était mérité ?
FC Hollywood est le bon terme. C'était comme ça à l'époque au Bayern. Ça veut tout dire. Il y avait un manque de discipline, certes, mais les incidents pas très sympa dont tu aurais aimé pouvoir te passer étaient légion.

« Je suis arrivé au Bayern avec mes idées : pas de libéro, une défense à 4, quadrillage du terrain plutôt et surtout, très importat, l'arrivée du pressing. » Ottmar Hitzfeld

En tant qu'entraîneur, n'en aviez-vous pas assez de voir vos joueurs sans cesse dans les colonnes de la Bild Zeitung ou autres tabloïds ?
En effet, j'en avais assez de voir tout ça. J'avais cette envie de domestiquer la meute, tout en sachant que ça ne se ferait pas en un jour. C'était une stratégie mise en place petit à petit et à laquelle je me suis tenue. Je voulais montrer aux joueurs ce qu'était la discipline et ceux qui ne suivaient pas les consignes se voyaient punis.

D'ailleurs, vous êtes celui qui a mis fin à cette période du FC Hollywood. Comment y êtes-vous parvenu ?
Par exemple, il y avait des amendes élevées à payer. Il s'est trouvé que c'était une bonne technique pour faire comprendre les choses aux gens. Je n'étais pas préparé pour faire face à tant de stars dans cette équipe, je voulais que l'équipe devienne la star du spectacle. Petit à petit. Jour après jour, en transformant, développant. Au final, j'y suis arrivé quand j'ai senti que tout le monde mettait l'équipe en avant, au-delà de tout intérêt individuel. Nous avions un très bon esprit d'équipe qui a donné naissance à une mentalité de gagnant. Tout le monde pouvait voir que le moyen choisi nous menait vers le succès.

Comment êtes-vous parvenus à museler ce trio infernal composé de Basler, Effenberg et Matthäus ?
Je suis parti du principe que je pouvais les motiver pour prendre leurs responsabilités, le leadership, au sein de l'équipe et pour l'équipe. Ils sont devenus des personnes importantes sur lesquelles on pouvait se reposer. Bien sûr, j'ai dû leur faire comprendre qu'ils pouvaient venir me parler. Ce fut, comme je l'ai dit plus tôt, un long et continuel processus comprenant de nombreuses discussions, des traitements individuels et de la correction de mon côté. Les joueurs savaient très bien que je ne les laisserais pas tomber s'ils s'en tenaient aux principes que j'avais annoncé comme être des aspects-clé.

Quand vous arrivez au club, l'équipe gagne déjà, presque invincible. Que change-t-on dans une équipe qui gagne pour qu'elle gagne encore mieux ?
Bon, la qualité des joueurs était évidente. Ce qui était un problème : impossible d'amener plus de qualités sur le terrain, dans le jeu. Donc je suis arrivé avec mes idées tactiques en décidant de jouer sans libéro. J'ai introduit la défense à quatre. Quadriller le terrain plutôt que du marquage individuel. Et surtout, très important, l'arrivée du pressing.

Vous venez de parler du poste de libéro. Pouvez-vous nous en dire plus sur Lothar Matthäus, s'il vous plaît ? Comment le décririez-vous ?
C'était le capitaine de l'équipe donc il méritait une vraie place dans l'équipe. Il avait été élu Meilleur joueur de l'année, par exemple. Je suis très fier d'avoir eu un joueur de son calibre dans mon équipe, je peux vous le dire. Ceci dit, il avait déjà 37 ans et il sentait que la fin de sa carrière était proche. Une situation pas évidente à gérer, comme lui comme pour moi.

« Juste après la finale perdue contre Manchester en 1999, j'ai convoqué l'équipe pour ce qui a été la plus longue réunion de toute ma vie. » Ottmar Hitzfeld

Surnommé le « haut-parleur » pour sa propension à l'ouvrir tout le temps, taupe de Bild et également en perte de vitesse du fait de son âge grandissant, vous avez quand même milité pour garder Matthäus. Pourquoi ?
Tout se que j'ai fait, c'est lui demander de ne pas quitter l'équipe durant l'hiver. C'était l'un des plus grands joueurs que l'Allemagne a connu et je ne voulais pas le voir sortir par la petite porte.

Mario Basler avait refusé de renouveler son contrat parce qu'il demandait le même salaire qu'Effenberg. Après coup, quel regard portez-vous sur cette histoire ?
C'est comme ça que Mario Basler a voulu que les choses se passent. Je ne vois pas trop l'intérêt de revenir là-dessus. Il était sûr d'être titulaire pendant les deux saisons suivantes au Bayern. Mais Kaiserslautern était très proche de sa ville natale. C'était une décision comme une sorte de retour aux racines.

Honnêtement, qui était le gars le plus fou que vous ayez entraîné au Bayern ?
(il réfléchit) Mario Basler. Il avait toujours plein d'idées, certaines étaient folles, d'autres le rendaient très difficilement contrôlable. Son plus gros problème, c'était le manque de discipline. Ceci dit, c'était vraiment un bon gars et une personne honnête.

Quelles sont vos plus belles anecdotes de cette époque au Bayern ?
(il pouffe) Par où dois-je commencer ? Bon, il y a eu Lizarazu éclatant la tête de Matthäus durant un entraînement, poussant Matthäus à quitter le terrain. Un vrai scandale pour les médias. Il y a eu Basler qui s'est battu en discothèque. Il y a eu Effenberg qui s'est fait suspendre son permis par la police parce qu'il s'est fait arrêter alors qu'il conduisait en léger état d'ébriété. Il y a eu Élber et Pizzaro qui rentraient de vacances trop tard. Et puis, il y a eu cette photo de Matthäus au ski alors qu'il était en convalescence. Pas besoin d'en dire plus, pas vrai ?

Vous faites partie du club très fermé des entraîneurs ayant remporté la Ligue des champions avec deux clubs différents : Dortmund et le Bayern Munich. Quelle victoire est la plus importante pour vous ?
Ça ne sert à rien de comparer. Les deux finales ont une signification pour moi. Gagner la Ligue des champions avec le Borussia Dortmund était une véritable sensation. La gagner avec le Bayern Munich était plus attendu, même si la pression était beaucoup plus difficile à gérer que lorsque j'étais à Dortmund parce que nous n'avions rien à perdre.

Quand vous perdez en Ligue des champions contre Manchester United en 1999, vous revenez plus fort et battez Valence deux ans plus tard. Comment est-ce qu'on remotive ses troupes en si peu de temps, surtout après une défaite comme celle-là ?
Juste après la finale perdue en 1999, j'ai convoqué l'équipe pour ce qui a été la plus longue réunion de toute ma vie. Ce fut la base de la victoire en 2001, le début d'un nouveau processus lent et sûr pour souder les joueurs les joueurs comme s'ils étaient de la glu. Je me rappelle être assis aux côtés de Franz Beckenbauer dans le bus après la défaite à la dernière minute contre Manchester United quand il m'a dit que cette défaite pouvait finalement avoir du bon… Je n'en croyais pas mes oreilles ! C'est par la suite que je me suis rendu compte qu'il avait raison. On venait de nous donner une leçon et on n'a pas oublié d'apprendre par la suite.

« Celui qui me manque énormément, c'est Uli Hoeneß. Il est la figure de proue du Bayern depuis si longtemps... » Ottmar Hitzfeld

Vous êtes surnommé « le général » . Pensez-vous que ce surnom vous correspond ?
Non, pas du tout. Complètement exagéré. Pour la petite histoire, ça vient de l'époque où j'étais à Dortmund. Quand nous avons célébré notre titre en Bundesliga, il y avait une sorte de fanfare militaire. Tous les musiciens portaient des casques de l'armée ou quelque chose dans ce goût-là. Pendant que nous fêtions le titre avec l'équipe et les fans, ils m'ont demandé de jouer au chef d'orchestre. J'ai accepté et ils m'ont mis un casque sur la tête. Bien sûr, des gens ont pris des photos et l'info s'est propagée. C'est comme ça qu'on crée une image de général…

Vous êtes revenu brièvement au Bayern pour remplacer Felix Magath en 2007. Dans quel état avez-vous trouvé le club à cette époque ?
Bayern était loin d'être un club au fond du trou. Ils étaient quatrièmes ou cinquièmes, je ne me rappelle plus. Ce dont je me rappelle, en revanche, c'est que la situation était suffisante pour être un club en crise. Alerte rouge partout. Avec tout ce que ça implique de compliqué pour rendre la vie dure à n'importe quel coach. L'équipe n'était pas si mauvaise, mais les joueurs avaient perdu toute confiance en eux. Il n'y avait pas grand-chose à changer pour revenir sur les rails. Et on s'y est remis. Pas à pas.

Votre successeur était Jürgen Klinsmann. Quel regard portez-vous sur son passage au Bayern ?
Je pense que Jürgen voyaient les choses trop en avance. Non seulement il voulait changer le visage de l'équipe, mais il voulait aussi donner une nouvelle image au club. C'est comme s'il avait voulu tout retourner en oubliant que le FC Bayern Munich est une institution, un club plein de traditions et qui n'est pas devenu Rekordmeister pour rien. Autant de changement n'était pas nécessaire.

Pensez-vous que Guardiola est l'homme de la situation pour le Bayern ? Peut-il se fondre dans un club avec une telle histoire, une telle identité ?
Bien sûr qu'il l'est ! Il est l'architecte des récents succès. Comme vous l'avez dit plus haut, le Bayern est devenu invincible. C'est le travail de Pep. Le succès. Être imbattable. C'est tout ce qui compte dans ce club.

Quels sont ses points forts ? Ses points faibles ?
Pas de désavantage quel qu'il soit. L'un dans l'autre, c'est du win-win pour le club comme pour Pep Guardiola. Le Bayern est fier d'être dirigé par un homme comme lui et Pep est fier d'être le coach d'un si grand club. Que demander de plus ? En disant ça, j'espère une seule chose : qu'il ne quittera pas le club avant de l'avoir mené à la victoire en Ligue des champions cette année.

Reconnaissez-vous toujours « votre » Bayern, à l'heure actuelle ?
Le Bayern Munich a toujours été le Bayern Munich et le restera. Très bien dirigé de bas en haut. Celui qui me manque énormément, c'est Uli Hoeneß. Il est la figure de proue du Bayern depuis si longtemps... S'il y a bien quelqu'un qui a construit ce club à notre époque, c'est Uli Hoeneß. Il avait des visions à tous les niveaux : sportif, économique. Ils les a toutes accomplies grâce à ces incroyables et uniques compétences.


Retrouvez le dossier complet sur le Bayern Munich, Das Football, dans le SO FOOT #131, actuellement en kiosque.

Propos recueillis par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 11:48 280€ à gagner avec Naples & Dortmund - Tottenham il y a 2 heures Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 8 il y a 3 heures Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 34
il y a 7 heures Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:01 Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 Hier à 15:12 Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 Hier à 14:16 Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 26 Hier à 12:10 Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 Hier à 10:59 Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 28 Hier à 09:19 Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 15 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 13 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 17 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 22 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25
À lire ensuite
Marseille, l'or en blanc